• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Philippe Vasseur ou le peintre face à sa propre énigme

Philippe Vasseur ou le peintre face à sa propre énigme

L’étrange univers de Philippe Vasseur vous saisit dès l’abord tant l’artiste a su enclore le silence de façon magistrale. Sa peinture, extrêmement architecturée, découpe la solitude et matérialise les paysages, voire même les personnages, comme si le monde venait d’être frappé d’une immobilité soudaine, comme si il y avait là, pris sur le vif, la vision d'une fin prochaine. Le visiteur est immergé irrémédiablement dans ces structures figées et dans une forme d’attente inquiète. On peut ne pas aimer mais on ne peut pas ne pas être interpellé par ce peintre qui propose une facture très personnelle de son environnement, où ce qu'il présente, personnages ou monuments, semble s’être soudain immobilisé comme le fut Pompéi sous les braises incandescentes du volcan. Ici, ce serait plutôt un événement intérieur qui a clos l’univers sur lui-même. Des lumières pâles et froides, parfois des ocres intenses lors de la période marocaine, définissent les horizons avec, soudain, une lueur fragile comme l’éclat d’une lumière très ancienne.

On reste devant ce monde pétrifié comme on le serait devant une forteresse dont l’entrée serait interdite. Il faut d’abord se concentrer et attendre qu’un détail vous ouvre la voie, que les personnages répondent à vos attentes et que le questionnement vous fasse entrevoir de nouvelles pistes car si le mystère est bien présent, il n’est pas encore résolu. Enigmatique et désertique, les lieux opèrent une curieuse transition entre le réel et le supposé, recomposant une réalité qui a perdu ses repères et vous entraîne vers un monde métaphorique où l’inconscient reprend soudain ses droits. La peinture de Philippe Vasseur, aussi dérangeante soit-elle, ne peut laisser aucun de nous indifférent. On la découvre et elle vous poursuit de ses paysages et visages sibyllins, de cette présence/absence qui n’est autre qu'une invitation au voyage dans les profondeurs les plus secrètes de l’humain.

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Exposition exceptionnelle au Musée Montebello de Trouville-sur-Mer jusqu'au 19 mai.

 

Né en 1954 à Lisieux, Philippe Vasseur s'initie très tôt au dessin. En 1974, il suit les cours, de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Attiré par le graphisme, il débute sa carrière comme illustrateur pour les éditions Gallimard. Alors qu'il est encore étudiant, Gallimard se sert d'un de ses dessins pour la jaquette d'une de ses parutions. Son travail est alors exposé à des millions de lecteurs. À la suite de quoi Philippe Vasseur se concentre sur la peinture, et particulièrement la peinture à l'huile.

Aujourd'hui, il vit et travaille à Paris. Ses tableaux sont présentés dans de prestigieuses galeries en France, en Angleterre, aux États-Unis et au Japon.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Thierry Videlaine 11 avril 12:28

    Oui, il peint, le mec ; ce n’est pas un grotesque, c’est clair.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires