• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Philosophie et Conversation avec la vie

Philosophie et Conversation avec la vie

Après une rencontre politique qui aurait pu faire polémique, j’étais en quête d’une nouvelle inspiration, c’est alors que durant une méditation, j’ai eu cette révélation, pourquoi ne pas directement converser avec la vie ? Celle-là même qui est à l’origine de nos fameuses fondations et de nos envies.

C’est donc après des semaines de recherche vaine qu’elle fit soudain son apparition. 

JPEG

“Alors, on en a assez de philosopher sur du superficiel  ? Politique  ? Passion  ? Nation  ? Bonheur  ? Ah oui j’oubliais, l'Amour  ! Et la peur ! fit-elle en souriant d'un air moqueur.

Elle semblait désinvolte la malicieuse, ça tomba à pique, j'avais décidé d’être moins aigri et de nouveau de sourire à la vie. 

“Bonjour, très heureux de faire enfin votre connaissance, j’ai tellement entendu parler de vous, sachez que j’ai eu l’occasion de réfléchir sur de nombreux phénomènes durant de nombreuses années et j’aurai souhaité enfin savoir ce qui est à l’origine de ces idées, qui d’autre de mieux que vous pour éclairer cette curiosité. 

“Ah je vois”, reprit-elle, “On tente une sortie de la caverne, on regarde dehors, sans s’y aventurer, vous avez de la chance, j’ai un peu de lumière sur moi, mais attention à ne pas trop la fixer, vous risquez la cécité.” 

“Rassurez-vous, je garderai mes lunettes cartésiennes” lui répondis-je motivé, “donc voici ma première question, qui est cette fameuse nature qui nous rend la vie parfois si dure ?” 

La vie prit son temps, surprise peut-être par sa présence dans le ici et maintenant. 

Elle reprit vivement, “Je vais m'efforcer d’être concise, en quelque sorte, je suis une mutation de l’inerte matière qui s'est affranchie de la rigidité d’un père, une substance mutante régie par des processus adaptatifs et évolutifs, je crée de multiples enveloppes organiques, me duplique et perdure partout où cela est possible même en environnement hostile, grâce à un algorithme efficace et très flexible.” 

Ni bon ni cruel, pensais-je, est-elle juste un chef d’orchestre jouant sa partition sans justice ni émotion ? 

Je repris la conversation “En effet, ça semble simple et sans équivoque, mais n’êtes-vous pas aussi doté d’une sorte de volonté propre qui vous caractériserait, comme une forme d’intelligence qui pourrait avoir un sens ?” 

“Je suis simplement mes productions” répondit-elle calmement, “Aussi féroce qu’un lion, aussi endurante qu’une fourmi, aussi fragile qu’un papillon, en réalité, je suis juste déterminée par la nature de mes hôtes, ici et ailleurs, partout à la fois, je suis toi, tu es moi, nous sommes nous, voilà tout.” 

Je fronçai les sourcils un instant, “Je suis toi  ? Donc si je comprends bien, vous vous parlez à vous-même au travers moi ? 

“Oui en quelque sorte, et au travers vous, je peux peut-être même me découvrir ? “ Répondit-elle avec un sourire, puis elle s’approcha brusquement tout en me scrutant “Alors, qui je suis aujourd’hui  ?” 

Ma raison vacilla soudain, converser avec la vie n’était pas anodin, s'adresser au travers mon identité pouvait peut-être influencer l’intégrité de ses pensées. 

Je repris donc promptement avant que les doutes aient raison de mon objectivité, “À mon corps défendant, je n’arrive pas à me représenter en une constellation d’identités, je suis probablement bien trop attaché à ma singularité, éclairez-moi je vous prie, mais sans trop m’aveugler, car j’aimerai sortir d'ici sain d’esprit.” 

“Vous êtes confus, je le sens”, observa –telle “Votre conscience n’arrive pas à appréhender cette sensation à cause de votre sentiment d'unicité naturel accentué par l'individualisme actuel, mais c’est le prix à payer de votre émancipation vis-à-vis du groupe et de mon giron." 

Elle repris “Vos ancêtres animistes par exemple étaient bien plus sensibles à ce concept d’appartenance à la substance ; Toutefois, j'ai décidé de vous offrir un cadeau, pour vous, je vais simplifier mon propos, voici une allégorie qui, dans un avenir proche pourrait bien paraître plausible : 

“Imaginons que vous puissiez être cloné à l’identique, des milliers de fois, peut-importe, je vous pose donc la question suivante, êtes-vous cet ensemble de doubles ou chacun d’entre eux  ? Et si l’un de vous disparaissait ? Qui trépasse vraiment ? Est-ce que vous comprenez mieux cette sensation d'être là et partout à la fois ? “ Elle fit une pause puis conclu ainsi : “ Si vous réussissez à conceptualiser ce que je viens de vous présenter, la mort pour vous ne devrait plus avoir de secret.” 

J’étais abasourdi, un plafond de verre philosophique venait de voler en éclat, le secret de la mort m’était révélé par la vie, "ici et partout ailleurs à la fois ?" Ma raison pouvait certes y consentir, mais un doute profond m’empêchait encore de le ressentir.

Je repris : “Pourquoi sommes-nous si différents de la biosphère pour qui, parfois la vie est synonyme d’enfer ? J’ai l’impression que nous nous sommes émancipés afin d'accomplir une destinée ou bien qu’en nous, vous vous êtes en quelque sorte incarnée ?” 

Elle se mit à rire, “En vous regardant, j’ai en effet l’impression parfois de me plonger dans un miroir” sourit-elle, “Il est vrai que tout comme moi vous créez et manipulez le vivant, je m’exprime en quelque sorte au travers vous tandis que vous cherchez à vous libérer de moi, mais sachez que tant que vous êtes incarné dans ce corps, vous êtes soumis à mon aumône hormonale, quoi qu’il arrive, vous êtes mes pantins, quand ça vous fait du bien ou quand ça vous fait du mal, mais un jour oui peut être, vous sortirez de cet enfer pour devenir un pur esprit, sage, immortel, façonnant la vie et la matière.” 

“Plus d’argent ! Un bonheur permanent  ! ” m’écriai-je “Cette sagesse-fiction me donna le frisson”. 

“Oui mais plus de motivation  !” Me coupa-t-elle “Ce bonheur éternel serait ma perte, imaginez un instant que votre productivité pourrait permettre à chaque être humain de travailler juste une dizaine d'années pour profiter ensuite d’une retraite confortable anticipée et bien, croyez-moi ou non, ce paradis est déjà une réalité, mais à condition que vos naissances soient régulées et surtout respecter entre vous une stricte égalité."

"Le problème est que sans ces affrontements, point de sélection naturelle" reprit-elle "Et surtout pas d'avancée technologique pour m'extraire de ce nid qui m'a vu naitre et qui pourrait bien de nouveau me faire disparaitre, comme les deux dernières fois !” 

Puis elle ajouta malicieusement en secouant le doigt “Rassurez-vous bande de sauvageons, ce n’est pas pour demain votre rébellion” 

Je restai pensif, quelque chose ne tournait pas rond dans ce discours, aussi j’ajoutais : “si vous êtes apparemment dotée de conscience et que nous sommes peut-être votre fer de lance, pourquoi avoir attendu si longtemps pour avoir créé des êtres suffisamment intelligents ?” 

Je sentis soudain un silence, la vie ne répondait plus à mes doléances. 

Afin de relancer son attention, je repris rapidement “4 milliards d’années, majoritairement constituées d'organismes multicellulaires puis de lézards, et deux extinctions massives plus tard, nous voici comme par hasard, est-ce une prise de conscience de votre part ? Ou nous sommes juste le fruit du hasard ? 

Je sentis sa présence s'estomper laissant revenir les envahissants soucis à venir, mais je sens qu'elle pourrait bien repasser si son témoignage participe à l'émergence de nouvelles idées.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 19 mars 09:13

    « Tout ce qui existe dans l’univers est le fruit du hasard et de la nécessité » - Démocrite.

    Le monde vivant n’est qu’une infime fraction de l’univers. Le but ultime de la science est de "clarifier la relation de l’homme avec l’univers" et la biologie joue un rôle central. C’est la théorie moléculaire du code génétique en tant que théorie physique de l’hérédité qui est le « secret de la vie ».


    • Nos ancêtres étaient par rapport à notre civilisation actuelle : DES GEANTS. Qui aujourd’hui serait encore capable de refaire : mosaïque pas mosaïque la basilique sainte Sophie, la Pyramide de Khéops : https://www.google.com/search?q=basilique+Sainte+sophie&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjJjNjT-bvvAhUFC-wKHaAbAUEQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bih=695#imgrc=jcycZLMMvDIflM. Ils savaient tout avant nous et avaient même découvert l’électricité. Vous me direz : on vit plus longtemps. Mais est-ce que vivre est une qualité ? Hélas quand le ventre parle plus fort que la conscience ou l’éthique, il ne génère que des horreurs : à gauche : le communisme. A droite, le capitalisme ou néo-libéralisme : jouir, jouir, jouir (Adam Smith ou Hayek). Parfois c’est le ventre qui parle, mais aussi la couleur de peau, on est toujours dans l’animalité : l’odeur, la race comme chez les animaux (notre espèce on la protège mais l’autre est ennemie). Nos ancêtres regardaient vers le ciel et tentaient de se verticaliser. Aujourd’hui l’humain a tourné sont regard vers le sol. Et sans s’en rendre compte redevient un animal, un troupeau..... qui en plus ne supporte plus les autres espèces. Reste des petits groupes (communautarisme, uni par des besoin communs). Hier je cherchais la différence entre le mot : envie et désir. Grande question philosophique ou psychologique. Non envie ne signifie pas être en vie, mais être jaloux, envieux, haineux (quand je vois des chats se disputer autour d’une gamelle, je me dis que l’humain n’est pas trop différent. Et désir, un mot qui sonne mieux, il est moins aigre. Tendance à vouloir obtenir un objet imaginé. Voilà qui nous sépare déjà un peux de l’animal. L’animal n’imagine pas, n’a pas de capacité symbolique. L’humain lui : imagine, rêve. Pour le pire ou le meilleur. 


      • L’ADN expliquerait-il cette régression ? Prenons un exemple, en soi effrayant. Le Q.I. Qui a le Q.I. le plus élevé : les coréens..... Les asiatiques seraient les plus intelligents. Mais de quelle intelligence s’agit-il. Uniquement d’une intelligence technique : LA Fée électricité. intelligence avant tout quantitative et sans éthique ni souci de beauté ni de sacré. Et nous voilà retombés au stade de la fourmi....Même pas l’abeille plus noble. Si l’abeille se retrouve sur de nombreux blasons, la fourmi n’a jamais excité l’imagination. Excepté celle de la Fontaine.

        Une fourmi fait l’ascension
        d’une herbe flexible
        elle ne se rend pas compte
        de la difficulté de son entreprise

        elle s’obstine la pauvrette
        dans son dessein délirant
        pour elle c’est un Everest
        pour elle c’est un Mont Blanc


        ce qui devait arriver arrive
        elle choit patatratement
        une cigale la reçoit
        dans ses bras bien gentiment

        eh dit-elle point n’est la saison
        des sports alpinistes
        (vous ne vous êtes pas fait mal j’espère ?)
        et maintenant dansons dansons
        une bourrée ou la matchiche

        Raymond Queneau. 



        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 10:35

          La question de la vie est inséparable de la question de la conscience.

           
          « Il n’y a pour une conscience qu’une façon d’exister, c’est d’avoir conscience qu’elle existe. » Sartre

           Cf. le cogito cartésien.

           

          La forme la plus courante d’ignorance dans la culture moderne est la croyance que la conscience est un produit de l’esprit, et l’esprit un produit de la matière, un point de vue qui est à l’opposé de la simplicité de notre expérience directe, car le fondement, le point central de notre expérience directe est la conscience.

          La conscience est au-delà de la dualité de l’esprit et de la matière. Pour s’exprimer elle a besoin de l’esprit, et l’esprit a besoin de la matière.

           


          • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 19 mars 10:37

            @Francis, agnotologue

            l’existence n’est pas la vie


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 10:41

            @Séraphin Lampion
             
             je ne comprends pas l’objection.


          • cevennevive cevennevive 19 mars 10:57

            @Francis, agnotologue, bonjour,

             « l’esprit a besoin de la matière. »
            Mhhh ! Certains vous diront que c’est faux...

            Personnellement, je doute mais pour me rassurer, je crois que mes ancêtres et mon compagnon disparus me projettent de bonnes ondes, et donc que leur esprit est autour de moi.
            Ne riez pas, cela me rassure et me fais du bien.
            Bon c’est peut-être plus rationnel et encourageant que de croire à l’esprit saint !

            Cet article est très bon, bien meilleur que certaines théories de philosophes célèbres.
             Merci à l’auteur.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 11:04

            @cevennevive
             
             je ne rie pas, au contraire, je pourrais même argumenter, et sans rien renier de ce que j’ai écrit ici.
             
            C’est un sujet sur lequel il conviendrait de ne pas être distrait par d’autres préoccupations graves et d’actualité.


          • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 19 mars 11:22

            @Francis, agnotologue

            «  je ne comprends pas l’objection. »

            forcément, sinon vous n’auriez pas écrit ça !


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 12:05

            @Séraphin Lampion
             
             écrit quoi ?


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 12:40

            @Séraphin Lampion

             
             objection pour objection, je vous redirai que la conscience n’est pas l’existence, puisque de votre remarque je déduis que c’est ce que vous croyez.
             
             Relisez, j’ai écrit : La forme la plus courante d’ignorance dans la culture moderne est la croyance que la conscience est un produit de l’esprit, et l’esprit un produit de la matière


          • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 19 mars 10:35

            Trop drôle hier sur l’agora il y avait un article sur LA MORT de krokodilo "coronaFake news 6 et je faisais ce com :

            Ah c’est marrant les synchronicités, il y a 10 minutes je me baladais sur YouTube et je regardais ça : https://youtu.be/OXDPHDQ03oc

            L’ANKOU revient (comme Jésus)

            Et aujourd’hui c’est sur LA VIE avec une superbe vidéo, c’est bien simple en la regardant j’ai lévité

             smiley


            • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 19 mars 10:38

              @Bendidon

              moi je l’ai évitée !


            • @Bendidon

               L’ANKOU. Savez-vous qu’un village ou ville autour de Wuhan s’appelle HANKOU. Hankou (en sinogrammes 汉口, littéralement « bouche de la Han » ; Hankéou en notation EFEO ; Hankow en notation Wade-Giles) est une des trois villes, avec Wuchang et Hanyang, aujourd’hui réunies dans la ville de Wuhan, capitale de la province du Hubei, 


            • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 19 mars 13:27

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Donc prémonitoire ça promet !


            • Ecureuil66 19 mars 23:55

              merci à l’auteur pour cet article que j’ai lu avec plaisir....Pour moi il est clair que le hasard n’existe pas ; quand je regarde le film de ma vie tout a concouru à m’amener là où je suis aujourd’hui, ici et maintenant , les difficultés rencontrées étant des signaux destinés à me faire progresser spirituellement...il me reste quand même une interrogation : dans quelle mesure suis je vraiment libre , qui pense , qui décide c’est sûr que mon ego rue dans les brancards !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

PhiloCloud

PhiloCloud
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité