• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Sleepy Hollow » : Burton l’illusionniste

« Sleepy Hollow » : Burton l’illusionniste

1799, les autorités new-yorkaises dépêchent un fin limier dans une bourgade reculée de la Nouvelle-Angleterre. Jeune érudit, il a pour mission d’y enquêter sur une série encore inexpliquée d’atroces décapitations. Sur place, les rumeurs les plus insensées circulent sans discontinuer, tandis que la terreur se répand de foyer en foyer… 

Vous n’êtes vieux que de douze printemps et vous venez de découvrir Sleepy Hollow. Encore sous le choc, vous cherchez à désembrumer votre esprit. Vous avez été subjugué, fasciné, envoûté. Par l’esthétique gothique, par les têtes en plâtre et en silicone sculptées à la main, par les mirifiques décors expressionnistes de Rick Heinrichs, par ces bancs de couleurs grisantes, atténuées à l’aide de filtres. Transporté par les compositions rutilantes de Danny Elfman, enchanté par cette ville pittoresque dérobée sous un voile de brume, vous avez goûté aux saveurs contrastées du conte crépusculaire, aux saillies sarcastiques tranchantes, à une beauté visuelle mâtinée d’étrangeté. Revigoré, votre cœur persiste à balancer entre un mystérieux mercenaire revenu des enfers et un jeune scientifique d’avant-garde, sceptique aux méthodes aussi rationnelles qu’atypiques. Vous l’ignorez encore, mais cette expérience enchanteresse vous marquera à tout jamais.

Vous revisionnez Sleepy Hollow des années plus tard. Vous comprenez que Tim Burton y donne la pleine mesure de son cinéma, y niche subrepticement, de bout en bout, un hommage à la Hammer Film Productions, y déploie des perspectives forcées et une qualité graphique devant beaucoup à Emmanuel Lubezki. Vous vous attachez au cavalier sans tête, énième créature burtonienne évoluant en marge de la société, inlassablement stigmatisée et ostracisée par elle. Vous parvenez – enfin – à saisir dans leur plénitude les tenants et aboutissants d’une machination de notables, où s’entremêlent sournoisement vengeance, cupidité, insatisfaction et opportunisme. De la même manière qu’en 1999, vous vous laissez captiver par la lumière stroboscopique, la tonalité illustrative allemande, l’influence iconique de Theodor Seuss Geise, les décors noirâtres implantés dans la vallée de Lime Tree et les performances louables de Johnny DeppChristopher Walken ou Christopher Lee. Surtout, vous êtes définitivement convaincu que cette adaptation de Washington Irving vaut au moins son pesant de replay.

 

Lire aussi :

« The Lady » : l’Histoire par le petit bout de la lorgnette

« Douze hommes en colère » : le procès dont vous êtes le juré

"Inside Llewyn Davis" : la sacralisation du perdant


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires