• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Pourvu qu’il soit heureux » Francis Huster & Fanny Cottençon : (...)

« Pourvu qu’il soit heureux » Francis Huster & Fanny Cottençon : Coming out boomerang

Alors que Laurent Ruquier se désengage de la direction du Théâtre Antoine qu’il partageait depuis plusieurs années avec Jean-Marc Dumontet, l’animateur des Médias fait les beaux jours de cette première partie de saison 18-19 dans cette même salle illustre. 

Jauge pleine d’un public tendance retraite aisée, son nouvel opus en forme de « coming out » à contre-pied fait un tabac grâce à un casting construit sur mesure.

  

JPEG - 80.3 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Svend Andersen

   

Tout d’abord, deux valeurs sûres s’y partagent autant le haut de l’affiche que les rôles puisque sa pièce structurée en trois parties commence par inverser les points de vue de la mère et du père en deux temps successifs.

En effet, dans la première option, Maxime (Francis Huster) est outré d’apprendre que son fils est en couple homosexuel alors que Claudine (Fanny Cottençon), elle, est plutôt amusée et flattée de découvrir que Camille est en couverture d’un magazine people.

  

JPEG - 79.6 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Svend Andersen

   

Par la suite selon l’hypothèse alternative, la complaisance change de camp alors que le paternel se montre beaucoup plus compréhensif vis-à-vis du rejeton que de son épouse à qui il reproche une éducation trop laxiste.

Celle-ci, a contrario, est plutôt inquiète par rapport à l’impasse sociale que pourrait subir à l’avenir Camille.

  

JPEG - 92.6 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Svend Andersen

   

Bref, quelles que soient leurs postures respectives, tous les deux en villégiature à Concarneau se la jouent mauvaise foi réciproque en rejetant plus ou moins sur le conjoint la responsabilité d’une situation qu’il n’aurait pas vu venir ou dont ils feignent ensemble ne pas avoir perçu les signes avant-coureurs.

Après bien des atermoiements, rendez-vous téléphonique sera pris avec leur anti-héros chéri qui, lui, resté à Paris, va ainsi recevoir ses parents pour la première fois, en son domicile de jeune homme autonome. 

  

JPEG - 96.4 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Svend Andersen

  

Intervenant alors comme un véritable manifeste à l’égard de la liberté des mœurs revendiquée par les nouvelles générations, Camille (Louis Le Barazer) va se lancer dans une diatribe décomplexée et franche du collier, laissant finalement son père & sa mère plus ou moins pantois et tétanisés mais surtout pas vraiment convaincus.

Alors que la tension latente n’aura cessé de monter dans les esprits chauffés à blanc face à un déficit de compréhension partagée, une information dramatique va leur parvenir, enclenchant d’emblée une « marche arrière toute » où Francis Huster, assumant l’intolérance chronique sera en charge de faire un « mea culpa » universel remettant les pendules affectives à leur place familiale.

 

JPEG - 87.4 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Theothea.com

  

Tonnerre d’applaudissements récompensant à la fois les artistes sur scène et l’auteur ayant cette faculté instinctive de toucher juste là où les gens sont sensibles à l’approche d’une certaine vérité intuitive.

Plaçant d’évidence dans le feu des projecteurs la révélation de Louis Le Barazer, le jeu des trois comédiens, délibérément emphatique et quelque peu caricatural, n’est pas pour rien dans le succès de cette pièce qui a, entre autres, la vertu de susciter les conversations après spectacle car malgré un happy-end réconfortant, les problèmes du vivre ensemble dans la tolérance y sont exposés de manière effectivement contradictoires.

     
photos 1 à 4 © Svend Andersen
photos 5 & 6 © Theothea.com


   
POURVU QU'IL SOIT HEUREUX - **.. Theothea.com - de Laurent Ruquier - mise en scène Steve Suissa - avec Francis Huster, Fanny Cottençon & Louis Le Barazer - Théâtre Antoine

    

  

JPEG - 93.4 ko
POURVU QU’IL SOIT HEUREUX
© Theothea.com

   
   


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Ouallonsnous ? 9 novembre 16:25

    Lamentable cette publicité pour l’homosexualité ; au lieu de faire l’objet de pièces de théâtre,c’est d’une prise en charge par la société dont ont besoin ces déviants !!!


    • BM 10 novembre 12:44

      Ce monsieur clame sur tous les médias qu’il ne fait pas de prosélytisme alors qu’il ne fait que ça !

      Je ne suis pas sûr que tout ça aide les homos à vivre paisiblement leur vie, comme la majorité des gens.

      Il fut un temps ou un combat était nécessaire, mais à présent il me semble que nous n’en sommes plus là.

      Nous observons, surtout ces dernières années, une forme de communautarisme qui s’installe.

      C’est à mon avis, très regrettable car c’est le meilleur moyens pour isoler et mettre en évidence des homos qui n’en n’ont pas envie et qui risquent plutôt de s’attirer des foudres d’extrémistes intolérants.

      Les grumeaux, ça se voit dans la soupe, rien ne vaut un velouté !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès