• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Scoop : censure aux « César » !

Scoop : censure aux « César » !

Tout s’annonçait très bien sur le papier et sur mon écran plasma. Bonne cérémonie des César (2007) vendredi 22 février 2008 au superbe théâtre du Châtelet, récompensant dans l’ensemble de bons films français.

Alain Delon le guépard a rendu un hommage poignant à l’inoubliable Romy. Le beau Melvil Poupaud, très sobrement et avec talent, a rendu hommage, comme il se doit, aux soixante ans de carrière de la grande Jeanne Moreau. L’histrion Roberto Benigni, face à son César d’Honneur, s’est montré (Fanny) ardent comme toujours, et il a rendu un bel hommage au cinéma français, à son Histoire (les Lumière), ainsi qu’à deux grands cinéastes disparus l’an passé : Antonioni et Bergman - sa minute de silence était très forte après ses clowneries festives, bien joué l’artiste. Antoine de Caunes était drôle et punchy, j’ai bien aimé ses petites piques happy few, notamment contre les Jaoui-Bacri (!), et son bestiaire animalier foutraque était, euh... comment dire, poilant - c’était dogville à un moment, ça faisait très Tintin et Milou (vous savez, les fameuses planches 45 et 46 de Tintin en Amérique (1947) lorsqu’un détective privé, mou du bulbe, ramène plein de chiens à notre petit reporter qui vient de perdre Milou, mais c’est jamais le bon !). Au Châtelet, l’autre soir, on a récompensé deux films qui le valaient vraiment : j’ai été ravi pour les César attribués à Persepolis, le très beau film sensible itou itou signé Marjane Satrapi, et les César d’importance (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original), attribués au puissant La Graine et le Mulet d’Abdellatif Kechiche, m’ont littéralement enchanté. Claude Berri, très affaibli, a parlé de Pialat à l’égard de Kechiche et il a mille et une fois raison. Merci Claude Berri donc, selon le sacro-saint usage de cette formule-sésame ! La sublime Hafsia Herzi (César du meilleur espoir féminin) était au rendez-vous, irradiante de beauté brune orientalisante - une graine de star, indéniablement. L’intello Mathieu Amalric (pour son César pour le film émouvant mais quelque peu tire-larmes Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel) avait laissé un beau texte (éclairant) à lire à l’animateur Antoine de Caunes, l’acteur ayant fait faux... Bond du fait d’un tournage à Panama. Chapeau à lui !

Le César de la meilleure musique attribué à Alex Beaupain pour Les Chansons d’amour de Christophe Honoré (film, selon moi, trop absent de cette cérémonie) était mérité, on a encore tous et toutes, je pense, ses chansons entêtantes en tête, telles des ritournelles libertaires, et le compositeur, agacé, a eu raison de reprendre le banal Gilles Lellouche qui avait écorché son nom en le nommant Alex Beaupoint, ou Beaucoin, et pourquoi pas Bonpoint tant qu’on y est ! Bref, un mauvais point pour cet acteur lambda n’ayant pas assez préparé sa remise d’un César, c’est dommage. Seule ombre au tableau, le César pour La Môme, celui de la meilleure actrice, attribué à Marion Cotillard (oscarisée depuis en grande pompe, tant mieux pour elle et bravo !). Je l’avoue, selon moi, ce sont ses maquilleurs qu’on aurait dû récompenser pour sa prestation dans le biopic sur Piaf du talentueux Dahan ! Et, tout de même, pourquoi tous ces suffrages pour une seule et même actrice ? On le sait, c’est la limite des César et des prix entraînant un effet boule de neige, on la porte aux nues comme si les autres n’existaient pas, on la filme comme une petite princesse, on la bichonne trop, c’est trop lénifiant comme truc, ça faisait limite bonbonnière. Ludivine Sagnier était bien plus présente cette année (La Fille coupée en deux, Les Chansons d’amour, Un secret ), c’est à elle, moi, que j’aurais donné le César de la Meilleure Actrice et, en plus, elle est plus jolie que Marion Cotillard, et toc ! A part cette petite réserve quant au Dahan sentant beaucoup trop le musée Grévin à mon goût, j’ai trouvé que ces César étaient une belle cérémonie et qu’Antoine de Caunes, comme d’hab, s’en est sorti haut la main, peau de lapin. Ave Caesar ! (Ah oui, le César du Meilleur Film étranger, moi, je l’aurais donné à La Nuit nous appartient de James Gray, ça, vous voyez, c’est du grand cinéma, stylé et sobre à la fois, tout ce que j’aime, chapeau !). Mais, bref, tout ça, c’est le joli décor d’apparat, plongeons-nous maintenant dans l’envers du décor, à savoir dans les promesses de l’ombre des coulisses. Pouce, quoi !

Scoop : censure aux César, j’hallucine ! C’est une affaire qui fait grand bruit dans le landerneau cinématographique (presse et monde du cinéma) et ailleurs. Voici l’affaire, il se trouve qu’une partie de la lettre de Mathieu Amalric a été censurée aux César, ni plus ni moins. Tronquée. Coupée nette. Edulcorée. Ratiboisée. Pas de têtes qui dépassent, paraît-il que c’est tendance en ce moment ! Censure par qui ? Antoine de Caunes ? Les boss de Canal+ (chaîne qu’on a connu plus « rebelle » à une époque) ou des César ? Michel Denisot himself ? L’establishment politique ? Sarkozy ? Que nenni, pas de parano inutile. L’acteur et réalisateur Amalric, en plein tournage au Panama pour Quantum of Solace (le prochain James Bond), n’était pas présent vendredi soir au théâtre du Châtelet où il devait recevoir le César du Meilleur Interprète masculin pour Le Scaphandre et le Papillon. Aussi, il a envoyé par e-mail une lettre qu’il voulait qu’Antoine de Caunes lise à sa place, mais il y a un bug : le message de remerciement de l’acteur n’a pas été lu en entier, ledit texte a été censuré dans toute sa dernière partie. Eh oui, c’est bien connu : les absents ont toujours tort. Voilà la polémique lancée : Amalric, furibard, crie à la censure ! Sur le site des Cahiers*, on peut lire : « De Panama je t’envoie le texte que j’avais envoyé au dernier moment aux Césars au cas où. Et comme le cas où est arrivé, il a été lu, paraît-il très bien par de Caunes mais... pas jusqu’au bout. Je n’en reviens pas. Je ne savais pas que c’était si simple que ça, la censure ». Depuis, de Caunes s’est expliqué, plutôt bien d’ailleurs : « Mathieu Amalric a demandé que ce soit moi qui lise sa lettre. A la dernière minute, on m’a passé quatre fiches et j’ai tout lu de la première à la dernière ligne. Vous pensez bien que je ne me serais pas privé d’une déclaration politique ni de la chute sur "se tripoter la nouille". » Renaud Le Van Kim, le producteur exécutif des César (depuis six ans), explique les conditions de cette coupe : « Nous avons reçu le texte par le biais de l’agent d’Amalric dix minutes avant la remise du prix. Sur autorisation expresse de son agent, nous avons décidé, avec Laurent Chalumeau [auteur des textes d’Antoine de Caunes] de raccourcir la lettre parce que nous avions déjà du retard. On a enlevé la partie sur les multiplexes parce que Jeanne Moreau venait, mot à mot, de dire la même chose. »

Bon, c’est crédible, pour autant, ce n’est pas très malin de « censurer » un tel acteur. Mathieu Amalric est un acteur bankable aux 2 César (2004 : Rois & reine, 2007 : Le Scaphandre et le Papillon) et à la carrière internationale assez impressionnante (Steven Spielberg, Julian Schnabel, Sofia Coppola, James Bond...). Aussi, il a des tribunes de choix - et puissantes - pour s’exprimer. La preuve : ce fils de journalistes - Jacques Amalric, éditorialiste à Libération, et Nicole Zand, critique littéraire au Monde - a envoyé un e-mail de mise au point aux Cahiers du cinéma, entre autres. Ceux-ci, par intégrité par rapport au cinéma comme art et par respect pour l’artiste (Amalric, acteur et cinéaste indé), ont décidé de publier l’e-mail et la lettre intégrale sur leur site. Merci à eux. Et pour vous, lecteurs du média citoyen Agoravox, le voici dans son intégralité : "Antoine, tu le lis avec hésitation et bafouillements. Oui bon ben... euh... alors là on frôle le n’importe quoi : Lindon ; trois fois nommé, zéro compression Darroussin ; deux fois... nada Michel ; quatre fois comme acteur... résultat blanc. Et le pompon, Jean-Pierre Marielle. Sept fois nommé !!! Et jamais la fève, même pas pour les Galettes. Chapeau ! ... De Panama, d’où je vous fais un vrai faux-Bon...D. L’autre vilain de Lonsdale aussi il paraît. Enfin, mouais, mais... non ce qui fait plaisir, c’est que Le Scaphandre, c’est bien la preuve qu’un acteur n’existe qu’à travers, qu’en regard de ses partenaires. Parce que qui voit-on à l’image, qui fait prendre vie au Jean-Do de fiction ? C’est Chesnais, c’est Ecoffey, Arestrup, Watkins. Ce sont Marie-José, Olatz, Consigny penchées vers lui, vers moi, vers vous, tendres, drôles et attentives. C’est Marina en Vierge Marie, c’est Emmanuelle Seigner qui joue pas la Sainte et qui du coup donne corps, chair et souffrance à Bauby. Ta fille aussi, Emma qui carrément provoque le miracle. Et c’était Jean-Pierre Cassel, doublement. Le Papillon c’est la preuve que, quand il y a un réalisateur, les techniciens sont des roseaux pensants. Que tout se mélange, que sur un plateau tout est dans tout, qu’on peut être, (ce joli mot), une équipe PAS technique... parce que franchement qui c’est l’Acteur quand c’est Berto, le caméraman qui fait, qui EST le regard. C’est LUI qui, par les mouvements de sa caméra crée les mouvements de la pensée de Jean-Do. Oui, quand il y a un réalisateur... Julian. Je pense fort à une autre équipe. Celle, médicale, de l’Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer où on a tourné et où Bauby a passé un an et demi. Le vrai et le faux, la réalité et la fiction... on ne savait plus. D’ailleurs c’est drôle, je me souviens. Le décor de la chambre, pour avoir plus d’espace, était reconstitué dans une grande salle au rez-de-chaussée de l’Hôpital, la salle des fêtes. Avec au-dessus de la porte, une enseigne en grosses lettres rouges : CINEMA. Ça ne s’invente pas. » Et là, de Caunes s’arrête, il n’avait que ça sous les yeux, semble-t-il, pourtant le texte continuait : « Mais la salle de cinéma. Oui, la SALLE de cinéma, elle, doit pouvoir continuer à s’inventer. "A lire à la lumière. Et à diriger sur notre nuit". Notre musique. Insupportable "trompe-l’œil" des multiplexes. Les chiffres comme seule ligne d’horizon. Aveuglement, brouillage, gavage, lavage. Et quelle solitude. Vous avez déjà parlé à quelqu’un dans un multiplexe ? Pas moi. D’ailleurs c’est impossible, ce qui compte c’est le flux. "Circulez s’il vous plaît, y a rien à voir" . Au suivant ! bande de Brel. Alors que le travail souterrain, patient, divers, dédié au public, aux écoles, aux rencontres que font et ont envie de faire tellement d’exploitants de salle se voit de plus en plus nié aujourd’hui. La Question humaine n’aurait par exemple jamais fait autant d’entrées sans le travail de curiosité des exploitants de province et de l’ACRIF. Ce tissu de salles, que le monde entier nous envie, est notre cœur, nos poumons. Sinon... Sinon on va tous finir devant nos "home cinéma" à se tripoter la nouille... Bons baisers de Panama... Mathieu ».

Texte certes fort, mais un peu facile, venant d’ailleurs d’un acteur qui ne boude pas les billets verts des blockbusters (Munich, James Bond...). On serait un peu caustique, on serait tenté de dire que l’auteur du film Mange ta soupe crache un tantinet dans la soupe ! D’ailleurs, de même qu’il est bon qu’il y ait plusieurs types de cinémas - Amalric en est un très bon exemple, il tourne aussi bien des films d’auteurs français et autres (Richet, Bonello, Desplechin, Odoul, Klotz, Dieutre, Giannoli, Moullet, Jacquot, Biette, Iosseliani, Téchiné...) que dans des grosses machines cinématographiques américaines -, il est bon qu’il y ait en France un tissu large de distributions des films dits « d’auteurs », « du milieu » (selon le mot de la cinéaste engagée Pascale Ferran) et « populaires » : multiplexes comme salles indépendantes, mais en faisant très attention à ce qu’il n’y ait pas de concurrence déloyale, avec un gros Goliath bling-bling qui écraserait systématiquement un David « arte povera ». Il faut aussi souligner que les cartes d’abonnement (UGC, Pathé, MK2) permettent au cinéma sortant en salles de tenir, et ça, c’est essentiellement le fait des multiplexes-bulldozers ayant pignon sur rue. Oui, il faut garder notre tissu de salles dans toute sa diversité. Cependant, ne soyons pas naïfs, le cinéma est un art ET une industrie. Derrière les gros producteurs à cigares et les bankable Amalric et autres Jeanne Moreau, il y aussi les distributeurs, les caissiers, les exploitants, y compris dans les multiplexes tant décriés. Bref, évitons l’angélisme élitiste facile, la diversité culturelle gagnerait-elle à la disparition des multiplexes ? Je ne pense pas, loin s’en faut, même. Certes, il faut se méfier de la planche à billets qui uniformise tout, il faut aussi trouver la juste mesure entre un public de flux (cartes d’abonnement) et un rapport singulier entre le spectateur et le film et, bien sûr, il faut également préserver notre parc de petites salles indépendantes de quartier et de caractère, endroits où l’on évite les odeurs de frites et de pop corn, pour autant ne diabolisons pas à l’extrême les multiplexes.

Ah oui, quand même un dernier truc. Petite cerise sur le gâteau : ça se passe comme ça chez UGC et ses gros multiplexes sans complexes : l’autre jour, je me décide à aller au cinéma, direction l’UGC-Ciné-Cité-les-Halles (Paris), et m’apprêtant à prendre une place pour un film « du milieu », voilà qu’il n’y a plus ni caisses ni caissiers ni caissières ! Bon sang, me voilà donc dans un film, ça y est, du genre Minority Report ou I, robot. Mazette, je suis plongé ad libitum dans la Matrice des frères Wachowski ou quoi ? Je suis peut-être un robot après tout, passé de l’autre côté du miroir aux alouettes qu’est le cinéma, c’est ça !? Incroyable, on a devant nous des gens taiseux (spectateurs ?) courbés sur des machines et des bornes métalliques froides pour prendre des places de ciné, comme dans un aéroport, on glisse alors sa carte 5 - la moins chère ! - et zou les mouches, nos tickets imprimés sortent comme dans un parking payant en sous-sol et, en plus, pour... la salle 13, manquait plus que ça ! Après la projection du film, la froideur des espaces sans fin UGC me donne un peu l’impression qu’on est - nous, les braves spectateurs - comme des clones, des fourmis, des oies à gaver, coûte que coûte. Bonjour la déshumanisation ! Avant, et même dans un UGC pardi (!), on avait le plaisir de demander 2 places, par exemple, pour « le dernier Kubrick » ou « le Bruce Willis », on avait aussi une certaine appréhension quand il s’agissait de demander une place pour un film au titre imprononçable du genre Eternal Sunshine of the Spotless Mind (bafouillage total, on disait alors, histoire de faire bonne figure : 1 place pour la 13 !), voire on prenait même quelque peu plaisir à répondre au sourire commercial et disneylandisé d’une jolie caissière sexy en tailleur serré bleu de cobalt. Mais maintenant, que nenni, rien de tout ça : plus de caissières, plus de paroles, plus de regards, juste des machines bornées, des bornes illimitées et des films qu’on consomme comme si l’on faisait un plein d’essence d’entertainment abrutissant. On n’a pas à parler. Chut, on consomme, on est lobotomisés, on se tait surtout et au suivant, vite ! Ouais, c’est vraiment inquiétant tout de même cette course frénétique au profit qui en oublie l’humain et le tissu social. Et, tenez-vous bien, en soirée, mon cauchemar n’est pas fini. Après le ciné, je me rends dans une grande surface style Auchan, et cette fois-ci, il n’y a plus de caissier pour la caisse moins de 10 articles, on passe froidement ses pâtes et ses corn flakes dans un truc métallique laser pour identifier les codes-barres, sans rien dire, tels des... oranges mécaniques. Ubuesque le truc ! Bonjour l’ambiance et l’angoisse - la prochaine fois, c’est promis, direction l’Arlequin, le Panthéon ou le Champo (des petites salles parisiennes à taille humaine) et... mon p’tit fromager du coin tant qu’on y est ! Et l’UGC, eh bien, désolé Mister Luc Besson, mais je vais attendre un peu par Toutatis !

* http://www.cahiersducinema.com/site.php3

Documents joints à cet article

Scoop : censure aux « César » ! Scoop : censure aux « César » !

Moyenne des avis sur cet article :  3.99/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 26 février 2008 10:36

    Les absents ont toujours tort.

    En plus si cela permet de gagner quelques minutes lors d’une cérémonie, trop longue, qui a tendance à prendre inéluctablement du retard.

    Surtout j’aime bien cette histoire de censure, la censure est tellement forte que l’on parle plus du texte du fait qu’il n’est pas été lu dans son entier, que si on l’avait lu pendant la cérémonie et oublié juste derrière.


    • float float 27 février 2008 09:28

      Je suis d’accord, le message y a largement gagné au change...

      Et puis la révolte par la bouche des autres... Quelque soit l’objet, ça manque cruellement de classe, et d’impact aussi en passant (ce qui rejoint le fait que si le message avait été lu jusqu’au bout, jamais personne ne l’aurait ne serait-ce qu’abordé après la cérémonie).


    • tvargentine.com lerma 26 février 2008 10:36

      Franchement ces acteurs médiocres ,intermittents professionnel du spectacle qui vivent au crochet du contribuable devraient plutot se reconvertir dans un autre secteur d’activité

      Un article de publi-reportage d’un mauvais acteur


      • La Taverne des Poètes 26 février 2008 10:41

        Et les "Coloriés de César" récompensent les plus beaux cahiers de coloriage.

         


        • pallas 26 février 2008 12:13

          Les cesars ce n’est rien de plus un truc ou des types gagnent des millions pour jouer un role dans un film, c’est comme pour le football, sa se croit superieur car sa gagne de l’argent pour faire un effort plus que minimum et sans interet et dont forcement tout le monde applaudi. La censure veritable, c’est celle la, ainsi que la betise de trouver normal que ce genres de metiers, les acteurs touchent en 1 mois le salaire de toute une vie par rapport a une caissiere. La penibilité du travail sa ne compte pas, il y a ceux qui bosse pour vivre, traité comme des dechets, qui s’ils n’etaient pas la, la societe ne marcherai pas et il y a ceux qui parlent haut et fort et qui n’ont aucunes utilités a part amusé la galerie, je trouve sa stupide.


          • Jiem Jiem 26 février 2008 12:46

            Attention à ce que tu dis concernant les multiplexes... Ces derniers se sont implantés sur le territoire à la fin des années 90, pensant qu’ils allaient révolutionner l’exploitation et donner un coup de boust à la fréquentation des salles française... Le premier effet a été la désertification des salles indépendantes et de proximité au profit des grands centres. Comme le réseau français n’est pas susceptible, des solutions ont été trouvées par les petits exploitants, et de là est né l’action culturelle cinématographique dans le milieu de l’exploitation.

            Aujourd’hui, on a la preuve que les multiplexes ont en partie failli à leurs paris : la fréquentation n’a pas drastiquement augmenté (depuis leur implantation, elle a suivi une tendance de progression déjà annoncée depuis 1994 passant d’environ 130 à 180 millions d’entrées annuelles, stabilisées depuis 2001 avec 2 pics en 2004 et 2006), les investissements réalisés lors de l’implantation des multiplexes étaient énormes et ces cinémas ne sont toujours pas rentables, les cartes illimités, bien qu’ayant fidélisé un certain public, sont un nouvel investissement pour les grands groupes, les 12-25 ans, cible des multiplexes, se désintéressent de la sortie cinéma (ont d’autres éléments d’attention : téléphonie, home cinéma, etc.), les plus de 50 ans qui vont de plus en plus au ciné ne se retrouvent pas dans le fonctionnement des multiplexes, le passage au numérique sonne le glas de nouveaux investissements pour les salles (et pas des moindres : changement des chaînes son, modernisation des cabines, formation des opérateurs, professionnalisation des exploitants associatifs, ...), et, comble du comble, le public entame un très léger retour au cinéma de proximité (pouvoir d’achat en baisse, prix des transports en hausse, souhait de cinémas à taille humaine).

            Il se présente plusieurs solutions dès lors au problème des multiplexes : soit la fréquentation augmente encore et dépasse les 250 millions d’ici à 5 ans (utopique), soit les grand groupes revoient leurs capacités à la baisse, soit les cinémas indépendants et de proximité ferment...


            • zenohit zenohit 26 février 2008 18:23

              et bien ! je n’aurais pas du tout mieux dit !


            • claude claude 26 février 2008 13:04

              joli papier sur les césars !

              parmi les films et les acteurs en lice, il était parfois difficile d’en désigner un de "meilleur"... il y avait tant de talents nommés à cette distinction, qu’il aurait presque fallu remettre un césar collectif.

              et il a eu ce grand moment d’émotion, lorsque cette grande dame du cinéma qu’est jeanne moreau, a fait l’éloge du cinéma, du vrai, celui qui allie le divertissement à la réflexion, celui qui sait être de qualité, même quand il veut être léger, celui qui se transmet de génération en génération, chacune d’entre d’elle y apposant sa patte...

              j’ai bien aimé aussi, la folie de julie depardieu qui, bonne camarade, a voulu partager sa statue avec ludivine sagnier.

              cette cérémonie, si elle n’a pas été parfaite, a au moins eu le mérite de donner l’envie d’aller...au cinéma !


              • Philippe D Philippe D 26 février 2008 15:04

                Les César, comme dit l’autre : J’lai pas vu, J’lai pas lu, mais j’en ai entendu parler !

                Ce qui me donne toute légitimité pour commenter.

                Enfin non, au même moment j’étais dans une petite salle qui projetait "La graine et le mulet" et ce fut amusant, sur le chemin du retour d’entendre à la radio les résultats des César.

                Je regrette de n’avoir pas vu Hafsia Herzi parce que, ça y est, je suis retombé amoureux. Pas tellement pour sa danse du ventre, très grand moment certes, mais beaucoup plus pour son visage, son regard... J’ai du m’y noyer.

                Alors merci à ces petites salles qui programment les films que l’on n’a pas eu le temps d’aller voir en sortie nationale, ou ceux qui ne passent pas dans les grands circuits.

                J’espère qu’Hafsia Herzi est restée aussi craquante malgré ses 15 kilos perdus après la graine.

                 


                • HELIOS HELIOS 26 février 2008 16:04

                  ... limite hors sujet, mais...

                  Personne ne s’est posé la question sur la disparition des caissieres et ouvreuses au cinema et bientôt des caissières au supermarché ?

                  Au dela du prix, il y a le "contact". Une caiisière qui rame, un queue trop longue, un mal au dent ou au foie et hop, le client est maltraité. La machine, elle, on peut lui taper sur la gueule, tant qu’elle ne se casse pas personne ne dit rien.

                  Tiens, cela me rappelle l’annuaire électronique : heureusement que les filles des renseignements ont disparues, parce que rappeller 3 fois pour un numero en changeant seulement le prenom, c’etait pas tres "cool".

                  Dommage, j’aime bien le contact, moi !


                  • Vincent Delaury Vincent Delaury 26 février 2008 17:11

                    Chers lecteurs, merci à vous pour vos contributions, et notamment à Jiem pour son grand souci du détail à propos des multiplexes et de l’équilibre (ou non) dans l’Hexagone de la distribution des films en salles.

                    Bien à vous,

                    VD


                    • jamesdu75 jamesdu75 27 février 2008 00:44

                      Perso j’aime bien les multiplexes. Aprés c’est le contenu qui est important pas le contenant. Voir Asterix et CLeopatre sera navet aussi bien dans un multiplexe que dans une salle de quartier.

                      Sinon je pige pas pkoi on associe la grosse machine multiplexe au MK2 c’est bien le seul ciné qui peut vous passer des films Techques en VO racontant l’histoire d’une femme qui va chercher 1 L de lait pendant l’air communiste. Et le tout dans une excellente salle.

                      J’ai ecumé pas mal de salles parisienne quand je suis partis vivre a Paris. Et pour tout dire les ciné de quartier m’ont quand même decu. Le premier film que j’ai vus c’était Dolls de Kitano que j’avais pas pus voir en province. Le son était minable, j’etait mal assis, l’image tremblé et avait plein de cheuveux. Le pire est que tout le long du film on entendait la bobine tourné ou des gens dans la rue. Le tout pour quand même 8,50 €.

                      Donc faut avoir un minuimum de respect pour en recevoir en retour.

                      Donc je suis d’accord avec Almerich mais bon. En tout felecitation a cet acteur francais qui reussis une carriére international et une carriére de petit film plus intime. Comme Binoche et plein d’autre.


                      • Vincent Delaury Vincent Delaury 27 février 2008 03:10

                        " Sinon je pige pas pkoi on associe la grosse machine multiplexe au MK2 (...)" (jamesdu75)

                         MK2 a décidé, au cours de l’été 2007, de s’allier à UGC pour la carte illimitée et a donc rompu son accord avec Pathé-Gaumont. La nouvelle carte UGC-MK2 a été lancée le 5 septembre 2007.


                        • chmoll chmoll 27 février 2008 08:34

                          Marion Cotillard, à reçu un oscar c’est bien.mais la personne qui la doublait des les chansons de piaf,aurait aussi méritée quelque chose

                          car se n’est pas marion qui chantait


                          • JL JL 27 février 2008 11:20

                            Peut-on imaginer que le César ne soit pas attribué à une actrice pressentie pour un Oscar ? Faut pas rêver.

                            Pour ma part, je trouve que Marina Foïs a accompli une véritable performance dans Darling. Une actrice géniale dans un rôle bouleversant. On lui doit un César, j’espère que ce n’est que partie remise.

                            Pour réagir à l’inrevention précédente : La chanteuse qui ’doublait’ Marion Cotillard dans la môme (désolé, je ne l’ai pas vu), c’était pas Edith Piaf elle-même ???

                             


                            • Jiem Jiem 27 février 2008 11:23

                              J’ai bien envie de faire un article sur la crise du cinéma français en reprenant les données de mon commentaire... :)


                              • tylerdurdenxav 27 février 2008 16:41

                                Sans oublier les 30 minutes de pub dans une salle UGC que tu n’aura pas ou peu dans de petites salles...

                                D’ailleurs, est-ce que la durée maximum de pub avant un film est la même que celle pour une heure à la télévision (13 minutes si mes souvenirs sont bon) ?

                                Est-ce que les bandes annonces peuvent être considéré comme de la pub ?

                                Vous ne trouvez pas ça attroce ce mélange de pubs et bandes-annonces avant un film ? Je préférai la méthode avant qui consistait à mettre les pubs puis les BA, avec de la lumière pendant les pubs pour pouvoir lire tranquillement...

                                Si vous avez une carte MK2-UGC, allez dans un MK2, les pubs & BA sont un peu moins longues...


                                • Vincent Delaury Vincent Delaury 27 février 2008 18:20

                                  J’ai bien envie de faire un article sur la crise du cinéma français en reprenant les données de mon commentaire... :) (jiem)

                                  Bonne idée !

                                  Et pour tylerdurdenxav, ami de Fight Club (? !) : oui, trop de pub tue la pub !

                                   

                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès