• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Perthus » de Jean-Marie Besset au Théâtre du Rond-Point

« Perthus » de Jean-Marie Besset au Théâtre du Rond-Point

L’étroitesse du col du Perthus entre la France et l’Espagne est à l’image du passage exigu entre l’amitié et l’amour nourri entre deux adolescents dans une petite ville de l’Aude au-delà de mai 68.

Sur cette ligne de démarcation maintes fois déclinée dans les textes de Jean-Marie Besset, vient ici se greffer une relation concomitante entre les deux mères de Paul & Jean-Louis.

En effet, face à l’absence patente des pères respectifs, l’ascendant matriarcal va prendre le relais afin de régner en toute fierté sur leur progéniture masculine.

Selon une idée ingénieuse de direction d’acteurs, le rôle dévolu à Irène et Marianne est confiée étonnement par Gilbert Désveaux à deux acteurs, Jean-Paul Muel et Alain Marcel.

Sur le plateau très intime de la salle Jean Tardieu, ce cocktail explosif réunissant quatre hommes, deux d’âge tendre, se débattant avec des émois sans référent structuré et deux d’âge mûr, palliant avec un orgueil ludique au déficit de présence paternelle, va entraîner l’intensité de l’enjeu psychologique sur le plan distancié de la comédie, bien retenue par les rênes de la mise en scène.

Autour d’un étrange ordonnancement de chaises musicales prenant tour à tour une taille géante ou lilliputienne, le ballet des quatre personnages de " Perthus " pourrait aisément, selon une vision fantasque, n’en former rapidement qu’un seul sorti d’un imaginaire proche, celui de Philippe Caubère jouant tous les rôles de sa biographie à la fois.

Ici chez Jean-Marie Besset, l’instauration d’une relation mère-fils dupliquée en contrastes affectifs et vulnérables autant qu’autoritaires et phalliques suscitent chez les deux garçons sur le point de passer leur baccalauréat, des pulsions contradictoires où le sentiment d’échec et d’autodestruction voisine allègrement avec celui d’impunité triomphante.

Cependant, de cette ville dont le prince n’est plus un enfant à celle où deux adolescents se débattent avec les frissons inconnus que l’étude scolaire de la " Princesse de Clèves " ne saurait épuiser au diapason du calcul des probabilités, il n’y aura pas d’alternative :

Nourrie à la mesure de sa propre frustration psychosociale, l’ambition de la mère à l’égard du fils projette celui-ci, pour le pire ou le meilleur, dans les tourments d’une destinée de substitution.

Accepter les règles implicites de ce jeu de rôles génétiques constituera pour Jean-Louis et Paul, chacun à leur façon, l’issue la plus adaptée pour recouvrer la cohérence avec soi-même.

Visuel dossier de presse / Rond-Point

PERTHUS - *** Theothea.com - de Jean-Marie Besset - mise en scène : Gilbert Désveaux - avec Alain Marcel, Jean-Paul Muel, Robin Causse & Jonathan Drillet - Théâtre du rond-Point -


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires