• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Quand les enfants philosophent...

Quand les enfants philosophent...

La philosophie pour les enfants est dans l’air du temps. Philo à l’école, cafés philo et pages philo dans la presse magazine sont légion. Il s’agit, la plupart du temps, d’initier l’enfant à la pratique du questionnement, en partant des questions que se posent les enfants eux-mêmes, ou de celles qu’on fait naître chez eux.

 Parfaite illustration de cette tendance, la collection Chouette ! Penser chez Gallimard apparue en 2007 propose d’aborder des thèmes tels que la guerre, la conversation, l’humain, le paysage en créant un espace pour la philosophie avec des textes originaux, illustrés avec finesse et humour. La collection compte aujourd’hui une vingtaine d’ouvrages et les derniers titres sortis s’intitulent De bonnes raisons d’être méchant ? et Je ne veux pas vieillir.

 

Une autre collection, Les petits Platons invite à une expérience d’une autre ordre : à travers une histoire, embrasser la vision du monde d’un grand philosophe. Il s’agit non seulement d’interroger son propre rapport au monde, mais aussi d’en apercevoir l’unité dans la pensée d’un autre...

Les petits Platons relève le pari de raconter Socrate, Descartes, Kant, mais aussi Saint Augustin, Leibniz ou Lao-Tseu à partir des fictions qui traversent leurs oeuvres... L’originalité de ces ouvrages écrits par des philosophes reconnus (Olivier Abel, Ronan de Calan, Jean Paul Mongin), est de faire appel à la fiction pour comprendre la pensée des grands auteurs. En effet, il ne suffit pas de traduire un discours théorique dans des termes simples pour le rendre accessible... et a fortiori intéressant ! Les enfants ont besoin de s’identifier à un personnage, de rentrer dans une histoire pour découvrir une vision du monde. Les plus jeunes d’entre eux apprécieront la fantaisie narrative ou les illustrations, les plus mûrs se lanceront dans la dimension philosophique...

En librairie depuis le 14 avril, on trouvera Le malin Génie de Monsieur Descartes, Le meilleur des Mondes possibles (d’après Leibniz), La folle Journée du Professeur Kant et La Mort du divin Socrate.

 

Une aventure à suivre de près sur le site internet www.lespetitsplatons.com qui propose des fiches pédagogiques sur les philosophes, un jeu avec le professeur Kant ainsi que des conseils pour les enseignants et les parents.

Avec cette déferlante philosophique, dont les enfants tireront bien vite un enseignement utile, les adultes ont en effet tout intérêt à se (re)mettre eux aussi à la philosophie !


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 21 mai 2010 12:11

    Est-ce vraiment de la philo, ou bien du n’importe quoi abusivement nommé philo ? Quand on voit le mal que les élèves de terminales ont pour accéder au raisonnement philosophique, on se le demande.


    • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 17:12

      Si tout le monde étudiait et pratiquait la philosophie, la face du monde serait différente.

      J’ai toujours pensé que l’enseignement formel tel que l’a déterminé le très bourgeois et patriarcale 19ème siècle, n’était pas adapté aux enfants.

      Quelle horreur pour un enfant de 6 ans (et plus) que d’être enfermé toute la journée et être contraint de rester assis derrière une table pour écouter un adulte sourcilleux et pompeux.

      Vous aurez deviné que je n’étais pas heureux à l’école où d’ailleurs je n’ai guère brillé. Je ne me suis intéressé à la philosophie et à d’autres choses, qu’après.

      Je rêve d’une éducation ouverte telle que celle reçue par Montaigne même si tous les enfants ne sont pas destinés à être de grands écrivains-philosophes.

      Cela pour exprimer que je ne crois pas que les livres intéressent vraiment les enfants. Ce qu’ils aiment, c’est que quelqu’un leur raconte une histoire et en raconter eux mêmes, découvrir par l’expérience ou la contemplation les mystères de la vie, résoudre des énigmes en s’amusant et ce genre de chose.

      Un exemple : Il y aurait une grande différence dans la qualité d’acquisition du principe de division si l’enfant avait à résoudre une énigme issue d’une histoire qui l’intéresserait.


      • jfcouet 24 mai 2010 18:48

        Pendant ce temps là, les Chinois...ils bossent....


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 mai 2010 18:57

        C ’est les dromadaires qui bossent et les chameaux qui blatèrent .


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 mai 2010 18:59

          Il faudrait déjà être certain que le doute existe .... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

sylvain


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires