• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Une nouvelle dictature est-elle possible ?

Une nouvelle dictature est-elle possible ?

La scène se passe en Allemagne, à notre époque, Rainer Wenger demande à ses élèves si une nouvelle dictature est possible. La réponse est catégorique et unanime : les Allemands ont suffisamment souffert, ils ne reproduiront pas les mêmes erreurs.

Le professeur va alors s’efforcer de prouver qu’ils ont tort. En lançant une expérience : créer les conditions à l’élaboration d’un système autocratique au sein de sa propre classe.

Ce qui passe en premier lieu pour un cours original et ludique pour les élèves se transforme progressivement en adhésion réelle et sincère. Ou se mêleront idéologie, symboles et défense du mouvement contre les éléments extérieurs.
www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=134390.html

Cette histoire, est basée sur des faits réels : l’expérience de la troisième vague, fut réalisé en 1967 par Ron Jones, aux États-Unis, un professeur de la High School de Palo Alto en Californie. Ses effets sont surprenants, en moins d’une semaine, plus de 200 élèves rejoignent le mouvement. Ses adhérents recrutent à tour de bras, agressent et intimident tous ceux qui refusent de se joindre à eux. Des bagarres éclatent régulièrement et une résistance se met même en place pour dénoncer ce mouvement éphémère, mais à l’ascension fulgurante.

Lorsque les élèves prennent conscience que tout ceci n’aura été qu’une expérience, dans le but de leur démontrer que l’avènement d’une nouvelle dictature est toujours possible. Ils sont désabusés et éprouvent une profonde honte, puisqu’ils venaient d’entrer, sans se rendre compte, dans la peau des jeunes Allemands, qui trente ans plus tôt s’étaient laissé subjuguer par Hitler.

L’AUTOCRATIE PEUT-ELLE ENCORE SÉDUIRE LES MASSES ?

L’uniformisme à un double effet, il consolide l’individu dans son choix et le soustrait de toute capacité de réflexion. Par conséquent, un mouvement autoritaire peut voir ses rangs grossir rapidement, puisqu’il subit moins de perte d’adhérents. Le sentiment de puissance accentue le militantisme et l’intolérance. L’individu, appartenant à un groupe fort, n’accepte plus d’être contredit, de voir ses choix, ses idées remises en question. Ce qui a pour effet de le couper du monde externe et de le conduire au fanatisme. Cette tendance s’est confirmée et se confirme encore, dans l’observation de certains mouvements politique, religieux et sectaire.

Un régime autocratique, ou qui aspire à le devenir peut profiter d’une crise politique ou financière, d’une guerre, ou d’une menace de conflit pour se présenter comme une alternative crédible aux yeux du peuple. En stigmatisant une partie de la population, souvent minoritaire, il créer l’ennemi indispensable, pour détourner ses sympathisants de ses véritables problèmes.

À l’échelle d’un état, un régime autocratique peut accéder au pouvoir, en tenant un double discours : offensif devant ses troupes et rassurant pour le reste du monde. Il peut aussi avancé masquer, user de ruses et de tromperies, en défendant la démocratie en période électorale, tout en prônant des mesures extrêmes, qu’ils jugent nécessaire, sans oublier bien entendu de promettre des jours meilleurs. De procéder ensuite par étape lorsque l’élection est entérinée, en supprimant des libertés, en accentuant et en concentrant le pouvoir décisionnel. C’est ce qui se passe probablement actuellement en Hongrie, avec le gouvernement de Viktor Orban.

Il est probable qu’à notre époque, une autocratie ne puisse se mettre en place à visage découvert. Comme ce fut le cas avec les régimes fascistes dans les années trente, qui ne faisaient pas de mystère quant à la suppression de toute opposition et donc d’élections libres.

Ils avanceront vers nous, tels des loups déguisés en agneaux, défendant bec et ongles la démocratie, ils refermeront ensuite le piège, sans que nous nous en rendions compte, alors il sera trop tard.

http://utopieland.com/une-nouvelle-dictature-est-elle-possible/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • chapoutier 9 mars 2012 10:05
    Une nouvelle dictature est-elle possible ?

    n’est-ce pas déjà le cas avec l’union européenne ?


    • ottomatic 9 mars 2012 11:10

      Nous y sommes déja...


    • Pico51 9 mars 2012 11:21

      "Réunir des informations fiables sur le déroulement réel des événements semble aujourd’hui très difficile : si Ron Jones dénonce la « dramatisation » opérée par les producteurs du téléfilm dans leur adaptation de 1981, La Vague, ses propres souvenirs paraissent incertains, ou inexacts. Sans l’accuser de déformation volontaire, force est de reconnaître que les nombreuses divergences entre les sources rendent hasardeux tout examen impartial de l’expérience." (Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Troisi%C3%A8me_Vague )

      L’histoire réelle de La Vague n’est ni vérifiée ni vérifiable et il ne faut pas oublier que les réalisateurs du film ont tout fait pour faire du spectaculaire. A partir de là, il est impossible de réaliser une étude à partir de cette expérience dont nous n’avons aucune info viable pour dire que la mise en place d’une nouvelle dictature est possible ou non.


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 9 mars 2012 11:45

        Un des symptômes de l’embrigadement est la haine de son/ses adversaires.

        Quand on tient des propos haineux sur un candidat, que celui-ci appartienne à l’extrême droite jusqu’à l’extrême gauche, c’est qu’on est déjà dans une comportement sectaire.

        Il est naturel de penser que les autres ont tort et nous raison. Mais quelque soit l’idéologie, et aussi dangereuses que soit ses conséquences, tout ceux qui les professent pensent, en toute sincérité, agir pour le bien de tous, ou, au moins, du plus grand nombre.

        Argumenter, démontrer, manipuler, séduire sont des attitudes légitimes et normales.

        Insulter, agresser sont le signe indiscutable d’une pensée tyrannique et donc susceptible d’adhérer à un projet dictatorial.


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 9 mars 2012 15:23

          Je n’ai pas encore vu le film, donc je peux faire une erreur d’interprétation, mais il est vrai que tous les régimes tyranniques, d’obédience socialiste ou fasciste, ont tous eu, de tous temps, pour première cible, les libéraux.

          D’où la meilleur lucidité et résistance de ses derniers.


        • Agor&Acri Agor&Acri 9 mars 2012 17:40

          @kerjean,

          pour avoir vu le film,
          je partage votre point de vue.

          La lecture que j’ai faite de ce film
          est qu’il s’agit d’une assez grossière (clichés et incohérences) oeuvre de propagande,
          viser à « diaboliser » les remises en cause du système.

          Ainsi, le spectateur passif se fait « formater » l’esprit à son insu
          et sera amené à produire des réflexes conditionnés l’amenant à ostraciser les « rebelles »
          en les classant spontanément comme extrémistes ou même fascistes.

          « Restez dans le rang, suivez l’ordre établi qui ne veut que votre bien et dénoncez ceux qui remettent en cause cet ordre, car ils sont dangereux ! »


        • Utopiste Utopiste 10 mars 2012 01:00

          C’est le documentaire "L’expérience de la troisième vague" diffuser en exclusivité sur la chaîne histoire il y a deux semaines, qui m’a inspiré l’écriture de cet article. Et c’est plus la question qui en ressort, que l’histoire en elle-même qui m’intéresse  : une nouvelle dictature est-elle possible ?

          Et quoi qu’on en dise, le film est basé sur des faits réels, ensuite tel qu’il est retranscrit, il est quasi-inévitable de tomber dans des clichés. Mais ce n’est pas l’essentiel, c’est ce qui s’en dégage, le fond qui importe. Ne vous basez pas uniquement sur des détails pour juger de ce qui est bon ou mauvais.


        • Utopiste Utopiste 10 mars 2012 12:50

          J’admets ne pas saisir là …

          Ou ai-je dit : les libéraux sont lavés de tout soupçon ?
          Ou encore : le capitalisme n’a rien à avoir de près ou de loin avec le fascisme, ou toute sorte de dictature ?

          Je sais pertinemment, que quelques-uns des grands groupes : Ford, Porsche, Hugo Boss … se sont associés, ont financé, ou soutenus les nazis. Mon sujet n’était pas : Abat la dictature, vive le capitalisme ! À ce que je sache …
          Donc cette polémique n’a pas lieu d’être. Je suis le premier à reconnaître la perfidie des libéraux, qui se soucient peu des considérations morales et œuvre pour le profit quelques soit les circonstances. 


        • ARMINIUS ARMINIUS 9 mars 2012 20:14

          Pas vu le film mais le succès de la dictature d’Hitler s’est aussi bâti sur d’autres actes que l’embrigadement de la jeunesse : l’insatisfaction suite à la défaite de 18, aux privations dues aux réparations et au mauvais traitement de la crise monétaire de 29 par la république de Weimar, la désignation des ennemis de l’Allemagne : les communistes, les juifs etc...la terreur entretenue par le SA qui gagna peu à peu toute l’Allemagne , l’enfermement des opposants politiques qui étrainèrent les camps de concentration , le culte du corpsqui devait l’emporter sur la culture générale ( et sur l’esprit critique) et un culte de la personne démesuré pour le führer qui caressait aussi le peuple dans le sens du poil en le persuadant de la supériorité de la race germanique : sans tout ou partie de ces ingrédients la vague ne peut être qu’une vaguelette !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Utopiste

Utopiste
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires