• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sophia Loren – la femme des superlatifs

Sophia Loren – la femme des superlatifs

(Napolitaine née à Rome, 1934 – ). Âgée de huit jours de plus que Brigitte Bardot, elle a des formes et surtout un talent dramatique nettement supérieurs à ceux de la susnommée. Dans le même film, par exemple Mariage à l’italienne (1964) qui s’inspire partiellement de son histoire, elle peut avoir l’air jeune, vieille, rayonnante, accablée de tristesse, mourante, dure, puis subitement assoiffée de tendresse. Dans Une journée particulière (1977), elle est sublime bien qu’elle soit fringuée comme un sac et qu’on lui ait fait le teint terreux pour endosser le rôle de l’épouse épuisée d’un macho fasciste.

Quand elle eut 16 ans, elle arriva deuxième au prix de Miss Italie, mais le jury fut si impressionné par sa sensualité et sa distinction qu’il créa pour elle le prix Miss Élégance.

Son visage semble sorti du crayon d’un créateur de bande dessinée. Cette femme est un exercice de style à elle seule. Ses yeux exceptionnels sont exactement des yeux de chatte, en amandes étirées et relevées ; ses pommettes puissantes dessinent une ombre du plus bel effet sur ses joues. Son nez aux narines bien dégagées et à la courbe gracieuse a quelque chose de volontaire. Et cette bouche à la lèvre inférieure si pulpeuse s’épanouissant en un large sourire (qui, d’ailleurs, ressemble à celui de Johnny Hallyday), tout cela donne à son visage très mobile quelque chose de perpétuellement fascinant. Ses coiffures changeantes, du sauvage au très classique, conviennent toujours à sa physionomie et donnent la tonalité du rôle qu’elle joue sur le moment.

Quant à son corps, c’est du superlatif à tous les niveaux. Il se peut que Marilyn Monroe ait eu, à cet égard, plus de souplesse dans les formes. Sophia serait plutôt dans la caricature : poitrine volumineuse et ferme, taille très fine comme posée sur un arrière-train formidablement rond qui s’élargit sans transition sur des jambes longues, élégantes, à la démarche de navire. Carrossée comme elle l’est, Sophia pourrait être vulgaire, surtout quand elle joue le rôle d’une prostituée ; mais en réalité elle est et reste une reine, d’une majesté extraordinaire. Elle a tout en excès, elle aurait pu être une belle œuvre d’art sans autre attrait que ses volumes, mais sa capacité à passer du comique à la tragédie lui donne un charme qui la rend très humaine et, souvent, bouleversante. Rien de cela chez Anita Ekberg, montée comme elle, partenaire de Mastroianni comme elle, liée à l’Italie comme elle (à cause de La Dolce Vita), mais tout juste bonne à orner une calandre de camion.

Il existe une célèbre photo où Sophia Loren plonge un regard en coin dans ou plutôt sur le décolleté de Jayne Mansfield : elle dira avoir eu peur qu’un des seins de l’Américaine tombe dans son assiette. Sur les clichés de cette soirée, la distinction de l’Italienne tranche nettement sur la trivialité dépoitraillée de la pin-up yankee. Ces nanas de concours ont largement quitté nos souvenirs et même notre monde. Aujourd’hui, Sophia est une belle vieille dame, une magnifique actrice à qui il convenait de rendre hommage de son vivant.


Moyenne des avis sur cet article :  2.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 mai 18:06

    moi, j’aimais bien ses superlatifs...


    • ETTORE ETTORE 21 mai 20:51

      Une vraie femme « à l’italienne ». ;

      Quelle soit, votre soeur, votre amante, votre femme, votre mère...

      elle resteras toujours la réincarnation terrestre de l’amour.


      • UnLorrain 22 mai 08:58

        Ben.... ? Y’a pas plus de photos ?


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 mai 09:10

          Au mariage a l’italienne je préfère le divorce a l’italienne...merveilleuse comédie .


          • victormoyal victormoyal 22 mai 09:34

            La vitrine d’un certain cinéma Italien..qui hélas n’existe plus !


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 mai 09:40

              @victormoyal

              Oui ...hélas . Pour moi le meilleur cinéma de 50’ et 60’ .


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 10:07

              @victormoyal

              Le cinéma italien n’aurait pas existé sans Cinecittà, née dans les années 1930 dans l’esprit de Luigi Freddi, chef de la Direction générale du Cinéma italien du gouvernement fasciste de l’époque. Il s’agissait de créer le plus grand complexe de création cinématographique européen capable de concurrencer les États-Unis et leur imposant et omniprésent Hollywood.

              La construction de ce complexe de studios qui s’étendait sur 600 000 m2 avait coûté 4 millions de lires. La première pierre a été posée le 26 janvier 1936 par Benito Mussolini qui a procédé à son inauguration le 28 avril 1937. En seulement six ans, de 1937 à 1943, 300 films sont produits.

              À l’origine, les studios de Cinecittà ont surtout servi à la promotion de films d’inspiration fasciste.

              Après la guerre, ironiquement, ce sont les États-Unis qui ont revitalisé les studios en « développant » les péplums et films à grand spectacle. Les coûts de productions étaient nettement moins élevés qu’en Californie ! Cet âge d’or de Cinecittà a duré jusqu’au milieu des années 60, alors que le néoréalisme italien a décliné dès le début des années 1950 : la vision de la pauvreté et du désespoir, présenté par le cinéma néoréaliste, était démoralisante. La plupart des Italiens lui préféraient l’optimisme montré dans de nombreux films américains de l’époque.

              Puis les goûts du public ont changé et la veine des péplums s’est épuisée. Le style « James Bond » s’est imposé et Cinecittà a emboité le pas quelque temps à ce genre, avant de trouver un débouché dans le western spaghetti commencé par Sergio Leone avec Pour une poignée de dollars en 1964.

              Les années 1970 et l’essor de la télévision ont sonné le glas du cinéma de salle obscure. Cinecittà a pris le virage de la production d’émissions télévisées et de séries ou téléfilms.

              Le destin de Sophia Loren a été parallèle à celui de Cinecittà.


            • Pale Rider Pale Rider 22 mai 10:10

              @Séraphin Lampion
              On a dû voir le même reportage sur Arte. Merci pour cette contribution très intéressante.


            • victormoyal victormoyal 22 mai 11:20

              @Séraphin Lampion...Le cinéma Italien existe par le talent des artistes et des réalisateurs point barre..Cinecitta est venu se greffer par la suite pour mettre en exergue tous ces talents !


            • zygzornifle zygzornifle 22 mai 12:55

              Je pensait plutôt vu sa beauté la femme des préservatifs mais bon on peut se tromper ....


              • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 mai 15:27

                Merci pour ce bel hommage. Je reste, comme vous, éperdument amoureux de la belle Sophia !


                • arthes arthes 23 mai 14:36

                  Pour les amoureux de la belle Sophia : Un classique

                  https://youtu.be/s3Nr-FoA9Ps


                  • Pale Rider Pale Rider 23 mai 14:53

                    @arthes
                    Merci pour cette vidéo. Sophie est effectivement impressionnante, et en plus vraiment très charmante. C’est rare de concilier les deux. Et sa beauté est époustouflante.


                  • Hijack Hijack 23 mai 17:50

                    @arthes

                    T’ain la vache  ! Je vais le signaler ...  smiley

                    Merci, j’avais loupé ce classique !




                  • Hijack Hijack 23 mai 15:34

                    Merci encore ... une autre femme, une des meilleures, parmi les plus belles à tous les niveaux, qui a fait rêver tant d’ados (que j’étais) ... ou d’adultes.

                    C’est vrai, que même BB à son apogée ... ne pouvait rivaliser.

                    .

                    Quelques photos ...

                    .

                    > Déjà à 15 ans, elle promettait ...

                    .

                    > Elle a pas le droit !

                    .

                    > Non, mais !!!

                    .

                    > Pffff !!!

                    .

                    > Certains hésiteront ... pas moi !


                    • Pale Rider Pale Rider 23 mai 15:48

                      @Hijack
                      Ouais : faut être solide pour supporter son pouvoir de séduction : superbes photos ! Quant à votre dernière remarque, entièrement d’accord. C’est ce que je voulais faire ressortir dans mon petit texte : on peut être violemment attirante et garder la classe, c’est-à-dire une certaine dignité, ce qui n’est pas donné à tout le monde, pas même à BB qui a une fin de vie assez pitoyable à tous égards...


                    • Hijack Hijack 23 mai 17:41

                      @Pale Rider

                      Quand je disais certains hésiteront, pas moi ... c’était un clin d’œil qui vous adressé pour dire que pareil que vous, contrairement à quelques autres, que « la distinction de l’Italienne tranche nettement sur la trivialité dépoitraillée de la pin-up yankee ».
                      .

                      Vous vous êtes spécialisé dans l’hommage aux femmes historiques ... femmes avec un grand « F » ... avez-vous déjà pensé à Arletty ? ...


                    • Pale Rider Pale Rider 23 mai 17:47

                      @Hijack
                      Bonne suggestion, mais je ne la connais pas assez. Alors que Sophia, c’était une copine (évidemment ! smiley )


                    • Hijack Hijack 24 mai 00:11

                      @Pale Rider

                      Ah dommage pour Arletty, que vous ne l’aviez pas connu ... certes plusieurs générations avant Sophia Loren !
                      Arletty, c’était quelqu’un ... très belle et toute une histoire !

                      Quelques films à voir absolument  : (à condition d’aimer les films en noir et blanc)


                      Hôtel du Nord
                      Le jour se lève
                      Les Visiteurs du soir
                      Les Enfants du paradis

                      _

                      Petit extrait de « Hôtel du Nord » (Arletty - Louis Jouvet - Bernard Blier) 1938 -
                      (d’où la fameuse réplique « ... est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ... »


                    • Pale Rider Pale Rider 24 mai 09:20

                      @Hijack
                      Oui, vous avez entièrement raison sur tout ce que vous dites. Mais ce dont on ne parle jamais, et moi le dernier, c’est la voix. Or, celle d’Arletty, pointue, haut perchée, parisienne, n’est plus très séduisante.
                      Il est vrai que pour les actrices étrangères, on ne connaît pas souvent leur voix. Qui nous dit que Sophia Loren n’a pas la voix d’Arletty ?!


                    • Hijack Hijack 24 mai 17:54

                      @Pale Rider

                      Ah ... Lol ! C’est vrai que cette voix ... je ne l’aurai autorisé qu’à une seule personne : Arletty, justement. Cette voix de vendeuse de marché parisien des années 40, en noir et blanc, c’était son charme. Je l’ai gardé en mémoire depuis mon adolescence et le cinéma avec Jouvet, Gabin etc ...
                      Rassurez-vous, Sophia n’a vraiment pas la voix d’Arletty ... je l’ai entendu en italien : voix chaude et sensuelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès