• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sur les traces de Surcouf

Sur les traces de Surcouf

Descendant de corsaires et corsaire lui-même, Surcouf arraisonna près de cinquante navires ennemis sur les mers. A terre, il se battit en duel avec tout un régiment de Prussiens. Entre-temps, il se paya la tête de Napoléon Ier en lui marchant dessus ! A notre époque, c’est le chef cuisinier le mieux réputé de Bretagne qui marche, non pas sur la tête, mais sur les pas de Surcouf...

Voici les portraits de deux étonnants voyageurs ! Le Salon du livre "Etonnants voyageurs", qui a lieu chaque année à Saint-Malo, s’est déroulé en mai. Le nom de ce salon, dont la paternité revient à son directeur et écrivain Michel Le Bris, s’applique bien à deux Bretons dont nous allons faire les portraits : Robert Surcouf, le corsaire, Olivier Roellinger, le cuisinier.

 

Surcouf le corsaire : légendaire, mais vrai !

L’histoire de ce diable d’homme n’a rien à envier à Pirates des Caraïbes qui n’est que du cinoche. Robert Surcouf est né en 1773 dans le petit village de Binic, près de Saint-Malo (ou à Saint-Malo même, selon certains), ville où il mourra en 1827. Embarqué comme mousse à l’âge de 13 ans, Surcouf devient capitaine à l’âge de 20 ans. Cette précocité a des raisons familiales. Il descend de Duguay-Trouin par sa mère et possède plusieurs corsaires dans sa généalogie.

La flibuste dans la peau : à l’âge de 23 ans, il entre dans la légende en prenant à l’abordage un vaisseau britannique, trois fois plus important et plus armé que le sien, avec un équipage de seulement 190 hommes. Mais il ne s’arrête pas en si bon chemin. Avec son bateau qui ne possède que deux canons, il s’attaque avec succès à un gros trois-mâts de la compagnie des Indes, Le Triton, armé de 26 canons ! Son habileté tactique est remarquée par Napoléon qui fait appel à ses services. Dès lors, pratiquant la guerre dite "de course", Surcouf va arraisonner rien moins que 47 navires au cours de sa carrière. Sa tête sera mise à prix par les Anglais et les assureurs de l’époque. Mais il ne se fit jamais prendre et mourut dans son lit.

Robert Surcouf est devenu légendaire et redouté de tous nos ennemis à la suite du son fait d’armes spectaculaire : la prise du Kent, le 31 août 1800 dans le golfe du Bengale. Cet événement est associé au dialogue suivant qui en dit long sur la force de défi du corsaire breton :

- Officier du Kent : "Nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l’argent  !"
- Surcouf : "L’on se bat toujours pour ce que l’on n’a pas."

L’affront à Napoléon : Surcouf n’était pas du genre à composer avec qui que ce soit. La discipline n’était pas son point fort non plus. Quand Napoléon se déplace en personne en 1803 pour le convaincre d’accepter une commission de capitaine de vaisseau et le commandement d’une escadre, Surcouf refuse parce qu’on ne lui accorde pas l’indépendance de manoeuvre totale qu’il réclame. Ce n’est pas tout. Comme Surcouf avait amassé une fortune colossale (qu’il faillit perdre parce qu’il avait écumé la mer sans lettres de marque), il lui prit l’envie de paver l’entrée de son domicile avec des napoléons d’or. L’empereur fit savoir qu’il s’y opposait. Surcouf lui répondit qu’il le ferait quand même, mais en plaçant les pièces sur la tranche ! Le dialogue rapporté entre Surcouf et Napoléon est celui-ci :

- Napoléon : "Je ferai de vous un homme riche !"
- Surcouf : " J’ai déjà tout ce qu’il me faut : mon cabinet est tapis de lingots d’or"
- Napoléon (offusqué) : "Comment ? Mais vous me marchez sur la face !"
- Surcouf : "Non Monsieur, je les ai disposés sur la tranche..."

Tout ne s’achète pas et Surcouf, bien que riche, ne perdit jamais la tête pour des raisons de fortune. Une fois l’Empire abattu, Surcouf accomplit un dernier exploit. Saint-Malo étant occupé par les Prussiens, il se prit de querelle avec eux et défia en duel tous les officiers du régiment concerné. Les Prussiens, qui étaient experts au sabre, relevèrent l’offre avec entrain. : Surcouf étripa les quinze premiers à la suite ! Il laissa aller le dernier (qui était le plus jeune) pour qu’il puisse témoigner que tout s’était passé dans les règles.

Tout ne s’achète pas, donc, et on ne triche pas non plus. Tel était Surcouf.

Olivier Roellinger

Trois étoiles au Guide Michelin (le seul en 2006 en Bretagne a avoir gagné ce rang), le cuisinier Olivier Roellinger conduit ses convives sur la route des épices, comme l’avait fait auparavant cet autre malouin : Robert Surcouf. "Faire de la cuisine, c’est avoir quelque chose à dire, et moi j’ai quelque chose à dire en tant que Breton... Pas en tant que cuisinier", confie-t-il à la revue Bretons.

L’enfance de ce chef cuisinier a été bercée par les récits d’aventures du corsaire Surcouf qui a passé son enfance dans le jardin qui jouxte sa maison.

Olivier Roellinger est né à Cancale en 1955. En 1976, il est étudiant en Maths sup et il a de brillantes études en perspective. Mais son destin sera ailleurs. Alors qu’il se promène sur les remparts de Saint-Malo, cinq jeunes munis de barres de fer le tabassent. Il se retrouve les os brisés et mettra deux ans à s’en remettre sans savoir s’il allait pouvoir remarcher. Fini les études et les régates. Il se met à cuisiner pour "croquer la vie". Aujourd’hui, il est devenu un des plus grands représentants de la cuisine française contemporaine, et un promoteur reconnu du métissage culinaire. La cuisine de ce chef exceptionnel vous fait voyager.

C’est en 1982 qu’il fonde une table d’hôte dans la demeure familiale, une malouinière se nommant "Maison de Bricourt" à Cancale. La maison date de 1760. Elle fut construite par de riches armateurs qui faisaient commerce d’épices et de bois à Saint-Malo. Son saint-pierre "retour des Indes" est renommé. Il mêle des ingrédients locaux et des épices, rappelant le lien de Saint-Malo avec la route des Indes. L’invitation au voyage fait corps avec la vie des Malouins. Olivier Roellinger ne fait pas exception à la règle. Il se nourrit - c’est le cas de le dire - des lointains ailleurs, il voyage par les saveurs.

Si vous n’avez pas la chance de séjourner à Saint-Malo, plongez-vous dans le monde fabuleux des épices et des saveurs du large tout en vous imprégnant de littérature. Ou bien, retrouvez votre âme d’enfant et revisitez les histoires des corsaires, des vrais ! Pas des corsaires de pacotille d’Hollywood ! Voici les liens :

La Maison de Bricourt.

Olivier Roellinger, étonnant voyageur.

Le monde des corsaires.


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • Boileau419 Boileau419 14 août 2007 11:47

    Encore de la prose à pouf.


    • La Taverne des Poètes 14 août 2007 11:59

      Les parisiens Le Pen ont toujours détesté la Bretagne. Moi je l’aime. Et je ne suis pas le seul.


    • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 15:07

      Une photo de Marine , ça reste dans le sujet ! smiley va savoir taverne , elle s’y connait peut être en noeuds !


    • La mouche du coche La mouche du coche 14 août 2007 15:53

      je ne dis pas cela pour t’énerver la Taverne, mais ton article est toujours en-dessous de celui de Demian sur la page d’accueil d’AVox. Je ne dis pas cela pour t’énerver. smiley


    • La Taverne des Poètes 14 août 2007 17:23

      Les vôtres, j’espère.


    • pixel pixel 14 août 2007 19:54

      Parisianisme


    • Boileau419 Boileau419 15 août 2007 12:00

      Bravo Démian, YOU ARE MY MAN !!!!! Ne fais pas de quartier !!!!!!


    • La Taverne des Poètes 15 août 2007 12:05

      West et le Front national, une histoire d’amour qui dure. La vraie histoire d’amour en fait car celle que le pauvre West s’est inventée avec Sara Whites est toute bidonnée.


    • La Taverne des Poètes 14 août 2007 12:26

      Non, on n’a pas fini. Je me fais plaisir et je fais plaisir à beaucoup de lecteurs. Essayez de trouver des dépliants touristiques aussi complets et narratifs ! Lisez les aventures vraies de Surcouf et comparez avec le navet « D’Artagnan » qui passe ce soir sur M6 (Le genre : D’Artagnan fait du Kung Fu).


    • snoopy86 14 août 2007 13:09

      @ Léon

      Paulo est quand même plus intéréssant quand il nous parle de sa Bretagne que quand il encense le Moudem...

      Et c’est bien meilleur que le trés approximatif Cabanel dont nous avons pu craindre qu’il se mette en lice pour concurrencer Assurantourix et Demianchou...


    • Gasty Gasty 14 août 2007 12:23

      Une chanson dont on ignore souvent l’origine « Bon voyage monsieur du mollet » était chanté aux voyageurs se rendant à la cité corsaire. La raison en était les chiens de guet lâchés à la tombée de la nuit autour des remparts de St Malo. Gare aux mollets !


      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 12:29

        T’es de retour Gasty avec ton lien tordant ! smiley


      • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 12:26

        j’adore l’anecdote des pièces d’or ! les chtimis ont aussi leur corsaire , jean Bart le dunkerquois !http://www.encyclok.com/encyclopedie/jeanbart/jeanbart.php


        • La Taverne des Poètes 14 août 2007 12:31

          Chtimi un vote en plus pour le lien !


        • claude claude 14 août 2007 14:51

          bonjour la taverne,

          hisse et ho !

          mais pourquoi léon êtes-vous si chagrin aujourd’hui ??? ce n’est pas dans vos habitudes... ça ne va pas ?

          c’est super les histoires de corsaires qui finissent bien !!! je suis allée voir sur le net, son ainé, René Duguay-Trouin n’était pas mal non plus !http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Duguay-Trouin

          ce sont sûrement des personnages comme cela, qui ont inspiré les corsaires au grand coeur, de cinéma ou de bd comme le célèbre « barbe rouge », imaginé par charlier et hubinon, ou le « vieux nick » de remacle et denis... bd qui ont enchanté mon enfance.http://www.pirates-corsaires.com/bd.htm

          en plus surcouf avait de l’humour ! ses descendants sont-ils toujours des marins ?

          le nom de « roellinger » est d’origine haut-rhinoise ! donc, en fait c’est un peu l’alsace qui a colonisé la bretagne !!! smileyhttp://www.genealogie.com/v2/services-nom-de-famille/nom.asp?nom=ROELLINGER+&rubrique=&page=&x=28&y=8


          • claude claude 14 août 2007 17:18

            @ léon,

            je serais vous, je ne le tenterais pas... en dehors des expos moins nombreuse qu’à paris, il est un domaine, au moins, où la bretagne est très riche : les contes et légendes.

            - plus les sites historiques,
            - les « grands » bretons : chateaubriand, anne de bretagne, du gesclin...
            - la flore de la forêt et des landes...
            - la faune ...

            pfouuuuuuuuuuuu !!! on en a au moins jusqu’ en ... au moins ! si ce n’est plus !!!  smiley

            allons donc, surcouf et autres flibustiers, c’est quand même, bien plus remuant qu’une nature morte !


          • La Taverne des Poètes 14 août 2007 17:28

            Oui Claude, il y en aurait pour dix ans de Bretagne au moins ! C’est les vacances alors je place beaucoup d’articles à la fois divertissants et culturels. Les gens n’ont pas envie de lire des tartines indigestes philosophico-politiques en cette période.


          • La Taverne des Poètes 14 août 2007 17:52

            West, vous devriez regarder la photo qui illustre l’article du chat sur la tauromachie. On vous y voit ! Vous foncez cornes baissées et moi je vous fais vous encorner dans la balustrade sous les « olé ! » des spectateurs. Vous qui pensiez que votre chemise bleue allait me faire voir rouge et m’attirer comme le taureau, c’est vous qui faites la bête et vous ne vous en lassez jamais. On devrait interdire la tauromachie, c’est trop cruel. smiley

            Olé !


          • La Taverne des Poètes 14 août 2007 18:58

            West, ne trouvez-vous pas lassants vos articles au papier carbone ? Vous en écrivez un, et il s’en imprime trois autres en-dessous ! J’ai de l’ambition et vous, de la prétention. Au moins l’ambition peut-elle servir les autres, être un peu utile...


          • claude claude 14 août 2007 22:05

            ha !ha !ha ! une sorte d’onde engendrant l’hilarité, me secoue !!! smiley smiley smiley

            pauvre, pauvre damiounet ! on lui reproche son originalité ! pauvre mignon, petit chou de ces dames(enfin à ce qu’il dit ... car l’est pas de première fraicheur le damiounet... quoique ses yeux véhiculent quelque chose du poète damné...)

            mais c’est affreux !!! smiley smiley smiley smiley

            vous devriez apprendre l’art et l’expression de la taquinerie... léon en est un des maîtres...

            le poète breton aime sa région et aimerait la faire découvrir, partager les impressions et les odeurs des embruns ... mais il n’est jamais pédant, ni emphatique... à l’image de certains que je connais...  smiley


          • moebius 14 août 2007 16:40

            Ils ont des chapeaux ronds...


            • Boileau419 Boileau419 14 août 2007 16:49

              Je conseille à notre vieille Citerne aux Alouettes de suivre la prochaine fois les traces d’un Alakalouf.

              Il paraît, dixit Jean Raspail, qui m’a fait connaître ces charmantes créatures, que ça vit en Patagonie. Je ne doute pas que cette poursuite ne tienne notre pignouf monotesticulé loin du forum pour au moins quelques mois, mettant ainsi fin cette quotidienne esbrouffe pseudo-bretonne.

              J’en connais qui diront : ouf !


              • La Taverne des Poètes 14 août 2007 17:30

                BoileauFN : Puisque vous donnez dans le conseil gratuit, prenez celui-ci : faites comme Surcouf, allez au large !


              • COLRE COLRE 14 août 2007 17:44

                Inutile de faire le voyage, les Alakalouf ne vivent plus en Patagonie, ils y VIVAIENT. Aujourd’hui, ils sont tous morts, sous l’assaut conjugué et meurtrier des immigrants blancs, de la morale religieuse des missionnaires et des p’tits microbes.


              • haddock 14 août 2007 17:30

                Moi ce que j’ adore en Bretagne c’est les saucisses de Strasbourg .


                • claude claude 14 août 2007 20:13

                  salut capitaine,

                  ah, non !!! strasbourg c’est dans le bas-rhin... le haut-rhin, c’est colmar, mulhouse et guebwiller smiley


                • pixel pixel 14 août 2007 20:16

                  Oui mais pour les saucisses c’est le bas rhin.


                • Djanel 15 août 2007 12:03

                  Toutes saucisses courtes ou longues, grosses ou petites surprisent en dehors du Bas-Rhin devront être considérées comme travailleuses clandestines.


                • moebius 14 août 2007 18:55

                  moi j’aime la pizza choucroute à l’armoricaine et les chapeaux ronds


                  • pixel pixel 14 août 2007 19:49

                    Non à la monoculture en général vive les particularismes en particulier.


                    • pixel pixel 14 août 2007 20:04

                      Je dirais même qu’il faut des endroits en jachère.


                    • La Taverne des Poètes 14 août 2007 20:03

                      West : votre fonction unique est de nuire aux autres rédacteurs et à rendre illisible la lecture de leurs articles par les visiteurs.

                      Votre médiocrité sans pareille et votre vanité parisienne sont les deux seules attractions de vos forums.

                      Votre style est très mauvais, vous ne feriez pas le moindre prospectus même touristique.


                      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 20:05

                        Allez donc peindre vos croûtes dont personne ne veut. Au lieu de pourrir l’esprit de ce média.


                      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 20:12

                        Elle ne vous connaît pas, cher petit mythomane.


                      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 20:31

                        De toutes façons je ne vous lis plus. J’aime la variation et la profusion.


                      • claude claude 14 août 2007 22:10

                        damiounichou-chou

                        je serais vous, je ne ferais pas de zara withes, une référence en matière de connaissance de l’histoire de l’art...

                        des gros lards, peut-être ! smiley


                      • claude claude 14 août 2007 22:17

                        damiounichou-chou,

                        ne seriez-vous pas jaloux des fois ??? que l’on vienne taquiner le bretonnant poète, et point vous ???

                        c’est ballot, ça !

                        avant que vous n’arriviez, les vannes ( normal pour un breton) étaient de bon aloi (merci, maître cappello), et un tantinet moqueuses... le tout était bon enfant, jusqu’à ce que vous veniez faire un caca nerveux au sujet d’une soit-disant rivalité qui n’existe que dans votre imagination d’enfant gâté !

                        on vous manque, n’est-ce pas ??? vous ne pouvez plus vous passer de nous, vos merveilleux trolls intelligents et cultivés !!! smiley smiley smiley


                      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 22:21

                        Claude : le but de West est clair : polluer Agoravox en venant me chercher chaque jour sous mes articles pour que je lui réponde et que ça n’ait pas de fin. Il voudrait que je parte pour avoir toute la place à lui tout seul. C’est un mégalomane, un ambitieux égoïste.


                      • claude claude 14 août 2007 22:38

                        mais..., je n’ai pas envie de montrer mon cul à tout le monde !!! smiley gros dégoûtant !!!

                        ce n’est pas parce que l’on ne se bat pas pour 3 pingouins et 2 araignées que l’on ne fait rien de sa vie ! prétentieux, va ! smiley smiley smiley

                        il est des combats plus intimes, qui ne font pas la une des journaux poeple !!! smiley


                      • La Taverne des Poètes 14 août 2007 22:51

                        L’argument ultime de Néant West (croit-il), c’est toujours la jalousie. Un sentiment qui le ronge de l’intérieur et dont il accuse les autres sans répit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires