• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Une planète de primates évolués ?

Une planète de primates évolués ?

Le cinquantenaire de "la Planète des singes" de Franklin J. Schaffner

 "La Planète des singes", le premier film et ses suites, est lié pour moi au bruit d'un inhalateur électrique contre le rhume, bruit ressemblant à celui émis par les "mutants" du deuxième volet quand ils torturaient trois des personnages. J'inhalai tout en regardant le film. D'aucuns penseront que j'étais déjà snob. De vieux souvenirs cependant encore très nets car les films des années 70 et la série télévisée m'ont marqué profondément ainsi que de nombreux quadragénaires. De plus, les maquillages simiesques de John Chambers seront toujours plus intéressants que les effets numériques les plus photoréalistes des trois "remakes" des années 2000 où Andy Serkis interprète César, le personnage principal.

 Ils auront toujours plus de matière, de force, le cerveau discernant la fausseté d'une image inconsciemment...

 Passons pudiquement sur le "remake" mou du genou et creux de Tim Burton visiblement peu inspiré par l'histoire...

 Le premier film, inspiré du roman de 1962 de Pierre Boulle, est très différent, plus sombre, bien que la fin du livre le soit également. Il est influencé par les angoisses de cette époque quant à la surpopulation, la haine, la violence, le Vietnam, la sottise des pitoyables primates pas très évolués peuplant notre planète. Tout le monde en connaît la fin emblématique, la statue de la Liberté couchée dans le sable d'une plage qui fût autrefois New York, le héros maudissant les hommes pour l'éternité car s'étant finalement détruits.

 On note ici la patte de Rod Serling, scénariste du film, cette fin abrupte et pessimiste étant typique de celle de "Twillight Zone"...

 Le film de Franklin J. Schaffner raconte le voyage de quatre astronautes, dont une femme, à travers une "singularité" les obligeant à atterrir en catastrophe sur une planète mystérieuse, ou plutôt à risquer de se noyer dans un lac. La femme s'aperçoivent-ils est morte dans son caisson d'hibernation. Ils ne sont plus que trois hommes dont Taylor, joué par Charlton Heston. Celui-ci, misanthrope, se félicité d'avoir quitté une planète dont il déteste les représentants soi-disant les plus évolués, ses semblables, ses frères pourtant. Il ne cache pas sa satisfaction de ne jamais avoir à revenir sur terre.

 Du moins c'est ce qu'il croit...

 Ironiquement, après avoir été capturé par des singes chasseurs marchant sur leurs pattes arrière comme nous, il sera obligé de prouver son humanité et son esprit évolué coûte que coûte pour survivre avec l'aide de deux chimpanzés scientifiques, Zira et Cornélius, désirant démontrer qu'il est le fameux "chaînon manquant" entre le singe et l'homme. Après avoir été jugé et condamné à mort à l'instigation du docteur Zaïus, un orang outang connaissant la vérité sur cette planète des singes, pendant une parodie de procès, Taylor s'enfuit avec Nova, une humaine sauvage, Zira et Conélius vers un site archéologique où l'on a trouvé une poupée d'apparence humaine disant "Maman".

 Il connaîtra la vérité, il ne l'aimera pas...

 Le docteur Zaïus continuera à soigneusement cacher celle-ci aux autres primates de peur qu'un jour les êtres humains ne recommencent à tuer et détruire.

 

Sic Transit Gloria Mundi Amen 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 7 mai 15:59

    les films récents sont surtout remplis d’effets spéciaux.


    • Clocel Clocel 7 mai 18:15

      Z’étaient vraiment cons ces singes !

      Pratiquer la lobotomie sur des américains ! Fallait vraiment avoir du temps à perdre !


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 mai 21:42

        Il y a plus bien plus d’humanité chez les « dos d’argent gorilles » que beaucoup de nos contemporains..


        • l' hermite Cyrus 8 mai 14:34

          C’ est dommage de ne pas parler plus de l’ auteur et de son roman .

          beaucoup d’ élément ont été expurgé par nos « amis américain » .

          Pierre Boulle est romancier originaire d’ Avignon.

          Résistant pendant la deuxième GM , mais également agent de la France libre en Asie pendant la guerre . Il est a l’ origine du roman « le pont de la rivière kwaî » .

          Dans le roman « la planète des singe » , Ce n’ est pas la statue de la liberté qui conclu le livre , mais notre bonne vielle tour Eiffel et l’ aéroport d’ Orly .

          Enfin Pierre Boule et René Barjavel ses connaissait géographiquement et épistolairement et se sont mutuellement influencé dans leurs œuvres respectives .






          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mai 14:39

            @Cyrus Bonjour. Et Robert Merle .


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 8 mai 14:49

            @Cyrus

            Vous avez compris ici que parle du FILM. Le scénariste Michael Wilson faisait partie des victimes du macarthisme, pas vraiment un puritain. À la fin du livre je crois me rappeler qu’on s’en fout que ça se passe à Orly surtout que ce n’est pas tout à fait la fin,celle ci ayant lieu dans le vaisseau spatial de deux chimpanzés prenant l’histoire pour un canular. Visiblement vous ne connaissez ni le livre ni le film...


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 8 mai 14:50

            @Amaury Grandgil

            Ne parlons pas de Rod Serling, pas vraiment un hollywoodien orthodoxe non plus. Parfois votre haine des américains vous aveugle....


          • l' hermite Cyrus 8 mai 15:16

            @Aita Pea Pea

            Exact , il as beaucoup participer au développement de la science fiction française .

            La guerre avec son cortège d’ horreur , as suscité des espoir en la science et la raison triomphant de la barbarie .Espoir que nous avons perdu depuis au moins 30 ans .

          • l' hermite Cyrus 8 mai 15:38

            @Amaury Grandgil

            Non je connais plutôt bien le livre , je suis ravis de voir que vous aussi .
            En effet le livre boucle sur la scène du départ , et nous découvrons l’ identité des lecteur de « cette bouteille a l’ espace .

            Je n’ ais repris volontairement que les élément que vous dévoiliez pour ne pas gâcher la lecture de l’ original .

            J’ ais bien compris que vous parliez du premier et seul film adapté du roman .
            Parler du roman n’ est pas dénigrer le film . (film qui reste l’ un de mes préféré même si c’ est l’ un des premier que j’ ai vu .)

            Les opus de tim burton , de wyatt , et de Reeve , sortent du cadre »canonique« et revisitent plutôt le personnage de César commun au deux série de suite , mais absent du roman et du premier film .

            Parler de Michal wilson pour me répondre est une bonne idée , il est également le scénariste de »Lawrence d’ Arabie " et le maccarthysme lui as coller l’ étiquette de communiste ce qui est un paradoxe quand on sait que c’ était un catholique et non pas un tortionnaire soviétique . 







          • l' hermite Cyrus 8 mai 15:49

            @Amaury Grandgil

            Oui rod Serling est effectivement dans la même lignée , ainsi que co-scénariste .

            vous auriez pu parler aussi de Franklin schaffner qui lui étant protestant était jugé bien plus orthodoxe et ne fut pas accusé de sympathie communiste .

            Vous vous trompé sur mes haines et sympathie .... 

            je vous laisse donc écouter Jerry goldsmith dont le travail est aussi important pour réaliser l’ étrange ambiance de ce film dramatique un peut outrée devant la caricature humaine de l’ humain et celle simiesque d’ un passé fantasmé .




          • Djam Djam 8 mai 21:46

            @Cyrus
            Merci Cyrus de rappeler effectivement ce massacre organisé par les réalisateurs américains dès qu’ils adaptent un roman dont le contenu n’épouse pas leur idéologie merdique... Pas sûr que Boule aurait apprécié la réécriture de cette histoire qui, en effet, a été réorientée par les ricains de façon souvent lourdingue et fausse...Sont tellement cons ces ricains qu’ils en deviennent pathétiques...


          • l' hermite Cyrus 8 mai 21:58

            @Djam
            Non ce n’ était pas mon propos .

            le premier film , Pierre Boule ne l’ as pas désapprouvé .
            Je le trouve pour ma part sympathique et son ambiance reste fabuleuse.

            Ce sont plutôt « les suites » qui m’ ont laissé froid .

            Bonne soirée


          • l' hermite Cyrus 8 mai 22:01

            @Cyrus

            Les américains savent aussi écrire de bon livre 

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mai 22:22

            @Cyrus « les américains savent aussi écrire de bons livres » ...là lol Don de Lillo ...boouum ...exemple


          • l' hermite Cyrus 8 mai 22:28

            @Aita Pea Pea

            Merci de me l’ avoir fait connaitre .

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mai 22:39

            @Cyrus Et il y en a plein d’autres. Amaury les connait .


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 mai 10:19

            @Djam
            Excusez moi je vais ètre carré, m ;ais vous dites n"importe quoi. Une adaptation littérale du roman aurait coûté beaucoup trop cher. C’est tout.

            Cette contrainte a d’ailleurs été heureuse permettant aux décorateurs de faire preuve d’imagination.

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 mai 10:21

            @Cyrus
            Franklin J Schaffner non plus n’est pas vraiment un réalisateur hollywwoodien un « yes man »...

            On le voit dans tout ses films...

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 mai 10:21

            @Aita Pea Pea
            Philip K Dick en SF entre autres...


          • l' hermite Cyrus 9 mai 13:20

            @Amaury Grandgil

            C’ est vrai , je formule mal les choses , mais vous le saviez déjà .

            Pour être plus clair s’ il n’ as pas été persécuté , il n’ as pas collaborer non plus a un cinema de propagande .

            Et pourtant « Ces garçons qui venaient du Brésil » n’ as pas du plaire a tout le monde ;) 
            Beaucoup de dents ont du grincer .

            Vous voir citer les dystopie de philippe K.dick est un véritable plaisir , 
            J’ ai commis une erreur en parlant « livre » , j’ en tiendrais compte a l’ avenir.

            je vous souhaite une très bonne journée






          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 8 mai 14:53

            Le film ne raconte pas la même histoire que le livre pour une raison de budget et non de censurew une adaptation littérale du roman aurait coûté trop cher au producteur.


            • cathy cathy 8 mai 15:02

              Les astronautes arrivent en l’an 3978 sur la planète des non humains. Le commanditaire de l’histoire n’a pas pris en compte notre ère. Dans le scénario, ils sont donc en 5946.


              • cathy cathy 8 mai 15:36
                Pierre Boulle : la planète des singes est une satyre. Les singes sont bien ceux qui peuplent la terre.

                https://www.youtube.com/watch?v=JHI3vXHKDsE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès