• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sauvons le calembour ! (Mareschal, nous voilà ! )

Sauvons le calembour ! (Mareschal, nous voilà ! )

Victor Hugo appréciait modérément cette forme de jeux de mots et dit un jour : « Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole ». Mais qui dira que les calembours du chanteur-enchanteur Bobby Lapointe ne valaient pas un clou ? Cet esprit de mathématicien brillant avait la pointe d’humour assez saillante. Frédéric Dard dressait son dard contre la bourgeoisie coincée pour en sauter le vernis et la pousser à l’hilarité.

Mareschal, nous voilà !

Avec le calembour on a peu de chances de passer à la postérité. Autant espérer passer à la poste hériter. Cependant, le calembour eut son maître au XIIIe siècle en l’aristocratique personne de Georges-François Mareschal, marquis de Bièvre. Si je vous dis : "Je passe en car à Vannes et je cale en bourg", c’est un calembour. Si je vous dis en revanche : "Le camembert est lourd, le calembour est l’air !", c’est une contrepèterie. L’art du calembour est plus étendu et ancien. Mareschal inventa des personnages aux noms comme l’ange Lure, l’abbé Quille, la comtesse Tation...

Comme le disait notre marquis de Bièvre sous la rubrique "Article Kalembour ou Calembour" du supplément à l’Encyclopédie de 1777 : "Il y a une remarque assez singulière à faire sur ceux qui écoutent un kalembour ; c’est que le premier qui le devine le trouve toujours excellent, et les autres plus ou moins mauvais, à raison du temps qu’ils ont mis à le deviner, ou du nombre des personnes qui l’ont entendu avant eux ; car dans le monde moral, c’est l’amour-propre qui abhorre le vide".

Contre le bourdon, calembourdons !

1 - Qu’est-ce que le calembour ?

En 1768, Diderot donne dans son Encyclopédie cette définition : "origine obscure, sans doute en rapport avec bourde". Le calembour vient souvent dindon, pardon d’un don mais d’un don quotidiennement travaillé. C’est un jeu de mots fondé sur une équivoque et le plus ordinairement sur une similitude de sons, sans égard pour l’orthographe. Pour faire plus savant, et à l’intention des professeurs, on précisera qu’il repose sur l’homonymie et homophonie (mots qui s’écrivent/se prononcent de la même façon, mais différents par le sens), la paronymie/parophonie (mots dont l’écriture/prononciation est très proche), la polysémie (mots ayant plusieurs sens).

2- Quelques exemples historiques :

Au cours d’une discussion philosophique, Mirabeau dit un jour à Talleyrand : "Je vais vous enfermer dans un cercle vicieux." "Vous voulez donc m’embrasser", répondit distraitement Talleyrand. Ce dernier qui était fort en esprit recevait un jour cette remarque d’un être se disant vertueux : "Je n’ai fait qu’une méchanceté dans ma vie", "Quand finira-t-elle", rétorqua Talleyrand du tac au tac.

Il ne faut pas confondre calembour et mot d’esprit. Le calembour est généralement plus facile car il joue sur les mots. Pour mieux comprendre prenons deux exemples royaux : "Allons ! Finissons-en, Charles attend  !" (charlatans) déclara Louis XVIII sur son lit de mort entouré de ses médecins. Il s’agit-là d’un calembour, procédé assez grossier en comparaison du trait d’esprit que fit ce même monarque quand il était encore en pleine santé. Il avait dit de Chateaubriand, "qu’il voyait loin lorsqu’il ne se mettait pas devant lui-même".

Enfin cette histoire fictive. Giscard d’Estaing et Mitterrand dînent ensemble. Chacun trouve une mouche dans le potage. Que font-ils ? Mitterrand l’avale et rit. Giscard l’imite et rend.

3- Le calembour moderne :

Jean-Paul Grousset, journaliste au Canard enchaîné, spécialiste du cinéma, est l’auteur du livre Si t’es gai, ris donc ! (Julliard, 1963) :

"Chassez le naturiste, il revient au bungalow."
"Les choses étant ce caleçon" (On surnomma aussi, à ses débuts, Charles Aznavour "le petit qu’a l’son court" à cause de sa voix faible)
"Je suis en congé de ma Lady" (prononcer "lady" à la française)
"Mes illusions sont des truites..." (sans doute pour un pêcheur bredouille)
"Je suis verseau, ascendant recto !"

Frédéric Dard, l’auteur des San Antonio avait la réputation d’être le roi des calembours ("On est comme on naît", "Mon Dieu, que votre volonté soit fête  !") mais d’autres ont sévi dans ce genre comme Pierre Dac ("La mort, c’est un manque de savoir-vivre"), Pierre Desproches, Coluche...

4- Calembours en vrac dont certains passés dans la conversation courante :

"Demandez nos exquis mots" (Demandez nos esquimaux), Patrice Delbourg.
"Un conflit de canards" (Un confit de canard)
"Manger et pisser" (Manger épicé)
"Merci d’être velu !" (Merci d’être venu !)
"Bande d’abrutis !" (pour "bon appétit !"), Coluche
"Partir, c’est crever un pneu" (pour "Partir, c’est mourir un peu").
"Vieux motard que j’aimais" (pour "Mieux vaut tard que jamais").
"Heureux qui, communiste" (détournement du vers de Du Bellay : "Heureux qui comme Ulysse...")
"On ne doit pas dire un ingrat mais un petit gros"

La manie du calembour peut être salvatrice dans certaines situations difficiles, mais dangereuse si elle devient pathologique et addictive. Ainsi cet officier allemand, dans le film La Vie est belle de Roberto Benigni (en illustration de cet article), dont l’esprit est obsédé jour et nuit par la recherche des réponses aux devinettes que lui pose le personnage central incarné par Benigni. Si l’officier sauve la face avec le calembour "dandy minute" (dans dix minutes), il perdra finalement la raison. Le calembour qui avait préservé sa santé mentale, mise à mal par les horreurs de la guerre, ne le sauvera finalement pas de la folie.

En conclusion, si le mot d’esprit est incontestablement supérieur en finesse au calembour, ce dernier est infiniment plus drôle dans son contexte, plus populaire et plus démocratique puisque chacun peut en faire. Et d’ailleurs voici le mien : "en faire c’est le paradis  !" Mais il ne sera jamais admis dans le monde des belles lettres. Il continuera de nous amuser dans les sketchs, les films, les forums sur internet...

Illustration http://www.sergeicartoons.com/Caricaturas/Cinema/Roberto-Benigni-1.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

166 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 11:28

    Ceci est un article estival, donc reposant, pour se cultiver gentiment les neurones (un peu) et surtout les zygomatiques. smiley


    • Avatar 24 juillet 2007 12:51

      Merci La Taverne pour cet article estival et poilant.

      qq exemple :

      "On ne dit pas mon corridor, mais mon corps se repose.

      On ne dit pas c’est l’Amazone, mais c’est là que j’habite.

      On ne dit pas un ouvre-boîte, mais un portier de night-club. On ne dit pas il est chétif, mais il est chez le coiffeur.

      On ne dit pas la maîtresse d’école, mais l’institutrice prend l’avion.

      On ne dit pas jerrycan, mais je rigole.

      On ne dit pas le ton monte, mais la fille moche prend l’ascenseur.

      On ne dit pas javelliser, mais j’ai lu.

      On ne dit pas un ingrat, mais un nain gros.

      On ne dit pas le petit poucet, mais le gosse était constipé.

      On ne dit pas mine de rien, mais gisement épuisé.

      On ne dit pas démanger, mais vomir.

      On ne dit pas un poète, mais un klaxon.

      On ne dit pas un enfoiré, mais une année de perdue.

      On ne dit pas une biroute, mais une route à deux voies.

      On ne dit pas dégâts des eaux, mais des marins.

      On ne dit pas je suis paniquée, mais je cherche un mec.

      On ne dit pas adéquation, mais y a-t-il des questions.

      On ne dit pas je suppute, mais je suis péripatéticienne.

      On ne dit pas je suis très sain, mais j’aime les gros nichons.

      On ne dit pas un conquistador, mais un imbécile narcissique.

      On ne dit pas j’ai vaincu, mais je suis pluri-anal.

      On ne dit pas faire des vendanges, mais péter comme un Dieu.

      On ne dit pas un microprocesseur, mais un petit prof.

      On ne dit pas un oenologue, mais un sexologue.

      On ne dit pas un homme hors pair, mais un eunuque.

      On ne dit pas couper le beurre, mais circoncire.

      On ne dit pas barbecue, mais poils aux fesses.

      On ne dit pas la bonne paella, mais la femme de ménage est absente.

      On ne dit pas mélodie en sous-sol, mais gare la voiture au parking souterrain.

      On ne dit pas je tripote, mais j’ai trois amis.

      On ne dit pas le processus de paix est enclenché, mais je vais lâcher une caisse.

      On ne dit pas c’est alligator, mais c’est Mouloud qui a raison.

      On ne dit pas un pinailleur, mais un mari infidèle. "

       smiley


    • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 12:58

      Avatar, vous êtes un spécialiste...très spécial !

      On ne dit pas Avatar mais vas-y moins tôt !


    • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 13:01

      Je me suis dit, pour les vacances on a la tente pliante, la chaise pliante, la table pliante. Il fallait un article pliant !!! smiley

      Quand on n’est pas au bouleau on peuplier non ? En tout cas je vois que ça se dé-chêne.


    • Avatar 24 juillet 2007 13:02

       smiley

      La Taverne :

      Hier j’ai rencontré un couvreur et il m’a parlé de toi.

       smiley


    • Avatar 24 juillet 2007 13:09

      J’ai oublié le titre du film (avec F.Lucchini)sur Beaumarchais contenant ce mot d’esprit lors d’une discussion :

      - « On juge un homme par les amis qu’il fréquente... »

      Réponse :

      - « Et bien c’est une erreur, Judas avait d’excellents amis »

       smiley


    • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 13:18

      C’est « Beaumarchais l’insolent ».

      Je m’en vais de ce pas raconter votre blague à mon patron : « Je connais un couvreur, il m’a parlé de vous ».


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 juillet 2007 13:19

      Le Qatar est intervenu en Libye pour libérer les otages

      Ne cherchez pas une émissaire, aucune à Libye

      Par contre retenons

      Qu’un Emir sert


    • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 13:27

      Pourvu que cela ne tourne pas à la Qatar strophe !


    • Avatar 24 juillet 2007 13:39

       smiley

       smiley

       smiley


    • kingofshifumi 24 juillet 2007 11:38

      Merci pour cet article, très rafraîchissant. Peut être pouvez-vous éclairez ma lanterne, car j’ai oublié le nom de cette forme de jeu de mots, très rare, dont la phrase suivante est un exemple : « Gal, amant de la reine alla, tour magnanime, galamment de l’arène à la tour Magne, à Nimes ». Je ne sais pas non plus qui en est l’auteur.



      • (---.---.19.111) 24 juillet 2007 13:22

        jetez un coup d’oeil à Wikipedia rubrique « holorime »


      • haddock 24 juillet 2007 11:46

        Excellent article ,

        et vice Versailles .

        Je peux le dire , car je suis de paire inconnue .


        • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 12:17

          Hep hep hep ! Léon. pas de contrepèterie. Ici c’est le calembour. Relisez l’article ! smiley Bernard Dugué propose d’ailleurs un concours.

          Joyeux Noël ! Pardon j’ai inversé les lettres du prénom, je voulais dire « joyeux Léon » !


        • haddock 24 juillet 2007 11:55

          @ Kingo ,

          Je crois que c’ est un palindrome .


          • haddock 24 juillet 2007 11:55

            Arrêtez sinon j ’appelle Police se gourre !


          • kingofshifumi 24 juillet 2007 12:13

            Ah non, un palindrome, c’est une phrase qu’on peut lire aussi bien de droite à gauche que de gauche à droite, comme par exemple : « élu par cette crapule ».


          • Gasty Gasty 24 juillet 2007 11:57

            Ah ! la taverne, tu nous gâtes.Merci smiley


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 juillet 2007 12:05

              Salut la Taverne,

              Si j’ai bien compris, il faut signer ton livre d’or en y allant d’un calembour, et même oser un concours. Je n’ose pas, je crains le pire

              Du haut de son pupitre, Sarko délivre une épître aux patrons anglais pour un nouveau chapitre de l’Histoire mais l’Histoire retient aussi les pitres.

              Ce que L’Histoire retient des pitres, c’est que les peuples n’ont pas droit au chapitre

              Ce que les pitres retiennent de l’Histoire, c’est que les peuples ne retiennent rien de l’Histoire et qu’en conséquence, ces peuples ne demandant pas le droit aux chapitre, les pitres peuvent se faire élire !

              Du haut de son pupitre, Sarko délivre une épître aux patrons pour un nouveau chapitre de l’Histoire


              • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 12:13

                Bernard Dugué : ce n’est plus un calembour ça, c’est un poème. Il y a des poètes spécialsistes du jeu de mots. Ainsi Charles Cros avec son hareng saur :

                Wikipedia expliuqe comment lire le texte sans lui faire un sort : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Hareng_saur

                Si vous le faites bien, vous mériterez le prix Charles Cros. (ne pas confondre avec la crosse de Charles d’Angleterre)


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 juillet 2007 12:32

                il y a des poètes spécialsistes du jeu de mots.

                un euh de plus et cela donne, poètes spécialsiestes

                quelqu’un se reconnait ?

                Ne pas oublier Perec et sa cantatrix, mais tu connais, cher poète !


              • La Taverne des Poètes 24 juillet 2007 12:09

                Calembour de menuisier que l’on m’a soufflé à l’oreille : « Depuis qu’il est dans le meuble, il est plus commode ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès