• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Porno moteur : les chiffres

Porno moteur : les chiffres

Selon « Good Magazine », 89% des sites X sont créés aux Etats-Unis - dont 260 par jour - et génèrent plus de 3 milliards de dollars de recettes annuelles. En outre, les statistiques de la pornographie infantile font froid dans le dos.

Les chiffres roses

Dans Porno Moteur : la ruée vers l’or rose, je décrivais l’avant-gardisme de l’industrie du X en matières audiovisuelles et multimédia (VHS, HD DVD, télé-sexualité à la demande) et le modèle technico-économique de la Pink Valley californienne. Cependant, établir des statistiques fiables de la cyberpornographie relève d’une tâche herculéenne. Les données astronomiques fournies par Good Magazine sont aussi bienvenues que stupéfiantes. Une synthèse de celles-ci pour les francophones ultra.

En 2006, l’industrie pornographique dans sa globalité, ce sont 57 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde dont 12 milliards aux Etats-Unis.


Produits

C.A en milliards $

Vidéos

20

Services physiques

11

Presse

7,5

Téléphone rose

4,5

Câble TV & Pay-per-view

2,5

Internet

4,5

CD/DVD-Rom

1,5

Littérature

1

Autres

1,5

A elle seule, l’industrie américaine du X fait deux fois mieux que le podium TV national : les chiffres d’affaires additionnés de ABC, CBS et NBC ne s’élèvent qu’à 6,2 milliards de dollars.

La cyberpornographie, secteur en constante expansion depuis les débuts du Web, doit son immense succès aux hormones mâles : 72% des visiteurs réguliers sont masculins dont 20% à partir de leur lieu de travail. Aux Etats-Unis, 40 millions d’hommes consultent très souvent des sites X, 10% d’entre eux avouent être « cyberporno-dépendants ». Messieurs, vous êtes du magma en pleine fusion...

La gent féminine constitue l’autre frange consommatrice (28%) de cyberporno. Si 9,4 millions de femmes américaines déclarent ouvertement se connecter chaque mois à plusieurs sites X dont 20% « at work », 70% d’entre elles veillent jalousement au secret de leur sulfureuse vie électronique et 17% admettent quelque addiction. Toutefois, selon la même étude, elles privilégient le chat coquin deux fois plus que les hommes et préfèrent nettement la réalité réelle : partenaires multiples, aventures parallèles, rapports occasionnels, etc. Alors, Mademoiselle/Madame, à fond la forme ?


Sites web pornographiques

4,2 millions (12% de l’ensemble des sites)

Pages web pornographiques

372 millions

Porno-requêtes quotidiennes enregistrées par les moteurs de recherche

68 millions (25% du total des requêtes)

Porno-e-mails quotidiens

2,5 milliards (8% du total des emails),

soit 4,5 porno-emails quotidiens par internaute

Porno-téléchargements mensuels

1,5 milliard (35% du total des téléchargements)

Chaque seconde sur Terre, 89 dollars sont dépensés dans le porno. Et si on jetait un oeil à votre historique bancaire détaillé ?

Les chiffres noirs

Malheureusement, l’ombre de la pornographie infantile assombrit considérablement le tableau : cette activité produit plus de 3 milliards de dollars de recettes annuelles ! En effet, plus de 100 000 sites Web pédophiles (visibles) ont été recensés. Le réseau peer-to-peer Gnutella enregistre quotidiennement près de 116 000 requêtes à caractère pédophile. Dans les chat rooms, l’angoisse règne : 89% des sollicitations envers des mineurs sont ouvertement sexuelles.

Par ailleurs, les teenagers sont massivement et précocement exposés à la cyberpornographie, c’est-à-dire vers 11 ans. Pire : les 12-17 ans sont les plus gros consommateurs de X en ligne, 90% des 8-16 ans se connectent « at home »... à l’heure des devoirs ! 26 icônes qu’affectionnent les p’tites têtes (Supermario, Pokémon, Action Man, etc) masquent parfois des hyperliens porno.

Si les filtres parentaux semblent aussi limités que leurs équivalents anti-spam, la meilleure solution consiste encore à paramétrer ceux-ci à leur niveau maximal. En Amérique du nord comme en Europe, la quasi-totalité des FAI fournit des logiciels anti-cyberporno relativement efficaces qui bloquent 80 à 90% des contenus explicitement sexuels.

Ranger ses émotions devient quasiment impossible lorsqu’il s’agit de la protection des enfants... Néanmoins, il est impératif que les parents trouvent un savant compromis entre la préservation de l’intimité et la protection de leur progéniture grâce à la prévention. A ce titre, Internetsancrainte.fr fournit plusieurs recommandations aussi simples qu’efficaces.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • iomej 4 juin 2007 10:55

    Ces chiffres sont ahurissants. Le problème est qu’on ne peut pas toucher à la « liberté » de d’expression de ces faiseurs de fric... On parlerait tout de suite de censure à la création et autres fadaises. A noter que les auteurs de ces sites sont très largement responsables du développement des spyware, malware et autres m..... sur nos ordinateurs. Ce sont eux qui pour une bonne part en ont financé le développement.


    • Leveque 4 juin 2007 11:38

      Ces chiffres montrent que le porno est en train de devenir une industrie majeure dans le monde.

      Une des raison à cela est le sexe est devenu le défouloir principal des tensions des sociétés modernes.

      L’alcool et les drogues sont taboues, la cigarette est mal vue, reste le sexe chez soi discretement.

      Frustration conjuguales, professionnelles, tout ce procure de la tension peut etre défoulé par le sexe....

      Pour cela rien de plus facile, il suffit d’aller vingt minutes sur internet.....

      Si on rajoute à cela la communication particulierment efficace de ses sites webs.. le porno à de beaux jours devant lui.......... ;


      • Dragoncat Dragoncat 4 juin 2007 11:50

        @ l’auteur

        Bonjour Charles. Décidément vous vous spécialisez sur une thématique ! Pourquoi pas ? L’article est d’autant plus intéressant que les chiffres dans le domaine sont rares.

        Un bémol toutefois : l’association entre pornographes et pédophiles. Je parle ici de la production. En occident, c’est à dire là ou le porno a pignon sur rue, et est produit par des sociétés licites et officielles, il n’y a pas de rapport entre les deux « genre ». Vous avez d’un côté des pros qui font de la production « adultes » - de la lingerie la plus soft au porno le plus agressif - et de l’autre des individus (pas des sociétés) qui oeuvrent dans un domaine innomable en marge de la loi.

        Contrairement aux récentes loi « Busch » qui tentent de faire croire le contraire, il n’y a pas de porosité, aux US et en Europe, entre X et pédophilie. C’est justement parce que le X rapporte des sommes colossales qu’aucun producteur n’aurait intérêt à se risquer dans la pédophilie pour gagner quelques dollars de plus et risquer 20 ans de prison.

        Qu’on aime ce secteur ou qu’on le méprise, le X reste un business. A contrario, même si certaines personnes répugnantes tentent d’en faire une activité commerciale, la pédophilie reste du domaine des pires perversions et des actes criminels. Ne mélangeons pas tout.

        Seuls quelques périodiques situés loin du journalisme (ex : « Marie-Claire ») se sont déjà risqués à mélanger les genres ; associant dans le même article : érotisme, porno, pédophilie, prostitution, traite des blanches... Ca fait peur à la ménagère qui parcoure ces pages et ça fait vendre, mais on est loin de la réalité qui est un chouia plus complexe.


        • alala 4 juin 2007 12:39

          @ Dragoncat,

          Tout est dit, pas d’amalgame, l’industrie du sexe ne doit pas devenir la nouvelle cible des moralisateurs.

          Celle ci a en revanche une influence evidente sur les pratiques sexuelles en banalisant certaines d’entres elles non concevables il y a encore pas si longtemps ex la sodomie (la racaille pouvant prendre diverses formes, gare aux mauvaises rencontres smiley).


        • Dragoncat Dragoncat 4 juin 2007 14:03

          @ alala

          Certes smiley

          Mais on pourrait débattre de savoir si :

          - c’est le porno qui influence la sexualité du quotidien
          - ou si le porno n’est que le reflet de la libéralisation des moeurs ?

          C’est la question de l’oeuf et de la poule, mais le débat n’est pas sans intérêt...

          Cordialement

          Dragoncat


        • alala 4 juin 2007 17:45

          Excellente remarque smiley, j’aurais du nuancer mon propos !


        • LE CHAT LE CHAT 4 juin 2007 12:03

          Mais que fait batman à gotham city contre ce fléau ?


          • prgrokrouk 4 juin 2007 12:23

            Très bon article. Abordable, pas trop long ni prétentieux, utile, avec des chiffres bien présentés.

            Il y a un défaut de sanction des délits et petits délits informatisés qui dévaluent internet et l’utilisation ordinaire.

            Certains, trouvent sur AgoraVox malin d’envoyer des pourriels anonymes dans des adresses email de gens qui dialoguent ici, ce qui m’est arrivé à plusieurs reprises. Je suis choqué (non pas des contenus adultes que je connais) mais de pareilles pratiques et procédés « naturels » à quelques un(e)s. Dans la même veine, d’autres « démasquent » des gens qui se présentent sans dissimulation, et pire, parce qu’ils adoptent une réserve ! (comme moi avec l’avatar que j’ai choisi) et ne rejoignent pas des opinions préformatées. Il est bon d’émettre des réserve et des notations fondées. Non pas d’en répandre et d’en abuser sans but de débat ou de dialogue. Il y a surtout peu de sympathies réelles, voire une incapacité profonde et répandue d’en éprouver, d’en partager, et d’en communiquer qui ne seraient pas déviées commme si le prestige avait été plus souvent acquis sur le compte d’autrui que par un mérite réel. Quel relationnel positif est accessible quand tout paraît, à de plus en plus d’internaute, fondé par une exploitation négative d’autrui ?


            • Sigefroid 4 juin 2007 14:21

              Dans la foulée, à voir dans le Monde d’aujourd’hui, l’article qui évoque la concurrence gratuite au porno payant : les vidéos réalisées par les amateurs et mises en ligne gratos et qui risquent de casser les prix du porno pro qui se met aussi à contester, arguant la grande qualité des productions pro !! On croit rêver ! Bref, c’est le consommateur qui y gagnera p-ê in fine ... Quant à savoir pourquoi le porno prolifère ... gros boulot pour dénouer ses fils aussi vieux que les fresques antiques ! L’accès via le secret de la vie privée (pour ce qu’il en reste) est sans doute une explication.


              • Hub. Hub 4 juin 2007 14:25

                Ce qui est plutôt extravagant c’est de constater que le pays le plus prolifique industriellement en produits pornos est le même qui exigera un comportement sexuel exemplaire pour ses dirigeants, virés à la moindre coucherie extraconjugale, je veux bien sûr parler des Etats-Unis.

                Il y a une hypocrisie flagrante entre le discours officiel moralisateur, et la réalité financière de cette industrie du sexe. Mais lorsqu’il y a de l’argent à gagner, aux Etats-Unis on est pas à une contradiction près.

                Une des concéquence de cette industrie débridée est que l’on assiste à une recrudescence du « sexless », à l’abstinence militante de beaucoup de jeunes qui croient lutter contre cet état de fait en mélangeant tout, se privant ainsi d’une des meilleures épices de la vie. La pornographie ne ferait donc pas que des victimes par addiction mais aussi par rejet excessif de tout ce qui touche à la sexualité.


                • L'enfoiré L’enfoiré 4 juin 2007 19:37

                  @Hub,

                  La raison de cette ambiguïté américaine est à rechercher, à mon avis, dans le fait qu’il y a 2 Amériques qui ne se coudoient pas vraiment. Il y a l’Amérique des côtes qui voie très souvent plus progressiste (Californie et New York en tête) et celle de l’intérieur qui est républicaine et puritaine.

                  Il suffit de voir les résultats des votes présidentiels pour s’en convaincre.

                  Un Américain pure souche pourrait confirmer ici.


                • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 18:29

                  @ Dragoncat ! Comment va Pink Dragon ? smiley

                  Je suis d’accord avec toi : il est impératif de faire un gros distinguo entre des activités X et cyber-porno totalement légales (y compris aux yeux du très néo-conservateur Département US de la Justice et de la Cour Suprême), et celles de l’imagerie pédophile aussi clandestine qu’outrageusement illégale.

                  Raison pour laquelle j’ai divisé mon article en deux parties bien distinctes. Toutefois, j’ai étroitement lié les dangers de la pornographie infantile à ceux de l’exposition massive des mineurs à la cyberpornographie...

                  Car, j’ai oublié de le mentionner dans mon article : l’étude de Good News révèle également 29% des 7-17 ans sont susceptibles de fournir spontanément leur adresse postale...J’en frémis rien qu’en l’écrivant.

                  Sans tomber dans un délire inquisiteur genre Ordre Moral répressif tous azimuts, je conseille encore vivement aux parents de s’autoformer à la PREVENTION, jusqu’à en faire un automatisme voire un sixième sens.

                  Pour ce faire : http://www.internetsanscrainte.fr

                  Amicalement


                  • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 18:31

                    @ Demian ! Comment va Blue Boy ?  smiley


                  • Dragoncat Dragoncat 4 juin 2007 21:12

                    Hi Charles

                    Ca va pas mal ma foi et toi ?

                    Sur les précautions à prendre avec les enfants, tu ne peux pas avoir plus raison. Ils sont les victimes toutes désignées d’un certain nombre de fracassés du bulbe. Et même à distance, les dégats psychologiques peuvent être importants.

                    Donc, je te rejoins à deux pieds : prudence !!!

                    Très cordialement, Ô spécialiste du porn’ interplanétaire,

                    Dragoncat


                  • Paradisial Paradisial 4 juin 2007 22:01

                    Le sujet qui devient sujette c’est : Adama, Terre en hébreu. smiley


                  • Christoff_M Christoff_M 4 juin 2007 20:32

                    Des qu’on parle d’un sujet, il y a des intervenants qui disent : attention « il ne faut pas moraliser » ; est ce que vous vous rendez compte que vous ètes victimes d’une propagande de la société de consommation, de la mondialisation, qui prône il faut tout laisser faire même le pire, sous prétexte de gagner de l’argent !!

                    Quand au chiffres, la commercialisation des produits tels que toys, dvd, sites spécialisés, gagne des milliards sur internet, mais les clients ne sont pas tres parlants comment avoir des chiffres ?? On nous parle de libérté de moeurs, or je trouve que notre société n’a jamais été aussi coincée... si les gens avait une sexualité épanouie quels besoin auraient ils de consommations parallèles...

                    Ce business faisait déja des milliards sur minitel et fait beaucoup plus sur internet, ce qui fait que beaucoup de vedettes du X ont créés leur blog, leur site quand il ou elle, ne deviennent pas réalisateurs ou animateurs d’émission : Ovidie, Clara Morgane, Brigitte Lahaie, Christopher CLARK, et une fille dont je ne me rappelle plus le nom dans le sud qui a créé des boites de nuit et des sites internet ; sans parler de l’Allemagne ou une actrice est devenue PDG du plus grand supermarket du sexe sur internet avec un CA en centaine de millions d’euros...


                    • Christoff_M Christoff_M 4 juin 2007 20:44

                      Pour en venir à la deuxième partie, je suis aussi inquiet que l’auteur quand j’ai vu chez un ami, sa fille de 13 ans qui monte tous les soirs apres diner, dans sa chambre, pour faire du live messenger qui est en contact avec seize personnes qui se cachent derrière des pseudos mais qui sont réellement ces pseudos super sympa avec des avatars... on ne va pas faire une psychose mais ça fait un peu peur quand on y réfléchit... Surtout en notant qu’il y a une espèce de fascination pour cette génération et un manque de recul parce qu’il sont nés avec des écrans autour d’eux...


                    • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 21:32

                      @ Dragoncat

                      Doucement, Dragoncat... smiley Je ne suis pas un porno-spécialiste, et je le dis sans puritanisme ou honte dissimulé. smiley Sinon, j’écrirais pas ceci. Mes articles sur Agoravox portent sur des sujets très divers comme tu peux le constater : musique,vidéo,géolocalisation,robotique, technosurveillance,etc. Je m’intéresse simplement à tout ce qui touche de près ou de loin les TIC,sans tabou aucun.

                      A+ Pink Dragon !


                      • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 21:36

                        @ Dragoncat

                        A part ça, tu réussis à me taquiner... smileyArrête de crachoter, Dragoncat, ça me crame...Hé Hé ! smiley


                      • Forest Ent Forest Ent 4 juin 2007 22:12

                        Je n’ai pas trouvé les CA 2006 sur le site

                        http://www.goodmagazine.com/

                         smiley


                        • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 22:44

                          @ Forest !

                          Comment va ? M’enfin Forest, t’es nul ! smiley smiley La vidéo est disponible ici :

                          http://www.goodmagazine.com/blog/new_video_internet_porn

                          Cordialement


                          • Forest Ent Forest Ent 4 juin 2007 23:05

                            J’avais bien vu cette vidéo, mais il n’y a pas les CA écrits. C’est dans la bande-son ? Arf, mes hp sont nazes. smiley

                            Si c’est le cas, est-ce qu’ils disent d’où ils sortent ces chiffres ?


                          • Charles Bwele Charles Bwele 4 juin 2007 23:43

                            Good News a consulté maints startups et entreprises californiennes plus ou moins liées au X, le département des statistiques de l’université de Berkeley (Californie), a savamment traité des données issues de plusieurs moteurs de recherche - Google,Yahoo !,Microsoft,Alexa,Heatseek (spécialisé X),de moteurs/portails plus spécifiques comme Pornotube,Eroshare et Screwtube, ainsi que des plate-formes P2P (Gnutella,Kazaa,,Bittorent,eMule,etc)...Et last but not least le DoJ, le fameux Département US de la Justice...

                            Z’ont certainement pas du s’entretenir avec quelque « Jack Mc Coy » pour avoir ces statistiques... smiley


                            • finael finael 5 juin 2007 09:21

                              Bonjour,

                              Il ne s’agit pas de « réagir » à l’article, mais bel et bien d’en confirmer les chiffres.

                              Je ne les ai pas sous la main (ils sont parus dans des revues spécialisées les usages d’Internet (« .Net » et autres), et il y a déjà des années qu’on le constate

                              En gros - et le plus étonnant c’est que cela n’a pas bougé depuis 10 ans - 70% de l’utilisation d’Internet est l’e-mail (bon, ce n’est pas bien grave).

                              Mais la majorité des connexions à des sites est dirigée vers des sites porno, et là encore les chiffres sont à peu près les mêmes que ceux d’il y a 10 ans. Le phénomène a été le même en France avec le minitel, dans le temps.

                              Les données fournies par les moteurs de recherche ne sont que partielles, l’industrie du X ayant été pionnière dans le parasitage, voire le détournement des liens : Qui n’est pas tombé sur un site porno en cherchant tout autre chose ?

                              De plus, la majorité des « chats » sont bel et bien des lieux de « rencontres ». Et leur fréquentation est surtout le fait d’adolescents voire d’enfants.

                              Ce sont les FAI qui détiennent les données les plus fiables, ainsi que les analyseurs de traffic genre XITI.

                              Pour l’aspect psychologique, voire sociétal de ce phénomène, il est étonnant que personne n’ait fait le lien avec l’envahissement de la publicité dans nos sociétés et l’envahissement de ces publicités par des suggestions très axées sur le sexe.

                              Nos contemporains seraient-ils frustrés à ce point ?


                            • piquecul 5 juin 2007 08:15

                              Il y a déjà fort longtemps que le sexe et l’argent vont de pair. Il n’y a pas là de quoi surprendre. Ce que je trouve révoltant c’est qu’aucune autorité, responsable politique ou pas, ne veuille se charger de canaliser ce problème de société.De là a penser que l’argent n’a pas d’odeur pour beaucoup d’entre eux ? A n’en pas douter, c’est un problème très difficile à contrer mais les « décideurs » de tous poils, puisqu’ils sont « décideurs », n’ont qu’a se creuser les méninges pour au moins limiter la casse. Quand à ce qui est des mineurs adeptes de ce genre de site, la curiosité d’une part, le phénomène de bouche à oreille d’autre part allié à la coupable négligeance n’arrange rien. On assiste malheureusement a un laisser faire plutôt complaisant de notre part (je m’inclue dans ces coupables) de part la complexité du phénomène. Pourquoi s’étonner des dérives que l’on connait telles que viols, tournantes etc si nous même ne sommes pas capable de réagir. Par ailleurs, je ne suis pas convaincu que l’interdiction totale soit un moyen valable et je ne la prône pas. Il est impératif de trouver une solution viable. L’avenir de nos jeunes en dépend aussi.


                              • Boileau419 Boileau419 5 juin 2007 10:34

                                Chavez a fait un pas dans la bonne direction en sortant RCTV.


                                • Charles Bwele Charles Bwele 5 juin 2007 10:42

                                  L’immense succès du X tient probablement à une combinaison de facteurs.

                                  D’abord, qu’on soit choqué ou non, le X semble déclencher de sacrées pulsions de plaisir. Ce que nous savons tous, mais omettons trop souvent de mentionner, y compris dans cette page. Ensuite, y a une offre porno/cyberporno de plus en plus pléthorique qui suscite puis comble la demande, et fait jaillir d’autres fantasmes...Et la boucle est bouclée...

                                  Dans des sociétés vieillissantes et très exigeantes tous azimuts - faut pas être petit,maigre, gros, moche, fumeur, buveur, chômeur, gagne-petit, etc - ou de surcroît le célibatet le divorce croient constamment, avec les difficultés inhérentes de communiquer et de séduire, il est clair que tout cela génère d’immenses solitudes et donc d’immenses frustrations tant affectives que sexuelles...sur lesquelles le X surfe admirablement.

                                  Quant à l’exposition de plus en plus massive et précoce des plus jeunes à la pornographie,elle tient aussi à maints facteurs : des parents absents et/ou souvent suroccupés, très souvent séparés, et des enfants abandonnés mains de leurs éducateurs de substitution : la publicité, la TV, les jeux vidéos, le Net, l’instinct grégaire, etc...Chacun des éléments pris séparément n’est guère la cause du problème (contrairement à ce qu’on entend trop souvent !)...Mais agrégés dans un vide relationnel croissant et un cadre familial éclaté, ils composent le problème : celui d’un individu et d’une jeunesse seuls face la cyberponographie.

                                  Quelle époque épique !


                                  • Internaute Internaute 9 juin 2007 16:49

                                    Trois articles simultanés sur AgoraVox au sujet de l’industrie du porno. Est-ce que les auteurs se mettent d’accord pour mettre en avant tel ou tel sujet ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires