• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Plage

La plage est une zone frontière entre la terre et l’eau, entre la civilité urbaine et la vie sauvage.

Que faut-il pour faire une plage ? L’horizon sans limites de la mer, la surface égale du sable et le soleil par-dessus qui permet de se mettre nu. Le lieu est éphémère, changeant, sans cesse remis en mouvement par l’énergie des houles et l’ampleur des marées. Il est à l’image de l’homme d’aujourd’hui, juvénile, dynamique, zappeur ; c’est pour cela qu’il fascine.

torse-nu-plage.1219139204.jpg

L’eau accueille et pénètre, délicieusement fraîche, vigoureusement gifle, ondulée et salée, mettant en appétit. L’eau est faite pour caresser la peau, se couler autour du corps, résister à la nage. Le sable n’est qu’éléments temporaires apportés par la mer et emportés par elle ; il est remué, lavé et lissé chaque matin le long des océans à marées. Le sable est une eau terrestre, fluide mais chaude, qui moule en creux les corps, s’accroche aux peaux salées de vagues ou graissées d’huiles. Le sable est fait pour s’allonger, être creusé, s’enfouir. Le soleil aveugle le regard et bronze l’épiderme ; il chauffe la plage et enfièvre les corps. L’alternance de l’eau froide et du soleil brûlant raffermit et excite.

seins-nus.1219139186.jpg

Il suffit alors de quitter la ville, où la promenade du bord de mer fait frontière, pour entrer dans cet univers à part. Pas tout à fait sauvage : il faut aller sur les flots – mais plus civilisé : les comportements n’y sont plus les mêmes. Chaque famille recompose sur le sable vierge son territoire, tel Robinson. Le vêtement se réduit au pagne du sauvage, voire à rien du tout pour les petits Vendredi. La quasi-nudité rend fragile, exposé, direct. Les relations sont plus franches, plus brutes, les éléments invitent à l’assaut : les vagues à affronter, le sable à se rouler, les autres à se montrer.

effet-de-torse-ado.1219139130.jpg

gamin-poirier-plage.1219139169.jpgIl a été observé, dans la quasi-totalité des espèces étudiées, que les jeunes mammifères mâles jouent plus longtemps et plus rudement que les femelles. Le jeu permettrait d’intégrer les règles de la société et d’apprendre à lutter, à échapper, être ensemble (revue scientifique La Recherche, n° 420, juin 2008, p.79). Ce pourquoi les petits garçons des plages sont plus vifs, crient plus fort et se démènent en groupe bien plus que les petites filles. Les seules exceptions observées sont celles des filles qui intègrent les groupes de garçons, mais avant la sexualisation des rôles, vers 10 ans.

Ce qui compte à la plage est la prestance physique : elle est accessible tout de suite au regard, sans aucune des afféteries sociales dues aux vêtements. Chacun est différent, mais réduit à soi, donc sur un pied d’égalité. Il y a peu de façon de se distinguer avec un simple slip. Même s’il peut être bermuda pour les garçons ou une-pièce pour les filles (rallongement prude du retour des religions) au lieu du string pour tous un moment à la mode (après 1968). Plus grandes et mieux formées, les filles et les femmes retrouveront matière à exhiber la mode avec les bikinis à fanfreluches ou les deux-pièces sexy - mais il s’agit surtout de cacher certaines parties pour suggérer le reste, et mettre corps nu en valeur !

N’est-ce pas ce qui nous distingue, nous Européens, des autres civilisations du Livre ? Juifs orthodoxes comme musulmans intégristes se baignent de nos jours tout habillés, comme les cathos décrits par Flaubert ou Proust à Houlgate ou Deauville à la fin XIXe. Il suffit de voir la photo d’une plage de Gaza dans Le Monde du 3 août… N’était-ce pas déjà la nudité aux jeux Olympiques qui distinguait les Grecs des "barbares" jadis ?

flaubert-plage.1219139149.jpg

L’été, sur la plage, quand vous n’avez rien à faire d’autre que de laisser errer votre pensée, observez et réfléchissez. Vous y verrez les humains tels qu’ils sont, libérés des vêtements qui les cachent et les déguisent, libérés de nombre de contraintes sociales, faisant famille, jouant à l’exilé ou au sportif de saison. Cela vous passera le temps.

ado-et-vagues.1219139086.jpg

Déjà sur Fugues & fougue :

Sur la Plage Jean-Didier urbain, sociologue
Plages de Java et Bali
Plage de Kuta
à Bali
Plages bretonnes
Plages d’Odessa
, Ukraine
Plage de Chersonèse, Ukraine
Bain sur la côte de Malabar, Inde du Sud
Plages de Tahiti
Plage du lac Lanjana, Ethiopie
Les amours libérées de
L’Hôtel de la plage, le film
Anthropologie du corps
Qu’est-ce qu’un corps ?

bretagne-plage.1219139108.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 21 août 2008 12:18

    Merci pour cet article rafraichissant....
    Et une ode à la plage ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles







Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires