• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Tecktonic® ta mère ou l’apologie de la médiocrité

Tecktonic® ta mère ou l’apologie de la médiocrité

Dans les pays occidentaux, chaque époque voit se créer ses tribus, courants culturo-musical. Disco, soul, hip-hop, punk ou encore techno, et j’en oublie, se sont succédé pendant ces dernières décennies. Chacune véhiculant ses idéaux, ses codes, ses arts, son style, sa musique et son message à la société (« je vous aime », « allez tous vous faire foutre », « faites l’amour pas la guerre », « rien à battre »...). La dernière en date, et la première du XXIe siècle, s’appelle la Tecktonic®. Présentant les traits caractéristiques de ces mouvements, elle a néanmoins ses propres spécificités qui illustrent bien à mon goût certaines dérives d’aujourd’hui

Les grands mouvements musicaux du XXe siècle se sont tous généralement développés à partir d’un plan régional où des artistes ont créé des musiques novatrices qui ont ensuite mué en véritable culture musicale plus ou moins underground (et tout ce que cela implique, code vestimentaire, idéaux, messages...) pour exploser ensuite en sous-ensemble de genres plus ou moins commerciaux et plus ou moins directement reliés au genre initial (ex : disco-funk, disco-pop, disco-électro...), pouvant eux-mêmes déboucher sur de nouveaux mouvements.

Mais revenons sur notre sujet, la Tektonic.

Son invention revient à par Cyril Blanc et Alexandre Barouzdin, membres de l’équipe artistique du Metropolis, une boîte de nuit parisienne. A l’origine désigné pour un type de soirée, ces deux personnes ont eu l’idée de déposer le nom, une ligne de vêtement et un logo (aigle de style germanico-romain estampillé d’une étoile et du mot Tectonic). Un marketing intelligent, utilisant très habilement internet, et hop ! Quelques années plus tard, le phénomène explose.

En apparence donc, cette tribu (culture, phénomène, groupe, appelez cela comme vous voulez) présente un peu les caractéristiques de ces aînés, mais elle a de particulier d’être la parfaite illustration de la société de consommation de masse et une apologie de la médiocrité. En effet, je trouve qu’elle illustre très bien le manque d’imagination de la nouvelle génération, un peu trop formatée par le trio TV-Téléphone portable-Internet de masse, dirigé par la pub et le marketing. D’ailleurs, le point de départ du phénomène est bien une marque.

Le style vestimentaire (pour quelques illustrations, se reporter à http://tck01-shop.com/ et youtube pour des vidéos) et la danse :

Pour être in et aware, il s’agit de se vêtir de manière colorée et moulante. Empruntant à la fois sur un peu tout, le tektoniceur est un condensé de n’importe quoi, empruntant au gré de ses envies, les gants blanc stylés de Mme la Comtesse du château La-Caille-sur-Adour, le débardeur de Jean-Mi le routier, des Vans All Star fluo, des mocassins à carreau rouge et blanc, des bufallos à semelles compensées, des chaussures montantes de boxeur, un jean ultra slim tendance gay porté sur les cuisses tendance baggy, une tétine de bébés (pour info aux éventuels nouveaux convertis qui me liraient : elle est à l’origine destinée à empêcher certaines montées d’ecstasy). Les coupes de cheveux à la Chris Waddle de l’époque de l’OM, Agassi à ces débuts, ou encore Mac Gyver de la grande époque, frange, cheveux courts, mais quand même longs derrière, sont revenus également dans le mouve.

Là où le hip-hop avait trouvé des performances physiques et sportives, le rock’n’roll l’expression d’une rébellion face à un ordre établi, le disco un délire psychédélique collectif, le punk un défouloir, la techno une sorte de trip minimaliste personnel dans un mouvement collectif, la tecktonic a introduit finalement la télé-réalité dans la danse (bien que les boîtes de nuit y ait contribué très fortement ces dix dernières années). Le but avoué de tout cela est donc de se montrer : des mouvements faciles, sans avoir la nécessité d’être en rythme et en musique, accessibles au commun des mortels, ayant pour seul but d’accéder à ces quelques minutes de gloire en devenant le centre d’intérêt. Individualisme à outrance.

La musique :

Là encore aucune originalité. C’est bien simple, il n’y a pas d’artiste (quoique certains autoproclamés ne devraient pas tarder à sortir des albums pour profiter de l’effet et se remplir les poches). Le tecktoniceur, tout comme certains de ces concitoyens (mais qui ont quand même moins le style que lui) se déhanche sur de la house ou de la techno qui passe et repasse sur Fun et sur M6. Demandez-leur s’ils connaissent Kraftwerk, ils vous répondront qu’ils n’aiment pas la cuisine allemande !

Je suis retourné à la Techno Parade cette année, ça faisait relativement longtemps et j’avais été très surpris d’y trouver un nombre impressionnant de personne pratiquant cet art (que je ne connaissais pas encore). Mais ma contemplation de ces mouvements membresques ne dura point. En effet, la procession des chars s’arrêtant à 20 heures, il fallait continuer les soirées dans des lieux privés (saluant ici l’immobilisme et le conformisme des institutions, l’ambiance était terrible, mais quel dommage d’arrêter cela si tôt). Le Cabaret sauvage donnait donc carte blanche à quelques DJ de fort bon calibre et la soirée fut terrible. Mais, à mon grand regret, il n’y eu aucun tecktoniceur pour m’apprendre à bouger mon corps : eh oui, aucun des tubes de Fun ne fut diffuser, quel manque de goût !

Le message :

Y en a pas.

Conclusion :

Au-delà de la critique acerbe (et pas forcément très objective) que je viens de faire, cet exemple reflète à mon sens les évolutions d’aujourd’hui. Aucune inventivité, un individualisme à outrance, on ne cherche plus, on ne réfléchit plus, on ne pense plus, on ne recherche plus, on ne travaille plus, tout doit être servi sur un plateau, il n’y a plus de mérite. Bref, bienvenue dans un monde de consommation de masse ! J’en ai rêvé, les majors l’ont fait !


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • jakback jakback 30 novembre 2007 14:06

    # Asu,

    je crains que votre conclusion, que je partage totalement, soit a contre courant du politiquement correct, il est sur qu’ils ne chanteront jamais, dansons la tecktonic vive le son, vive le son.... mais plus sûrement vive le çon, vu leur niveau scolaire, de la a imaginé qu’ils oublieront la cédille smiley


    • Traroth Traroth 30 novembre 2007 14:11

      Bof... J’ai 34 ans et je ne me sens pas trop concerné, mais j’observe que tous les genres de musique sont critiqués lors de leur apparition. « Si le son est trop fort, c’est que vous êtes trop vieux »...


      • Vincent 30 novembre 2007 15:11

        Je n’irai pas jusqu’à parler d’un nouveau style de musique, la musique tektonic n’est rien de plus que de la tekno, les rythmes et les sons utilisés existent depuis plus de 20 ans


      • Breakbeat75 30 novembre 2007 14:24

        Globalement d’accord avec l’auteur de l’article.

        Deux points à relativiser toutefois :

        - ces p’tits jeunes qui tektonisent fonctionnent plus souvent aux boissons énergisantes qu’à l’ecstasy

        - Il y a des précédents « marketing » même dans les mouvements qui paraissent les plus spontanés. Vous souvenez-vous du génial Malcom Mac Laren et d’une de ses créations les plus pérenne les Sex Pistols avec des gars qui ne savent pas jouer (Sid Vicious connaissait-il Chuck Berry ?) , un look très travaillé débouchant sur l’inévitable merchendising etc...

        - Ce même Mac Laren a crée récemment un groupe de toute pièce (avec de jolies chinoises) pour promouvoir la musique 8 bit (pour ceux qui ne connaissent pas il faut qu’il ressortent leur antique Atari ou leur gameboy !)

        Bref je ne suis pas sur que tout cela soit nouveau sauf que bien entendu ce « mouvement » s’inscrit dans son époque qui comme le dit l’auteur peut apparaître « un peu trop formatée par le trio TV-Téléphone portable-Internet de masse, dirigé par la pub et le marketing ».


        • t_faz 30 novembre 2007 15:02

          selon moi la techtonic n’est pas un phénomène mais un espèce de petit mouvement d’ados nantis de la région parisienne repris à coup de marketing par des capitaliste il est vrai très intéligement...étant belge je vous assure qu’aucun phénomène tecktonic est en vue en dehors de paris...les derniers vrai changement en date dans la musique électronique (quand je parle de changement je parle du moin au niveau européen...)étant la drum n’bass (jungle en france), l’électro, la techno minimaliste, ... depuis pas grand chose de nouveau ou peu être le raprochement entre rap, hip-hop et musique électronique (le rap étant en train de s’éssoufler...)


          • Wlad Wlad 30 novembre 2007 15:17

            J’approuve globalement, avec toutefois un bémol : le mouvement corporel adéquat me paraît quand même esthétique. Les danseurs de la première heure sont plutôt impressionnants pour mon esprit peu ouvert à la danse contemporaine.

            Toujours est-il qu’il y a de grandes chances que cette technique, affiliée au réflexe jeune du « tout de suite, maintenant, consommons rapidement », s’avère éphémère et ne soit plus d’actualité dans quelques années.

            Et une précision : la coiffure idoine, brosse dessus-court sur les côtés-long derrière, popularisée récemment chez les geeks par l’innénarrable apôtre du style « beauf » Günther (http://www.gunthernet.com), fait depuis longtemps le délice des amateurs de nanars sous le nom de « mulette » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuque_longue). Il faut dire que c’est vraiment à mourir de rire, et que j’ai parfois du mal à me maîtriser dans le métro...


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 30 novembre 2007 15:41

              Et voilà ! Après la panoplie « rappeur », la panoplie « rasta », la panoplie « ragamuffin », la panoplie « ska », la panoplie « métalleux », la panoplie « biker », et autres catalogues de fringues coûteuses, avec mode de vie coûteux associé et consommation encadrée, voici le Techtonik, bienvenue à Marketland ! Vous avez raison, c’est à pleurer.


              • riton riton 30 novembre 2007 16:13

                Moi tonton ce qui me fait pleurer c’est quand tu cites tout sauf la musette dans ton p’tit inventaire de fond de tiroir. La tecktonic au fond c’est comme un bon gibier : au début ça colle aux dents mais après ça se digère pas trop mal. Bon, après c’est sûr qu’entre une musette Place Pigalle et une Macarena sur les champs Elysées, moi j’ai fait mon choix : ce sera là où y’a du rouge ! Nan parce que les jeunes, ils ont pas de valeur ok ok, mais le drame c’est qu’ils se torchent plus qu’à la vodka et au schweppes, et notre culture alors ? Et c’est les mêmes qui ont des posters Sarkozy dans leur piaule à miauler qu’ils représentent la France comme pas deux. Parasites.


              • Fred 30 novembre 2007 16:53

                J’avoue que quand je déprime un peu, je regarde un clip de Tektonic sur youtube, rire assuré donc merci aux tektoniciens pour ces moments. smiley


                • saint_sebastien saint_sebastien 30 novembre 2007 17:03

                  ah ,mais laisser les jeunes s’amuser , vous étiez pareil à leur age , avec vos coupe de rocker ou avec la nuque longue lol.

                  toute mode est par définition inutile , vide de sens et commerciale.


                  • tvargentine.com lerma 30 novembre 2007 19:21

                    Vous décrivez bien

                    « Aucune inventivité, un individualisme à outrance, on ne cherche plus, on ne réfléchit plus, on ne pense plus, on ne recherche plus, on ne travaille plus, tout doit être servi sur un plateau, il n’y a plus de mérite. Bref, bienvenue dans un monde de consommation de masse ! J’en ai rêvé, les majors l’ont fait ! »

                    Et bien aujourd’hui,dans les universités une minorité de jeunes étudiants suivent comme des moutons les manipulateurs de la LCR.

                    Cette génération Mac doc à un cerveau liquide


                    • saint_sebastien saint_sebastien 30 novembre 2007 20:19

                      à mon avis , les moutons décérébrés drogués du mac do se trouvent plutot à droite , comme toi Lerma.

                      La tektonic a été inventé par une entreprise pour que les enfants des biens pensant libéraux puisse dépenser leur argent au salon de coiffure et dans des jeans moulant dignes de la momoparty, et aucunement pour les membres du parti communiste lol !

                      Tu n’en as pas finit de dégueuler ta propagande néo nazi sur ce site ?


                    • Vincent San Seb Vincent San Seb 30 novembre 2007 23:21

                      entièrement d’accord, c’est quoi encore ce truc ? cela dit, ne soit pas négatif, aujourd’hui en France des gens créent (si si je vous jure)c’est l’eternel recommencement, c’est le meme débat que le rap, dont j’attend la disparition depuis le collège... Bref tant que des gens critiqueront ces idioties il y aura de l’espoir, j’utilise ce mot non pas pour m’opposer a quelque chose vieux, mais pour m’opposer ah une forme d’elitisme, à petite échelle, prenez la tecktonik, elle n’avait pas encore existée dans les pseudo sphères des nuits parisiennes que déjà le business existait, c’est donc planifié, purement commercial et donc totalement abjecte, comme halloween, si si rappelez vous...


                      • Marc Bruxman 1er décembre 2007 02:04

                        La tektonic est une dance et non un style musical !

                        La musique jouée lors des soirées tektonik est en général du « hardstyle » ou du « jumpstyle », une musique venue des Pays-Bas (et de Belgique pour le Jumpstyle) qui est maintenant populaire dans toute l’europe (mais plus notoirement aux Pays Bas, en Belgique et en Italie). C’est un dérivé ralenti du « gabber » (prononcer « rabber ») qui était resté un phénoméne musical exclusivement néerlandais (mais immensément populaire la bas dans les années 90). Pour vous donner une idée de ce à quoi ressemble le gabber, retrouvez une compilation « Thunderdome » des années 90 et vous avez trouvé !. (Je préviens tout de suite c’est difficilement audible pour une oreille non préparée... Mais à force on s’habitue et ca permet de se défouler en fin de soirée avant de retrouver le froid de Rotterdam et de sortir de boite).

                        Ce même hardstyle est dansé complétement différamment aux Pays-Bas. En boite à Rotterdam vous trouverez même des gens avec des TShirts « Fuck Tektonik ! ».

                        Lorsque le métropolis a fait venir des DJ Hardstyle en France (à une époque ou seuls les habitués du Thalys connaissait), ils ont crée un bouzin marketing autour et ca a bien pris. Et ils ont été bons parce que la premiére fois que j’ai foutu les pieds à une soirée Hardstyle à Amsterdam je me suis dis qu’un truc pareil ne marcherait jamais en France. (comme le gabber). J’avais tord !

                        Cela dit ne cherchez pas du mozart dans ce style de musique, c’est de la musique festive avant tout et cela n’a pas vocation à voler plus haut qu’un groupe comme « marcel et son orchestre ». L’essentiel est avant tout de passer une bonne soirée et de se défouler ! Et si l’on considére juste ce but, c’est rudement efficace.


                        • arretsurlesmots arretsurlesmots 1er décembre 2007 10:08

                          J’ai 22 ans et j’ai peur de devenir un vieux con. Quand je lis ces commentaires, ça me rassure. En fait j’ai pu croiser quelques tecktonic sur une grande place lyonnaise et j’ai eu une réaction épidermique. Je ne sais pas si elle est naturelle et qu’un jour ils s’imposeront comme phénomène de société. Ca me fait peur d’être un vieux con avant l’heure mais ces jeunes me font rire et c’est pour être politiquement correct. L’avantage de cette société de consommation de masse, c’est qu’elle est accompagnée d’une société de déchets et de renouvellement. On va bientôt se débarasser de ces tecktonics pour un nouveau phénomène plus commercial et plus juteux... je pense... j’espère...


                          • Nathan Nathan 1er décembre 2007 14:28

                            Salut. Pas vraiment d’accord : le mouvement tektonic a le mérite de mettre un nom sur une mouvance « électro » des années 2000 et ce de manière plutôt saine, entendez avec une vraie danse contrairement aux raves partys, et sans message ou « non message » nihiliste, encore contrairement aux raves partys ... Même les drogues semblent plus ou moins exclues si je comprends bien ... Pour moi c’est plutôt positif que les jeunes danseurs de musique techno n’aillent plus s’exclure de la société en bougeant comme des zombis sous ecstasy, en rase campagne ... Après sur ce que cela représente par rapport à notre société actuelle, certes, il y a forcément un lien ... Mais après c’est une question de personnalité et de goûts ... Gare à ne pas devenir un vieux con ! :) Finalement pour savoir si vous êtes pro ou anti vous devriez vous demandez si vous préférez cela à la mode des raves partys en France durant les années 95-2005 ... Car elles aussi signifiaient quelque chose de notre temps ... Pour moi, il n’y a pas photo ...


                            • Marc Bruxman 1er décembre 2007 18:29

                              Cela fait longtemps que la rave en rase campagne c’est has-been. Suffit de passer la frontiére Belge pour trouver des vrais fêtes technos. Et il y a beaucoup de Français qui font le déplacement ! Même si dans ce domaine la mecque reste les Pays-Bas.


                            • kebab 1er décembre 2007 17:20

                              WHITE POWER !>>>>>WHITE TRASH !


                              • franc 3 décembre 2007 17:56

                                Je trouve très bien ce phénomène techtonik,c’est sain et esthétique même si c’est un peu commercial--------ça vaut mieux que les zombies raveurs drogués ou les singes rappeurs violents et haineux-------------------------car la techtonik ce qui fait son succès c’est la danse sous une musique entrainante.Ceux qui ne dansent pas ou ne savent pas danser perdent vraiment quelque chose.Le célèbre avocat Jacque Vergès a dit qu’il regrettait vraiment de ne pas pouvoir danser au rythme de la vie car quand il danse il ne fait que quelques mouvements désarticulés ridicules--------------Je crois que ce mouvement va rester longtemps car danser donne vraiment du plaisir et du bonheur.


                                • Asu Asu 4 décembre 2007 10:04

                                  « --------ça vaut mieux que les zombies raveurs drogués ou les singes rappeurs violents et haineux------------------------- » ou autre commentaire de ce style...

                                  Ce sont des clichés véhiculés par les médias. Etes vous seulement allés une fois en rave party avant de dire cela ? Avez vous participé une fois à un concert de Hip-hop ?

                                  Les médias ne véhiculent que le sensationnel, alors forcément on va parler de la violence de parole dans le hip-hop ou de la drogue dans les rave avec tout ce que cela entraine derrière. Mais en aucun cas, ils ne vont dire que les concerts/festival (et en particulier de hip-hop) peuvent être de véritables occasions pour animer un peu la vie de quartiers, que vous allé trouvé autant de drogue dans les milieux des boites branchés parisiennes (voir même en province !) que dans une rave, que les raves sont une fête populaire ou l’on s’amuse avec des potes comme à une fête de village (ouais, difficile à croire) !!!! que la musique ne s’est jamais autant diversifié depuis l’apparition de la musique électronique, etc etc...

                                  bref, arrêter de croire que tout est blanc ou que tout est noir. Il faut promouvoir la diversité et c’est surement pas avec ce genre de mouvement individualiste, formaté et sans âme que nous allons y arriver.


                                • voix-tu 20 janvier 2009 00:47

                                  Bonjour à tous,

                                  Ce mouvement ne peut aller entièrement de pair avec la médiocrité.
                                  Chaque decennie connait sa mode et pourquoi vouloir aller contre sans discernement ?
                                  Bien sûr, c’est assez déconcertant de voir les adeptes de ce genre nouveau, pour les nostalgiques des années 80 et avant. Certains jeunes garçons de viennent anorexiques fautes de ne pouvoir entrer dans un slim trop moulant avec de surcroît une crête de coq en guise de coupe de cheveu, on ne peut pourtant dire qu’ils sont tous drogués ou dépourvus de rythme, non !!! Ni moins gregaires que des blousons noirs, beatniks, punk ou autres adeptes du disco ou du smurf.
                                  Souvenons-nous de ces choucroutes à la Thierry Pastor qui faisait fureur, il y a deux ou trois decennies.
                                  C’est un mouvement qui bien sûr qui entre, il le faut bien, dans un créneau de consommation avec son merchandising obligé.
                                  Il faut bien sûr observer une tendance du jeune-homme actuel à la féminisation puisque la disparition des rites de passages se fait sentir : le service militaire par exemple permettait, qu’on le veuille ou non, à de futurs jeunes adultes de se cotoyer sans distinction d’origine, de niveau social de tisser des liens formidables dans l’effort, dans l’aversité ; ce qui serait impensable aujourd’hui.
                                  Pour suppléer à ce manque, naissent les comportements ordaliques qui sont heureusement minoritaires.
                                  c’est notre jeunesse, ce sont aussi nos enfants qu’il s’agit, souvent étranges alors à nous de les éclairer sur les divers possibles.
                                  J’allais oublier, la musique associée à ce genre n’est autre que de la teckno ( un pur tempo de marche à l’ancienne agrémenté de sons synthétiques et d’échantillons,accordeon en moins), la danse est beaucoup plus individuelle puisqu’elle permet à l’executant d’entrer une frime qui est aussi une parade de séduction , un esprit de monstration et de défi qui supplée souvent la bagarre gratuite.
                                  Dans cinq ans, un autre mouvement naîtra devant nos yeux ébahis...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires