• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Que du bonheur... à Hazebrouck !

Que du bonheur... à Hazebrouck !

Revue 2008... « Que du bonheur ! » Rarement le mythique spectacle hazebrouckois aura porté un titre qui le définit aussi bien. Cette année, il amorce une belle mutation, calée sur l’évolution de l’époque et du public. Résultat ? Le riromètre à fond ! Les zygomatiques en surchauffe ! Les gorges déployées ! Les mâchoires hystériques ! Et des larmes... de bonheur.

Les sorciers de la revue possèdent la magie du succès !

Que de nouveautés ! La mythique revue d’Hazebrouck se la joue « en quatre dimensions » avec, incroyable, des danseuses et des chanteurs qui descendent du plafond devant les regards ébahis. Il y avait les côtés cour et jardin, voilà qu’il faut ajouter le ciel !

L’intro donne le ton : « Etre à la hauteur », avec ses deux ravissantes chanteuses sous bulles. Et à la hauteur, le show le sera à chaque seconde, que ce soit dans ses nombreux sketches ou dans son répertoire chanté et dansé. La revue explore l’actualité, que ce soit avec ses deux commères égarées sur la patinoire d’Hazebrouck, ou avec l’incontournable trio du zinc : le ronchon soûlard (« con comme la lune... et y a jamais d’éclipse »), le client moralisateur, le barman placide. Si les événements locaux sont survolés, proximité des municipales oblige, les cancans de l’Hexagone prennent une tournure qui démarre le public au quart de tour : le Sarkoshow à la sauce Pili, ça déménage ! Et pan sur Carla, Cécilia, Mireille (Mathieu), Johnny, Miss Monde, et tous les autres. La revue, c’est Gala version trash. Et si l’on lorgne sous la ceinture, c’est toujours de façon gentille, histoire d’explorer la sexualité des Français ou les aléas de la vie de couple. Ou pire, lors du jeu « Plus con que moi tu meurs », digne des annales de TF1.

Ah le couple ! Le grand sujet que voilà ! D’un sex-toy en chair (surtout) et en os, à la guerre hommes-femmes, il est exploré de manière si drôle... qu’on s’y reconnaît tous. Festival de blagues machos auxquelles répondent des tirs de batteries féminines ! Dans la salle, chacun siffle et crie pour son camp. Pic d’hilarité quand deux couples, l’un qui invite (« On leur fera croire que la dinde, c’est du veau »), l’autre qui se rend à l’invitation, se dénigrent gravement.

Mais la revue, c’est aussi la fête, avec les vrais musiciens de François Tourneur. Un grand quiz amène deux spectateurs sur scène. Avec des indices désopilants et une troupe déchaînée à chanter et danser, surgit un medley années 80 qui donne des fourmis dans les jambes et des salves d’applaudissements. Et fait gagner des cadeaux.

Et ce n’est rien à côté de ce qui vient : un chat sur le net est prétexte à revisiter les plus grands airs d’opérette, avec un chevalier blanc à la fière monture et une « Nini la Chance » tout en plumes, entourées de danseuses qui ressusciteraient un mort !

Final musical avec un Eddy Mitchell endiablé et un Bertignac tout en tendresse. C’est ça le bonheur, du rythme, de la douceur. Et beaucoup de rire. Vive la Revue !

Cambrousse


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Roland Verhille Roland Verhille 26 mars 2008 15:51

    Cambrousse, une précision SVP.

    Cette revue dont j’ai le plaisir d’apprendre qu’elle existe encore, est-elle toujours intégralement le fait des Hazebrouckois, de ses amateurs du spectacle et de convivialité, dans la conception et dans l’exécution ? (à l’époque, le cercle de l’Orphéon).

     


    • Francis Cambrousse 26 mars 2008 16:53

      Cher Roland,

       

      La revue existe depuis plus de cent ans et este l’affaire de bénévoles : 30 séances, 9000 spectateurs. Voir le blog : http://revueorpheon.over-blog.com Un livre raconte cette aventure unique en France : http://perso.orange.fr/labrousse/

       

      Cordialement,

       

      Cambrousse


    • LE CHAT LE CHAT 26 mars 2008 16:45

      un chat sur le net est prétexte à revisiter les plus grands airs d’opérette

      pas trop mon style , par contre toujours prêt pour faire la bande au carnaval de Dunkerque ! je suis au bal du chat noir ! pas de chat dans la gorge pour chanter ces merveilleux refrains !

       

      je connais pas le spectacle hazebrouckois , mais je connais Nenesse que j’ai vu à Calais et que Roland Verhille doit aussi connaitre , le digne héritier de tit louis d’Peuplingues !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires