• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Tchekhov à la Folie » Prolongations en délire au Poche Montparnasse

« Tchekhov à la Folie » Prolongations en délire au Poche Montparnasse

Au Théâtre de Poche, celui de Philippe & Stéphanie Tesson, donc père & fille, les succès s’enchaînent avec une telle aisance depuis 2012 qu’il apparaît d’évidence que le hasard n’y est point le maître d’œuvre.

 

JPEG - 82.2 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Victor Tonelli

  

A contrario, l’ambition de satisfaire le public dans son exigence de qualité, son goût d’approfondir celle-ci hors des sentiers battus ainsi que sa volonté d’être surpris à chaque création, a créé un tel flux depuis l’avènement de cette direction familiale qu’un état de grâce semble désormais présider à cette ruche conviviale du spectacle vivant.

A telle enseigne que de nombreuses reprises ou prolongations sont devenues nécessité tant leur réputation s’amplifie au prorata de leur impact exponentiel.

 

JPEG - 57.7 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Victor Tonelli

  

Ainsi, en est-il, pour ce « Tchekhov à la folie » qui, depuis début 2019, telle une tornade tourbillonnante emmène tout son auditoire dans un plaisir tellement frénétique que chaque représentation se présenterait quasiment comme un gage multiplicateur de fréquentation.

Ainsi, en associant « L’Ours » et « La Demande en mariage » deux farces initiées par Tchekhov selon le principe de véracité poussé jusqu’à la caricature extrême tout en désignant celles-ci sous un seul titre paradoxalement provocateur, c’est comme si un processus de fusion déchaînée s’était mis en branle pour le plus grand plaisir de tous.

 

JPEG - 82.1 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Victor Tonelli

  

La mise en scène de Jean-Louis Benoit agit comme un remake de film muet en provenance de la belle époque, celle où les acteurs devaient appuyer leurs comportement, gestuelle et effets de telle sorte que les spectateurs soient happés dans un cycle de pensée magique percutant le mouvement cinétique saccadé et heurté à la manière d’un exutoire drolatique.

Sur ce schéma délibérément incitateur à l’hilarité est alors ici plaquée une adaptation francophone (André Markowicz & Françoise Morvan) au rythme effervescent et rugissant qui finira de façonner le trio de comédiens dûment choisis à dessein pour capter et déclencher le rire dévastateur en diable de la nature humaine… façon Tchekhovienne a priori inattendue !

 

JPEG - 76.4 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Theothea.com

  

A tout Seigneur tout Honneur, Jean-Paul Farré en est le leader charismatique de par sa grande expérience des situations abracadabrantesques qu’il sait manipuler depuis toujours avec l’art habité du sorcier éclairé ; celle acquise brillamment par Manuel Le Lièvre sur « Hôtel Feydeau » à L’Odéon aurait pu faire office de véritable catalyseur en Vaudeville ; quant à Emeline Bayard, c’est peu de dire qu’elle est la révélation de ce spectacle, certes déjà nominée aux Molières pour Fric-Frac, mais ô combien atypique, hyper expressive et atemporelle sur le registre de la mauvaise foi vitupérant au féminin rigide dans le rôle d’une Natalia Stépanovna plus préoccupée par son droit de propriété concernant une parcelle de terrain âprement disputée que par celle d’une perspective de mariage.

Cupidité, entêtement, fourberie pourraient d’ailleurs être les trois variables d’ajustement que se partagent allègrement les trios de ces deux « plaisanteries » (ainsi étiquetées par Tchekhov lui-même) mais dont, à l’instar de celui des chaises musicales, le jeu de rôles se déplace en quelque sorte du féminin au masculin pour représenter la posture revêche et disgracieuse « phare » d’une comédie à l’autre. 

  

JPEG - 77.5 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Theothea.com

  

De plus, comme la proximité des spectateurs et des acteurs est particulièrement intense au Poche, les grimaces, mimiques et simagrées se perçoivent en gros plan cadré et c’est donc ainsi que la scénographie de l’intérieur d’une datcha focalisée au centre de gravité par un ruban tue-mouches suspendu depuis le plafond interfère comme un quatrième partenaire morbide qui régenterait et régulerait d’office la mesquinerie et la stupidité humaine.

Plus philosophique que Tchekhov, tu meurs !… Mais surtout plus décidé d’en rire de tout son saoul libère l’énergie néfaste accumulée au fil des siècles ! A voir, à revoir dans l’intime et chaleureux Théâtre de Stéphanie & Philippe.

  
photos 1 à 3 © Victor Tonelli
photos 4 à 6 © Theothea.com

  

TCHEKHOV A LA FOLIE - ***. Theothea.com - ( La Demande en Mariage & L'Ours ) d'Anton Tchekhov - mise en scène Jean-Louis Benoit - avec Emeline Bayart, Jean-Paul Farré & Manuel Le Lièvre - Théâtre de Poche Montparnasse

Reprise concomitante :   « Michel for ever » en triomphe au Poche Montparnasse

  

  

JPEG - 98.7 ko
TCHEKHOV A LA FOLIE
© Theothea.com

  

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 3 septembre 11:19

    Bonjour, Theothea

    Merci pour cet article. Le Poche Montparnasse nous a habitués à des spectacles de grande qualité. Il semble en effet, d’après les échos qui me sont parvenus, que cette pièce soit une réussite de plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès