• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Stephen Shames, photographe de l’intime

Stephen Shames, photographe de l’intime

D'abord photographe de l'Amérique sociale. Stephen Shames a sondé pendant 45 ans les sociétés du monde, il est un artiste engagé au travail fort et sensible.

 Panthers on parade, Oakland - Stephen Shames "Black Panthers"

 

Mon histoire avec Stephen Shames a commencé avec "Black Panthers", un album réunissant ses fabuleux clichés des personnalités et temps forts du mouvement des Black Panthers. Je l’ai acheté sur un coup de tête sans prendre le temps de le feuilleter avant tout parce que j’ai trouvé la couverture absolument sublime.

 

Et je n’ai pas été déçue du contenu.

Qu’on soit sensible à l’histoire des Blacks Panthers ou simplement amateur de portraits, d’intime et de photographie sociale, cet album, à l'image de l'ensemble de l'oeuvre de Stephen Shames, nous touche. La photographie de Shames est sensible, prise dans des moments importants et symboliques (l’enterrement de George Jackson à Oakland – voir ci-dessous), mais aussi lors de simples moments de vie.

Georges Jackson funeral, Oakland- Stephen Shames

Ici c'est l'image qui domine, il y a très peu de texte (seulement une préface bien construite de quelques pages) et mêmes les légendes des photos sont cantonnées à l’index de fin d’album.

Black Panthers n’est donc pas un album d’histoire, non. C’est avant tout un témoignage d’une époque, d’une lutte. Ce sont des images que seul Stephen Shames a pu, mais surtout a SU prendre. Il a suivi les Blacks Panthers durant seize ans, la totalité de la vie du mouvement.

 

 

Eldridge Cleaver - Oakland, Stephen Shames

Mais on ne peut pas cantonner l'oeuvre de Stephen Shames à ce seul témoignage. "Bronx Boys", "Outside the Dream : Child Poverty in America" ou encore "Street kids" sont autant de projets qui soulignent l'attention particulière que porte Shames au lien qui existe entre société et individu. La délicatesse de sa photographie sert souvent des messages très forts portant sur les failles du système social américain mais aussi mondial et parfois plus simplement sur l'humanité et la vie, toujours de façon intime et subtile.

Pilo Wall - Stephen Shames

 

New Dad, Los Angeles, California - Stephen Shames

 

Street Kids -Stephen Shames

 

Three kids, Cincinnati - Stephen Shames


Stephen Shames est donc avant tout un photographe amoureux du monde, de la société américaine, de ses défauts, de ses luttes et surtout de ses individus ; un photographe incontourable en somme.

 

Manon Thore.

Le site internet de Stephen Shames


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès