• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Thierry Tuborg - Rock’n’roll Psychose (2010)

Thierry Tuborg - Rock’n’roll Psychose (2010)

“Ecrire sur la musique, c’est comme danser sur l’architecture. C’est quelque chose de très stupide”. Ainsi parlait Franck Zappa. Fort de cette pensée profonde, Thierry Tuborg, figure émérite de la scène rock française ( chanteur du groupe Stalag (1978-1982), puis de Stalingrad (2004-2008), n’a pas hésité depuis quelques années à se lancer dans la littérature mettant au service de ses histoires une plume définitivement rock, vive et électrique, désabusée et vénéneuse.

Non Thierry Tuborg n’écrit pas SUR le rock, il écrit rock, tout court, une écriture au service du polar qui nous occupe aujourd’hui. Négre (Pascal ?) d’un grand éditeur reconnu, Rémi Bacalan a bien des points communs avec l’auteur. Lui aussi fut chanteur d’un groupe, Stockholm avant de se faire, volontairement et avec son aide, piquer la vedette (et sa place) par Allison (fille de son éditeur) qui amènera l’aventure au niveau international. Que ne ferait on pas, par amour, allant même jusqu’à offrir son propre groupe sur un plateau ? Voilà donc Rémi Bacalan, ours parfait, n’accueillant jamais personne chez lui, pris dans le tourbillon d’un double meurtre. Allison et Vincent Volt son producteur sont retrouvés assassinés coup sur coup. Mince point de départ pour cette plongée dans les modes parallèles de l’édition littéraire et musicale. Mince point de départ, oui, mais dont l’auteur fait un petit roman captivant, tout entier rythmé par sa plume directement branchée dans l’ampli de l’auteur. Pas d’effets ici, non, de l’énergie brute, point final. Comme un riff anodin qui, posé sur une rythmique implacable et joué tout entier au feeling du guitariste, devient un riff assassin, la petite histoire de meurtre se transforme en polar noir….comme le vinyl ou, bien entendu, comme le cuir d’un blouson ou d’un imperméable d’inspecteur malsain.

Loin d’un name dropping mondain à la Alain Pacadis, Thierry Tuborg prend prétexte de l’enquête pour rendre hommage aux hommes de l’ombre du milieu du rock, ces passionnés des petits labels indépendants, ces tourneurs (presque) désintéressés, ces patrons de salles à Paris, à Bordeaux ou n’importe où ailleurs en France sans qui la musique se limiterait à la starac. Bref un monde en sursit avec la passion en perfusion. Evidemment on croise Anne Roumanoff, Grand Corps Malade ou encore Amélie Nothomb, mais surtout le Mondo Bizarro, le Fahrenheit, Strychnine ou Gamine…souvenirs, souvenirs.

Une écriture au service d’une histoire ? peut être mais sans doute plus encore une histoire comme décor d’une plume, une plume en forme d’hommage, d’hommage à la vie, la vie en rock comme dirait l’autre.

Evidemment vous pouvez vous précipiter chez la grande surface culturelle du coin pour vous procurer l’ouvrage, mais, si à votre tour vous voulez boucler la boucle de ce roman DIY, le mieux c’est de le commander directement à l’auteur : http://thierry-tuborg.nfrance.com

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • TSS 11 novembre 2010 00:18

    Tuborg, c’est pas de la petite bière... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

crew.koos

crew.koos
Voir ses articles







Palmarès


Derniers commentaires