• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Tom Petty and The Heartbreakers

Tom Petty and The Heartbreakers

Tom Petty est né le 20 octobre 1950 à Gainesville, en Floride.
 
C’est en assistant au tournage d’un film avec Elvis Presley, accompagné de l’un de ses oncles, que Tom prend conscience qu’il sera lui aussi musicien de rock.
 
Sa musique est faite d’influences venues de divers horizons. La country, le blues, le rock bien sur. En l’écoutant on ne peut s’empêcher de penser aux Byrds, aux Beatles, et à Dylan bien sur, jusque dans la façon de chanter.
 
Tout comme Bruce Springsteen, Petty est arrivé à une période charnière de l’histoire du rock . Il joue un rock de facture traditionnelle.Rien à voir avec le Punk ou la New Wave qui allaient suivre.
 
Mais Tom Petty and The Heartbrakers se sont avant tout des musiciens exceptionnels qui donnent leur pleine mesure en Live.
 
C’est en jouant dans différents groupes locaux qu’il travaille son jeu de guitare incisif ainsi que sa voix légèrement éraillée.
 
Au début des années 70, avec Tom Leadon un ami d’enfance, Tom Petty forment The Sundowners, très vite rebaptisé The Epics, puis Mudcrutch. Le groupe est également composé de Randall Marsh à la batterie et d’un second guitariste, Mike Campbell. Leadon quitte Mudcrutch dès 1972 , il est remplacé par Danny Roberts. La même année, le claviériste Benmont Tench commence à jouer régulièrement avec eux, avant de les rejoindre définitivement en 1974.
 
La même année ils signent un contrat avec le label Shelter Records. L’année suivante, ils enregistrent un 45 tours qui ne rencontre aucun succès. Mudcrutch se sépare, et Tom Petty, dont le label a repéré le talent, signe un contrat d’artiste solo avec Shelter. Deux anciens membres de Mudcrutch, toujours présents aujourd’hui, Benmont Tench et Mike Campbell l’accompagnent dans sa nouvelle formation, baptisée Tom Petty and the Heartbreakers.
 
Ron Blair à la basse et Stan Lynch à la batterie complètent le groupe qui sort un premier album éponyme en 1976.
 
Cet album contient deux morceaux que le groupe continue de jouer régulièrement sur scène, "Breakdown" et "Américan Girl".
 
 
Très vite suivent deux albums, "You’re Gonna Get It" en 1978, puis en 1979, "Down The Topedoes". Sacré trois fois disque de platine il est considéré comme l’un des meilleurs du groupe.
 
On y retrouve notamment "Here Comes My Girl" et " Refugee".
 
 
Les années 80 voient le groupe poursuivre sur le même rythme. Les albums « Hard Promises » (1981) et « Long After Dark » (1982) rencontrent le succès auprès du public, même si parfois la critique fait la fine bouche.
 
En1985 on est surpris de voir l’album « Southern Accents » produit par le guitariste d’Eurythmics, Dave Stewart. On retiendra de cet album le morceau « Don’t Come Around Here No More ».
 
 
En 1985 toujours, sort l’excellent Live "Pack up the Plantation", ou l’on retrouve bien évidemment les classiques du groupe, mais aussi des reprises des Byrds "So you want a be a rock and roll star", le célèbre "Needles ans Pins" de Nitzche et Bono ; et surtout une version totalement allucinante de "Shout", morceau des années 50 signé par des Isley Brothers.
 
 
Après un nouvel album aux côtés des Heartbreakers, « Let Me Up (I’ve Had Enough) », en 1987, Tom Petty se lance dans l’aventure en 1988 du super groupe "The Travelling Wilburrys", aux côtés de Bob Dylan, Roy Orbison, George Harrison et Jeff Lynne, l’ancien chanteur d’Electric Light Orchestra.
 
 Il renouvelle l’expérience sur le deuxième album du groupe, « Vol. 3 », paru en 1990, après la mort de Roy Orbison.
 
On le retrouve ici lors du "Concert for George", en 2002, 1 an après le décès du guitariste des Beatles . Les bénéfices du concert ont 2T2 reversés à la Material World Charitable Foundation, une association caritative fondée par Harrison.
 
 
En 1989 , c’est Jeff Lynne qui produit son premier album solo, « Full Moon Fever », grand succès commercial contenant l’excellent « Runnin’ Down A Dream ». Il produira également son nouveau disque avec les Heartbreakers, « Into The Great Wide Open », en 1991. Il obtient également un succès international grâce aux singles « Learning To Fly » et « Into The Great Wide Open ».
 
 
En 1994 il enregistre à nouveau un albu solo, "Wildflowers", cette fois-ci produit par Rick Rubin. Vendu à plus de trois millions d’exemplaires, cet album est l’un de mes préférés.
 
 
En 1996, sort l’album "She’s the one" ("Petits mensonges entre frères" en France), qui n’est autre que la bande son du film avec Jennifer Aniston et Cameron Diaz.
 
Les albums « Echo » (1999) et « Save The DJ » (2002) m’ont longtemps fait penser que le meilleur de Tom Petty était derrière lui, et même si son solo "Highway Companion" de 2006 un ton au dessus, il ne m’a pas fait changé d’avis.
 
 
Mais à l’été 2007 Tom Petty, accompagné des fidèles Campbell et Tench, décide de faire un petit tour dans le passé en réunissant les anciens membres de Mudcrutch dans sa propriété de Malibu. Interrogé sur ce qui l’a poussé à réunir son groupe de jeunesse après 32 ans de séparation, il déclare : « J’ai décidé de suivre mon instinct, qui m’a suggéré de prendre du bon temps. »
 
Après avoir répété quelques morceaux, ils décident d’enregistrer un album. Celui-ci est réalisé en l’espace de deux semaines, chaque chanson étant enregistrée en quelques prises. L’album sort en avril 2008. Il comprend 14 titres, des originaux écrits par Petty, ainsi que quelques reprises dont une superbe version de "Lover of the Bayou" des Byrds.
 
 
Mais en 2010 Tom Petty and The Heathbreakers reviennent avec "Mojo", un album qui a été composé, répété et enregistré au studio Clubhouse de Los Angeles entre avril 2008 et janvier 2010 dans des conditions proches du live.
 
Que dire de cet album sinon qu’il est à part dans la carrière du groupe. Plus rock, plus blues que jamais, il est essentiel dans une discothèque digne de ce nom. Il prouve surtout qu’à 60 ans passé on peut encore étonner son public pour le meilleur et uniquement le meilleur.
 
 
On attend la suite prévue pour 2014……
 
Membres du groupe :
Ron Blair : Basse (retour en 2003 après le décès d’Howy Epstein par overdose)
Scott Thurston (Arrive en 1991)
Tom Petty : Chant, Guitare, Basse, Batterie, Choeurs, Claviers, Tous les instruments, Piano
Mike Campbell : Guitare
Benmont Tench : Claviers, Orgue, Piano
Steve Ferrone : Batterie (Remplace Stan Lynch en 1994)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Piere CHALORY Piere Chalory 21 septembre 2013 09:15
    Bonjour Fatizo,

    Merci pour cet article sur Tom Petty & the Heartbreakers. à l’époque de la sortie de Full Moon Fever, le cd tournait en boucle chez moi, il faut dire qu’il n’y apas grand chose à jeter dans cet album. M^me s’il est un peu plus ’’commercial’’ que les précédents, il est nettement plus rock, et donc moins sirupeux, sans doute aussi car c’est son premier album solo. Le 2ème morceau du disque ; ’’I won’t back down’’ est un de mes préférés.

    Il est à noter aussi que, dans le film Silence of the Lambs (le Silence des Agneaux), un des rares films dont la traduction française du titre est fidèle, le titre American Girl (1977), est le morceau que Catherine Martin écoute et chante à tue-tête dans sa voiture, peu de temps avant son enlèvement par le tueur Buffalo Bill.

    Cordialement

    • fatizo fatizo 21 septembre 2013 11:18

      Bonjour Pierre Chalory,

      Pas d’accord sur le coté « plus sirupeux » des albums précédents « Full Moon Fever », mais bon c’est un avis .
      Certains reprochent d’ailleurs la chose inverse . En ce qui me concerne cette évolution plus pop ne me gène pas . Elle permet de mettre plus en avant le sens de la mélodie de Petty, l’un des meilleurs dans ce domaine pour moi . 
      Je comprends assez mal le peu de succès qu’a eu Tom Petty en France surtout si on compare avec Springsteen.
      Son rock est moins lourd, un grand sens de la mélodie, une voix fabuleuse , Campbell à la guitare et Tench aux claviers sont des musiciens exceptionnels . Il suffit d’ailleurs de voir le nombre d’artistes qui ont utilisé leurs talents sur leurs albums pour s’en rendre compte .
      Quant à ses morceaux repris au cinéma, je me souviens d’avoir entendu le magnifique « Breakdown » dans un film , mais lequel ?

    • Piere CHALORY Piere Chalory 21 septembre 2013 12:15

      Pour être franc, je n’ai ’’découvert’’ Tom Petty qu’à partir de Full Moon Fever. Un jour, quelque temps après, j’ai trouvé le premier vinyl LP de TP & the HBs avec Américan Girl, et j’ai trouvé le son vraiment trop différent de Full moon fever, en tout cas moins plaisant, pour moi en tout cas. Mais là aussi, tout n’est que question de goûts et de couleurs, comme disait j’oublie qui.


      Pour son succès moindre par rapport à Springsteen, c’est à mon avis difficile de comparer, beaucoup de gens jugent Springsteen sans connaître par exemple le phénoménal Born to Run, que je considère comme étant un des chefs d’oeuvres du rock seventies. Rien à voir avec Born in the Usa ou ce qu’il a pu faire après. 

      Le single Born to Run est d’ailleurs classé aux Usa comme un des 3 morceaux ’’qui rend fou les gens en voiture’’, du genre ils se mettent à accélérer ’’automatiquement’’ en l’entendant, dans les 2 autres, je crois qu’il y a un titre d’Ac/Dc, Hell’s Bells si mes souvenirs sont bons. 

      Pour le film avec Breakdown dans la bande son, je ne vois pas non plus. 

      Bonne après midi

    • fatizo fatizo 22 septembre 2013 12:51

      En ce qui me concerne j’ai découvert Petty en 79 ou 80 , j’ai de suite aimé , c’était à l’époque de la sortie de « Down the Torpedoes », avec le magnifique Refugee, 

      J’ai découvert Springsteen à la même période . Je me souviens que la première fois ou je l’ai vu à la télé c’était dans Chorus , une émission animée par le tout jeune Antoine de Caunes à l’époque . Un vrai choc, c’était avec Rosalita (la même vidéo avec la nana qui vient lui rouler une pelle à la fin ) .

      Pour Born to Run, d’accord avec vous, un hymne au rock, on est emporté .
      Mais ces 10 dernières années, pas de grand album du Boss.
      Mes préférés sont « Born to run », « The River » , et aussi « The Ghost of Tom Joad »

    • COVADONGA722 COVADONGA722 22 septembre 2013 13:34

      pas de grand album du Boss.


      heu Nebraska ? 
      highway patrolman 
      et surtout 



    • fatizo fatizo 22 septembre 2013 14:04

      Pas de grand album ces 10 dernieres années.

      Nebraska date de 1982 si ma mémoire est bonne.
      J’ai choisi mes 3 albums préférés,mais j’aime aussi beaucoup
      « Darkness on the edge of town » par exemple

    • COVADONGA722 COVADONGA722 22 septembre 2013 18:34

      Mais ces 10 dernières années,


      yep , pas vu , mea culpa 

      Asinus : ne varietur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires