• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Un Renoir de la Côte-d’Ivoire pour 1,5 million d’euros

Un Renoir de la Côte-d’Ivoire pour 1,5 million d’euros

Des tableaux de maîtres, des meubles anciens, des objets de luxe dans un des plus beaux hôtels de Paris qui part en ruine. La longue succession de Félix Houphouët-Boigny.

Le 29 juin 2008 à l’hôtel des ventes de Fontainebleau, une toile sur huile de Pierre-Auguste Renoir a été adjugée à un million et demi d’euros. Estimée à 1,8 million d’euros, La Femme au fagot avait été peinte vers 1882 puis acquise par le baron Élie de Rothschild. La dernière exposition du tableau date du 30 mai 1969 à la Galerie Wildenstein à New York.

Renoir avait peint cette jeune et jolie femme en idéalisant la vie campagnarde, loin de la rudesse de l’effort et de la chaleur. Il écrivait en effet : « Un tableau doit être une chose aimable, joyeuse et jolie. (…) J’aime les tableaux qui me donnent envie de me balader dedans. ».

Mais que faisait donc ce Renoir à Fontainebleau au début de l’été ?

Il s’agissait en fait de vendre aux enchères tous les meubles (une centaine de lots) de l’Hôtel Masseran (appelé aussi Hôtel de Beaumont). Un bel hôtel particulier de trois mille mètres carré construit par Brongniart en 1787 pour un cousin de Louis XVI, le prince Masserano, près des Invalides. Ses façades et son jardin sont classés monument historique. Ses riches meubles inspirèrent le jeune écrivain Raymond Radiguet pour son "Bal du comte d’Orgel".

L’hôtel a été acheté dans les années 1970 aux Rothschild par l’ancien président de la République ivoirienne Félix Houphouët-Boigny (qui fut aussi un ancien ministre du général de Gaulle avant l’indépendance de la Côte-d’Ivoire) et lui servait d’hôtel particulier où il recevait ses invités avec faste et luxe.

Depuis la mort du chef d’État, il y a quinze ans (le 7 décembre 1993), l’hôtel est dans un état désastreux et tombe en ruine.

Au total, 7,5 millions d’euros ont été récoltés à Fontainebleau par l’État ivoirien pour restaurer le bâtiment et en faire, selon le souhait du président ivoirien actuel, Laurent Gbagbo, la résidence des présidents ivoiriens pour leurs séjours à Paris.

Huit à dix millions d’euros avaient cependant été prudemment estimés pour cette vente aux enchères (vente contestée par les héritiers de Houphouët-Boigny, voir lien en fin d’article).

Parmi les pièces les plus valorisées, une paire de très riches bas d’armoires en marqueterie du XVIIIe siècle, d’après un modèle d’André-Charles Boulle, adjugée à un million d’euros (estimés entre 600 000 et 800 000 euros). Sur les battants médians, un médaillon représente Atlas et Hercule soutenant le monde avec la devise latine : « His tuto concredere possum » (Je peux me confier à eux en toute sécurité).

Aussi une commode en placage d’acajou moucheté de Saint-Domingue (estimée entre 200 000 et 300 000 euros et adjugée à 380 000 euros) et un lot de canapé et fauteuils à la Reine d’époque Louis XVI (estimé entre 200 000 et 300 000 euros et adjugé à 390 000 euros).

Parmi les tableaux, on remarque aussi une toile de Pierre Bonnard Arbres en fleurs dans le Dauphiné de 1909 qui représente un paysage autour du Grand-Lemps, petite commune iséroise au nord-ouest de Grenoble, et qui n’a pas, semble-t-il, été vendue (estimée entre 120 000 et 180 000 euros).

Ainsi qu’une toile d’Alexis Simon Belle Portrait de Marie Leszczynska, fille du roi Stanislas et épouse de Louis XV, qui est une réplique partielle du tableau conservé à Versailles et répétée quatre fois, dont une qui se trouve à la préfecture de Nancy en Meurthe-et-Moselle (adjugée à 95 000 euros).

Les acquéreurs du Renoir et du Belle ne se sont pas fait connaître publiquement (sauf erreur de ma part).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (26 août 2008)


Pour aller plus loin :

Liste complète des lots de collection de l’Hôtel Masseran mis en vente le 29 juin 2008 à Fontainebleau.

Sur la succession de Félix Houphouët-Boigny et l’hôtel Masseran (vente contestée par les héritiers).


 

Documents joints à cet article

Un Renoir de la Côte-d'Ivoire pour 1,5 million d'euros Un Renoir de la Côte-d'Ivoire pour 1,5 million d'euros

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Calito 27 août 2008 11:24

    Quel talent ce renoir....
    Beaucoup plus que le misérable auteur de cette toile :
    http://www.artrenewal.com/asp/database/image.asp?id=1410

    Quelle différence de technique, d’un coté renoir avec son style parfait, ses lignes pures, de l’autres, les traits grotesques d’un débutant.


    • sisyphe sisyphe 27 août 2008 12:15

      Certes, Renoir a plus de talent de création proprement picturale, mais je vous trouve bien sévère avec Bouguerau. 

      Ce qui me surprend, c’est le prix du Renoir (1,5 million€), comparé à la pièce de Bonnard ; pour le coup, bien plus composée, et riche que celle de Renoir. 
      Sans doute parce que ça a l’air d’être un pastel ? 


    • Calito 27 août 2008 13:02

      Et si j’étais ironique... ?


    • sisyphe sisyphe 27 août 2008 13:14

      Ce serait alors de l’ironie mal placée. 
      Bouguerau est un peintre talentueux, mais classique, académique.
      Renoir apporte une touche personnelle, une création picturale nettement plus moderne, plus créative, plus subjective. 
      Il est vrai que le tableau ici présenté ne fait pas partie du meilleur de son oeuvre...

      La peinture n’est pas la reproduction fidèle de la réalité ; ça, c’est la photographie. 
      La peinture doit donner à voir l’émotion, la subjectivité du peintre. 
      (ceci dit, j’aime aussi Bouguerau, comme d’autres peintres classiques, comme Ingres, Gerome, etc....)


    • Calito 27 août 2008 13:47

      C’est le gros point faible de Bouguereau, et encore plus de Gérome, ce manque d’émotion.
      Si tu prend le police verso par exemple, techniquement tout le monde peut aller se rhabiller. Idem pour bouguereau avec son satyre.

      Ce qui m’ennuie avec Renoir, pour être franc, c’est que question émotion, certes c’est bien, mais la technique est médiocre, les proportions mauvaises.

      Tu trouves aujourd’hui de très nombreux peintres dont la technique approche, voir dépasse Bouguereau, et dont la vivacité est bonne. Mais on se heurte toujours au même problème... c’est de la photo... qu’est-ce que cela peut apporter de plus que de la photo ?

      Je suis loin d’avoir une vision manichéenne sur la question. Le débat est plus philosophique qu’artistique. Disons juste que l’orientation actuelle de l’art me parait à bout de souffle. D’abord l’impressionisme, puis le cubismes (je simplifie) et.... la page blanche. Et après ? 


    • sisyphe sisyphe 27 août 2008 14:17

      Renoir n’est pas, non plus, le peintre "impressionniste" que je préfère, et de loin...
      Bonnard, par exemple (puisqu’il est cité ici) est d’une autre "trempe" ; notamment pour la composition et la maîtrise de la couleur.

      Ensuite, pour l’art moderne, il y a, pour moi aussi, quelques impasses ; notamment la plus grande partie de l’art "conceptuel"...
      En revanche, il reste quelques créateurs du plus grand intérêt, et dignes héritiers des grands peintres ; tels que Bacon (décédé, hélas), mais aussi Barcelo, Lucian Freud, Clavé, quelques autres....
      Mais beaucoup d’artistes contemporains s’expriment aussi par la sculpture...


    • fjr 27 août 2008 13:06

      Cela semble en effet étonnant que le Bonnard n’ait pas trouvé preneur, mais le succès de Renoir n’est pas une surprise.
      Quant à Bouguereau, est-ce vraiment du jeu de tirer sur les pompiers ? Trop facile...et pas toujours juste.


      • sisyphe sisyphe 27 août 2008 13:16

        Ce qui m’étonne surtout, c’est que le Bonnard soit estimé 10 fois moins cher que le Renoir. 
        Mais je pense que c’est parce qu’il s’agit d’un pastel...


      • Innsa 27 août 2008 20:14

        L’aspect artistique dont parle l’article ne m’a pas du tout intéressé.
        En fait je me suis penché sur le coté politique :
        Félix Houphouët-Boigny, a l’image de la plupart des dicteurs africain (près de 50 ans de pouvoir) pillait les ressources de son pays pour s’acheter des hotels particuliers et des peintures de maîtres. Pendant ce temps là, son peuple mourrait de faim, et l’occident (dont la France) accordait des « aides au développement » a la cote d’Ivoire, que Félix Houphouët-Boigny s’empressait de détourner pour s’acheter peintures.

        A son image, pendant que leurs peuples meurent de faim, Omar Bongo (Gabon), Sassou Nguesso (Congo), Paul Biya (Cameroun), Eyadema (Togo), Compaoré (Burkina Faso) etc. possèdent eux aussi des hôtels particuliers a Paris avec en décoration des toiles de maîtres.
        L’argent utilisé pour leurs achats vient de l’aide que nous envoyons pour aider le PEUPLE !

        Vous savez donc en partie pourquoi l’Afrique est pauvre… du moins le peuple.


        Honte a eux.


        • maxim maxim 28 août 2008 09:58

          je vais sortir du contexte oeuvres d’art ...

          j’en profite pour échanger mes salutations Bellifontaines à l’auteur ,puisque nous fréquentons la même salle des ventes ( ou j’ai déjà acheté des tableaux ,meubles et gravures ,mais pas des trucs de maitres ,mes moyens ne me le permettent pas ...)
          c’est pour parles de la conception de la beauté à travers les époques ...

          observez cette Femme au fagot ,maintenant on l’appelerait un thon ,ou un boudin pour être moins poetique ..ou un cageot !....

          les joues rebondies et rouges ( là déjà l’artiste à voulù idéaliser un portrait aux canons de l’époque ,où il était de bon ton d’avoir le teint pâle et les joues roses ,alors que les gens de la terre étaient hâles par les intempéries ....signe de pauvreté aux siécles passés ..)

          courte sur pattes et de buste ,avec certainement une tendance à la cellulite ,les chevilles épaisses ,et les mains d’une predominance lymphatique ,molles ,n’allant vraiment pas avec la condition sociale supposée de la personne posant pour le tableau ......

          et puis ,vous verriez un top actuel ,posant avec une tartine de confiture ?

          pour 1,5 millions d’€uros ,on voudrait un peu plus d’érotisme !


          je paie déjà une belle taxe d’habitation ,et pour le prix ,j’ai la même tous les jours sous les yeux ,je parle de la gardienne de la résidence ,même physique en un peu plus âgée ,une courte sur pattes ,et rougeaude ....

          alors que déjà pour le prix on en voudrait une plus sexy ,alors merde pour 1,5 millions d’€uros ,l’acheteur s’est fait avoir !


          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 2 septembre 2008 14:39

            Salutations bellifontaines à Maxim !

            L’acquéreur du Renoir n’est pas connu mais dans le prix, le nom de l’auteur doit être un critère important. Amateur d’art ou spéculateur... ou les deux.

            Cordialement.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires