• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Victor Lanoux, joyeux moustachu bourru

Victor Lanoux, joyeux moustachu bourru

« Louis et moi avons beaucoup d’affinités. Ce lien de parenté a naturellement accentué les ressemblances entre le personnage et moi-même. Nous sommes tous les deux généreux, filous, capables d’un coup de gueule, sans violence gratuite. »

Peut-on être sympathique et bougon à la fois ? C’est peut-être tout le génie de la psychologie française que Victor Lanoux savait incarner dans sa complexité, un peu comme un Astérix des temps modernes, esprit à la fois indépendant et solidaire. Il aurait eu 81 ans le 18 juin prochain, mais la mauvaise santé l’a emporté à Royan ce jeudi 4 mai 2017.

S’il n’a eu aucune récompense officielle de la profession (seulement des "nominations" aux Césars et Molières), il a eu une large reconnaissance du grand public qui a pu le remarquer et l’apprécier dans de nombreux films au cinéma, auprès de grands réalisateurs : Yves Allégret, Gilles Grangier, Yves Boisset, Pierre Granier-Deferre, Claude Berri, Gérard Oury, Jean-Marie Poiré, Jean-Pierre Mocky, Philippe de Broca, André Téchiné, Georges Lautner, etc.

_yartiLanouxVictor03

À ses débuts, entre 25 et 30 ans, il commença en écrivant et interprétant des sketchs aux côtés de Pierre Richard dans des petites salles de spectacle. Parallèlement, il avait quelques rôles au théâtre dans des pièces de Molière, Shakespeare, etc. puis, à partir de la fin des années 1960, au cinéma.

Dans deux films d’Yves Robert, "Un éléphant, ça trompe énormément" (1976) et "Nous irons tous au paradis" (1977), Victor Lanoux fait partie d’une bande de copains avec Jean Rochefort, Claude Brasseur et Guy Bedos qui aura marqué le cinéma français des années 1970. Victor Lanoux campe un personnage un peu brutal et tendre en même temps.

Il a joué dans de nombreux téléfilms également, mais comme certaines stars du cinéma, Victor Lanoux s’est concentré à la fin de sa carrière sur une série télévisée centrée sur son personnage de brocanteur, "Louis la Brocante", dont il tourna quarante-quatre épisodes, diffusés du 24 janvier 1998 au 4 mars 2014 sur France 3.

Le principe de cette série française est assez classique : un personnage central, là où il se trouve, résout de nombreuses affaires, problèmes psychologiques ou matériels de son entourage. Victor Lanoux le fait comme brocanteur. D’autres séries télévisées utilisent le même ressort et placent ce personnage central dans d’autres contextes, comme "Joséphine ange gardien" (Mimi Mathy est une ange gardienne), "Camping paradis" (Laurent Ournac est un directeur de camping), "Doc Martin" (Thierry Lhermitte est médecin dans un village breton), "L’institut" (Gérard Klein est instituteur), "Famille d’accueil" (Virginie Lemoine et Christian Charmetant sont parents d’accueil), "Père et maire" (Christian Rauth est maire et Daniel Rialet est curé), etc.

_yartiLanouxVictor02

Dans "Louis la Brocante", c’est une série qui hume la province, la campagne lyonnaise, les bonnes sœurs, la gendarmerie aussi, etc. Son grand succès (certains épisodes ont atteint une audience de 9 millions de téléspectateurs) est basé non seulement sur le cadre (à la fois campagne et brocante), mais aussi sur le comédien lui-même qui inspire la sympathie et la complicité. Le personnage a été créé spécialement pour Victor Lanoux et sa personnalité : « Le personnage a été créé pour moi. Les deux auteurs (…) se sont inspirés des rôles que j’avais déjà interprétés et de ce qu’ils connaissaient de ma personnalité. ».

Il y a quatre ans, le 20 novembre 2012, Victor Lanoux (qui avait alors 76 ans alors que son personnage a 60 ans) a décidé d’arrêter la série, alors qu’il avait déjà voulu l’arrêter à la mort de trois comédiens survenue entre septembre 2009 et mars 2011 (Sim, ainsi que les interprètes du gendarme et de la mère supérieure : Armand Chagot et Nadia Barentin). Beaucoup de téléspectateurs pouvaient l’imaginer comme un vieil oncle plein de cœur et de dynamisme, toujours prêt à repartir pour la bonne cause.


Voici quelques séquences qui le font revivre un peu.


1. Sketch "Les briques" avec Pierre Richard (19 décembre 1965).






2. Extrait "Un éléphant, ça trompe énormément" (22 septembre 1976).





3. Extrait "Nous irons tous au paradis" (9 novembre 1977).






4. Extrait "Le bal des casse-pieds" (12 février 1992).






5. Interview de France 3 sur "Louis la Brocante" (4 mai 2006).






6. Un épisode de "Louis la Brocante" : "Le cordon bleu" (4 avril 2006).







Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (05 mai 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Victor Lanoux.
Robert Dalban.
Acting.
Disparition de Zsa Zsa Gabor, Michèle Morgan, Claude Gensac, Carrie Fisher et Debbie Reynolds (dessin).
Kirk Douglas.
Gisèle Casadesus.
Jean Gabin.
Michel Aumont.
Grace Kelly.
Alice Sapritch.
Thierry Le Luron
Pierre Dac.
Coluche.
Eugène Ionesco.
Gotlib.
Charles Trenet.
Georges Brassens.
Léo Ferré.
Christina Grimmie.
Abd Al Malik.
Daniel Balavoine.
Édith Piaf.
Jean Cocteau.
Yves Montand.
Gérard Depardieu.
Michel Galabru.
Bernard Blier.

_yartiLanouxVictor04

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • juluch juluch 6 mai 11:25

    Un grand acteur qui fut para pendant 3 ans pendant la guerre d’Algérie....que St Michel l’accueille près de lui... 

     smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 14:15

      Les brocanteurs, les « Marchands de petites histoires »

      Beaucoup aimé Victor Lanoux

      • grangeoisi 6 mai 18:21

        Un sacré bonhomme, faisait du bien !


        • UnLorrain 6 mai 18:38

          J apprend sa disparition par votre article,je ne jette meme plus un regard vers le presentoir de presse ecrite en travers de mes pas.

          Un excellent acteur s essai t il a tous genre ? Voyez le film dont je ne me rappelle plus le titre,mis en scene,realise meme,par le chanteur du groupe Trust,Berni Bonvoisin,Victor est un gitan je crois me souvenir dans ce film,il a un langage euuh...monstrueusement vulgaire ! smiley


          • Agafia Agafia 7 mai 08:12

            @UnLorrain

            Jo, le père ivrogne, dans « Les démons de Jésus » sorti en 1997.

          • sarcastelle sarcastelle 7 mai 09:04

            J’ai appris son existence à propos de sa mort. C’est ça, ne pas avoir la télévision. 

            .
            Le site va-t-il bientôt prendre des mesures de rationnement pour les auteurs ? 

            • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 7 mai 14:19

              oublier Claude Sautet Vincent François Paul et les autres est ce possible ???


              • legrind legrind 8 mai 18:16

                Merci pour l’article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès