• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Watchmen : massacre à la tronçonneuse ?

Watchmen : massacre à la tronçonneuse ?

C’est Alan Moore qu’on assassine.

"Watchmen" sort sur grand écran en mars 2009 et ça me terrifie.

Alan Moore a le don de voir ses oeuvres massacrées au cinéma. Passe encore pour "From Hell" ou "V for Vendetta", mais pas pour son chef d’oeuvre absolu (voir "Watchmen - Frappes chirurgicales et hommages collatéraux"). S’il vous plait.

Moi qui rêvais d’un miracle à la "Sin City" (on aime ou on n’aime pas cet OVNI audiovisuel mais au moins, le pari fou de l’adaptation du comic est réussi grâce à l’implication totale du créateur dans le projet)...

Bon. Pour être franc, ce miracle, je n’y croyais pas trop :

- d’abord, on ne peut pas comparer "Sin City" et "Watchmen" (le seul challenge du premier est d’ordre esthétique)

- ensuite, l’éclectique Frank Miller (1) ne présente pas les mêmes signes d’autiste psychopate qu’Alan Moore, le Stanley Kubrick des Petites Cases, et enfin

- Robert Rodriguez affiche, au-delà de ses talents de réalisateur, une connaissance maladive et un respect profond de l’oeuvre.

Un Terry Gilliam eût pu faire l’affaire, mais le Python a eu la décence d’écouter l’auteur et donc de décliner la mission. Car pour Alan Moore, aucun doute : son Watchmen est infilmable... et à voir sa réaction le jour où il a appris qui reprenait le projet, je me demande même s’il acceptera de visionner le produit fini.

En effet, après les inoubliables et vite oubliés Allen et Albert Hughes ("From Hell"), et après le Wachowskien et donc très creux James McTeigue ("V for Vendetta"), c’est au tour de Zack Snyder de massacrer son oeuvre.

A en croire les experts, Zack Snyder aurait plus ou moins réussi l’adaptation du "300" de... Frank Miller. Je n’ai pas lu l’original, mais j’ai trouvé le film si désespérément banal sur tous les plans qu’en dépit de toute ma bonne volonté j’ai zappé au bout de quelques dizaines de minutes.

J’ai beau chercher, je ne vois pas comment embrayer des nanars commerciaux avec un pur joyau cérébral. Snyder n’aurait pas encore finalisé le montage, et ses hésitations prouvent qu’il n’a pas pris par le bon bout une oeuvre fondée sur un découpage parfaitement calibré... Le studio ne veut pas dépasser les 140-150 mn habituelles, mais quelque chose me dit que le director’s cut ressemblera à du charcutage encore plus gore que ses dernières productions.

Le pire, c’est que ça risque de marcher. Surtout si la Warner décide de marketer le film en faisant le parallèle avec le 9/11 (2).

La BD dans la BD, "Tales of the Black Freighter", sera traitée sous le mode animation.

Pour le moment, j’aurais plutôt besoin de réanimation.


1 - éclectique, mais limité. Il y a une vingtaine d’années, j’ai aimé son coup de crayon et sa façon d’étoffer des personnages comme Daredevil ou Batman, mais Miller n’arrive pas à la cheville de Moore au niveau scenario. Et visiblement, il tourne déjà en rond sur le plan cinématographique : les premières images de son "Spirit" ne semblent pas dans l’esprit du très regretté Will Eisner (cf "Will Eisner - Spirit of NYC").

2 - warning : plot spoiler (et Franglaisite éhontée) ! le scénar’ a de quoi faire exploser le buzzomètre auprès des amateurs de false flags... décidément on n’en sort pas (cf "Baggy Truthers").


— -
initialement publié sur blogules.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • John McLane John McLane 11 décembre 2008 12:41

    "Le studio ne veut pas dépasser les 140-150 mn habituelles"

    J’ai même entendu dire que le film ferait dans les alentours de deux heures, ce qui est une aberration absolue quand on prend en compte la densité du graphic novel. En comparaison, Gilliam voulait créer une trilogie d’environ 9 heures au total. C’est d’ailleurs le gigantisme de son projet qui avait été la cause de son enterrement.

    J’ai peur, hélas, que le film de Snyder simplifie à mort ce qui est à la base une histoire particulièrement complexe, notamment sur les plans narratif et philosophique. On risque donc de se retrouver devant une sorte de copier-coller de 300 : plastiquement beau mais très creux sur le fond. Enfin, bref, wait & see...


    • stephanemot stephanemot 11 décembre 2008 13:01

      Juste. Avec une telle oeuvre, soit on fait les choses a fond soit cela ne vaut pas la peine.

      En 2h, ca va ressembler aux dernieres superproductions de Lucas, une juxtaposition de plans et d’images sans ame.

      3x3h... Gilliam a la vision et le talent, mais aucun studio ne pouvait "acheter" un format pareil.

      A part les fous furieux amateurs de l’oeuvre originale, je ne vois pas grand monde pour tenir le marathon, mais surtout Watchmen est insaucissonnable pour le media cinema et on ne peut pas composer une trilogie classique avec ce materiel, pourtant compose en 12 sequences.


    • John McLane John McLane 11 décembre 2008 14:51

      "surtout Watchmen est insaucissonnable pour le media cinema et on ne peut pas composer une trilogie classique avec ce materiel, pourtant compose en 12 sequences."

      Tout à fait. C’est la raison pour laquelle je pense que le format série aurait été sûrement plus adapté à ce projet. Cela aurait permis de ne pas être soumis à une contrainte de temps trop stricte et de pouvoir développer en profondeur l’histoire et les personnages sans raccourci bêtifiant, bref de restituer la substantifique moelle de l’oeuvre de Moore.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 11 décembre 2008 16:25

      Ouais, moi aussi j’ai des doutes... Watchmen s’adapterait mieux en mini-série, le projet de Gilliam était plus cohérent avec l’univers, les personnages, et l’intrigue complexe. Ah bah, on verra bien... si on en attend pas grand-chose, on ne risquera pas d’être déçu !! Rendez-vous en mars 2009 pour la sortie !


      • stephanemot stephanemot 12 décembre 2008 05:11

        je pense qu’on aura droit dans qq annees a une version miniseries - peut etre en animation.

        d’ici-la, let’s wait (pour le "and see", pas tres motive)


      • Olga Olga 11 décembre 2008 19:47

         Attention à ce que vous dites à propos de V for Vendetta, je vous ai à l’oeil... smiley 
        Vous avez raison, qu’on arrête "d’assassiner" Alan Moore (au physique très "imposant") et qu’on offre plutôt ses comics (Tirage épuisé, indisponible ? ils sont fous à la FNAC...) pour Noël.

        Evey Hammond


        • stephanemot stephanemot 12 décembre 2008 03:51

          oups - j’ai heurte un fan, desole. smiley

          mais de la a me coller dans le collimateur de The Eye...


        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 10:16

          @ Olga

          Au sujet de V pour Vendetta, les choses sont plutôt simples : le graphic novel est une merveille absolue, l’adaptation filmique une mer... absolue. Si vous êtes une admiratrice de la BD, je pense que votre avis doit être à peu près similaire au mien.


        • stephanemot stephanemot 12 décembre 2008 10:42

          pour moi, matrix est assez surfait : un habile pot pourri de tous les themes abordes depuis des lustres. 

          (mention honorable pour Weaving en Agent Smith)


        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 10:53

          Oui, V pour Vendetta fut une grosse déception de la part des Wachowski brothers mais je trouve que, depuis, ils se sont un peu rattrapés avec Speed Racer, délire psychédélique complètement incompris mais qui s’avère jubilatoire quand on le prend pour ce qu’il est : un hommage à la culture manga japonaise (ce qu’était aussi un peu Matrix).


        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 10:57

          @ stephanemot

          Dans votre expression "habile pot pourri" pour qualifier Matrix, il y a le mot "habile". Et c’est ça qui compte...  smiley


        • Olga Olga 12 décembre 2008 11:24

           @John
          Oui, bien sûr, en étant fan de la BD on est forcément déçu(e) par le film V for Vendetta.
          Mais il suffit de retenir l’essentiel : le message et les avertissements sur la société "Big Brother" qui nous pend au nez. Tout le message du film, pour moi, se formule dans la scène finale où le peuple uni reprend ses droits sans violence (grâce à l’annihilation, violente pour le coup, des élites dirigeantes corrompues et tyranniques). Autre chose essentielle : Natalie Portman et Hugo Weaving...

           
          @Actias et stephanemot
          Idem pour Matrix : il faut retenir le message et les avertissements. Donc le premier épisode suffisait amplement. Le reste c’est de l’esbrouffe...

        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 14:14

          @ Olga

          Je trouve cependant que le message du film - d’une subversion plutôt rare pour un film hollywoodien, il est vrai - est très édulcoré par rapport à celui de la BD qui, elle, annonçait clairement sa couleur anarchiste. Mais le pire, je crois, c’est le personnage de V, compètement massacré dans le film des Wachowski. C’est bien simple : on dirait un ersatz de Bioman. Il bouge comme Bioman et, pire, il pense comme Bioman...

          Sinon, que faut-il déduire de la photo qui illustre votre profil ? Que vous vous identifiez au personnage de Evey ?


        • Olga Olga 12 décembre 2008 18:35

           @John
          Tout à fait d’accord avec vous sur le côté "bioman" de V pendant les scènes d’action, mais le côté esthète "romantique" compense un peu. Un tout petit peu malheureusement... smiley

          Le choix de cette photo comme avatar ?
          Pour Evey, sa douloureuse "métamorphose" vers un véritable engagement.
          Pour Natalie, sa prestance, son sourire mutin, sa fraîcheur, son naturel désarmant, son humour... smiley

          Et vous : pourquoi John a choisi McLane ?


        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 22:09

          Eh bien, Olga, vous êtes vraiment fascinée par Miss Portman. C’est le moins que l’on puisse dire... Je remarque que votre sélection de photos la montre uniquement avec les cheveux très courts. Vous ne l’appréciez pas autrement ?

          Quant au choix de John McLane, eh bien... Déjà, je suis un admirateur de la tétralogie Die Hard. Surtout des trois premiers, qui sont des mètres étalons filmiques du thriller d’action (John McTiernan est un metteur en scène injustement mésestimé). Et puis, je me reconnais un peu dans le tempérament du personnage... Le coté teigne insupportable, fouteur de merde imprévisible et ironique, réfractaire à l’autorité de surcroît (malheureusement, le quatrième opus n’a pas cru bon maintenir ces délicieux traits de caractère, d’où sa demi réussite). Bref, cela donne vraiment envie de me fréquenter, n’est-ce pas ? smiley


        • Olga Olga 12 décembre 2008 23:16

           @John

          J’adore Miss Portman (ça se voit tant que ça ?) parce qu’elle le vaut bien... même avec les cheveux plus longs.

          Les cheveux très courts c’est son côté rebelle, teigne insupportable, fouteuse de merde imprévisible et ironique, réfractaire à l’autorité de surcroît. Tiens, exactement comme vous... smiley

           

        • John McLane John McLane 12 décembre 2008 23:30

          Exactement comme moi, dites-vous ? Il va falloir que j’évite cette belle rebelle aux cheveux courts, alors...


        • stephanemot stephanemot 13 décembre 2008 02:34

          bon, la ca derape un peu

          je vous suggere de zapper vers meetic pour la suite

           smiley


        • stephanemot stephanemot 13 décembre 2008 02:42

          pour revenir a nos moutons : le personnage de V est central dans la BD et peripherique dans le film :

          l’auteur se concentre sur son message, le studio sur le succes du film 

          le personnage "revelateur" d’evey, secondaire mais non masque, permet plus facilement de s’identifier et d’entrer dans l’histoire. surtout pour la moitie de la salle qui n’a pas bcp de personnages feminins auxquels se raccrocher.


        • roOl roOl 12 décembre 2008 11:29

          Descendre quelque chose qui n’existe pas, voila bien l’occupation de la vacuité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires