• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Science-fiction : Lowtechpunk résilient VS Steampunk frelaté

Science-fiction : Lowtechpunk résilient VS Steampunk frelaté

JPEG

J’ai regardé Alita Battle Angel sur TF1. Mouais. Un joli film, avec de très bonnes performances esthétiques. Pour le reste, c’est l’invraisemblance totale : un mélange de Cyberpunk et de Steampunk, en gros de l’ultra-high-tech intergalactique (Ah, l’Union des Républiques Martiennes où a été fabriquée l’héroïne !) mêlé à la lourdeur des ferrailles et autres laitons glauques, bras articulés ou yeux de verre caractéristiques du Steampunk (quoiqu’à peu près sans « steam » puisque les machines à vapeur y étaient, ce me semble, totalement absentes).

C’est la tendance Steampunk actuelle : on bricole, on customise, et ça s’arrête là. On ne compte plus les petits rigolos, souvent américains, qui se font installer des maisons Steampunk, en réalité des maisons très équipées en technologies diverses, comme on les aime actuellement, mais avec un enrobage, un maquillage rétro-vintage. Le must : c’est l’ordinateur dernier cri retravaillé par un artisan pour bénéficier d’un clavier façon machine à écrire et d’un écran placé dans un cadre en bois ou en cuivre. C’est la négation même de la science-fiction : on vous emballe le présent dans un décor insolite, point final, sans véritable imagination du futur.

Nous aurions tout au contraire besoin d’une science-fiction résiliente, attachée aux possibles, chronologiquement cohérente, proche de l’anticipation et de la futurologie raisonnables, voire de la prospective si on la place dans un futur proche. Ce nouveau genre littéraire, auquel j’ai désiré contribuer quelque peu, je le nommerais volontiers le Lowtechpunk, c’est-à-dire une science-fiction dévoilant un futur hypo-technologique (low tech) et non hyper- ou ultra-technologique (high tech), comme dans la quasi-totalité des productions actuelles. Aujourd’hui, il n’y a guère que les survivalistes (souvent catalogués à droite de la droite) et les collapsologues (souvent à gauche de la gauche) qui envisagent la perspective d’un avenir régressif, ou, si l’on veut, d’un futur rétrograde (très différent du rétrofuturisme frelaté des superproductions actuelles). Mais les survivalistes et les collapsologues – s’ils excellent dans l’essai politique et la critique de l’actualité – s’intéressent moins qu’on ne le souhaiterait à l’imagination d’un futur possible.

Photo : Pablo Servigne, collapsologue

 

Pourtant avec la raréfaction, puis la disparition de certaines matières premières et ressources naturelles, l’accumulation de pollutions majeures très préoccupantes, la perspective de gigantesques pannes, notamment des méga-bugs informatiques, le tout sur fond de tensions sociétales et géopolitiques croissantes, la Nature comme l’Humanité risquent fort de se prendre un sérieux coup dans les gencives dans les décennies qui suivent…

Nul n’est prophète en son pays, mais enfin, si on me demandait comment je vois l’avenir, je dresserais la liste suivante :

 

— Évolution du XXIe siècle vers un grand conflit mondial (version dure) ou un grand effondrement (version soft) ;

— Forte diminution consécutive de la population terrestre et de l’espérance de vie ;

— Disparition du monde virtuel et de ses supports technologiques : télévision, internet, numérique, réseaux informatiques, téléphonie mobile (tout l’inverse des fantasmes cyberpunk actuels) ;

— Persistance partielle de l’analogique : radio, téléphone filaire ;

— Persistance partielle de la presse écrite et du livre ;

— Persistance partielle de l’hydroélectricité, du moteur à explosion (agrocarburants) et des réseaux de distribution d’eau ;

— Réemploi massif de la force musculaire animale et humaine (ce qui n’implique pas nécessairement esclavage ou maltraitance) ;

— Amenuisement des idéologies molles (bien-pensance, droit-de-l’hommisme, haine de soi, wokisme, cancel culture, virtualisation, etc.)

— Frugalité et simplicité…

Pour l’instant, les rétrofuturismes frelatés (généralement du Cyberpunk déguisé en Steampunk ou en Dieselpunk) occupent les esprits et trustent l’ensemble de la production littéraire et cinématographique (sans compter les jeux vidéo). C’est ce qui plaît à l’heure actuelle ; il faut dire que les enfants comme les adultes sont de grands naïfs technicistes, qui conjurent la peur des techniques par l’imagination de mondes bizarres… où il y a encore plus de machines ! C’est un peu le retour du refoulé technique. Rares sont ceux qui conçoivent que, dans un avenir plus ou moins proche, on pourrait bel et bien revivre… à l’ancienne !

Ci-dessous, une liste d’ouvrages. On me pardonnera d’avoir mentionné le mien au passage. Bonnes et douces lectures !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 25 octobre 15:31

    Merci pour cet article. It’s cool to see you back.


    • martinez 25 octobre 16:11

      Hier soir j’ai regardé un western lowtechpunk, puisqu’une seule balle suffit à tuer le méchant, dans une rue déserte d’une ville désolée, Veracruz je crois. Sinon il y avait les aventures de Rabbi Jacob, mais ça nous entraînerait dans d’autres considérations. Merci en tout cas pour votre article.  


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 octobre 21:01

        Il est vrai qu’il y a a réfléchir , hors de la politicaillerie.


        • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 22:16

          Si on fait un film sur Macron, ce sera quel style ? Du scaretechpunk ?



          • V_Parlier V_Parlier 26 octobre 19:20

            @zygzornifle
            Oui c’est bien ça, ou plutôt du transpunk smiley


          • zygzornifle zygzornifle 26 octobre 12:38

            Je l’ai regardé au lit donc Alita alité ....


            • Albert123 26 octobre 16:22

              et pourquoi donc fustiger un style qui n’a d’autre préocupation que celui de divertir son potentiel public 

              le « steampunk » et autres retrofuturisme ne s’incrivent pas dans la volonté de faire reflechir sur l’avenir le potentiel auditoire comme le cyberpunk en son temps. Encore moins celui de prétendre décrire notre avenir proche.

              Il s’agit ici d’un spectacle graphique à la portée philosophique la plus minimale qui soit.

              le manga dont est issu le film (GUNM) du début des 90’s est d’ailleurs également très limité lui même sur ce pan là.


              • Egill Amüu 27 octobre 09:26

                @Albert123 Exactement, ce que j’aime dans le style steampunk c’est avant tout une esthétique inspirée par un XIXe siècle fantasmé, et si ça doit amener à des reflexions politiques ça vient après. Et je trouve que c’est plus intéressant quand les delires technologiques ne sont pas mis trop en avant avec les trucs de bras articulés et autre mais restent discret et insolite.
                Quand je masterisais un jdr dans cet univers je voyais ça plus comme une reflexion sur notre epoque avec une fascination démesurée pour la technique, un mode de vie décadent chez les bourgeois mais le tout enrobée d’une esthetique plus classque que notre monde.
                Ce mouvement devient peut être plus intéressant si ça s’ecarte justement de la science fiction classique.
                Du coup un steampunk post apo et low tech j’en vois déjà un peu moins l’intéret.


              • Zolko Zolko 27 octobre 00:34

                moteur à explosion (agrocarburants)

                c’est ça l’avenir, pas Tesla. Mais chut, faut pas l’ébruiter.

                 

                Dans votre liste, vous avez oublié de mentionner la fin de la globalisation. Par contre, je ne pense pas que Internet finira, c’est même la seule chose positive qui sera sortie de cette époque. Mais ça sera plutôt le retour vers un Internet de souche, celui d’une mine d’information et de discussion, pas celui narcissique et centralisé d’aujourd’hui.

                 

                Sinon, le terme même de low-tech est quelque-chose dont je parle souvent autour de moi, mais ça n’éveille pas trop les esprits.


                • mr green reptile 27 octobre 00:45

                  — Évolution du XXIe siècle vers un grand conflit mondial (version dure) ou un grand effondrement (version soft) ;=>ok

                  — Forte diminution consécutive de la population terrestre et de l’espérance de vie ;=>ok

                  — Disparition du monde virtuel et de ses supports technologiques : télévision, internet, numérique, réseaux informatiques, téléphonie mobile (tout l’inverse des fantasmes cyberpunk actuels) ;=> non , accroissement pour les maitre , diminution pour les esclave .

                  — Persistance partielle de l’analogique : radio, téléphone filaire ; => peut etre , facile a redecouvrir .

                  — Persistance partielle de la presse écrite et du livre ;=>ok meme artisanale facon gutenberg 

                  — Persistance partielle de l’hydroélectricité, du moteur à explosion (agrocarburants) et des réseaux de distribution d’eau ;=> certainement pas , no maitre ne veulent pas de concurence 

                  — Réemploi massif de la force musculaire animale et humaine (ce qui n’implique pas nécessairement esclavage ou maltraitance) ;=>impossible sans maltraitance 

                  — Amenuisement des idéologies molles (bien-pensance, droit-de-l’hommisme, haine de soi, wokisme, cancel culture, virtualisation, etc.)=> bien sur ce n’ est qu’ un outils 

                  — Frugalité et simplicité…=> impossible c’ est pas dans la nature humaine .


                  • Zolko Zolko 27 octobre 07:44

                    @reptile

                    Frugalité et simplicité…=> impossible c’ est pas dans la nature humaine

                     
                    vous n’avez pas compris l’article : ce ne sera pas par choix mais par nécessité.

                  • Jelena Jelena 27 octobre 09:02

                    Vos prévisions ne se produiront que pour les survivants d’une éventuelle 3ème guerre mondiale... Sans cela, il n’y aura pas de retour en arrière.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité