• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Stumptown Tart : nouvelle bière, la Pin’Up rockabilly Bernie Dexter (...)

Stumptown Tart : nouvelle bière, la Pin’Up rockabilly Bernie Dexter lui prête son image

Ou comment les américains s’essayent à la bière belge fruitée et exploitent l’intérêt croissant pour l’esthétique des années 50 dans la publicité. Regardons en dehors du nombril de notre vieille Europe. Déjà qu’il était difficile de trancher qui des belges, des français, et des allemands faisaient la meilleure bière, si les greasers (rockers aux cheveux gominés) s’y mettent, où allons-nous ?

Stumptown est le vieux surnom de la ville côtière de Portland, aux Etats Unis, parait-il en référence aux souches des arbres tombées au bord des routes.

Sortie en début de cette année, la Stumptown Tart est une bière de la brasserie de BridgePort. Elle provient du mélange adroit de deux cuvées de bières de style belge Tripels. C’est à dire de fermentation haute dans le style des bières trappistes de l’abbaye de Westmalle, qui est à l’origine de ces appellations.

Ingrédients : de l’orge grillé et torréfié, du blé malté des côtes de l’Océan Pacifique Ouest, de l’eau claire, du houblon allemand, et de la levure belge ! Vive la mondialisation ! ;-)

Préparation : Une cuvée séparée en deux parts égales : l’une s’est reposée dans un tonneau de chêne de Chardonnay et de Pinot noir, pendant un an. L’autre va dans un jeune tonneau pour être brassée avec des framboises provenant de la Willamette Valley Company de Salem, en Oregon. "Le petit goût amer de la bière vient du fruit", a coutume de dire le maître-brasseur Karl Ockert, dont c’est la première bière fruitée, "pas de lactobacillus ou d’acidophilus", levures qui créent des goûts très amers. L’idée lui en est venu en visitant Dan Carey, l’un de ses collègues et ami, de la brasserie New Glarus, dans le Wisconsin. 


Karl Ockert assis sur ses tonneaux de Pinot. Source.

Les framboises donnent à cette bière une robe d’un marron rosé, tempéré par une couleur de bubble-gum, avec de petites bulles d’air serrées et un nez qui fait penser à une poignée de baies fraîches et amères posées sur une planche de bois de chêne, humecté de vanille. Cette note de bois est présente dans le palais, mais c’est plus qu’une amorce, car la boisson est dominée par cette base solide sur laquelle les vapeurs de fruit s’immobilisent, ponctués par une fine fragrance semblable au clou de girofle, et qu’on retrouve dans certaines bières belges. Cet assemblage apporte à la bière une fin de bouche désaltérante, rafraichissante en été, qui fait à peine remarquer ses 8,3 °C d’alcool. Elle existe aussi à la cerise. La blogueuse Bianca Blankenship lui trouve un parfum floral, voire de rose.
 


Bernie Dexte
r, l’égérie de la scène rockabilly et psychobilly a prêté son image pour la promotion de la gamme Stumptown Tart. Elle s’est déplacé trois fois de San Diego en Californie, où elle vit avec son mari Levi Dexter, artiste de neo-rockabilly, pour venir à Portland participer au lancement du nouveau breuvage. Les photos de ces prestations sont sur son profil myspace.
 
Dans un article du 7 mars 2008 le journal allemand Bild la consacre "Reine des Pin’Up" et la compare à une nouvelle Dita Von Tease. Digne héritière de Bettie Page, elle fait partie d’un mouvement de renaissance du style rétro et rockabilly, sous sa forme la plus authentique, mais également sous une forme influencée par le rock garage et la surf musique. qui nous touche jusqu’en France, depuis le début des années 2000. Les manifestations les plus voyantes en sont les rassemblements de voitures anciennes, parfois jumelés avec des événements de musique Country, une des influences aux origines du rockabilly.
 
Afin de nous départager d’un chauvisme pro européen, qui prétendrait que les meilleures bières se boivent... là où pousse le houblon, je ne saurais que vous inviter à visiter le Musée européen de la bière, à Stenay, en Lorraine, dont la partie exposition qui change chaque année, nous propose encore quelques mois un sujet en résonance avec cet article : l’histoire de la publicité dans la bière.
 
 
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • asterix asterix 20 août 2010 21:05

    On arrête là ! Le grenier à bières de l’Europe, c’est la Belgique, pour une fois unie. Aucune bière non filtrée n’a jamais franchi le rideau protectionniste US. La Belgique en a plus de 1.000 différentes. Le meilleur vin est français, la meilleure belge est belge et le soda le plus commun américain.
    A quand le hamburger trois étoiles ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires