• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Si les volcans d’Auvergne se réveillaient...

Si les volcans d’Auvergne se réveillaient...

 Le volcan islandais Eyjafjöll n’en finit pas d’alimenter l’actualité et de perturber le trafic aérien. En Sicile, l’Etna nous offre de temps à autre les images sublimes de ses coulées de lave incandescente. Quant au géant de Campanie, le mythique Vésuve, il attend son heure pour détourner l’attention des touristes des mandolines napolitaines et peut-être les noyer sous les cendres comme, jadis, les habitants de Pompei ou d’Herculanum. Quelque part entre ces turbulents enfants de Vulcain, des dizaines de vétérans paisibles font le gros dos au cœur du Massif Central. Sont-ils éteints ou simplement endormis ? Et si les volcans d’Auvergne se réveillaient ?

Nombre de nos concitoyens, fascinés par la médiatisation des éruptions de l’Eyjafjöll, montrent un intérêt tout neuf pour cette passionnante manifestation tectonique qu’est le volcanisme. Et ils ont raison car cet univers fabuleux de laves, de cendres et de soufre les met en prise directe non seulement avec l’architecte de quelques-uns de nos paysages les plus spectaculaires, mais aussi avec nos lointains ancêtres, spectateurs effrayés de ces impressionnantes convulsions de la Terre, et tout aussi impuissants que nous – belle leçon de modestie ! – à s’opposer aux colères d’une Nature indomptée. 

Les plus fortunés ou les plus impatients de ces nouveaux passionnés voudront naturellement se précipiter vers les stars du volcanisme : le Krakatau, le Pinatubo, le Kilauea, ou bien encore le très actif Piton de la Fournaise dont les Réunionnais sont si fiers. Ce serait sans doute brûler les étapes et se priver des bases nécessaires, si l’on en croît le défunt Haroun Tazieff, le plus célèbre des vulcanologues français. « Je suis venu aux volcans d’Auvergne au terme d’une quinzaine d’années passées à parcourir le monde en quête d’éruptions. Je sais aujourd’hui que si j’avais " fait mes classes " dans nos puys, sur les flancs du Cantal ou du Mont Dore, j’aurais gagné un temps infiniment précieux. » affirmait-il en 1967 avec beaucoup de sagesse. Car des volcans, il y en a bel et bien en France métropolitaine, et ils se chiffrent par dizaines dans les environs immédiats de Clermont-Ferrand.

Le géant cantalien

Les plus importants volcans du Massif Central n’appartiennent toutefois pas à la Chaîne des Puys qui étire ses 80 dômes ou cratères à l’ouest de la métropole auvergnate. Les géants, on les trouve plus au sud, dans les Monts Dore (massif du Sancy) et plus encore dans le Cantal dont les principaux sommets constituent les vestiges du plus grand volcan que le continent européen ait porté. Né il y a plus de 15 millions d’années, ce formidable édifice volcanique – d’une circonférence à la base d’environ 240 km et d’une altitude dépassant les 3000 m ! – a longtemps été actif avant de s’endormir il y a 2 millions d’années sous le regard rassuré des hommes du paléolithique déjà très présents dans la proche vallée de la Dordogne. Le lent travail de l’érosion a, depuis, raboté ce cône monumental et creusé de profondes vallées disposées en forme d’étoile depuis le centre du volcan. Les photos satellites de la Nasa sont à cet égard parlantes et, malgré la redoutable action du temps, montrent de manière évidente la structure et la superficie de ce géant. Sur l’une de ces photos, ci-dessous, figure en rouge le contour approximatif du département. On mesure mieux en l’observant à quel point ce volcan a pu être gigantesque à son apogée.

Le volcan du Cantal et ses trois frères cadets des Monts Dore sont-ils endormis ou éteints ? Durablement endormis, affirment, avec une prudence de Normands, les géologues en se basant sur l’activité du sous-sol auvergnat. Et ce ne sont pas les habitants de Chaudes-Aigues, où l’eau surgit naturellement à 82° de la source du Par, qui diront le contraire. Mais nul n’est inquiet pour autant. Après 2 millions d’années de répit pour le Cantal et 1,5 pour le Sancy, il est peu probable que les géants se réveillent à l’échelle de notre existence, et même – notre fierté dût-elle en souffrir – de notre civilisation.

L’activité volcanique s’est d’ailleurs déplacée plus au nord au cours du pléistocène, précisément dans cette Chaîne des Puys, née sur un socle de granite hercynien, qui nous régale aujourd’hui de ses 80 volcans alignés sur une distance d’environ 30 km comme de formidables témoins et un incomparable livre de classe à ciel ouvert. Une activité récente qui, pour l’essentiel, s’est concentrée sur une brève période comprise en -30000 ans et -6500 ans BP (Before Présent). Autrement dit hier si l’on considère ce temps à l’échelle géologique. Il suffit à cet égard de fouler ici et là les scories brutes qui jonchent encore le sol ou constituent la partie sommitale du spectaculaire cratère égueulé du puy de Lassolas pour s’en convaincre. Certaines études datent même l’explosion qui, à 20 km au sud de la Chaîne, en bordure du massif du Sancy, a créé le cratère du Pavin – aujourd’hui transformé en un superbe lac – à seulement… 3500 ans, autrement dit à l’âge du bronze.

Clermont est-elle en sursis ?

Ces volcans peuvent-ils se réveiller ? Oui, incontestablement, affirment les scientifiques car le magma reste proche sous la croûte terrestre en cet endroit du globe. Et les dernières éruptions sont beaucoup trop récentes pour que quiconque puisse prétendre le contraire. Quelles en seraient les conséquences ? Difficile à dire car on ne sait jamais sous quelle forme et avec quelle ampleur peut reprendre une activité volcanique après un temps de sommeil de plusieurs millénaires. Si l’on se réfère à l’activité de la Chaîne des Puys, et en admettant qu’elle reproduise les schémas passés, deux types d’éruptions pourraient se produire : péléennes ou stromboliennes. Les premières, constituées de laves très visqueuses à base de trachyte, se contenteraient de former des dômes plus ou moins importants selon l’importance du magma expulsé, à l’image du Puy de Dôme. Les secondes, nettement plus dangereuses, car de nature plus explosive, formeraient de nouveaux cratères, projetteraient cendres, lapilli et projectiles divers à des kilomètres à la ronde. Elles donneraient surtout lieu à des coulées de laves, potentiellement importantes, principalement constituées de basaltes, de trachy-andésites et de leucobasaltes. Des coulées à l’image de celles qui figurent en bleu sur la carte géologique ci-dessous, l’une d’elles (au centre droit) ayant atteint Chamalières et le sud de Clermont, l’autre (en bas à droite) ayant dévalé depuis les cratères égueulés des puys de La vache et Lassolas jusque dans la plaine de Limagne à la hauteur de Saint-Amant-Tallende à environ 15 km du lieu d’émission. En un mot, un réveil serait catastrophique et pourrait signer la destruction de l’agglomération clermontoise.

Encore le risque serait-il limité à des conséquences locales. Sans doute en irait-il différemment si le volcanisme auvergnat renouait avec une activité comparable avec celle qui a sculpté les paysages des Monts Dore et du Cantal. L’ensemble de la région s’en trouverait prodigieusement bouleversé, et les conséquences économiques et humaines pour notre pays ramèneraient sans nul doute les éruptions de l’Eyjafjöll à d’aimables plaisanteries. Nous n’en sommes heureusement pas là, et l’on peut sans grand risque partir explorer ces monts à la recherche de bombes volcaniques, de laves cordées ou autres souvenirs minéralogiques. Avec une pensée pour le géologue et naturaliste Jean-Étienne Guettard. Dans une communication à l’Académie Royale des Sciences en mai 1752, il a été le premier, devant un parterre de savants médusés, à reconnaître la nature volcanique des monts d’Auvergne.
 

Documents joints à cet article

Si les volcans d'Auvergne se réveillaient... Si les volcans d'Auvergne se réveillaient... Si les volcans d'Auvergne se réveillaient... Si les volcans d'Auvergne se réveillaient... Si les volcans d'Auvergne se réveillaient... Si les volcans d'Auvergne se réveillaient...

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 26 avril 2010 11:07

    Salut Fergus !
    Magnifiques photos !
    Ces volcans sont bien pacifiques par rapport à celui qui menace Naples et ses environs et ses millions d’habitants
    Je n’ose imaginer ce que pourrait être une évacuation d’urgence...


    • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:22

      Bonjour, Zen.

      Naples est effectivement beaucoup plus menacée que Clermont, notamment par des nuées ardentes ou des pluies acides, eu égard à la nature du Vésuve.

      Ce qui, d’une certaine manière peut rassurer les Napolitains est toutefois le fait que ce volcan entrant régulièrement en éruption évacue les gaz accumulés avant que la pression ne conduise à une gigantesque explosion aux conséquences dramatiques.


    • Ronuick 27 avril 2010 10:16

      J’ai eu la chance d’aller à Naples cet hiver et de voir le sommet du Vésuve blanchi par la neige. J’y monterai un jour...
       La ville de Naples est indescriptible, et peut-être que le désordre qui y règne est lié à cette menace (même si les Napolitains, y compris ma belle-famille, appellent le Vésuve « la montagne »). Pourquoi perdre son temps à tracer des rues au cordeau, à faire de l’urbanisme réfléchi si tout peut être détruit dans un, dix, vingt ans ?

       


    • Fergus Fergus 27 avril 2010 10:27

      Bonjour, Ronuick.

      On peut réagir comme cela, et se dire qu’il n’est pas nécessaire de trop se casser la tête pour une ville promise à la destruction. A cela près que Naples a plus de 2000 ans d’histoire et que la plupart de ses monuments classés datent du Moyen-Age et de la Renaissance.

      En se référant à l’histoire de cette ville, on peut penser que Naples coulera encore de longs siècles de tranquillité avant d’être menacée d’anéantissement.


    • morice morice 26 avril 2010 11:13

      excellent rappel !! merci !!!


      • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:24

        Bonjour, Morice, et merci à vous d’être venu faire un tour sur ces superbes volcans auvergnats quelque peu snobés alors qu’ils sont un fantastique terrain de découverte et d’éducation pour jeunes et moins jeunes.


      • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:17

        Légende des photos :
        1) La partie nord de la Chaîne des Puys et notamment le cratère du Pariou et la Puy de Dôme (photo Vulcania)
        2) Un plan plus large de la partie nord avec au premier plan le dôme du Sarcoui et le cratère du puy des Gouttes ; au fond les Monts Dore
        3) Le volcan cantalien vu d’un satellite de la Nasa (en rouge, le contour approximatif du département donne l’échelle du volcan dont les coulées débordent au nord)
        4) Les crêtes des puys de la Vache et Lassolas
        5) Carte géologique de la Chaîne des Puys établie en 1972 par les chercheurs de l’Université de Clermont
        6) Les cratères égueulés des puys de La Vache et Lassolas
        7) La lac de cratère du Pavin (92m de profondeur et de... succulents ombles chevaliers !)


        • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:37

          Erratum concernant la photo 2 : lire puy des Goules et non puy des Gouttes (ce dernier, à quelques kilomètres de là, n’est pas visible sur cette photo)


        • geo63 26 avril 2010 11:53

          Merci pour avoir joint les légendes des photos.

          Il existe au sein de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (http://www.univ-bpclermont.fr) deux laboratoires liés au CNRS, directement impliqués l’un dans le volcanisme (Magmas et volcans) et l’autre dans l’écologie des lacs (Microorganismes : Génôme et environnement) qui font un excellent boulot.
          Pourquoi ne pas le dire quand on voit tant de clowns (pas drôles) rouler des mécaniques un peu partout..


        • Fergus Fergus 26 avril 2010 12:46

          Vous avez raison de le souligner, Geo63, l’Université Blaise Pascal est, en matière de géologie, de minéralogie et de volcanologie, une pépinière de chercheurs de très grande qualité, et infiniment plus respectables que certains, plus gugusses que scientifiques, qui cherchent en permanence à se placer sous l’oeil des médias.

          Pour ce qui est des photos, AgoraVox vient d’en modifier l’ordre, ce qui met les légendes en désordre. Pas de quoi fouetter un chat !


        • Gabriel Gabriel 26 avril 2010 11:22

          Bonjour Fergus,

          La dernière photo ne serait ce pas le lac Pavin ? Quant aux volcans d’Auvergne qui risqueraient de se réveiller comme dit l’humanisme Brice " Un volcan Auvergnat ça va, c’est quand il sont plusieurs que ça pose problèmes  ! "


          • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:30

            Bonjour, Gabriel.

            C’est en effet la lac Pavin, je viens de l’indiquer dans un précédent commentaire, nos messages s’étant croisés.

            Excellent, ce détournement de la saillie d’Hortefeux ! J’en profite pour rappeler que, contrairement à ce qui est régulièrement affirmé, le ministre n’est pas Auvergnat, mais le fils d’un banquier neuilléen parachuté à la tête du RPR de cette région dans les années 90 avant d’y être élu.


          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 26 avril 2010 16:38

            Salut Gabriel, salut Fergus,


            T’in en parlant du lac Pavin, il y aune vingtaine d’années, ( je demeurais déjà dans le Sud)

            au cours d’un séjour en montagne Bourbonnaise, j’ai décidé d’aller voir ce lac... manque de pot, ce jour la autour du lac,... il y avait un brouillard à couper au couteau !

            ... mais ce n’est que partie remise, ..a accoler avec la visite de Vulcania.


            @+ P@py


          • Fergus Fergus 26 avril 2010 17:31

            Le tour du lac Pavin (2,5 km sans le moindre effort), cela vaut réellement la peine tant l’endroit est superbe et tranquille. Tout à côté de là, il existe deux autres lacs sympathiques, le lac de Moncineyre et le lac de Bourdouze. A voir et à compléter par une visite du village médiéval de Besse-en-Chandesse.


          • alceste 26 avril 2010 11:28

            Très bon article sur la diversité des événements volcaniques en Auvergne, et superbes photos !
            Nous autres Auvergnats aimons aussi nous faire peur en nous rappelant que la croûte terrestre est considérablement amincie sous nos pieds  : « Dans le MC, l’épaisseur de la croûte continentale est de 30-32 km ; elle n’est que de 23 km sous la Limagne. » ( voir http://www3.ac-clermont.fr/pedago/svt/pagex.php?rubrique=7&num=79)
            le site futura-sciences expose également un bon résumé du volcanisme dans le Massif Central.

             


            • Fergus Fergus 26 avril 2010 11:42

              Bonjour, Alceste.

              Il est vrai que les Auvergnats aiment bien se faire peur avec le risque volcanique, mais très mollement. Ils en sont d’ailleurs plutôt fiers.

              Le volcanisme est d’ailleurs très profitable à la région, non seulement par les visiteurs qu’il apporte à ces montagnes ou à Vulcania, mais également par le thermalisme, particulièrement développé en Auvergne, et la nature des pâturages qui font la qualité du bétail et des produits laitiers de la région.


            • geo63 26 avril 2010 11:28

              Bonjour Fergus,
              Les photos sont très belles et l’article intéressant. MercI.
              C’est une superbe présentation pour envisager un séjour en Auvergne, surtout si l’on aime marcher, admirer, respirer et ...faire de la photo.
              Pour continuer dans la promotion auvergnate, un petit tour par Vulcania, situé dans la chaîne des Puys et très pédagogique dans sa présentation, permettra de véritablement intégrer le volcanisme dans une vision plus globale de l’univers.
              Finalement, il semblerait bien que l’éruption très médiatisée de l’Eyjafjöll entraîne des retombées positives, autres que les cendres...encore que celles-ci finiront peut-être par fertiliser un coin perdu...qui sait ?
              Cordialement.


              • Fergus Fergus 26 avril 2010 12:01

                Bonjour, Geo63, et merci pour ce commentaire.

                J’ai en effet complètement oublié de mentionner Vulcania dans cet article alors que j’avais envisagé de le faire, bien que ne l’ayant jamais visité moi-même. Mea culpa !

                Pour ce qui est de la Chaîne des Puys, à noter parmi les curiosités les nombreuses grottes du petit puy de Clierzou situé à proximité du Pariou. C’est là que nos ancêtres sont venus chercher le trachyte clair pour construire la temple de Mercure à des kilomètres de là, au sommet du puy de Dôme. Une sacrée performance ! 


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 26 avril 2010 11:33

                Vas-y le super article , documenté et tout .

                Je savais pas que vous aviez un tempérament si volcanique , Fergus ..... smiley

                Suite à l’ éruption l’ autre jour dans ce pays du Nord je me suis mis à imaginer , avec un retour en arrière de 5000 ans , ce qu’ une peuplade de l’ époque concluait de magique à un tel événement ....

                C ’est peut-être suite à des bouleversements pareils qu’ un plus malin qu’ un autre a inventé Dieu , et s’ est auto-proclamé Envoyé Spécial . Un beau parleur sachant tout , avec explications circonstanciées .

                Le premier escroc était né .


                • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:00

                  Bonjour, Capitaine, et merci pour ce commentaire amusant.

                  Je me suis moi aussi toujours interrogé sur les réactions des populations au spectacle des éruptions. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai fait allusion dans l’article à ces hommes du paléolithique puis du néolithique qui ont été les témoins de ces bouleversements de l’environnement.
                   
                  Sans doute, les cataclysmes naturels, et le volcanisme en a indiscutablement fait partie, ont-ils contribué à la création des divinités, de ces entités bien pratiques pour expliquer l’inexplicable et donner un sens à la soumission des hommes aux éléments.

                  Quant à l’existence d’escrocs parmi eux, aucun doute car très tôt l’homme a manifesté des talents dans différents domaines (les peintures rupestres de Lascaux ou du Tassili sont là pour le démontrer). Peut-être même y a-t-il eu des meneurs de petite taille affligés de tics des épaules !


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 26 avril 2010 14:30

                  Vous voulez le savoir ? je vais vous le dire ...... smiley


                • inès 26 avril 2010 16:30

                  Shawford

                  Volcan éteint, vous dormez aussi alors que vous avez ranimé la flamme avec une certaine.


                • Surya Surya 26 avril 2010 18:14

                  Bonjour Fergus,
                  Peut être les hommes de ces époques croyaient-il que Dieu avait une inflammation des bronches et qu’il toussait de la lave...
                  Superbe article comme je les aime, Fergus, bien documentés, instructifs à souhait et très joliment illustrés. On apprend plein de choses intéressantes, alors un grand merci.
                  J’ai eu plusieurs fois l’occasion de visiter la région des volcans d’Auvergne, que ce soit dans le Cantal, ou la région du Mont Dore (vraiment splendide !!). Lors de ma première visite, je devais avoir quatre ou cinq ans, on m’avait expliqué que les volcans étaient endormis. Du coup, je me suis mise à chuchotter pour ne pas les réveiller...  smiley Je crois aussi qu’on n’a pas trop d’inquiétude à se faire à ce niveau.


                • Fergus Fergus 26 avril 2010 18:49

                  Bonjour, Surya.

                  Merci à vous pour ce commentaire et pour cette anecdote enfantine comme je les aime. Et comme il faut également se méfier de l’eau qui dort, il convient de ne pas parler trop fort au bord des lacs, on ne sait jamais !


                • curieux curieux 26 avril 2010 23:12

                  Si il y a 5000 ans, les hommes étaient aussi cons, eh bien, on n’aurait pas évolué


                • jako jako 26 avril 2010 11:34

                  Encore un magnifique article Fergus, merci.
                  Si un se réveille cela va encore c’est s’ils sont plusieurs à s’éveiller que cela deviendra génant smiley


                  • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:03

                    Bonjour, Jako, et merci à vous

                    Sûr que si les volcans d’Auvergne se réveillent, mieux vaudra pour les habitants de la région envisager de s’installer ailleurs sous peine de n’avoir plus jamais mal aux dents comme dirait Brassens.


                  • gruni gruni 26 avril 2010 11:40

                    Bonjour Fergus.

                    Qui sait si un jour, dans un futur lointain, les coureurs du tour de France n’auront un nouveau puy à escalader .
                    Merci pour l’article et les très belles photos .


                    • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:07

                       Bonjour, Gruni.

                      Pourquoi pas, en effet. Mais à condition que le prochain épisode volcanique ne dure pas trop longtemps. Et vu les capacités de l’homme à dégrader son environnement et à jouer les apprentis sorciers, pas sûr qu’il soit encore là, avec ou sans petite reine, pour voir les volcans se rendormir.


                    • LE CHAT LE CHAT 26 avril 2010 11:47

                      On a vu souvent
                      Rejaillir le feu
                      D`un ancien volcan
                      Qu`on croyait trop vieux .....

                      Bravo pour ce bel article ! à l’echelle géologique , 7000 ans c’est peanuts ! c’est pas le supervolcan du Yellowstone , mais le risque existe tout autant !


                      • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:15

                        Bravo, Le Chat, pour ce clin d’oeil au grand Jacques Brel que je m’en veux de n’avoir pas cité dans l’article tant cet extrait colle effectivement au sujet.

                        Eh oui, il faut le dire et le redire, quelques milliers d’années ne comptent pas à l’échelle géologique, et les volcans d’Auvergne peuvent aussi bien se réveiller dans 5, 5000 ou 50000 ans. La seule chose dont les scientifiques sont à peu près certains, c’est qu’ils se réveilleront un jour !

                        Bonne journée


                      • jibe jibe 26 avril 2010 12:05

                        Le dernier volcan auvergnat à être entré en éruption est celui du lac Pavin, il y a 6 000 ans. Or un volcan n’est classé « endormi » qu’au bout de 10 000 ans ; Par ailleurs nombre de volcans anciens sont invisibles : par exemple, la presque totalité de l ’agglomération clermontoise s’est implantée dan un ancien « maar » (grand cratère rempli par un lac ou un marécage). Dans le centre de la ville même, d’anciens marécages sont aussi de plus petits volcans arasés. 

                        Par ailleurs, lors de la construction de la piscine clermontoise, il y a presque 50 ans, on a trouvé des dépôts de cendres volcaniques venant d’un ramonage du puy de la Vache au XVII ème siècle. Enfin, dans le cratère en bol du puy de Pariou, à côté du puy de Dôme, il y a un large « spot » où la neige ne reste jamais, en raison de la chaleur du sol. 

                        • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:22

                          Bonjour, Jibe, et merci pour ces précisions.

                          Concernant Clermont, vous avez entièrement raison, la ville s’est construite sur un « maar » autrement dit un cratère d’explosion comblé un lac ou un marécage. Il y en a d’ailleurs plusieurs autres dans les environs de la métropole auvergnate, et notamment la Narse (marécage) d’Espinasse au sud du système et, nettement plus spectaculaire, le Gour (lac) de Tazenat au nord.


                        • jack mandon jack mandon 26 avril 2010 12:29

                          @ Fergus,

                          Nos cultures sont contestables et critiquables, nous pouvons les revisiter et les améliorer.
                          Cependant il en est tout autrement de la nature que nous connaissons superficiellement
                          dans un temps humain limité, mais que nous ignorons dans un temps universel.
                          La nature des poètes est charmante car est la projection de notre imaginaire amoureux,
                          mais la nature de l’univers n’a pas d’état d’âme et n’a que faire des fourmis grouillantes
                          que nous sommes en son sein.
                          Le seul paramètre qui nous est favorable, c’est notre espérance de vie qui au fond
                          nous épargne des lointains de métamorphoses titanesques imprévisibles et insondables.
                          Les gaulois semble-t-il affectionnaient les régions basaltiques.
                          Merci pour la promenade auvergnate.


                          • Fergus Fergus 26 avril 2010 13:28

                            Bonjour, Jack, et merci à vous.

                            Entièrement d’accord avec le regard relativiste que vous portez sur ce que nous sommes, d’insignifiantes fourmis en effet, confrontées à une Nature qui nous dépasse et qui devrait tempérer notre orgueil si nous n’étions pas aussi imbus de nous-mêmes !

                            Mais l’homme est ainsi fait, bourré de défauts. Et après tout c’est peut-être ce qui fait son charme, comme le suggère Marcel Aymé dans Uranus.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires