• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sweeney Todd, le rouge et le noir selon Tim Burton

Sweeney Todd, le rouge et le noir selon Tim Burton

Sweeney Todd, ce nom fait froid dans le dos. C’est celui du tueur en série le plus célèbre de l’Angleterre victorienne. Aussi célèbre que Jack l’éventreur. A cette différence qu’on ne peut évoquer Sweeney Todd qu’au conditionnel. On ignore s’il a réellement existé. Peut-être ce personnage est-il la somme de plusieurs tueurs sanguinaires (dont Jack l’éventreur lui-même) ? Toujours est-il que, réel ou non, Sweeney Todd est devenu un archétype maintes et maintes fois remis sur le métier littéraire. Stephen Sondheim avait écrit en 1979 la comédie musicale Sweeney Todd, the Demon Barber of Fleet Street sur un livret de Hugh Wheeler. Près de trente ans plus tard Tim Burton la transpose à l’écran avec son acteur fétiche Johnny Depp dans le rôle-titre et Helena Bonham Carter, la compagne de Burton à la ville, dans le premier rôle féminin.

Tim Burton,quinze ans après L’Etrange Noël de M. Jack, son chef-d’œuvre, revient donc à la comédie musicale. Sauf que cette fois le fidèle Danny Elfman ne signe pas la partition.

En dehors de ça, les amateurs de Burton, retrouveront leur univers familier. Avec Sweeney Todd, Tim Burton agrémente sa galerie de monstres d’un bien intéressant personnage : « ... mon truc à moi ce sont les monstres. Déjà, môme, je les aimais. Je me sentais proche d’eux : en marge de la société et incompris, comme eux. De plus, j’ai toujours eu un faible pour les outsiders, ceux que l’on pense méchants alors que, en fait, ils ne le sont pas. Ce sont des personnages, très intéressants à explorer »(Wikipédia).

Benjamin Barker (Johnny Depp) revient à Londres pour se venger du juge Turpin qui l’a envoyé aux travaux forcés sous un fallacieux prétexte, histoire tout bonnement de s’emparer de la femme de Barker et de sa fille. Symboliquement Barker n’existe plus. Son nom, il le renie dès le début de l’histoire pour se baptiser « Sweeney Todd ».

Dès le début de Sweeney Todd, donc, tout le monde semble déjà mort. Mais comme toujours chez Burton, il s’agit d’un faux-semblant. Les morts sont vivants, les laids sont beaux dans ce film dont les références à l’expressionnisme allemand (cernes sous les yeux, visages pâles, regards lourds et inquiets) et au Grand Guignol sont évidentes.

Sweeney Todd n’a plus goût à rien, sinon à la vengeance. Tuer le juge Turpin est la seule chose qui compte pour lui. A peine débarqué sur le quai londonien, ses pas le conduisent à Flet street, dans l’échoppe de la ravissante Mme Lovett (Helena Bonham Carter).

Oublier ce qu’il a vécu quinze ans plus tôt ? Tout effacer ? Refaire sa vie avec Mme Lovett ? Sweeney Todd n’y pense même pas. Et pourtant Miss Lovett rêverait d’une idylle avec ce beau ténébreux qui ne sourit guère, certes, mais qui a de l’allure avec sa chevelure romantique et sombre, juste éclairée d’une mèche immaculée. Cette même lueur qui allume son œil dès que la vengeance apparaît au bout de ses rasoirs étincelants.

L’association entre Sweeney Todd et Miss Lovett se conclura sur les bases d’un partenariat commercial et non sur celles de l’amour : lui égorgera ses victimes, elle les transformera en chair à pâté, celle dont elle garnira les friands qui transformeront sa gargotte en aimable taverne dont la réputation semble soudain dépasser tout le quartier.

L’outrance est de rigueur. Outrance des situations, outrance des sentiments, outrance des grimages. Mais la colère est mauvaise conseillère et la vengeance est un plat qui, même froid, a des relents nauséeux. La vengeance de Sweeney Todd, le spectateur ne s’en offusque pas. Il la trouve à son goût. Il « aurait fait pareil », probablement. Mais finalement, est-ce si sûr ? On dirait bien qu’à un moment, même la vengeance ne passe plus. Trop c’est trop.

Car la vengeance de Sweeney Todd porte un nom : folie meurtrière. Il égorge et le sang gicle d’un bout à l’autre du film apportant la seule note colorée dans cet univers plastique typiquement burtonien. Un univers apparemment hyper-réaliste, mais en fait hyper-iconique qui épuise toutes les notions de gris, du noir au blanc. On est presque dans un film d’animation dans lequel évoluerait des acteurs. Du Burton au sommet de son (grand) art.

Le rouge est la seule couleur qui a droit de cité (à l’exception du costume bleu de son concurrent et du passage où Miss Lovett rêve d’une autre vie avec cet homme qu’elle aime, mais qui restera à jamais distant).

Le rouge, le sang, est le personnage central du film.

Sweeney Todd n’est pas le héros ici. C’est un figurant. Le figurant du destin, de la folie et de la mort. Le héros, c’est le sang qui coule en cascade, qui trace une voie, fait tourner le mécanisme. Rouge sang ? Non, pas vraiment. Plutôt rouge carmin. Le sang est plus sombre. Celui-ci est éclatant. Trop rouge pour être honnête.

Mais, paradoxe, c’est la preuve par l’image qu’il y a de la vie tapie quelque part. Ce sang de la vie qui asperge le spectateur.

Sans temps mort.

Crédit photo : MelWeb

A voir la bande annonce sur Agoravox TV



Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Yannick Harrel Yannick Harrel 22 janvier 2008 16:45

    Bonjour,

    Merci pour votre fiche cinéma que j’ai pris plaisir à lire, d’autant que la réunion de l’excellent réalisateur Tim Burton et du non moins excellent acteur Johhny Depp me faisait saliver d’avance. Dorénavant je sais que c’est une oeuvre à aller visionner d’office

    Cordialement


    • EricB 22 janvier 2008 17:55

      "... la réunion de l’excellent réalisateur Tim Burton et du non moins excellent acteur Johhny Depp me faisait saliver d’avance."

      Sans oublier, bien évidemment, la somptueuse partition de Stephen Sondheim, qui, tout de même, et on a un peu trop tendance à l’oublier, est à la base de tout.

       

      Sondheim, le grand oublié du monde musical hexagonal... Dont, aucune oeuvre, si je ne me trompe, n’a encore été créée en France. Et it’s a shame, really ! Que font les programmateurs ?????


    • survol 22 janvier 2008 16:54

      J’ai déjà entendu parler de cette histoire il y a longtemps mais cela se passait à Paris.

      Une recherche sur le net a donné cela :

      www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp et il y en a d’autres.

      Quelle version est la bonne ? Sweeney Todd ou le barbier des Marmousets ?

      Difficile de croire qu’il y en ai eu deux.


      • tvargentine.com lerma 26 janvier 2008 13:25

        C’est bien filmé,tres bien joué et une belle prestation d’acteurs qui chantent,mais la magie n’est pas présent

        Ce film chanté,car on a plutot l’habitute de dire "comédie musicale" car dans l’imaginaire,les films musicales et chantés sont plutot des comédies.

        Mais reconnaissons à Tim Burton d’avoir tenté une expérience,qui ne restera qu’une expérience dans un film chanté qui n’est pas une comédie mais une boucherie industrielle

         

         


        • Antoine 27 janvier 2008 12:23

           J’ai vu le film hier soir. C’est de l’opéra made in hollywood : c’est bien fagoté, lisse, joliment fabriqué mais rien de génial. La musique serait gentillette pour une comédie musicale à faire avaler par le tout venant. J’imagine ce qu’en auraient fait Verdi, Puccini ou Janacek ! Ici rien ne s’envole : les voix n’ont pas d’ampleur, les duos sont à peine esquissés, la partition banale, fade, même si on sent le métier. Transformer un sujet aussi dramatique en opérette est une idée pour midinette Lorsqu’à l’opéra (le vrai) l’action s’arrête pour faire place à la musique, tout le monde décolle de son fauteuil. Dans ce film, le soufflé retombe à chaque fois. Bref, dans ce type d’oeuvre, l’essentiel revient à la musique alors qu’ici elle est un handicap. On fail des films avec un scénario et des acteurs, des opéras avec de la musique sublime et des (vrais) chanteurs et combiner les deux n’est pas à la portée de tel ou telle, même (ou plutôt surtout) à hollywood.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès