• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Un temps de chien » à rester entre copines

« Un temps de chien » à rester entre copines

Ce pourrait être une pièce de copines répondant symétriquement à toutes ces pièces de mecs sédentaires ou en road movie, ce pourrait l’être d’autant plus que l’auteure est complice de plume avec Valérie Lemercier depuis de nombreuses années, ce pourrait l’être également car, focalisée sur la génération des quadras, cette rencontre de Gabrielle, Hélène et Loulou dans l’arrière-salle d’un bistrot est spontanément sans langue de bois, à la mode des relations directes contemporaines.

JPEG - 63.8 ko
UN TEMPS DE CHIEN
visuel affiche

A ceci près que ces trois jeunes femmes sont censées ne pas se connaître tout en campant des portraits stéréotypés de leurs congénères féminines.

Bref, plongées d’emblée dans l’art de vivre au moins mal possible du sociétal et du psychologique, leurs discussions en trio, confrontées à la présence-absence d’un garçon de café cyclothymique, vont tenter de refaire un monde à l’image de leurs aspirations conscientes et interactives, le temps d’une matinée, d’un déjeuner et d’un début d’après-midi à ne pas mettre un chien dehors.

Mais c’est bien connu, après la pluie, le beau temps est annoncé et c’est donc, toutes heureuses de s’être réconfortées mutuellement autour de l’opportun anniversaire d’Hélène, copieusement arrosé lui aussi, que les trois jeunes femmes vont pouvoir ressortir revigorées de ce cocooning imprévu afin d’affronter, de plus bel, le monde extérieur !…

Oui, mais, tout ce travail sur la parole au féminin constitue-t-il en soi une dramaturgie théâtrale, voire même une comédie de bon aloi ?

De toutes évidences, les trois comédiennes (Pascale Arbillot, Mélanie Bernier & Valérie Lemercier) ainsi que leur partenaire masculin (Patrick Catalifo) ne se ménagent-ils pas pour transformer en jeu de société régressif et adulescent, cette maïeutique à brides abattues :

Donc une bonne équipe pour une interprétation a parité bien rythmée par un metteur en scène (Jean Bouchaud) qui veille au grain de folie… en signe de reconnaissance réciproque implicite !

Oui, mais le fait est qu’en une petite heure et demie, il ne se passe pas grand-chose sur scène, si ce n’est un bavardage fort sympathique poussé à hue et à dia, dans tous ses retranchements, comme dans un huis clos dynamité de l’intérieur… mais par un pétard quelque peu mouillé par ce temps de chien !

visuel affiche

UN TEMPS DE CHIEN - **.. Theothea.com - de Brigitte Buc - mise en scène Jean Bouchaud - avec Valérie Lemercier, Pascale Arbillot, Patrick Catalifo & Mélanie Bernier - Théâtre Montparnasse

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Crab2 7 mars 2014 18:10

    POURTANT !!!

    La différence entre les hommes et les femmes ? En fait, bien peu de choses ;

    Les hommes se trouvent moins gros qu’ils ne sont en réalité : pour se regarder ils se reculent devant leur miroir

    Les femmes se trouvent plus grosses qu’elles ne sont vraiment parce que leur miroir n’est pas assez large

    Suite :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/03/tapisseriede-la-dame-la-licorne-en.html


    ou sur :

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/03/07/pairs-et-egaux-5316650.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires