• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Signer le code

stream1.jpg

 

L’art d’aujourd’hui me parle quand il est architectural. J’aime l’architecture parce qu’elle structure l’espace, j’aime la littérature quand elle structure mon imaginaire, j’aime la BD parce qu’elle structure la page, j’aime les photos montages pour la même raison. Les œuvres qui ne possèdent pas cette dimension architecturale, la plupart de celles exposées dans nos galeries, me paraissent datées.

Pour moi, Ed Ruscha est l’un des initiateurs du mouvement architectural. En 1966, avec Every Building on the Sunset Strip, il fait un retour aux polyptiques classiques, je pense au Cycle de la Scuola de Sant’Orsola de Carpaccio, tout en saisissant ce que j’apprécie le plus dans notre époque. Ruscha me donne envie de marcher en ville, de regarder la ville, de partir à l’exploration du quotidien.

Le montage qui illustre cet article provoque chez moi les mêmes sensations. J’en vois déjà qui vont dire « bof, je ne vois pas l’intérêt, c’est du déjà vu ». Commencez plutôt par cliquer sur l’image et vous comprendrez ce que je veux dire. Ce montage n’existe tout simplement pas, c’est un assemblage de flux vidéo en perpétuelle actualisation.

J’ai eu la chance de rencontrer BlueScreen, le créateur de ce streamscape, à Marseille. Son œuvre, comme il le dit lui-même, n’est pas le montage, mais le code informatique qui engendre le montage. BlueScreen signe le code. Ses œuvres visibles ne sont que des représentations du code.

Il travaille actuellement au projet jiaocha, un système de chat visuel. Tu envoies une image à un ami ou un inconnu, il te répond en ajoutant à ton image une autre image... BlueScreen m’a montré des échanges superbes. J’ai tout de suite pensé que des auteurs de BD pourraient ce saisir du système, reprenant et amplifiant la technique expérimentée par Jim et Fane.

En parcourant les travaux de BlueScreen, ceux du groupement scenocosme, j’espère que vous comprendrez mieux ce que j’entends par artiste hacker, par cette nécessité à mon sens de maîtriser le code pour être un artiste profondément contemporain.

montaget.gif

Pour tout vous avouer, ce qui explique sans doute ma position, j’ai moi-même fait une incursion dans ce domaine du code artistique. Cette expérience de 1996 vite abandonnée avait pour but de laisser l’utilisateur se créer une image en quelques clics. Elle m’a surtout donné la certitude que le code pouvait devenir générateur d’œuvres.

Dans le même esprit, j’ai écrit en 1991 et 1992 un roman appelé Équinoxe d’automne où chaque signe avait une valeur temporelle de 0,4 seconde. Pour décrire une action, je devais donc peser temporellement mes mots. Sans l’aide d’un code, ce travail aurait été impossible. Suivant ce principe, en hommage à Georges Pérec, j’ai fini par écrire 12 heures de la vie d’un Parisien.

Mes expériences personnelles expliquent ma pensée, elles expliquent aussi sans doute pourquoi je vois en BlueScreen un artiste important, pourquoi j’attache autant d’importance au code. Nous avons découvert un nouveau monde, il nous reste à l’explorer, il est du devoir de l’artiste de le faire et de ne pas se cantonner aux rivages familiers.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • pallas 8 novembre 2007 12:44

    Franchement l’architecture d’aujourd’hui c’est des dalles de beton entasser les unes sur les autres, des batiments en forme rectangulaire qui donne envi de vomir, t’appel sa de l’art ? ouah, de l’age du bronze jusq’au debut XX eme siecle, l’architecture etait belle. Aujourd’hui sa ne ressemble a rien, 2500 ans d’arhitectures, allant de la Babylone jusqu’a Versaille et Paris sous Napoleon 3, que des merveilles, de part le monde, il faudrait peut etre repenser l’architecture pour qu’elle plaise au regard de l’habitant et du simple voyageur, je dit sa, mais je sais que je vais encore avoir tout le monde contre moi.


    • La mouche du coche La mouche du coche 8 novembre 2007 14:51

      Rien compris à l’article smiley


    • clymustre 8 novembre 2007 17:11

      Non l’architecture aujourd’hui ce n’est pas que des dalles de beton, et puis ce n’est pas parce que l’on parle d’art que l’on parle de beau. Pour ce qui est de l’architecture de Babylone au Paris de Napoléon 3 nous n’en avons que des bribes, des vestiges qui ont été choisit au cours du temps. Cette mémoire architecturale est construite par les différentes sociétés au cours du temps. Pour finir, le jugement, négatif ou positif, que l’on peut faire sur un batiment évolue également au cours du temps, ce que l’on trouve aujourd’hui « beau » pouvait être jugé « moche » hier. Alors que penseront les générations futures de nos batiments ? Seul l’histoire le dira.


    • Halman Halman 9 novembre 2007 09:46

      Et pourquoi le code du programme informatique ne serait pas une oeuvre ?

      Quand nous écrivons un programme, nous le signons tous, comme un dessinateur industriel met son nom dans le cartouche, comme un peintre signe sa toile, comme un écrivain signe son livre. Le code d’un programme est une oeuvre à part entiere.

      Un peu d’ouverture d’esprit DW, ça vous changera.

      L’art informatique ça existe depuis les années 1950, un peu rustique au début, mais de vrais merveilles aujourd’hui.

      Nous sommes tous fan de Jean Paul Delahaye ou de Molnar, que votre Grandeur Méprisante DWienne considerera comme ringards.

      Cette idée, qui date des débuts de l’informatique, que le programme écrit donne des résultats imprévus par le programmeur, (on parle du fantome dans la machine) est tout à fait passionnante. On change quelques chiffres d’une équation, et cela donne soit une licorne, soit un coquillage, soit un paysage montagneux. Tout une réflexion sur les lois de la nature et des sciences cognitives.

      Certains paysages créés par les logiciels de jeux sont tout à fait réalistes et certains sont même de véritables chefs d’oeuvres, ne vous en déplaise.

      L’informatique appliquée à l’architecture ou à l’art, cela ouvre des perspectives des plus passionnantes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires