• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Passe-Frontières

Passe-Frontières

Création théâtrale interactive, extrait.

Compagnie Résonances
Mise en scène : Naïma Taleb.
Texte : Seyhmus Dagtekin.
Avec : Audrey Brume, Samir De Luca, Jean-Marc Dethorey, Yi Han Jen, Véronique Meder, Aurélien Péréol et Estelle Virepinte.
 

Au Centquatre à Paris, dans le cadre du festival Futur en Seine.

 "Quelqu'un m'entend ? Pourquoi je n'entends que le bruit de mes pas ?"
 
Le spectacle réunit sept personnages de diverses origines, qui se croisent, s'ignorent ou se télescopent. Chacun raconte un morceau de son histoire, teinté de légende ou de mythe, puisqu'une déesse mystérieuse semble présider à leurs destinées. Seyhmus Dagtekin a travaillé au sein d'ateliers d'écriture dans lesquels se sont exprimés des habitants du quartier de la Porte Montmartre et de la Porte de Clignancourt dans le 18ème arrondissement de Paris, pour la plupart migrants. Ces hommes et ces femmes évoquent leurs souvenirs patinés du merveilleux propre à leurs cultures et Dagtekin leur a donné une forme théâtrale. Si certains moments sont authentiquement très beaux et très poétiques, l'ensemble pêche néanmoins au niveau de la cohérence. Patchwork d'histoires individuelles, la pièce m'a paru manquer d'idées directrices et d'une réelle ambition d'ensemble. Je pense que ce Passe-Frontières, riche d’indéniables qualités, gagnerait à être associé à un autre texte afin de créer une pièce plus longue, comme cela a été fait à plusieurs reprises cette saison à Paris, avec notamment Woyzeck [Je n'arrive pas à pleurer] au Montfort Théâtre ce printemps.

Je n'ai par contre aucune réserve concernant le travail de mise en scène et le jeu des comédiens, que j'ai beaucoup appréciés. Les acteurs occupent l'espace à la manière d'électrons libres et les corps expriment beaucoup des solitudes, des peurs, des espoirs et des conflits. Le travail sur le mouvement mais surtout sur le déplacement, en exploitant au mieux les aptitudes de chacun, m'a paru très abouti.

Enfin, il s'agit d'une création théâtrale interactive, mais pour être sincère, je ne l'ai remarqué qu'à la sortie en lisant la plaquette ! Par le biais de capteurs, les comédiens déclenchent la projection d'images sur un écran et sur des tissus, mais je n'ai pas le sentiment que les spectateurs s'y soient beaucoup intéressés. Mais il faut dire également que la salle du 104 a beaucoup desservi le spectacle, qui méritait bien mieux : un espace exiguë, perméable aux bruits extérieurs et ne permettant pas une bonne visibilité en cas d'affluence. De ce fait, difficile de remarquer les petits détails...
J'espère que la compagnie pourra se produire dans un lieu plus adapté dans les prochains mois.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires