• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Vive le cinquième salon littéraire de Vaux-le-Pénil !

Vive le cinquième salon littéraire de Vaux-le-Pénil !

Pour la cinquième année consécutive l’association la ferme des jeux, Familles laïques et le service culturel de Vaux le Pénil organisent un salon littéraire le dimanche 12 octobre de 10H à 18 H.

L’objectif visé est de faire connaître de nouveaux écrivains et des maisons d’éditions qui n’ont pas la main directement ou indirectement sur les grands réseaux de distribution du livre.

Les écrivains et éditeurs ne sont ni choisis, ni triés en fonction des choix ou des positionnements des associations organisatrices.

Ce sont les circuits citoyens qui fonctionnent et le « bouche à oreille ».

Plusieurs plumes d’Agoravox sont venus ou reviennent.

Je les ai connus en lisant leurs articles.

Ce qui m’intéresse d’ailleurs ce n’est pas l’identité de vue, mais plutôt la diversité.

Prenons par exemple Astérix qui est venu l’an dernier : plusieurs divergences et non des moindres nous séparent mais la « magie » d’Agoravox c’est de permettre l’émergence d’un cadre de vrai débat…

J’ai apprécié sa venue et s’il pouvait revenir pour présenter la bande dessinée qu’il va sortir, ce serait un plaisir que de l’accueillir….et en plus il a une bonne plume.

La Maison d’éditions Sokrys, située à la Baule va venir à Vaux le Pénil avec quatre écrivains, tous écrivant dans un style et un domaine différent.

J’ai constaté que ce qu’écrivait cet éditeur était le reflet de la vérité 

 « Bienvenue sur le site des éditions Sokrys !

Nous sommes une maison indépendante et nous publions sans complexe la littérature que nous aimons : romans, nouvelles, poésies… etc, ainsi que tous documents français ou étrangers car nous prenons le parti d'une littérature vivante, actuelle, ouverte sur le monde, issue des influences d'aujourd'hui.

Les éditions Sokrys ont été créées par des auteurs suite aux constats suivants : 
D’une part, les maisons d'édition traditionnelles sont inaccessibles pour les nouveaux auteurs.
D’autre part, les maisons d'édition à compte d'auteur pratiquent une tarification totalement abusive et laissent, de plus, les auteurs sans suivi...

Notre ambition est de proposer aux auteurs une publication accompagnée de conseils et de services réels, de manière à ce que la parution de chaque livre soit une aventure positive ! 

La charte des éditions Sokrys permet aux nouveaux auteurs d’être édités dans le respect des valeurs qui fondent leur démarche d’écrivain. »

Chapeau l’artiste !

Aucun écrivain ni aucun éditeur ne paye un droit d’entrée ou un mètre linéaire au cours de ce salon.

Notre seul plaisir c’est l’existence échanges entre lecteurs, éditeurs et écrivains et le climat quasi fraternel créé.

Il reste quelques places -très peu- pour de nouveaux éditeurs ou écrivains.

N’hésitez pas !

Vous trouvez sur ce salon des BD, des livres pour enfants, des romans, des essais, des livres de science fiction.

Ah j’oubliais.

Comme chaque année un repas débat a lieu sur un sujet différent avec un auteur.

Cette année ce sera sur Jaurès pour commémorer le centenaire de son assassinat.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • DOMMANGET 1er septembre 2014 12:13

    Comme chaque année j’irai, c’est super


    • Yohan Yohan 1er septembre 2014 13:09

      j’espère que ça vaut-le-pénis


      • asterix asterix 1er septembre 2014 15:00

        Bonjour Chalot !

        C’est en effet très enrichissant de pouvoir présenter son travail et de se confronter au lecteur dans le cadre d’un salon littéraire. J’en profite, malgré nos divergences qui ne portent pas sur le fond, pour te remercier de ton accueil et celui des organisateurs. J’ai beaucoup appris au contact du public, ce public que nous ne voyons jamais durant notre phase travail et qui s’avère d’un coup de baguette magique si présent qu’il vous donne une motivation nouvelle pour continuer dans un milieu où les pros de pros de l’édition vous donnent rarement votre chance, tenus qu’ils sont par des impératifs de rendement qui leur font parfois oublier qu’ils dépendent de nous et non l’inverse.
        Mon bouquin « le radeau de l’infortune » traitant de Cuba où j’ai vécu quatre ans est en état d’être publié. Il ne fera pas nécessairement plaisir aux dogmatiques, mais il est sincère et, je pense, un plaidoyer pour les véritables valeurs de gauche qui, à la lumière de l’expérience, m’ont valu un immense déchirement personnel, mais pas de changer d’opinion sur le fond : la nécessaire lutte contre l’injustice.J’ajouterai : d’où qu’elle vienne.
        Quant à la Bd que je voulais concevoir en tant qu’ultime approche de l’écriture que j’ai, moi le touche-à-tout, travaillé sur toutes ses formes, elle est sortie des rotatives et va faire l’objet ce samedi d’un vernissage ici même au Laos, pays où je vis mais dont je ne parle jamais, ne fut-ce que parce que j’ai le bonheur d’y vivre et d’avoir à nouveau un point de vue positif sur ce qu’est vraiment le communisme. Ma nature étant ainsi faite, je n’aborde que ce que je n’aime pas ou plus. Donc celle-ci est une parodie d’Asterix ( tiens, tiens ! ) que j’ai travaillé en commun avec un artiste-peintre français installé depuis 13 ans dans la campagne laotienne, ce qui a permis d’en enrichir le rendu visuel que je cherchais. Le thème, la recherche d’une nouvelle potion magique oh combien utile qu’est le Viagrix par le brave Zobelix, sert de support à une étude sans pitié de la société-mirage qu’est la Thaïlande, un paradis-enfer de la consommation sous toutes ses formes que je connais sur le bout des ongles, ne fut-ce que pour y avoir parcouru 100.000 km en vélo, une expérience elle aussi inoubliable.
        Je ne te promets pas d’être à nouveau présent, mais bien de faire tout mon possible pour y parvenir, l’envie étant grande de serrer la main et de me confronter avec nos lecteurs qui ne nous voient jamais de visu et réciproquement.
        Quoi qu’il en soit, je pense sincèrement que tout agoravoxien d’Île de France devrait consacrer sa journée du 12 octobre à aller voir ce qu’est exactement un salon littéraire. Vaux le Pénil, juste passé Melun, est une jolie petite ville à dimensionhumaine et un endroit où la culture bouge. Accessoirement ou principalement, je partage ton plaidoyer pour que cette dernière, qui est à l’abri de la sacro-sainte notion de rendement, ne soit pas réduite à la portion congrue par un gouvernement dont les valeurs sociétales se réduisent comme peau de chagrin face au profit réservé à quelques-uns.
        Bien à toi et à nos lecteurs depuis Vientiane.
        Asterix c/o Alain Sapanhine 
         


        • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 1er septembre 2014 18:50

          C’est bien un salon littéraire.

          Pour caler les armoires, c’est t


          • bonnot 1er septembre 2014 19:16

            Quelle vilaine bête que ce corbeau idiot


            • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 1er septembre 2014 21:51

              Merci. c’est trop d’honneur !

              mais je plaisante ! Avec les bouquins débiles qui paraissent tous les ans, on peut aussi faire des bûches de papier pour la cheminée !


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 2 septembre 2014 10:23

              Bonne initiative. Dommage qu’elle ne soit pas mieux imitée sur l’ensemble du territoire ! Venir du Laos pour présenter ses livres à des gens qui ne les achèteront souvent pas, c’est courageux !
              Visiteurs du salon, faites y votre plein !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires