• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Souchon - Voulzy, l’album qui vient trop tard ?

Souchon - Voulzy, l’album qui vient trop tard ?

Cela faisait environ un an que j’avais dix ans lorsqu’il a débarqué avec son air un p’tit peu trop fragil’ .

Aujourd’hui cela fait 41 ans que j’ai dix ans, et pendant ces 4 décennies, Souchon et Voulzy m’ont bien souvent permis de mettre des mots sur mes bonheurs et mes peines . Souchon est l’artiste dont les textes me parlent le plus . D' »Allô maman bobo » à « Je suis bidon » en passant par « S’asseoir par terre », je me suis toujours retrouvé dans ses réflexions et ses doutes.

Comme lui, dans « La beauté d’Ava gardner », j’aime les hommes qui sont c’qui peuvent. Bien souvent aussi je pense, « Quand je serais KO », est-ce qu’on m’aimera encore ?

Quant à Voulzy et son cœur grenadine, j’ai toujours aimé le son et les mélodies qu’il nous offrait. Sa musique, qui nous vient tout droit des années du pouvoir des fleurs, est pour nous tous un éternel rockollection .

Il y a bien longtemps qu’on espérait un album du célèbre duo, et lorsqu’on a appris qu’il était en préparation on s’est dit qu’il arriverait probablement un peu tard, que les deux chanteurs avaient sûrement déjà donné le meilleur d’eux depuis longtemps.

C’est d’ailleurs ce que j’ai pensé en entendant le premier morceau sorti il y a quelques semaines, « Derrière les mots ». Un joli texte de Souchon « »Là derrière nos voix ,Est ce que l’on voit nos cœurs, Et les tourments à l’intérieur,Ou seulement la la la ? » . Mais la mélodie manque de souffle, dans cette balade qui est plus dans le style de Voulzy que de Souchon.

C’est aussi ce que je reproche également à ce disque en général, il sonne un peu trop Voulzy . Et comme le compositeur ne me semble pas des plus inspirés, l’album a du mal à décoller.

Il faut tout de même mettre au crédit de celui qui a souvent rêvé de Kim Wilde le superbe « Il roule » (les fleurs du bal), une composition très originale sur le thème de la fuite en avant .

Le principal reproche que l’on peut faire à ce disque, c’est de ne pas comporter de chanson dont on se dit qu’on l’écoutera encore dans 20 ou 30 ans avec le même plaisir. Si par exemple « Oiseau malin » aurait pu être un nouveau « Foule sentimentale », avec son excellent texte, « oh prenez garde à ceux qui n’ont rien, qu’on a laissés au bord du chemin », la composition de Voulzy nous oblige à rester sur notre faim.

Pour na pas trop faire la fine bouche, on retiendra « Consuelo »,un morceau consacré à l’amour de Saint-Exupéry.

« Bad Boys », qui nous raconte l’histoire d’une adolescente rebelle est assez réussie. On peut trouver un certain charme à d’autres chansons de ce disque, mais il faut bien avouer que l’ensemble est plutôt décevant, notamment au niveau des compositions.

Mais rien de grave, on pardonnera très vite à nos deux compères ce disque au manque de relief évident, à l’absence de supplément d’âme qu’on aurait pu espérer d’une telle association. Il nous restera toujours l’héritage de leur double discographie dans laquelle il fera toujours bon se replonger pour retrouver de multiples trésors tels que Karin Redinger ou Somerset Maugham.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 6 décembre 2014 16:19

    Bonjour Fatizo
    Souchon ,Voulzy, c’était bien, avant...
    Avant qu’ils envahissent les médias pour faire leur promo et répéter à chaque fois les mêmes choses.
    C’est un peu comme le ciné : plus il y a de promo, et plus je me méfie et moins j’achète.
    D’ailleurs les extraits entendus auraient tendance à me démontrer qu’ils auraient du continuer leur carrière solo afin d’éviter les compromis artistiques qui aboutissent à quelque chose de fadasse.
    Rien de nouveau, sauf un gros buzz pour vendre pour les fêtes de Noël.


    • fatizo fatizo 7 décembre 2014 19:44

      Bonsoir Michel Drouet,

      Et puis les années passent, l’inspiration aussi .

    • legrind legrind 6 décembre 2014 18:07

      Album gentillet , ils ont pas forcé leur talent quoi mais ils nous ont déjà tellement donné, c’est pas grave , il m’a fait pensé un peu au premier album des frères Finn , Neil & Tim, pour l’ambiance.


      • fatizo fatizo 7 décembre 2014 19:49

        Je ne connais pas ce duo et ne le regrette pas trop smiley


      • bakerstreet bakerstreet 6 décembre 2014 18:11

        J’aimais bien Souchon, ses textes inspirés, poétiques, drôlement bien ficelés en ritournelles un peu nostalgiques, un peu ébréchées. Un modèle dans le désert français. 


        L’alliance avec Voulzy....
        Ouai, deux gros chouettes copains qui se tapent dans le dos, ça donne pas forcément le meilleur du meilleur. 

        Le cidre, ça se boit jeune, ensuite ça s’aigrit. 
        Parole de breton. 

        Voulzy, il me rappelle ce type dans les orchestres qu’ a tendance à se déplacer jusqu’à l’ampli, histoire d’augmenter le son de sa Fender.
        Avec ça un peu guimauve, ou carambar, des trucs de midinette « fleur bleu quoique ne refusant pas un petit joint », qui vous colle aux dents. 

        Est ce bien raisonnable quant à a 60 berges bien sonnées de se faire retendre la peau teindre les cheveux et de piquer la place aux ados ?
        Au bal des vampires et des morts vivants, le « no future » continue à se dégrader dans un présent éternel. 
        Jane Birkin n’est pas loin, avec cet éternel accent anglais qu’elle entretient jalousement. 
        Et autres enfants des sixties, tel Jean Louis Aubert, refusant qu’on leur enfonce un pieu dans les cœur. 

        « Avec le temps va tout s’en va ! » Comme disait Léo Ferré.

        • fatizo fatizo 7 décembre 2014 19:51

          C’était mieux quand y’avait d’la rumba dans l’air, pépère 


        • cathy30 cathy30 6 décembre 2014 19:32

          Pour Souchon c’est la panne totale, donc il ne ressort que du Voulzy dans ce dernier album.


          • fatizo fatizo 7 décembre 2014 19:53

            C’est vrai qu’au niveau son on a vraiment le sentiment d’être dans un album de Voulzy. C’est génant pour un duo


          • A. Nonyme A. Nonyme 6 décembre 2014 23:36

            Oui, après 2 écoutes, je trouve que ça sonne trop Voulzy, même si c’est un grand mélodiste.Du coup, je retiens la chanson la plus courte : « Nous étions 2 garçons », 20" ! Et sans musique :)


            • fatizo fatizo 7 décembre 2014 19:57

              Je ne suis pas emballé par les mélodies de Voulzy sur cet album, excepté « Il roule », le meilleur morceau pour moi .


            • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 6 décembre 2014 23:38

              Excellent album... pour les années 50.

               smiley


              • Nowhere Man 1er juin 2015 23:27

                Leur tournée passe dans 2 jours dans mon jardin. Ce sera sans moi. En revanche j’ai déjà en poche mon billet (hors de prix) pour voir et surtout écouter David Gilmour le 17 septembre, au théâtre antique d’Orange ( environ à 300 bornes), ce qui démontre que l’âge ne fait pas grand chose à l’affaire .

                @ le corbeau Magnifique : vous faîtes erreur, cet album à toute sa place dans le monde musical de ce siècle ravagé par l’absence généralisée d’inspiration des créateurs.

                Souchon-Vouzy j’aimais bien, ils étaient un peu nos Lennon/Mc Cartney (un tout petit peu, faut pas déconner non plus (« Le rock français est au rock ce que le vin anglais est au vin. » (John Lennon)).

                Souchon a atteint son sommet avec « Foule sentimentale » , hymne annonciateur de la piteuse déferlante bling-bling qui assommera le pays. L’album est dans son ensemble inattaquable.

                Ensuite cela s’est méchamment dégradé, jusqu’à aujourd’hui. Vouzy qui produisit toujours un ton au dessous de Souchon toucha le fond.

                Le pire arriva après 2007, quand les deux compères (paire de cons), se répendirent dans les médias pour avouer qu’ils étaient fan de notre nano-président. J’ai vécu cela comme une trahison, je dois être trop sentimental justement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires