• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Un Bond royal.

Pour une fois, on peut mettre le mot « royal » dans un texte sans pour autant parler d’une certaine dame nommée Ségolène. Je ne parlerai pas de politique donc, mais du dernier James Bond : « Casino Royale ».

Quoi de neuf dans ce dernier cru ? Déjà l’histoire, Le Chiffre (Mads Mikelsen), un banquier finançant des terroristes internationaux, doit rembourser des dettes. L’agent 007 doit pour cela jouer contre lui au poker dans une partie sans limite de prix.

Comme dans les derniers films de l’agent qui deviendra ici 007, James Bond est réalisé par Martin Campbell. Exit cette fois-ci le très class Pierce Brosnan, nous avons affaire à un acteur peu connu, Daniel Craig. Et en guise de méchant, un acteur encore moins connu, Mads Mikelsen, vu dans l’excellent Les bouchers verts, et James Bond girl à moitié frenchie Eva Green (fille de Marlène Jobert).

Je n’ai jamais lu le livre du même nom et je n’ai que très peu vu les James Bond précédents, un ou deux de chaque époque, cela m’a largement suffi. C’est avec réticence que je me suis laissé traîner dans une salle. Et pour tout dire, j’en suis ressorti heureux.

Daniel Craig, qui était très bon(d) dans Les sentiers de la perdition, campe un 007 assez intéressant. Il est loin d’être parfait et cela lui fait commettre des erreurs, nous pouvons (presque) tous être James Bond. En effet, prétentieux, charmeur et porté sur la boisson, voilà de jolies choses à éviter en service. Ce Bond-là n’hésite pas à couper la parole à une victime crachant sa ligne de texte, ou à tirer dans la foule. Un bon point aussi au fait qu’il ne couche avec une fille que pour le travail.

Les autres acteurs sont suffisamment mis à l’écart de l’histoire pour avoir une personnalité qui changera le cours du film. Même si on ne combat pas le mal seul, Bond se pose des questions, et surtout se trompe.

Le film se découpe respectivement en quatre parties.

L’introduction de cinq minutes, qui donne le point de départ, le MI5 voit tout et sait tout. Un agent avec le 00 a le permis de tuer. James Bond s’en donne à cœur joie.

Deuxième partie. Nous tombons dans plus de quarante-cinq minutes de pure folie. Le résumé que j’ai pu faire en introduction n’est compréhensible qu’après la fin de cette partie du film. Bond tire partout, explose tout ce qui contient un gaz ou de l’essence, fait des sauts que même Spiderman rechignerait à oser, déchire sa chemise, reçoit des coups, se dispute avec M (la patronne du MI5), va dans un hôtel luxueux et traque un méchant. On ne sait pas trop ni comment ni pourquoi, la seule réponse valide serait : ça arrive. Autre chose importante, il réussit à toujours être propre, d’une scène d’action à une scène de dialogue. Quelques plans assez indigestes montrant de gentils enfants noirs s’amusant à courir derrière une belle femme blanche à cheval sur une plage magnifique, où l’Afrique encore une fois n’est qu’un territoire où la guerre fait rage. Les vieux clichés s’en sortent toujours vainqueurs.

Une question se pose : soit on sort de la salle tranquillement sans déranger les autres, soit ont essaie d’attendre bien gentiment. Eh bien, je reste. (Heureusement, sinon, vous n’auriez pas la suite).

La seconde partie se passe à Prague, lieu de la partie de poker, et là le film devient intéressant. Pendant presque cinquante minutes, le tout dans un hôtel, une partie de poker se joue. Un jeter de carte où une carte jetée est plus angoissante que n’importe quelle course poursuite. La tension est vive, chacun a ses problèmes, son histoire. Vesper Lynd (Eva Green) et James Bond découvrent le vraie métier d’espion, le méchant lui aussi a une vie privée. Les cinquante minutes passent tellement rapidement qu’on en redemande. Le méchant a des problèmes d’argent, et personne n’est vraiment celui qu’on croit.

La dernière partie du film est faite de rebondissements, légèrement ennuyeuse à la fin. A trop traîner avec Steven Spielberg, Martin Campbell (respectivement producteur et réalisateur des deux derniers Zorro) a tendance à jouer sur une triple fin qui s’éternise.

En sortant de la salle, avec presque 2h20 d’images dans la tête, je me suis demandé pourquoi ne pas avoir joué la plus grande partie du film sur la partie de poker. Une partie angoissante, rythmée, faite de faux pas et d’ambiance malsaine. Le méchant lui aussi est plus crédible, car il n’essaie pas de mettre un rayon laser sur la lune ni de créer la plus grosse bombe à neutrons, il est juste un banquier pour les terroristes.

Malheureusement, les producteurs ont préféré la bonne vieille scène d’action climatisée, où un homme avec un pistolet en dégomme quarante, porteurs de fusils. Il faut voir aussi que le public, très frileux, n’aime pas les ambiances pesantes, et pense à James Bond comme forcément à un film léger, à gadgets, Aston Martin, belle fille moulée en bikini et beaucoup d’actions. Ils ne seront servis qu’en partie, car les gadgets sont pour ainsi dire absents, l’Aston Martin ne fait office que de faire-valoir, et les rares plans de fille moulée en bikini ne dure que peu de temps.

A noter que le cinéma de masse hollywoodien a enfin compris que truffer un film d’inserts publicitaires est nauséeux. Juste quelques plans sur une Ford, un comparatif sur le fait qu’Oméga est aussi bien que Rolex, ou sur Sony (Studio du film) qui montre ses dernières nouveautés technologiques (il manque la PSP et la PS3). Le film n’est pas noyé comme peuvent l’être beaucoup de superproductions ces temps-ci.

Casino Royale n’est pas le film de l’année, c’est sûr. Mais c’est bon divertissement, et il fera certainement mieux au box office que les deux derniers opus.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • bernard29 candidat 007 23 novembre 2006 13:23

    CANDIDAT 007 vous salue bien et vous annonce sa prochaine mission, « changer la république ».

    Voir le blog de james qui s’auto-détruira en Mai 2007.

    Bons baisers d’ailleurs.


    • luminelle (---.---.157.44) 23 novembre 2006 19:01

      enfin heureux jamesdu75 !!!

      Mais comment tu es satsifait d’un film qui va faire des millions d’entrées, aie aie , attention, jeunes talents, vous allez etre au chomage !!


      • roumi (---.---.74.206) 23 novembre 2006 20:50

        superbe article sur un heros teelement parfait .

        luxe et efficacite comme je pourrais l’imaginer .

        un seul gros defaut une bio de cette jeune fille longiligne qui semble ne pas sortir de nulle part .


      • Don JakchiraK (---.---.228.76) 23 novembre 2006 21:02

        Comme j’ai l’esprit mal tourné et atteint de Ségolinite Aigüe, le titre du film aurait pu résumer l’état des primaires du PS...

        Plaisanterie mise à part, votre article est agréable...


        • Lavergne (---.---.98.143) 25 novembre 2006 23:09

          Une énorme déception !!!!! Il doit y avoir des chiffres à ne jamais dépasser : 20 par exemple ! Passionné de james Bond depyuis l’âge de 12 ans (j’en ais 53) me voilà avec une frustration rare. Il me manque tout. L’avant présentation d’habitude le must avec l’envie de voir la suite ...Des dialogues d’un ordinaire rare aucun humour. Aucun gadget qui me fait sourire. Pas de lieux fastueux , de rêves impossibles, Une james Bond girl véritablement INSIGNIFIANTE. Pas de scéne et d’amour fusionnel pour 2 ou 3 femmes hors du commun. Une fin qui n’en finit plus . A tel point que j’ai fermé les yeux à Venise comme ce palais qui met 1/4 d’heure à tomber dans la lagune. Du quelconque pendant 2 heures(sauf les 45 premières minutes) . Vite vite vite à mes vhs et dvd pour revoir la 15 ème diffusion de vivre et laisser mourir et la 20 ème de goldfinger . Vraiment une vrai merde ce film en tout cas j’attends toujours le james Bond N° 21...........Georges.


          • Saxegaard (---.---.197.2) 26 novembre 2006 21:31

            « Juste quelques plans sur une Ford, un comparatif sur le fait qu’Oméga est aussi bien que Rolex, ou sur Sony (Studio du film) qui montre ses dernières nouveautés technologiques (il manque la PSP et la PS3). Le film n’est pas noyé comme peuvent l’être beaucoup de superproductions ces temps-ci. »

            Pas d’accord avec vous sur ce point. Certes, Ford et Omega sont discrets, en revanche, pour Sony, on en prend plein la vue. L’ordinateur portable Sony Vaio doit revenir trois fois, le téléphone Sony Ericsson d’Eva Green, cinq ou six fois au moins, le dernier appareil photo Sony, deux fois.

            Ce James Bond est la superproduction la plus noyée sous la publicité que j’ai vu depuis longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires