• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pierre Richard en « Franchise postale » au Pépinière Théâtre

Pierre Richard en « Franchise postale » au Pépinière Théâtre

Avec ce titre pertinent, Christophe Duthuron explicite parfaitement l’intention des questions épistolaires qu’il pose à Pierre Richard y répondant, à son tour, en coauteur.

« Franchise », cela va sans dire ; l’acteur de 76 ans souhaite une complicité tacite mais sincère avec ce public qui lui fait confiance, par le rire, depuis ses tout premiers films.

« postale », c’est la motivation des missives, retenue par l’auteur pour accoucher l’acteur de sa part de vérité face au monde abracadabrantesque qui l’entoure.

Bien entendu, Pierre Richard n’est pas exempt du comportement bizarroïde adopté, plus ou moins à leur insu, par ses congénères.

Voici donc une douzaine de lettres sélectionnées, mais recomposées avec une plume conceptuelle et synthétique, parmi les milliers reçues et conservées par l’acteur au cours de sa carrière.

Si un certain désarroi leur est commun dans la forme, leur candeur affligeante pourrait en être le fil conducteur.

C’est tout l’art du tandem Duthuron-Richard que d’esquiver le poids de leur demande irrésolvable tout en pratiquant la souplesse de la parabole dans une incongruité feinte mais partagée.

Devenu ainsi doué dans la pratique d’une dialectique guidée par la pose de contre-feux à l’égocentrisme généralisé mais le plus souvent inconscient, le comédien acquiert peu à peu cette légèreté de l’être que ses mouvements apparemment désordonnés mais amples inciteraient à s’affranchir d’une pesanteur tellement humaine.

Le voilà donc paradoxalement en empathie avec ses semblables, à commencer par ses deux fils se relayant soir après soir, pour accompagner sur scène le paternel, qui à la contrebasse (Christophe Defays), l’autre au saxophone (Olivier Defays).

En duo, ils rejouent la partition de l’étonnement poétique face à l’invraisemblable absurdité où tout un chacun peut, en toute honnêteté, y retrouver sa parcelle d’angélisme mais sans doute également de bonheur nostalgique en provenance de l’enfance enfouie.

Telle est la lettre en retour, si peu cynique, adressée en franchise postale par Pierre Richard.

photo © Theothea.com

FRANCHISE POSTALE - **.. Theothea.com - de Christophe Duthuron & Pierre Richard - mise en scène : Christophe Duthuron - avec Pierre Richard & en alternance Christophe Defays (contrebasse) et Olivier Defays (saxophone) - Pépinière Théâtre

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires