• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Retour de civilisation en Iran

Retour de civilisation en Iran

Une civilisation sortie des sables, oui c’est possible ! Une civilisation plus ancienne encore que celles de Babylone et des pharaons. Ignorée de la Bible... C’est vers l’Iran que se tournent les regards des archéologues : c’est là-bas, dans la vallée de l’Halil Rud, que la cité légendaire d’Aratta aurait brillé de mille feux.

Selon une mythique règle de trois, c’est une civilisation ayant prospéré entre 3 fleuves (le Nil, le Tigre et l’Euphrate) qui aurait fait naître 3 inventions. Mais des découvertes archéologiques récentes en Iran, dans la vallée de l’Halil Rud, près de la ville de Jiroft, remettent en question cette thèse historique.

C’est la nature qui s’est chargée un beau jour de révéler la civilisation enfouie. Au cours de l’hiver 2000-2001, dans le bassin de Jiroft, la rivière Halil a débordé de son lit et provoqué l’érosion de ses berges, mettant au jour une tombe ancienne. C’est là qu’ont été découverts de superbes vases de chlorite. Voilà qui a fait basculer les certitudes concernant les origines et la formation de la civilisation orientale des IVe et IIIe millénaire av. J.-C.

Malheureusement, des pillards se mettront aussitôt à l’oeuvre, en quête du précieux trésor. Ils ravageront des mois durant, des centaines d’hectares de sites et cimetières du IIIe millénaire. Ils revendront leur butin sur le marché international des antiquités et feront fortune. En février 2002, les Gardiens de la Révolution décident de stopper le trafic et les pillards seront réprimés, les premiers seront même condamnés à mort (nous sommes en Iran...). Le matériel qui sera repris aux fouilleurs clandestins comprend des centaines de vases et d’objets en chlorite, des statuettes et figurines d’hommes et d’animaux en pierre et en métal.

Les fouilles officielles commenceront sous la direction du professeur Youssef Madjidzadeh. Une riche iconographie attire l’attention des archéologues. Elle a été étudiée notamment par Jean Perrot, archéologue, directeur de recherche honoraire au CNRS, et l’auteur de Jiroft, un nouveau regard sur les origines de la civilisation orientale. Comme celles de Mésopotamie et de Susiane, on note dans cette iconographie une absence de représentation de la divinité sous la forme conventionnelle d’un personnage à coiffure à cornes, remarque le chercheur. Le concept du divin est encore embryonnaire. En tout cas, la divinité n’a pas encore pris forme humaine.

Aratta et la tour de Babel : Aratta (Jiroft) n’est pas un mirage : il semble bien que la cité ait joué un rôle majeur dans l’évolution de la civilisation au début du IIIe millénaire. La densité déjà observée de l’occupation de la région est comparable à celle de la basse Mésopotamie et de la Susiane dans le dernier tiers du IVe millénaire av. J.-C. L’influence des architectes de l’Halil Rud auraient porté jusqu’en Mésopotamie si l’on en juge aux ruines dégagées d’un édifice qui ressemblerait furieusement aux ziggourats mésopotamiennes (dont la fameuse tour de Babel), avec cinq siècles d’avance sur celles-ci.

Pour se faire une idée du prestige passé de la cité d’Aratta, il faut savoir qu’Aratta est à l’Orient ce que Troie fut au monde grec. Les Grecs avaient abattu Troie mais ils avaient chanté sa grandeur et ses fastes. Il en va de même pour Babylone qui, dès l’invention de l’écriture, vante le prestige d’Aratta.

"Nous ne savons pas si Aratta a réellement existé, explique Michèle Casanova de l’université de Rennes II, ni si ce nom décrivait, comme on le pense généralement, une ville ou un royaume ou bien encore une région prise au sens large." Actuellement, il n’existe pas de certitude qu’Aratta était située près de Jiroft. Il faudra attendre l’exhumation des premières tablettes où figurent des textes anciens de 4 000 ans. Des textes ont bien été trouvés sur place mais ils sont indéchiffrables : ce sont des signes d’une graphie inconnue gravés sur trois tablettes que l’archéologue Youssef Madjidzadeh a exhibées lors d’un colloque à Ravenne (Italie) à l’été 2007. Certains scientifiques évoquent même une contrefaçon apocryphe.

Pour Michèle Casanova, la civilisation de Jiroft bouleverse nos certitudes d’une suprématie des civilisations urbaines d’Egypte et de Mésopotamie. Il se peut bien que l’Iran ait été le berceau d’une grande civilisation antérieure.

[L’objet en illustration, dénommé "sac à main", avait une fonction inconnue de nous.]

Documents joints à cet article

Retour de civilisation en Iran

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • del Toro Kabyle d’Espagne 14 janvier 2008 12:48

     Merci Taverne ! La première info "inactuelle" (pas sarko-brunienne, etc.) qui fait du bien pour le cerveau.

     Avez-vous d’autres références à faire partager ? (Clio étant déjà connu pour être de qualité)


    • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 13:07

      "inactuelle" mais pas vraiment, car le temps des archéologues s’étire plus que celui des politiciens. Les fouilles continuent...c’est actuel aujourd’hui, ce le sera encore dans plusieurs années. C’est la notion d’"actuel" qui est ici à reconsidérer. 

      Je ne suis pas un spécialiste du sujet. Je me suis basé sur des références sûres et des faits. Mon idée est de faire passer la notion de civilisation, un monde aux antipodes de la "sarkocivilisation" qui est une politique volontariste contraire à l’idée même de civilisation. Il faut se défier du politique quand il se targue de civiliser... Il est d’ailleurs possible que je rédige un article pour préciser ma démarche.

       


    • del Toro Kabyle d’Espagne 14 janvier 2008 13:20

       " "inactuelle" mais pas vraiment, car le temps des archéologues s’étire plus que celui des politiciens. Les fouilles continuent...c’est actuel aujourd’hui, ce le sera encore dans plusieurs années. C’est la notion d’"actuel" qui est ici à reconsidérer."

       C’est pas grave, je me comprends ...comme j’ai pondu un article où je défendais une conception de "l’inactualité" (pas médiatico-centrée) même si celle-ci fait l’actualité des milieux de la pensée et de la recherche scientifiques.


    • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 14:27

      Je ne vois pas votre article mais j’aurais bien vu comme titre "Eloge de l’inactuel".

       


    • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 13:11

      Cet article est à mettre en lien avec mon article sur les mondes engloutis qui mêlait légendes et histoire :

      "Les mondes engloutis" : 
      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28295

       

       


      • fjr 14 janvier 2008 13:32

        Merci de cet article qui attire l’attention sur les recherches passionnantes en cours à Jiroft.

        Il me semble qu’à ce stade il est encore un peu tôt pour s’avancer sur la datation exacte des découvertes en cours et donc pour savoir comment cette nouvelle civilisation se positionne par rapport aux civilisations mésopotamienne et égyptienne.

        Ce qui est passionnant, c’est de déceler le jeu des influences réciproques et des échanges commerciaux au cours du IIIème millénaire, puisque les productions en chlorite de la région se retrouvent disséminées dans tout le Proche Orient. A titre personnel, je suis d’ailleurs frappée par la ressemblance de certaines thématiques ou de certaines représentations de Jiroft (comme les "maîtres des animaux", représentations d’humains terrassant symétriquement deux animaux sauvages, ou encore l’omniprésence du scorpion) avec des artefacts des débuts de la civilisation égyptienne comme la palette de Narmer, elle-même. Sans doute des jeux d’influence qui passent par la civilisation élamite...

        J’imagine que notre connaissance de cette civilisation est appelée à se développer rapidement dans les décennies qui viennent. Après les civilisations de l’Indus, c’est un nouveau pan de l’histoire de la civilisation humaine qui se découvre alors qu’on pouvait penser avoir fait le tour de la question au milieu du XXème siècle.


        • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 16:36

          Le jour où l’on aura trouvé la plus belle pièce, on la nommera le "clou de Jiroft".

          Désolé.


        • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 14:31

          Merci Le Furtif. L’Histoire n’est pas une science achevée mais pourrait s’achever...un jour. En attendant profitons de la vue de ce superbe objet décoré auquel les archéologues ont donné le nom de "sac à main" bien qu’ils ignorent sa fonction ancestrale.


        • houchmandzadeh 14 janvier 2008 13:52

          Il me semble que l’article comporte quelques faits un peu trop sensationnel. Il n’y a pas eu de condamnation à mort (on projette beaucoup de fantasmes sur l’iran), et le pillage avait été arrété par la gendarmerie (pas les pasdars).

          Effectivement, la découverte était tellement sensationnel qu’il a fait la couverture du magazine "Science" et Majidzadeh a obtenu quelques crédits pour mener à bien ses recherches.


          • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 14:25

            Pour les condamnations à mort, je cite ma source : Le Monde 2 du 5 janvier page 19. Ce n’était donc pas volonté de ma part de faire du sensationnel.

            Je cite le passage : "L’armée quadrille la région pour protéger la vallée et, fait rarissime en Iran, des trafiquants d’antiquités sont condamnés à mort. L’éducation a depuis succédé à la répression."

            Le journal ne dit pas si les peines ont été exécutées (mais on le suppose) ni si les trafiquants s’étaient rendus coupables d’autres faits qui auraient justifié cette peine lourde.

             

             


          • hahahaha 14 janvier 2008 14:27

            Article trompeur, comme quoi la civilisation avec un grand C serait née d’une culture et d’une seule.

            En situant ce royaume en Iran vous faites un anachronisme, l’Iran est d’origine tardive.

             

            Le sol "Européen" devrait déceler aussi des cultures disparues, en effet, de nombreux temples pre celtiques ont été découverts grâce aux cartes satellitaires,, la civilisation n’a pas d’origine géographique elle vient de nous où que nous habitions.

             

            Bien à vous.


            • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 14:58

              La civilisation unique avec un grand C n’est pas mon propos. Il y a des civilisations avec des modèles et des échanges. L’idée de comparer des civilisations de façon hiérarchique n’est pas mon propos non plus. Ce qui est dangereux en revanche c’est de dire "je vais pratiquer une politique de civilisation", cette Civilisation dogmatique que l’on impose par le haut comme si le mot ne se conjuguait pas plutôt au pluriel et qu’il ne représentait pas un processus très long fait d’échanges et d’emprunts.


            • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:28

              Quand vous parlez d’origine culturelle des civilisations, vous mélangez un peu et même vous glissez. Si par culture, vous entendez valeurs , vous risquez de tomber dans la comparaison, la hiérarchisation même. Par civilisation, j’entends l’art de vivre des gens d’une époque. La civilisation ne procède pas de la culture et les civilisations n’ont pas à être comparées en termes de jugements de valeurs. On les observe et on en tire des connaissances et des enseignements. Et des oeuvres d’arts magnifiques que la civilisation moderne s’arrache à prix d’or et sans scrupules : qui est le moins civilisé ? Ces orfèvres vivant il ya plusieurs milliers d’années ou ces pillards et ces riches acheteurs égoïstes ? Et là je ne mets pas en opposition des valeurs ni des cultures mais des comportements individuels.

               


            • claude claude 14 janvier 2008 16:46

              @ hahahahahahahahahahahahahahha.....

               

              il n’existe pas de civilisation avec une grand "c", mais des civilisations. smiley

              voici quelques liens pour parfaire votre culture :

              " Le mot civilisation est désormais employé au pluriel surtout, mais dans le langage courant tout au moins on l’utilise encore au singulier pour désigner une certaine qualité dans les rapports sociaux et dans les rapports avec le milieu de vie. La civilisation est alors la qualité d’un groupe humain qui se mesure au respect des êtres et des objets dont ses membres sont capables. L’étymologie est instructive ici. Le mot latin civitas signifie cité. Il y a civilisation là où l’on trouve les qualités caractéristiques des bonnes cités : un respect des autres membres de la cité allant jusqu’à l’amitié et un respect semblable pour les monuments, les objets usuels, les vêtements, les rites.[...]"

              "

              Civilisation  [ sivilizasj ]
              civilisation nom commun - féminin ( civilisations )

              Definition :   1. ensemble des aspects culturels et sociaux d’une société ou d’un groupe de sociétés
               (les civilisations précolombiennes) 

                2. ensemble des caractéristiques des sociétés considérées comme les plus évoluées [Remarque d’usage : le mot s’emploie au singulier précédé de l’article défini]
               (ne pas pouvoir se passer des progrès de la civilisation) 

                3. exemple particulier de développement culturel ou social
               (la civilisation des loisirs) 

                4. action de civiliser
               (la civilisation d’un peuple a pu passer par des actes peu civilisés) (les Grecs ont contribué à la civilisation de ceux qu’ils appelaient les barbares) 

              Qu’est-ce qu’une civilisation  ?
              C’est la combinaison des deux approches - historique et comparative - qui se révèle la plus fructueuse, comme le démontrent les travaux du sociologue Marcel Mauss et des historiens Lucien Febvre et Fernand Braudel. En effet, celles-ci permettent de préciser quelles réalités sociales sont désignées par le vocable « civilisation ». A ce propos, Fernand Braudel écrit : « La notion de civilisation est au moins double. Elle désigne à la fois des valeurs morales et des valeurs matérielles. » 

              Avant lui, l’ethnologue britannique Edward Burnett Tylor avait précisé dans son livre la Civilisation primitive (1871) qu’une civilisation englobe « les connaissances, les croyances, art, morale, droit, coutumes et toutes les autres aptitudes propres à l’Homme en tant que membre de la société ». 

              Pour générales qu’elles soient, ces définitions n’en ont pas moins le mérite de dégager les principales composantes de ce que l’on entend par « civilisations ». Il s’agit d’ensembles complexes qui intègrent tous les aspects de l’activité sociale : les techniques de production aussi bien que les croyances religieuses, les institutions politiques et les règles morales. L’originalité de chaque civilisation réside dans la façon dont sont combinés ces multiples facteurs, dans leur place et leur importance dans la société, et donc dans la manière dont ils s’articulent les uns par rapport aux autres. Autrement dit, une civilisation est une forme d’organisation spécifique de l’idéel - tout ce qui est du domaine des représentations mentales - dans ses rapports avec le matériel - tout ce qui touche à la production et à la reproduction de la société. [...]  

              Les grandes civilisations
              L’histoire a gardé la trace d’un très grand nombre de civilisations. Mais, dès l’aube de l’humanité, les migrations et les échanges qui s’opèrent dans les sociétés ont été à l’origine de grands brassages, souvent à l’échelle des continents. Par la suite, les conquêtes et les alliances entre Etats ont accentué encore les rapprochements entre les peuples. On réservera donc le terme de « grandes civilisations » aux vastes ensembles qui, au fil des siècles, sont nés de ces contacts multiples. Elles rassemblent des sociétés très diverses, aux régimes politiques différents, aux structures sociales dissemblables, et se caractérisent à la fois par leur dimension supranationale et par la longue durée de leur influence. Elles se maintiennent en vie par-delà les conquêtes, l’effondrement des empires et la chute des régimes politiques ; en cela, elles ne se confondent pas avec les Etats qu’elles englobent. [...] "

               

               


            • claude claude 14 janvier 2008 17:03

              @ hahaha,

               

              au fait ?

              alésia, où est-ce donc ?

              en gaule ? en francie occidentale ? en bourgogne ou en france ? smiley

              La civilisation de Jiroft désigne une ancienne civilisation, ayant eu pour centre la région de la vallée du Halil Rud, autour de la ville actuelle de Jiroft, actuellement dans la province du Kerman, en Iran du sud. [...]"

               


            • John T. John T. 14 janvier 2008 18:25

              @Haha...

              Celtes et Perses sont 2 sous-entités de la famille des peuples Indo-Européens. Donc, vos propos sont quelque peu vides, puisque vous comparez 2 peuples au moins cousins, sinon frères.


            • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 14:59

              L’islamisme.


            • Lil_Pims 14 janvier 2008 15:13

              Oh mais il nous saoule lui, on fait en sorte de lire des sujets non-politiques et faut qu’il ouvre son claque-me*** . La moderation agoravox merci de faire le menage


            • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 16:34

              Il saoule si on se laisse saouler sinon il se lasse.


            • hahahaha 14 janvier 2008 15:01

              Monsieur la taverne est devin, sans doute l’atavisme des druides.

               


              • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:07

                Je ne suis pas devin mais devant. Ce n’est pas de ma faute si vous ne suivez pas...


              • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:11

                Comme l’Inquisition et les Croisés étaient le bras armé du catholicisme exterminateur ("civilisateur"). Catholicisme qui, paraît-il revient en force sous le nom, à nouveau, de "politique de civilisation"...Mais le sujet n’est pas là et votre polémique tombe à plat car la civilisation dont l’article parle préexistait au Coran de nombreux siècles. Lisez le passage qui a trait à la divinité embryonnaire...

                 


              • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:12

                Les bras armés du catholicisme : les bras Croisés.


              • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:31

                Mais j’admets que le titre est à double sens et qu’il est aussi la formulation d’un voeu de retour à la civilisation de l’Iran actuel. Eh oui, vous l’avez vu !

                 


              • Roland Verhille Roland Verhille 14 janvier 2008 15:13

                Ces recherches sur les « civilisations » préhistoriques sont passionnantes, leurs résultats contribueraient énormément à l’éducation des populations actuelles. Je doute toutefois que ce qui est en cours d’exploration en Iran soit de nature à faire « basculer les certitudes concernant les origines et la formation de la civilisation orientale des IVe et IIIe millénaires av. J.-C ».

                 

                Ces origines semblent plutôt être vers le Moyen Orient, Méditerranée orientale (Jéricho et ses étonnantes murailles inexpliquées à ma connaissance) et Asie mineure. Le « mondialisme » avec ses échanges économiques « à dos de chameau » était de règle.

                 

                Pour ce qui est du caractère civilisé des humains (de leurs « civilisations »), il semble qu’il y ait beaucoup de leçons à en tirer. Dans la documentation que j’ai trouvée, je n’ai pas vu trace de « guerres », ou pas beaucoup, avant 3000 av. J.-C. Hors Jéricho (pourquoi ces murailles ? je n’ai pas trouvé), peu de traces de fortifications en Nord Mésopotamie.

                 

                La civilisation la plus connue, la plus brillante, vraie civilisation celle là, me semble être celle des Sumériens (IVe et IIIe millénaires av. J.-C) en Basse Mésopotamie, d’où est parti (s’est enfui ?) pour l’Égypte Abraham. C’est eux qui ont fait sortir les humains de la préhistoire en inventant l’écriture sur des tablettes d’argile ensuite séchées, d’abord celle des nombres utilisés pour écrire leurs comptes (vers 3300 av. J.-C.), puis bien vite celle des mots pour noter ce qui était compté. Les poèmes, les textes administratifs et autres sont venus ensuite. C’est semble-t-il chez eux qu’a existé, pendant leur premier millénaire, une véritable démocratie fondée sur une organisation sociale familiale. C’est seulement aux environs de 3000 Av. J.-C. qu’apparaissent les états, et avec eux les malheurs de l’humanité (les guerres, les impôts pour entretenir les Rois et leurs cours, etc.). Ces Rois ont établi leur pouvoir en se disant choisis par les Dieux pour conduire les humains. Sans vouloir offenser les croyances de qui que ce soit, je n’ai pas trouvé trace de cultes religieux, de représentation de divinités avant cette période, comme si les Rois avaient inventé les Dieux afin de fonder leur pouvoir sur les autres ; comme il a été fait de nos jours avec le suffrage universel.

                C’est le deuxième millénaire de cette civilisation qui l’a perdue. Cette période semble démontrer que des organisations étatiques sont de nature cancérigène ; qu’elles nécessitent d’être rigoureusement placées sous contrôle des populations pour éviter qu’elles n’infestent mortellement toute la société jusqu’à sa disparition. Les Sumériens ont sombré dans une misère inimaginable, à tel point que ce peuple dont on ne sait pas d’où il était venu a disparu on ne sait pas non plus où ni comment ; probablement submergé par des peuples venus du Nord. A peu près le même sort survenu pour les mêmes causes a emporté la civilisation égyptienne.

                 


                • John T. John T. 14 janvier 2008 18:37

                  @Roland

                  A vous lire, on y croirait presque. Et la notation des lecteurs montre leur incompétence en la matière.

                  Sumer n’était qu’un royaume, un embryon même, et l’écriture n’est pas spécifiquement née dans cette cité-état. C’est le mélange culturel Babylone-Sumer-Akkad-Suze qui a donné naissance à l’écriture, et la disparition de Sumer n’a rien d’intriguant. Il suffit d’avoir noté que Cyrus II a envahit la Mésopotamie après avoir libéré les Juifs de Babylone des mains de Nabuchodonosor. au VIe siècle avant notre ère.

                  Ainsi, les cités mésopotamiennes ont-elles été parmi les premières annexions de ce qui allait devenir l’empire Perse, selon le modèle fédérateur et humaniste de Cyrus (auteur du Cylindre de Cyrus, la 1ère déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen).

                  Cordialement cependant,

                   

                   

                   


                • Antenor Antenor 14 janvier 2008 19:07

                  @ Jean Taffazolli

                  L’écriture a été inventée à Uruk en pays de Sumer. Les Sumériens ont connu un premier coup d’arrêt face aux Akkadiens vers -2350 puis ont été définitivement absorbés par les Amorrites vers -2000. Les Perses apparus 1500 ans plus tard n’ont rien à voir là-dedans.


                • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 19:17

                  A Uruk (Erech dans la Bible) ont aussi été inventés la roue (et le tour de potier ?). Les Gutiens mettent fin à la domination akkadienne en 2218 av JC mais la civilisation d’Our survit jusque vers 2000 av JC où elle sera détruite par des tribus d’Elamites venues du nord.

                  P.S : mes notes date de quelques années.

                   


                • hahahaha 14 janvier 2008 19:24

                  Cher jean,

                   

                  Parlez de juifs à cette époque révèle votre ignardise, les hébreux formaient une culture étonnante et détonnante dont les plus fiers descendants sont les juifs actuels, ashkénases comme sépharades.

                   

                  Bien à vous.


                • Antenor Antenor 14 janvier 2008 19:32

                  @ La Taverne

                  Effectivement, j’ai zappé les Elamites. Cependant l’invasion amorrite qui a suivi a été beaucoup plus durable, c’est elle qui a sémitisé toute la Basse-Mésopotamie et a laissé le nom d’un très grand roi, Hammourabi (Amurru-Rabbi ?). Si je ne dis pas de bêtises, la domination amorrite en Mésopotamie perdurera jusque vers -1500 où il cèderont un peu le pas aux Hittites/Kassites. 


                • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 20:25

                  En effet. Seul Hammourabi parviendra à imposer son contrôle sur la région. il unifie le pays vers la fin de son règne. Hammourabi, ayant détruit les autres états mésopotamiens, fonde le premier état babylonien. Les deux cités, Assour et Babylone, sont ensuite la proie de nouveaux envahisseurs. En 1595 av JC, les Hittites venus de Turquie prennent Babylone, qui sera ensuite, pendant quatre siècles, dominée par un peuple non sémite, les Kassites. L’etat de Babylone s’épanouit sous les Kassites. Ses rois traitent à égalité avec les pharaons d’Egypte et le commerce est florissant.

                   

                   


                • Odal GOLD Odal GOLD 14 janvier 2008 20:29

                   Je me souviens qu’à l’école on nous avait appris que l’écriture datait de celle cunéiforme des Sumériens vers 3500 ans avant JC, qui fut ensuite lentement améliorée par les phéniciens 2000 ans plus tard.

                   Lors de mon premier voyage en Inde et au Népal, le suis tombé sur le parchemin écrit en Sanscrit qui était coincé dans un de ces petits moulins à prières.
                   
                   Devant la perfection esthétique de cette écriture alphabétique (D’ailleurs d’après l’Encyclopædia Universalis, le sanscrit serait même la langue la plus « logique » du monde), je me suis demandé : mais qu’est-ce donc qu’on m’a appris à l’école ? D’où vient-elle donc, et quel âge a-t-elle donc - cette écriture - dont je n’avais jamais entendu parler avant ?
                   
                   [ La plus vieille forme de sanskrit attestée de manière plus tangible est nommée védique : c’est la langue dans laquelle sont rédigés les Vedas, dont le Rig Veda ou « Veda des hymnes (rig-) », le plus ancien ensemble de textes de l’hindouisme. Il est cependant extrêmement difficile de dater le Rig Veda lui-même, et donc les débuts de l’histoire réelle de la langue védique : les textes sacrés, en effet, étaient avant tout récités et appris par cœur (ils le sont d’ailleurs encore). Cependant de récentes études sur les sceaux harappéens permettent de poser de manière certaine que le Rig-Veda a sans doute été composé vers 3900 av JC. En effet, les Veda contiennent des descriptions d’éclipses qu’il est possible de dater précisément. ] (Wikipédia)
                   
                   Il m’apparaissait d’un coup que l’un des fondements de l’histoire telle qu’elle est couramment et doctement enseignée dans notre enseignement classique - omettait (sciemment ?) de parler du plus passionnant. Si je n’avais pas été en Inde, jamais cela ne m’aurait frappé comme cela : il y avait là la preuve d’une mémoire extraordinaire (bien plus et bien plus vieille que celle des Sumériens et des phéniciens) dont on ne m’avait jamais parlé avant. 

                  http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-323960.html


                • Antenor Antenor 14 janvier 2008 21:46

                  @ Odal Gold

                  Les plus anciennes écritures utilisées pour retranscrire le Sanscrit tel que le Brahmi ou le Karoshti sont dérivées d’un alphabet proche-oriental et datent d’environ -300 avant J-C. Elles sont probablement dûes au conquêtes perses et macédoniennes.


                • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 23:39

                  à Odal Gold : C’est à la lecture de témoignages comme le vôtre que je me dis que j’ai bien fait d’écrire cet article qui, je le pensais, aurait eu un petit succès d’estime. Or, j’y lis beaucoup de commentaires intéressants.

                  Dans mes notes qui datent de quelques années, je lis aussi que la civilisation sumérienne a inventé l’alphabet cunéiforme vers 3200 av JC. On parle de Sumer comme la première civilisation urbaine. C’est une donnée qui est donc remise en question. Les choses vont vite et il faut suivre ! Cet article m’aura aussi permis d’actualiser mes connaissances en histoire car je n’ai plus beaucoup le temps d’étudier cette discipline.

                   

                   

                   


                • John T. John T. 15 janvier 2008 10:21

                  Il y a eu quiproquo alors. Moi quand je parle de Sumériens, je parle des habitants de Sumer. Or, quand Cyrus arrive à Sumer au Vie siècle avant JC, la ville n’a pas disparu. Effectivement, les Sumériens d’alors sont plus originaires d’Assyrie et d’ailleurs mais à vous lire, le lecteur lambda pourrait croire que Sumer a "disparu" comme Atlantis, ce qui n’est pas le cas, évidemment.

                  Je reste sur ma position concernant l’écriture. L’écriture est apparue dans un contexte de commerce inter-cités, et n’aurait pas de sens sans cela.C’est un moyen de communication et les plus anciens écrits connus sont des registres religieux et commerciaux. Donc dire que l’écriture est née à Akkad, à Sumer, à Babylone ou autre n’a pas de sens. L’écriture est sans doute née de mélange de différentes formes écrites primitives qu’utilisaient ces peuples de Mésopotamie pour communiquer entre eux.

                  Cordialement.


                • John T. John T. 15 janvier 2008 10:22

                  Cher hahaha...

                  Ce n’est pas moi qui parle de Juifs Sumériens, moi j’en ris.


                • La Taverne des Poètes 14 janvier 2008 15:55

                  Les Hébreux d’origine, il n’y en a plus beaucoup non plus. Les civilisations disparues sont encore présentes à travers leurs témoignages. Je rappelle que nous parlons d’archéologie.

                   


                • zenohit zenohit 14 janvier 2008 15:59

                  OccidentalE, avec un "e" car civilisation est féminin, les sumériens, comme tous les hommes ne seraient rien sans les femmes, alors svp...

                  Le passé est riche quand on le mélange au présent (évolution), non quand on cherche à détruire le présent pour retourner au passé (régression).


                • John T. John T. 14 janvier 2008 18:31

                  Cher Jacob, les Sumériens n’ont rien d’Hébraïque. Actuellement, il existe toujours des gens qui parlent un dialecte proche de la langue parlée à cette époque lointaine. On les trouve en Irak (autour de la ville de Dorok), ce sont les Araméens et la plupart sont Chrétiens. Même s’il est vrai que Babylone a abrité des Juifs (sauvés par Cyrus le Perse en -535 av J-C), cela ne signifie guère que la Mésopotamie ait été 100% Juive. En dehors de la fuite d’Abraham, intéressez-vous de près aux divinités telles que Mabrouk, Bel et Nabu et vous verrez comme vosu êtes loin du compte.

                  Les Sumériens juifs, j’aurais tout lu ... mdr.


                • claude claude 14 janvier 2008 16:24

                  merci la taverne, pour ce bel article.

                  je me réjouis que les autorités iranniennes ne suivent pas le même chemin que les talibans en détruisant les vestiges de leur passé.

                  petits liens de départ pour ceux qui pensent que la perse a sombré dans l’obscurité après la conquête arabe :

                  bonne journée ! smiley

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires