• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Tête d’ Or , de Paul Claudel, au Théâtre du Vieux-Colombier

Tête d’ Or , de Paul Claudel, au Théâtre du Vieux-Colombier

Renversé racines par dessus faîte, l’arbre déraciné occupe le volume spatial de la scène du Vieux Colombier en traçant une implacable diagonale de cour à jardin, comme si Anne Delbée souhaitait barrer dans le champ d’investigation critique les possibilités d’une perspective analytique se protégeant d’emblée de toute interprétation sauvage.

En effet, ni "sujet Lacanien", ni même "objet barré", ce décor unique de Michael Simon déterminant les quatre heures de représentation pour trois actes avec entracte, impose la courte échelle nécessaire pour s’élancer dans l’au-delà de l’absolu, quand toutes les amarres du réel ont été brisées par des forces titanesques.

Qu’il faille alors renverser les valeurs implicites de la rationalité jusqu’à s’appuyer sur ce tronc impérial pour l’utiliser comme rampe de lancement du désir de puissance, voilà en quelque sorte les signes avant-coureurs du souffle poétique, prêts à se déverser par vagues de mots sur les flots claudéliens en furie.

Thierry Hancisse y est magistral à la mesure hors norme d’un comédien habité par les fougues contradictoires rendant velléitaires les ambitions versatiles de Simon Agnel devenu ce Tête d’or dévoré par l’angoisse dominatrice.

Face à cet Ubu emporté par l’exaltation jusqu’au fanatisme, le visage de la mort se présente à plusieurs reprises en approfondissant toujours davantage l’image conceptuelle du passage du vivant au néant.

Ainsi les personnages de Cébès (Clément Hervieu-Léger), de l’empereur (Andrzej Seweryn) et de la princesse (Marina Hands) vont-ils constituer en des instants fatidiques autant de drames humains à gérer au mieux en tentant de donner du sens au nihilisme anxiogène dans des élans de pensée formelle ô combien lyrique !

Paul Claudel n’a que vingt-et-un ans lorsqu’il compose cette épopée poétique qui se laisse pleinement apprécier dans l’écoute latente se laissant dériver par les associations métaphoriques dépourvues à cette époque de mysticisme triomphant.

C’est alors que l’interprétation dopée par l’énergie transcendentale d’Anne Delbée peut laisser éclater sa puissance y compris vocale à tel point que le plateau de la salle Richelieu pourrait être le cas échéant fort propice à une reprise ultérieure.

Photo Ldd Emmanuel Orain

TÊTE D’OR - *** Theothea.com - de Paul Claudel - mise en scène : Anne Delbée - avec Thierry Hancisse, Marina Hands, Pierre Vial, Clément Hervieu-Léger, Igor Tyczka, Andrzej Seweryn, Christian Gonon ... - Théâtre du Vieux Colombier -


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires