• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Roland Magdane craque : seul en scène, au Théâtre Dejazet ?

Roland Magdane craque : seul en scène, au Théâtre Dejazet ?

De même qu’il est difficilement supportable d’assister à une émission de télévision où les applaudissements sont télécommandés à distance par un chauffeur de salle, de même n’est-il pas aisé de se sentir en empathie lors d’un spectacle où la systématisation du rire à chaque réplique impliquerait des spectateurs aux réflexes conditionnés.

Comment, alors, se permettre de penser que ce serait le public qui ne serait pas de bonne qualité ? Et comment imaginer pareillement que l’humoriste ait pu concevoir une machine infernale à décerveler ? 

Et cela, d’autant plus si le comédien en question possède un imaginaire et une sensibilité hors pair qu’il a pu confronter à des périodes fort difficiles de sa vie personnelle.

La problématique est donc ainsi posée sous forme d’alchimie : lire le script de Magdane craque doit effectivement être fort réjouissant, tant le surréalisme psychiatrique sans cesse sous-jacent, pour ne pas dire au centre de la gamberge, implique une connaissance acérée des mécanismes aberrants de l’esprit humain.

Par ailleurs, le show man qui ponctue de manière récurrente les chutes de ses trouvailles psychiques ahurissantes par un : "ça mouline, hein ?", en faisant le geste réflexif du doigt rotatif à la perpendiculaire de la tête, prouve qu’il est passé maître inégalable dans la maîtrise de la folie douce.

Mais voilà, à l’instant où l’on s’attendrait que tant d’efforts artistiques pour ouvrir le miroir de la conscience dussent induire un feedback d’une intelligence en gestation, fût-ce par le simple sourire entendu, ce sont tout au contraire, comme d’une boîte de Pandorre, des vagues d’exclamations de crétinisme ou de beauf attitude qui se déclenchent dans la salle en se renforçant mutuellement.

Expérience troublante et inquiétante, d’autant plus que toutes lumières rallumées à l’issue du spectacle, les spectateurs se retrouvent comme vous et moi, c’est-à-dire aussi discrets et pudiques qu’ils l’étaient en entrant au Théâtre Dejazet.

Certes, Roland Magdane craque, mais attention, il n’est pas le seul !

ROLAND MAGDANE CRAQUE * de & par Roland Magdane - Théâtre Dejazet -


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • doudou mariolo (---.---.40.92) 19 janvier 2006 16:00

    juste dire que votre article ne manque pas de fines analyses ,et des mots bien choisis que je puis comprendre ce jour par la poursuite d’études et d’aculturation studieuse moi l’ancien croquant ,l’ancien prolétaire ,je dirai que bien des gens ont rit des textes de Fernand raynault ou Fernandel ou bourvil ou coluche a gorges déployées sans voir le réel message et ce n’etaient pas des beauf des crétins de grâce votre seigneurerie laissez les vivres en paix et s’ils ont pus prendre un peu de bon temps c’est déjà ça


    • moi (---.---.218.207) 17 février 2007 22:20

      intérêt de cet article ??? le spectacle est bien ... je pense même drôle et excellent .. mais cet article est totalement imbu de lui-même et ne sert à rien ...


      • Hibernatus (---.---.236.109) 17 février 2007 22:41

        Si quelqu’un a compris cet article ce serait sympa de le traduire...

        Merci

        Nb :« dans l’avion y’avait une mouche. Une mouche dans un avion ! FAIGNAAAANTEEEEE ! » hihi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires