• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pourquoi Onfray vous fait-il peur ?

Pourquoi Onfray vous fait-il peur ?

Réflexion d’Italie sur une Inquisition psychanalytique

Étrange « débat » que ce « sacrifice collectif » de Michel Onfray sur le temple freudien hexagonal. Vu d’une Italie sous domination vaticane, le débat a frôlé de peu le tribunal de l’inquisition. N’est-il pas surprenant que la patrie de la liberté et de la raison n’ait vu s’élever aucune aucune voix dissidente, à part celle du psychiatre Hervé Hubert (sur les pages de ce journal), en défense d’Onfray et de ses thèses ? Le Crépuscule d’une idole n’a pourtant rien d’un pamphlet sensationnel, comme le voudraient faire croire ceux qui préfèrent l’agression à la lecture, mais est un livre storico-critique, entièrement basé sur une documentation historiographique précise ; celle des Freud scholars qui, d’Ellenberg à Borch-Jacobsen (qui a revu en personne le manuscrit du Crépuscule), ont amplement documenté la falsification des célèbres cas cliniques par Freud et ses graves et trop nombreux mensonges (entre autres, sur la guérison d’Anna O.). Pour ne pas mentionner ses liens avec Mussolini et les nazis. Rien que le Livre noir de la psychanalyse, faussement accusé de promouvoir les théories cognitivo-comportementales, n’ait déjà documenté, et qui, rappelons-le, avait subi similaire attaque de la part de Roudinesco et des Lacaniens. Le "camp du divan" fait largement usage de l’insulte ; s’offre d’« allonger le philosophe », interprète sauvagement sa présumée haine œdipienne et profère des accusations parfois délirantes, comme celle d’accuser d’extrême-droite un homme dont la biographie témoigne de tout le contraire... De l’autre côté, le ton mesuré et non violent de celui qui sait avoir raison.

Chère élite, pourquoi Onfray vous fait-il si peur ? Que se cache donc derrière cette violente « contre-attaque » ? Possible que dans la patrie des lumières, soulever une question - et de plus sur la base de faits historiques - ne déclenche aucun réel débat d’idées ? L’insulte cache-t-elle l’absence de contre-preuves, le temple freudo-lacanien risquerait-il de s’écrouler sous le poids des preuves ?

Le psychiatre Hervé Hubert sur Libération avait tenté d’« élever le débat », en reconnaissant ce que la critique à Freud pouvait apporter à la psychanalyse. Entre autre, de dépasser les concepts d’identification au moi de l’analyste, la dévotion anachronique envers le père mort et idéal, et la vision d’un être humain « pervers », condamné à l’origine avec toutes les conséquences historiques bien connues de ce terrible postulat. En outre, la salutaire critique à Freud permettrait de dépasser la fonction d’idole rigide, d’un savoir absolu, quasi religieux…. et de passer enfin, comme le propose Michel Onfray à une « psychiatrie post-freudienne ».

Il est néanmoins utile de noter que celle dernière existe déjà depuis quarante ans dans la péninsule italienne. Le premier à avoir “déboulonné” Freud est en effet le psychiatre italien Massimo Fagioli qui, dès les années ‘70, avait prononcé et démontré la fameuse phrase “Freud est un imbécile !”. Celle-ci n’était pas une boutade mais le résultat d’une théorie psychiatrique originale, aux antipodes de la vision freudienne d’un nouveau-né “pervers polymorphe” : pour le psychiatre italien l’homme naît sain. S’il devait développer une maladie mentale, c’est à cause de rapports familiaux et interhumains violents et destructifs. Pour la même raison, il peut en guérir grâce au rapport avec un thérapeute affectif et non le psy « absent » du divan). En outre, contrairement au rêve entendu par Freud comme “hallucination”, selon Fagioli, le rêve est une “pensée par images”, un langage universel ; l’inconscient étant connaissable (et non Unbewusste). Connue en Italie comme la Teoria della nascita (Théorie de la naissance), publiée entre 1970 et 1974 en trois ouvrages fondamentaux, dont le texte théorique fondateur“Istinto di morte e conoscenza” (Instinct de mort et connaissance), vient à peine d’être réédité par les éditions de L’Asino d’oro (Rome, 2010). Reste intéressant de noter que ni Onfray ni ses détracteurs les plus virulents, ne font aucune référence à cette théorie à avant-garde de l’antifreudisme. Pour parvenir à démonter la pensée freudienne à la racine et dépasser « la religion freudienne », la France devrait découvrir la Théorie de la naissance de Massimo Fagioli.

Flore Murard-Yovanovitch, journaliste et Paolo Izzo, écrivain


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • frdm frdm 1er juin 2010 13:27

    À propos de l’affaire Onfreud :
    http://www.facebook.com/notes/psychanalogie/en-realite-michel-onfray-veut-sauver-la-psychanalyse-contre-freud-et-les-psychan/391038327884
    = http://goo.gl/srst
    Où l’on découvre dans les propos de M. Onfray dans la presse et à la télévision qu’il cherche à substituer à la psychanalyse dite « freudienne » une « psychothérapie pour aujourd’hui », « psychanalyse post-freudienne », consistant en… la « méditation philosophique », substituée par supersessionisme. Et que pour cela, il cherche à ridiculiser la règle fondamentale, la « loi » de la psychanalyse, qui consiste du côté du patient à dire tout ce qui vient à l’esprit (« association libre »). Et que dans ces conditions, le livre de M. Onfray cherchant à ridiculiser Freud n’est qu’un moyen de parvenir à ses fins qu’il révèle par ailleurs : « je souhaite dire que j’aimerais que ce livre soit aussi et surtout l’occasion de penser une psychothérapie pour aujourd’hui », in article de M. Onfray publié sur le site du Monde le 7 mai 2010. Où l’on découvre que tout ceci est motivé par la phobie de la notion “freudienne” selon laquelle la « normalité » n’existe pas, et qu’il n’y a qu’une différence de degré, et non de nature, entre les « normaux » et « ceux qui ne le sont pas », et que M. Onfray estime cela scandaleux et tient à une frontière nette entre les deux, afin de pouvoir se placer… devinez dans quelle catégorie : voilà toute l’affaire. Voilà ce qu’y trouvent ceux qui soutiennent M. Onfray dans son ambition.
    Sommaire
    — des extraits de l’article de M. Onfray paru sur le site du Monde le 7 mai 2010 (mais non paru dans l’édition papier)
    — un premier commentaire de l’article de M. Onfray paru sur le site du Monde le 7 mai 2010
    — des extraits du Dossier publié par Le Monde, sur site le 7 mai 2010 et dans l’édition papier le 8 mai 2010 : deux articles parmi ceux du dossier
    — les liens vers les enregistrements vidéo de la prestation de M. Onfray lors de l’émission télévisée de Laurent Ruquier le samedi 8 mai 2010
    — la transcription et le bref commentaire des passages estimés essentiels de la prestation télévisée précitée de M. Onfray le 8 mai 2010
    — le lien vers le blog de M. Onfray qu’il consacre à son livre et les suites de celui-ci notamment dans les médias : essentiel pour mieux apprécier la “mentalité” de M. Onfray
    — addition sur la notion de science et si la psychanalyse est une science
    — le lien vers le blog d’Emmanuel Fleury qu’il consacre à l’affaire Onfray et notamment liste la plus complète des liens vers les articles relatifs à cette affaire.
    Voir http://www.facebook.com/notes/psychanalogie/en-realite-michel-onfray-veut-sauver-la-psychanalyse-contre-freud-et-les-psychan/391038327884
    = http://goo.gl/srst
    ---
    http://psychanalogie.fr


    • coursurpatus 1er juin 2010 14:33

      Onfray fait peur parce qu’il remet en cause des dogmes avec des arguments souvent difficilement réfutables. Comme il a oublié d’être idiot et qu’il sait à la fois bien écrire et bien parler, il n’est pas simple de le contrer autrement que par des invectives (Onfray d’extrême droite !) ou en dénigrant son travail.


      • Philou017 Philou017 6 juin 2010 08:25

        Onfray fait peur parce qu’il remet en cause des dogmes avec des arguments souvent difficilement réfutables.
        Ha, ha. Onfray a interprété et déformé pas mal de choses sur Freud, avec souvent peu d’arguments. Ce qui fait peur, c’est sa légèreté.

        Comme il a oublié d’être idiot et qu’il sait à la fois bien écrire et bien parler,
        C’est un beau parleur, qui a un accés facile aux médias. Ce qui tendrait à prouver qu’il n’a pas grand chose à dire d’intéressant. En tous ca sur la psy, ca vole au ras des pâquerettes.

         il n’est pas simple de le contrer autrement que par des invectives (Onfray d’extrême droite !) ou en dénigrant son travail.
        Les arguments d’Onfray ont été contrés , notamment par Roudinesco, parce qu’ils sont faibles. De plus l’attaque personnelle systématique de Freud pour s’attaquer à la psychanalyse est un procédé peu ragoutant.
        Onfray est un contestataire de faible envergure, avec à mon avis peu d’honnêteté intellectuelle. Son analyse de Freud, toujours caricaturale à l’extrême pour appuyer son propos le montre.
        En attendant, il vend sa soupe....


      • ZenZoe ZenZoe 1er juin 2010 15:27

        Onfray se pique d’être un philosophe.
        Un philosophe construit sa propre philosophie, et la fait partager aux autres éventuellement.
        Onfray démolit les philosophies des autres, et fait partager sa haine éventuellement.
        Onfray est un intellectuel érudit, mais il ne laissera pas de trace.


        • coral 1er juin 2010 18:12

          La construction de sa contre-histoire de la philosophie met en exergue des philosophes souvent méconnus. Cependant quelques célébrités en font partie : Epicure, Montaigne ou Shopenhauer par exemple... Onfray ne démolit pas systématiquement comme vous l’affirmez faussement. Il part du principe que toute notre philosophie traditionnelle anti-matérialiste prend sa source chez Platon, suit la voie du christianisme et se poursuit avec l’idéalisme allemand. Il oppose à cela d’autres philosophies qui ont été oubliées injustement, selon lui, et qui soutiennent sa vision hédoniste. Sa thèse est parfaitement cohérente et a beaucoup d’intérêt, ne vous en déplaise, même si l’on n’y adhère pas.

          Mais arrêtons là les injures stupides et les affirmations vindicatives qui n’ont aucun intérêt.

        • ZenZoe ZenZoe 2 juin 2010 10:56

          Coral :
          "Mais arrêtons là les injures stupides et les affirmations vindicatives...« 
          Mais qui injurie qui là ?

          ...qui n’ont aucun intérêt. »
          Je ne vous force pas à me répondre.

          "Onfray ne démolit pas systématiquement comme vous l’affirmez faussement. « 
          Si. Dans son ouvrage sur Freud, il le fait. Il s’attache à montrer que l’oeuvre de Freud et sa vie étaient en décalage. Ce manque de cohérence, à son avis, lui enlève beaucoup de crédibilité. J’appelle cela une déconstruction.

           »Sa thèse est parfaitement cohérente et a beaucoup d’intérêt, ne vous en déplaise, même si l’on n’y adhère pas."
          Mais je n’ai jamais dit que sa thèse n’était pas cohérente ! Je pense que sa critique est fort bien construite et argumentée et j’y adhère figurez-vous.

          CEPENDANT :
          Je l’ai entendu débattre de son livre dans de nombreuses émissions. Si son intelligence et son érudition sont vives, son attitude m’a semblée inutilement méprisante envers Freud. Si je suis d’accord avec ce qu’il dit sur la psychanalyse, j’aurais aimé qu’il propose autre chose à la place. La critique est aisée, mais l’art est difficile.
          Mon propos est de dire qu’Onfray se contente de débattre les philosophies des autres et d’analyser leurs portées(ce qu’il fait très bien encore une fois). Or un véritable philosophe passe à l’étape suivante et construit lui-même SON PROPRE COURANT DE PENSEE en s’appuyant sur les thèses de ses prédecesseurs. Je ne vois encore cela chez Onfray, et c’est la raison pour laquelle je ne le vois pas laisser de trace durable.
          Voilà.
          Nul besoin d’être agressif (agressive ?) envers ceux qui ne pensent pas comme vous. D’ailleurs, j’ai lu que vous condamniez cette attitude dans un autre message.

          Bien cordialement.


        • coral 2 juin 2010 17:30

          Excusez-moi si je vous ai semblé un peu agressif, car en effet je me suis un peu emporté bêtement moi aussi. Mais avouez que le « Onfray se pique d’être un philosophe » me paraît un peu injurieux pour Onfray (je me mets à sa place). Quant au « Il ne laissera pas de trace » m’a semblé aussi vainement vindicatif quand on connaît la philosophie d’Onfray. Ne croyez-vous pas ?


        • simplesanstete 1er juin 2010 17:54

          mais il ne laissera pas de trace Zoe !!
          C’est vrai, mais il y a des gens très obsédés à laisser des grosses traces, n’est il pas ? Lui Onfray est resté modeste et simple, ce qui effraie bcp de gens qui veulent et veule de l’abstrait qui fait fureur, bonsoir l’artiste.


          • sisyphe sisyphe 1er juin 2010 18:48

            Cher auteur, 


            Onfray ne « fait peur » à personne. 

            Les critiques portées sur son livre n’ont rien à voir avec un quelconque excorcisme, ou un procès en sorcellerie ; faudrait voir à ne pas tout confondre. 

            Et, par ailleurs, quand vous écrive ceci : (je cite) : 

            Le premier à avoir “déboulonné” Freud est en effet le psychiatre italien Massimo Fagioli qui, dès les années ‘70, avait prononcé et démontré la fameuse phrase “Freud est un imbécile !”. Celle-ci n’était pas une boutade mais le résultat d’une théorie psychiatrique originale, aux antipodes de la vision freudienne d’un nouveau-né “pervers polymorphe” : pour le psychiatre italien l’homme naît sain. S’il devait développer une maladie mentale, c’est à cause de rapports familiaux et interhumains violents et destructifs. Pour la même raison, il peut en guérir grâce au rapport avec un thérapeute affectif

            ça démontre, de votre part, et de celle, probablement du psychiatre que vous évoquez, une grande méconnaissance de l’oeuvre freudienne. 

            Car si Freud décrit, effectivement, l’enfant comme un « pervers polymorphe » (c’est à dire attiré par toutes les sources de plaisir, indifféremment), il n’a jamais prétendu autre chose que cela vient des rapports familiaux, et n’a jamais décrit l’enfant comme « pervers » à la naissance. 

            Et qu’il puisse en guérir grâce à un rapport avec un thérapeute est, exactement, ce qu’en dit Freud, et les freudiens à sa suite. 
            Il faut être sacrément peu au courant des choses de la thérapie pour imaginer que Freud aurait pu prescrire à un enfant de « s’allonger sur un divan » ; comme quoi, à l’instar de votre psychiatre, je dirais, s’il a prétendu celà, que « c’est un imbécile ». 

            Finalement, votre article présente le même défaut que le livre d’ONfray ; un survol rapide de l’oeuvre de Freud, un attachement aux anecdotes, et une méconnaissance profonde de la théorie et de la pratique freudienne. 

            Ce n’est pas comme ça que vous pourrez rendre service ni à Onfray, ni à son livre. 

            Dommage. 


            • coral 1er juin 2010 19:09

              J’observe depuis le début de cette polémique à peu près le même type de réaction des « Freudiens » contre les « Onfrayistes » : Vous n’avez pas lu, pas bien lu, pas compris, par réfléchi... et même : pas fait de psychanalyse (!) donc vos propos ne valent rien ou pas grand chose. Quel verrouillage ! Le dogme est sacrément bien gardé.

              Au fond, les sectes fonctionnent un peu de la même façon : on y connait la vérité et toute critique venant de l’extérieur est risible ou méprisable. Et pourtant les sectaires de tout bord devraient faire parfois un petit effort pour sortir de leur exégèse pour tenter de sentir simplement le vent et l’odeur apportée par le vent. Peut-être alors que les détails, certes importants observés à l’intérieur, sembleraient bien futiles vus de plus loin....

            • sisyphe sisyphe 6 juin 2010 00:45

              Aucun sectarisme, mon bon. 

              Je ne fais que demander des éléments d’argumentation THEORIQUE, par rapport aux postulats freudiens ; pas de potins de commères sur sa vie privée... 

              Et, conséquemment, si erreurs théoriques il y a, les discomportements qu’ont engendré les pratiques issues de ces postulats. 

              Il me semble que c’est la seule façon de critiquer Freud sèrieusement. 

              Mais, face à cette demande, c’est la nouvelle inquisition ; ceux qui défendent Freud font partie d’une secte - :) 

              C’est marrant, c’est le même reproche qui était adressé, par les gerontes de la médecine traditionnelle, de la bourgeoisie, du clergé, à l’égard de Freud, il ya une centaine d’années..

              Sans parler d’Hitler, qui y voyait une « science juive ».... 

              Curieux renversement de la pensée... 


            • sisyphe sisyphe 6 juin 2010 00:45

              une « science juive dégénérée » ; pardon...


            • coral 21 juin 2010 16:41

              Si, il y a réactions sectaires ma belle. J’ai utilisé Freud jusqu’à hier, c’est à dire pendant près de 40 ans après qu’on me l’ait enseigné. Je suis sorti de la secte désormais et j’observe.



            • Canine Canine 1er juin 2010 21:24

              Onfray ne fait peur à personne, il énerve juste un peu les fans de Freud.


              • crazycaze 1er juin 2010 23:01

                Ce qui m’étonne dans tout ça, c’est qu’on a l’impression que la psychanalyse a attendu Onfray, voire même le livre noir de la psychanayse, pour être mise à défaut... Si vous connaissiez un tant soit peu le champ de la psychologie, et de la psychologie du développement, vous sauriez que Freud a été contesté et ses théroies mises à mal par de nombreux psychologues dès le début, et de plus en plus au cours du temps (ne serait-ce que par Erikson, pour lequel j’ai un faible, même si je me situe dans une approche beaucoup plus contemporaine de la psychologie, l’approche écologique - Gibson, 1966 ; 1977 & Bronfenbrenner, 1977, 1995).

                La France est un des derniers bastions de l’approche psychanalytique avec l’Argentine et le Portugal, partout ailleurs elle est en perte de vitesse, et en particulier au USA où elle fut pourtant portée au pinacle.

                Tout n’est pas à jeter dans les théories psycho-affectives du développement selon Freud, et sa réflexion fut un apport non négligeable aux avancées théoriques en psychologie... au début du XXeme siècle. Depuis, il en est passé, de l’eau, sous les ponts.

                Pour mémoire, Freud lui-même se montrait beaucoup moins psycho-rigide que ses disciples , et écrivait : « La biologie est vraiment un domaine aux possibilités illimitées : nous devons nous attendre à recevoir d’elle les lumières les plus surprenantes et nous ne pouvons pas deviner quelles réponses elle donnerait dans quelques décennies aux questions que nous lui posons. Il s’agira peut-être de réponses telles qu’elles feront écrouler tout l’édifice artificiel de nos hypothèses » In « Au delà du Principe du Plaisir », 1920.

                La psychologie du développement contemporaine reconnaît en Freud un précurseur ayant contribué à l’avancée du domaine, mais fort heureusement, comme dans n’importe quelle discipline qui n’est pas bâtie comme une croyance, elle a évolué. Freud fait partie de l’histoire, comme Galilée pour les astro-physiciens. Rester arquebouté sur ses écrits est une aberration : si Freud s’était comporté comme ses disciples, il n’aurait jamais permis une quelconque avancée dans le champ de la psychologie.


                • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 2 juin 2010 01:30

                  Onfray n"effraie personne ; simplement il a de belles intuitions, mais une documentation qui n’est pas à la hauteur, d’où des énormités, déjà dans son Traité de l’athéologie où il était incapable de relever les noms des premiers athées déjà enregistrés par ... Cicéron.

                  http://laconnaissanceouverteetsesdetracteurs.blogspot.com


                  • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 2 juin 2010 11:04

                    Comme tous ceux qui revisitent les dogmes, il dérange les gourous de la science officielle.
                    Critiquer Freud, Darwin, Einstein et les autres , et bien : ÇA NE SE FAIT PAS. D’ailleurs certains comme Galilée on failli le payer au prix lourd. Non, je ne m’égare pas. Nous avons changé d« époque mais pas de mentalité, l’inquisition est toujours en alerte, prête à sortir son bois sec pour immoler sur l’autel de la bien- pensance le quidam qui par ouverture d’esprit ou simple logique déciderait de contredire ce qui est dorénavant graver sur les tablettes de marbre de  »l’officiellement admis « . Le monde des »savants établis" est un univers nombriliste où sortir du troupeau ne se fait qu’à ses risque et périls. Heureusement que de plus en plus de voix s’élèvent ici et là pour défaire tout le fatra de mensonges sous lequel nous croulons depuis des siècles et pour apporter des perspectives nouvelles en marchant hors des sentiers balisés .


                    • sisyphe sisyphe 6 juin 2010 14:49

                      Ah ! 

                      Parce que Einstein, Darwin, Freud sont donc les « savants établis » de « l’officiellement admis » ; participant d’un « fratras de mensonges »... smiley smiley 

                      Même plus la peine de discuter à ce niveau là... 

                      Tous les imbéciles qui se croient à la pointe de la modernité, et de « l’esprit rebelle », en ne faisant que régresser aux illuminations pré-scientifiques ; pathétique...

                      Si vous avez des corrections à faire aux théories de la relativité, de l’évolution, de la psychiatrie (et de nombreuses ont, d’ailleurs, été apportées, par de vrais scientifiques) ; encore faudrait-il vous donner les moyens de le faire, autres que de vouloir s’inscrire dans les rangs de la nouvelle inquisition, sans aucun bagage scientifique pour ça.

                      Alors, les « perspectives nouvelles », on les attend, effectivement, impatiemment, pour peu que, s’appuyant sur ce qui est déjà acquis, elles procèdent d’une démarche scientifique ; c’est à dire connaissant déjà les théories en cours, et que personne n’a jamais réfuté scientifiquement. 

                      Allez, au boulot .. smiley 



                    • L'enfoiré L’enfoiré 2 juin 2010 11:18
                      Pourquoi Onfray vous fait-il peur ?Qui cà, Hugues Aufray ?
                      Non, il ne me fait ^pas peur... smiley

                      • JoëlP JoëlP 2 juin 2010 12:14

                        Merci pour cet article qui nous fait découvrir Fagioli.
                        En suivant la piste google, je trouve cet entretien avec Onfray qui me plaît décidément.
                        http://www.altritaliani.net/spip.php?article425


                        • Philou017 Philou017 6 juin 2010 08:40

                          Étrange « débat » que ce « sacrifice collectif » de Michel Onfray sur le temple freudien hexagonal

                          Tu parles d’un sacrifice. Il est rare de voir un « philosophe » accéder aussi facilement et massivement aux médias pour vendre sa soupe. Apres, Onfray a déclenché la polémique par le coté tres excessif de ses attaques. La critique de Freud jusqu’à une caricature ridicule est lamentable. Ce n’est certainement pas ce que j’appellerais un débat d’idéees. La méthode, quelque part, c’est l’homme....

                          « Pour ne pas mentionner ses liens avec Mussolini et les nazis »
                          J’arrête la lecture de l’article ici. Les supporteurs d’Onfray se ridiculisent à vouloir le supporter à tout prix.
                          De plus je trouve nullissime cette tendance chez un certain nombre de gens à attaquer systématiquement la psychanalyse. Soigner des gens en difficulté est un métier extrêmement difficile. Si la psychanalyse mérite critique, elle ne mérite pas l’anathème de gens, qui de plus, n’ont pour la plupart jamais bougé le petit doigt pour aider quelqu’un qui a des problèmes psychologiques.
                          J’observe tellement de gens qui se dérobent, quand ils ont en face d’eux quelqu’un dont l’attitude sort de la norme.
                          L’état de l’hôpital psy, aujourd’hui soumis à la loi de la camisole chimique de l’industrie pharmaceutique, est autrement inquiétant que le problème de la psychanalyse, qui a le mérite d’apporter une vraie réponses aux problèmes psy, même si très limitée par certains cotés.. Mais là, il n’y a plus personne pour monter au créneau. C’est plus facile de gloser sur Freud....


                          • andqui 6 juin 2010 10:44

                            Allons au plus simple : Onfray fait peur à qui ? Aux psychanalystes freudiens parce qu’ils ont une peur bleue de voir leur fromage disparaître. En france, une analyse doit être coûteuse pour être bénéfique (on se demande comment une telle absurdité a pu voir le jour sinon par pure avidité)
                            Onfray, touche pas à mon beefsteak sinon je te mord !


                            • Yakaa Yakaa 6 juin 2010 10:49

                              Les disciples de Freud (et Lacan) aiment le manichéisme et nous font croire qu’entre le divan du gourou
                              et la camisole chimique de l’industrie pharmaceutique il n’existe aucun autre choix.

                              Il n’y a rien de plus faux, car il existe fort heureusement une foule de thérapies alternatives
                              qui pour certaines n’excluent pas forcément certains concepts de la psychanalyse.
                              Ces thérapies ne cessent d’évoluer et progresser depuis 40 ans contrairement au dogmes du barbu.


                              • coral 21 juin 2010 16:40

                                Si, il y a réactions sectaires ma belle. J’ai utilisé Freud jusqu’à hier, c’est à dire pendant près de 40 ans après qu’on me l’ait enseigné. Je suis sorti de la secte désormais et j’observe.


                                • Lorelei Lorelei 17 août 2011 18:11

                                  bravo en effet onfray fait reagir et lui au moins a lu les cas cliniques de freud ce qui est tres rare

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires