• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Zappa (1940-1993) :« la voix contraire qui annonce la fin des utopies (...)

Zappa (1940-1993) :« la voix contraire qui annonce la fin des utopies »

Frank Zappa, né le 21 décembre 1940, est mort le 4 décembre 1993, il y a donc aujourd’hui 15 ans. Frank Zappa n’était pas seulement (et restera) l’un des musiciens les plus géniaux de tous les temps, il était aussi un artiste subversif doué d’un solide et efficace sens de la déconne.

Interview exceptionnelle de l’écrivain, journaliste et bloggueur Guy Darol qui a consacré quatre ouvrages à Frank Zappa : aux éditions du Castor Astral Frank Zappa ou l’Amérique en déshabillé, Zappa de Z à A (avec Dominique Jeunot) et, aux éditions Le mot et le reste, Frank Zappa / One Size Fits All : Cosmogonie du sofa. Son premier livre, "Frank Zappa, La Parade de l’Homme-Wazoo" (1996), épuisé depuis longtemps, reparaît dans une version revue et complétée en février 2009 aux éditions Le Castor Astral, dans l’excellente collection Castor Music.


 

Frank Vincent Zappa est né à Baltimore (Maryland) en 1940, donc. Sa grand-mère maternelle était d’origine sicilienne et son grand-père paternel gréco-arabe. Il passe son enfance en Californie. Adolescent il découvre, grâce à une revue musicale, la musique d’Edgar Varèse qui restera toute sa vie une référence primordiale.

Il achète chez le disquaire du coin un exemplaire en seconde main d’Ionisation, l’oeuvre phare de Varèse : "Je l’ai ramené précieusement à la maison, placé sur l’électrophone Decca de ma mère et j’ai mis sans hésiter le volume à fond. Ma mère m’a alors regardé bouche bée comme si j’étais devenu complètement maboul. Ce n’était que sirènes, caisse claire, tom basse, bruits étranges et même rugissement de lion". En gros la structure basique de ce qui allait devenir la musique des Mothers of invention, commente Serge Loupien qui consacre dans Libération du 7 décembre 1993 une superbe nécrologie à Zappa.

A partir de là commence la carrière de Frank Zappa, compositeur, guitariste génial, chef d’orchestre intransigeant. Il réalisera une soixantaine d’albums (une vingtaine d’autres paraîtront à titre posthume), pour son compte et pour d’autres artistes. Il travaillera avec Captain Beefheart, Lowell George, Jean-Luc Ponty, George Duke, Steve Vai, Adrian Belew...

Zappa c’est à la fois l’Amérique et l’anti-Amérique. Jamais artiste n’aura poussé aussi loin le sens de la satire et fustigé sous des airs déconnants le fameux way of life of America.

Lorsque Vaclav Havel arrive au pouvoir, à la fin des années 80, il nomme Frank Zappa en tant que conseiller personnel et ambassadeur itinérant de Tchecoslovaquie. Ce qui d’après les commentateurs n’avait rien d’un artifice. Zappa s’y consacrera avec autant de sérieux qu’à sa musique.

Cette expérience l’incite à se présenter en 1991 aux élections américaines comme candidat indépendant, ceci bien qu’il ait déclaré quatre ans avant : "Je ne me présenterai que le jour où il y aura moyen de se passer des partis républicain et démocrate, dont les programmes sont inadaptés à la réalité et font régulièrement faillite dès lors qu’ils sont appliqués".

Mais la maladie et la candidature de Ross Perot l’empêcheront de se présenter. Néanmoins, comme le rappelle Libération dans son édition du 7 décembre 1993, "il s’était fixé comme utime mission de dégommer tous les conservatismes, focalisant ses efforts contre Jimmy Swaggart, le cousin télévangéliste de Jerry Lee Lewis, et le pasteur Pat Robertson, rival de George Bush [père] à l’investiture américaine de 1992".

Quant aux démocrates -"ces vieilles peaux hors d’état de nuire" - il pensait tout de même à la fin de sa vie qu’il valait mieux leur laisser le pouvoir plutôt qu’aux républicains : "ça ne marchera peut-être pas mieux, mais c’est plus rassurant si on est Noir, hispanique, homosexuel, tout sauf blanc anglo-saxon protestant".

Si vous tapez « Frank Zappa » sur le moteur de recherche, vous tomberez sur la fiche wikipedia bien sûr, c’est inévitable, et puis sur wikio, ou encore sur musicologie et même, pourquoi pas, sur djouls. Ou bien vous arriverez sur fluctuat.net. C’est fastoche. Sans faire d’effort vous trouverez plein de pages qui parlent plutôt pas mal de Frank Zappa, y compris sur Agoravox (Retour sur Frank Zappa). Mais en cherchant mieux vous tomberez sur le site de Guy Darol, l’agitateur conseil, l’un des meilleurs connaisseurs (cette précaution est purement formelle) de l’homme wazoo en France (voire dans le monde ?). La preuve ? La voici :
 
Olivier Bailly : Selon Vous Frank Zappa est-il une synthèse américaine parfaite ?
Guy Darol : En tant que compositeur, Frank Zappa s’inscrit assurément dans une tradition qui renvoie à Charles Ives, Aaron Copland, Leonard Bernstein ou Conlon Nancarrow. Et les motifs sonores dont il se sert pour bâtir son oeuvre (« à la hauteur d’un opéra », selon les mots de Nicolas Slonimsky) relèvent d’une culture qui est celle du rhythm ans blues (Johnny "Guitar" Watson, Little Richard), du blues (Lightnin’ Slim, Howlin’ Wolf), du doo-wop (Lew Andrews, Harvey Fuqua), du jazz (Thelonious Monk, Eric Dolphy), de la musique savante (Varèse, Boulez, Ligeti, Nono) sans opposition de territoires. Il use en effet de codes musicaux, de « motifs dans le tapis » (pour reprendre la formule d’Henry James) sur un mode qui est tout à la fois celui du détournement, au sens situationniste du terme, et de la transcréation ou si l’on veut de l’invention permanente. Cette double posture en fait un sujet résolument à part dans l’histoire de la musique états-unienne et sans doute convient-il de le situer underground, dans la mesure où il effectue un déplacement, une transmutation qui ne répond pas aux impératifs attendus, esthétiquement et commercialement. Freak Out !, son premier album datant de 1966, est vendu « sans potentiel commercial ». L’expression choisie par Frank Zappa, et qui figure sur le disque, rappelle que l’industrie phonographique a rejeté ses travaux préalables et que son intention est d’agir sans être compromis.


OB : En quoi Frank Zappa est-il un pur « produit » américain ?
GD : Le mot « produit » ne me paraît pas tout à fait adéquat s’agissant d’un compositeur censuré par les radios US et dont l’engagement s’est révélé discord jusqu’au bout. Frank Zappa embarrasse l’Amérique des dogmes chrétiens et du Moi impérial. Ses philippiques à l’égard du Cloud-Guy qui pèse les âmes depuis le nuage sur lequel il s’est juché, sa critique pour le moins acide à l’endroit d’une société où consommer est un art de vivre, les transgressions qu’il opère dans ses textes et dans l’organisation des sons, le déchaînement rabelaisien dont il témoigne sur scène, pareille dépense ne fait pas de lui un pur « produit » américain. Je crois au contraire qu’il se confond avec la figure de l’impur et c’est ainsi qu’il est généralement perçu aux États-Unis.


OB : En quoi Frank Zappa était-il subversif ?
GD : Avant la naissance des Mothers Of Invention, autrement dit dans la première moitié des années 1960, Zappa est l’un des rares musiciens Blancs à tourner avec des Noirs, des Chicanos, des Pachucos. Et lorsque se dérouleront les émeutes de Watts, il sera le seul, avec Guy Debord, à rendre compte de la vérité sur l’insurrection d’un quartier de Los Angeles majoritairement peuplé d’Afro-américains. La chanson « Trouble Everyday » étant à la fois un focus sur des émeutes qui totalisèrent 34 morts et une attaque ciblant la télévision comme instrument du faux. Sur l’album Absolutely Free (au titre doublement significatif puisque le mot free désigne liberté et/ou gratuité), Zappa veut inscrire « la guerre est synonyme de travail pour tous », une phrase que Verve, sa maison de disques, refuse d’imprimer. Nous sommes en pleine guerre du Vietnam. Pacifiste obstiné, il édite « I Don’t Wanna Get Drafted/Ancient Armaments », un single que son distributeur renoncera de prendre en charge. Ses textes, certes légèrement abrasifs, seront jugés obscènes par l’administration du Royal Albert Hall de Londres qui annulera, au tout dernier moment, un concert dans lequel allait être livré tous les arcanes de 200 Motels. Subversif, Zappa ne l’est pas que dans la pratique de son art qui se souvient autant de Kurt Schwitters que de Francis Picabia mais dans une dénonciation sans relâche de toutes les censures et de tout lobby susceptible d’étouffer l’expression au nom de la doctrine chrétienne et de la morale du sexe = péché. L’album Frank Zappa Meets The Mothers Of Prevention,dont certaines parties ont été cuttées dans l’édition US, donne une idée de la vigueur de ses interventions contre la toxicité du Parents Music Resource Center (PMRC), une organisation conduite par les Washington wives (toutes femmes de sénateurs) et dans laquelle on retrouve Tipper Gore, épouse de l’ex vice-président des États-Unis. Le PMRC et leurs alliés, Back In Control, le National Music Review Council, mènent une lutte de titans contre le rock, cette bête noire inoculant le vice.
 
OB : Frank Zappa est-il indépassable ? Inimitable ?
GD : Si l’on considère les formations toujours plus nombreuses qui reprennent le répertoire de Frank Zappa, et l’on s’en fera une idée plus précise en consultant le site des Fils de l’Invention (http://lesfilsdelinvention.net), le compositeur est imitable. Son œuvre peut être interprétée par des musiciens de jazz (Pierrejean Gaucher, Bernard Struber, Le Bocal, The Ed Palermo Big Band), de rock (The Muffin Men, Jon Fisherman, The Wrong Project) voire de musique sérieuse (Le Concert Impromptu, Omnibus Chamber Winds, Harmonia Ensemble), sans incohésion. Quant à savoir s’il est indépassable mieux vaut s’interroger sur les enjeux. Voici une œuvre de type fissile qui combine plusieurs sources sonores (blues, r’n’b, rock, musique savante, jazz classique, free jazz, improvisation dada, vocalises ...) et les fait exploser, donnant lieu à une musique contemporaine incatégorisable. Dès lors, toute tentative se jouant des barrières ou des oppositions de styles relève de l’intention zappaïenne. Nul n’est indépassable. Toutefois, Zappa a indiqué une voie comme nul autre avant lui. Il a réhabilité le « son sale » et ouvert des prolongements à Dada, à partir de Richard Huelsenbeck, et à Varèse dans une amplification des virtualités percussives. Pour finir, il préfigure les aventures de l’abstract hip-hop et l’ensemble des musiques électroniques actuelles dans l’utilisation du Synclavier, notamment sur l’album Jazz From Hell.
 
OB : Vous avez consacré trois ouvrages à Frank Zappa. Pourquoi cet intérêt ?
GD : Mon intérêt pour Frank Zappa date de 1972 alors que j’étais l’élève du lycée Voltaire. Quelque chose se produit qui nuance mes propres valeurs relativement au rock et à la musique pop. Quelque chose comme un choc qui m’ouvre à de nouvelles perspectives. Je me suis expliqué sur cette singulière collision et le bouleversement qu’elle provoqua dans Frank Zappa, La Parade de l’Homme-Wazoo, un livre publié en 1996, épuisé depuis plusieurs années et qui sera réédité en février prochain aux éditions Le Castor Astral. Brian May, le guitariste des Queen, a déclaré un jour que « Frank Zappa est un sujet d’étude à vie. » Il n’a pas tout à fait tort. Il me semble travailler sur ce thème depuis plus de trente-cinq ans ; depuis la découverte de Freak Out ! chez mon ami Michel Duprey dont il est question aux premières pages de One Size Fits All/Cosmogonie du Sofa, mon dernier ouvrage. Quatre livres ont paru mais chacun répond à des interrogations différentes. Zappa de Z à A (Le Castor Astral éditeur, 2000), réédité en 2005, est un dictionnaire co-écrit avec Dominique Jeunot et c’est un trousseau de clés permettant d’entrer dans un univers où il est question de continuité conceptuelle, de caniches, de dînette chromée, de William S. Burroughs, de Franz Kafka et de bien d’autres choses. Frank Zappa ou l’Amérique en déshabillé (Le Castor Astral éditeur), édité en 2003, est une étude qui expose l’engagement zappaïen dans le champ du politique. Et une radiographie de l’Amérique de la censure et des fondamentalismes. Je mentirais en affirmant que mon intérêt est faible. Il coïncide, aussi étrangement que cela puisse paraître, avec une réflexion portée sur le temps et cela à travers André Hardellet (auquel j’ai consacré une monographie), Stanislas Rodanski, François Augiéras, Paul Gilson, Michel Fardoulis-Lagrange, pour ne citer que ces quelques écrivains. L’humour chez Zappa, le déversement rabelaisien qu’il impose à nos oreilles ravies et, une fois encore, les traversées musicales qu’il dessine composent un faisceau de lueurs magnétique.
 
OB : Parmi ces livres, vous en avez entièrement écrit un sur le disque One Size Fits All. En quoi cet album a-t-il influencé votre génération et en quoi constitue-t-il un tournant dans la carrière de Zappa ?
GD : La dimension cosmologique et pataphysique de cet album, édité en 1975, m’a amené à des connexions certes musicologiques mais également à des mises en perspective avec les mondes de la littérature (Borges, Jarry), des arts visuels (Duchamp, Matta), de la philosophie (Nietzsche), de l’hermétisme (Böhme), de la physique (Hawking). Ainsi en est-il de Zappa qui ouvre sans cesse des horizons et signale des portes de côté qu’il est peu commun de pousser lorsque l’on pénètre dans la vie et dans la pensée d’un musicien de rock. Comme son nom l’indique, le disque est gigantesque. Il est enregistré en quadriphonie et possède, pour l’époque, un son ébouriffant. One Size Fits All célèbre les entretressements du rhythm and blues, du rock et de la funk. Le line-up est historique avec les présences de Johnny "Guitar" Watson, de Captain Beefheart, de Ruth Underwood et de George Duke. Les lyrics sont des pistes secrètes reliées à l’énigme du sofa et à celle du caniche. La pochette signée par Calvin Schenkel est une star map révélant la complexité des géographies zappaïennes. C’est un disque révolutionnaire pour la richesse de ses informations. Il a profondément marqué une génération née dans les années 1950 avec des oreilles qui peuvent écouter Miles Davis et Spike Jones, Igor Stravinsky et Raymond Scott, Little Richard et Claude Debussy. Il est l’un de ceux que j’ai écouté avec la plus grande opiniâtreté et le plus haut plaisir.


OB : Quinze ans après sa mort que nous apprend Frank Zappa ?
GD : Profondément marqué par le satiriste Lenny Bruce, Zappa nous apprend que la pop culture n’était pas sous le seul empire de la gelée d’amour et du flower power dont Woodstock est le paradigme. Il est la voix contraire qui annonce la fin des utopies. Dans un moment où l’unité fraternelle fait mot d’ordre, Zappa est le premier à exprimer l’idée que les hippies ne tarderont pas à rejoindre le camp du progrès cumulatif et l’on voit aujourd’hui qu’il avait raison. Il nous renseigne sur la capacité de vigilance et de riposte dans le camp artiste. Il apparaît comme une figure de l’actionnisme anti-censure et anti-fondamentaliste et il est l’exemple remuant vis-à-vis de ceux qui ne voient aux États-Unis que soumission au spectacle et lividité des cerveaux. L’utilisation qu’il fait du caniche rejoint le chameau nietzschéen, la bête de soumission aux idoles et plus généralement au règne de la marchandise. Le politique est omniprésent derrière la charge des lyrics et le flux sonore. Surtout, il efface les catégories, l’opposition entre basse langue et langue vertueuse, son propre et son sale. En tant que compositeur, il place la musique à un degré anthropologique rarement atteint. Car ici la distinction est mise en cause. Il dit avoir réalisé « un art spécial dans un environnement hostile aux rêveurs » et, en cela, son œuvre porte la promesse du neuf sans omettre l’ancien. L’universalisme est un trait de son travail et One Size Fits All est l’un de ses albums qui vérifie l’engagement éthique, ontologique porté à incandescence.
 
OB : Que reste-t-il de lui aujourd’hui ?
GD : Il reste plus de 80 albums, quelques films aussi stupéfiants que 200 Motels et Uncle Meat, une autobiographie (The Real Frank Zappa Book, disponible en France aux éditions de L’Archipel) qui témoigne d’une radicalité vitaminique. Zappa est un geste musical sur lequel les historiens de la culture sonore ont pris un retard navrant.


Crédit photo une : The adventures of Impulsivity Jim



Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • A. Nonyme Trash Titi 4 décembre 2008 11:31

    Merci pour ce bel article au sujet d’un musicien génial et finalement assez méconnu. Il faut avouer que son œuvre n’est pas toujours très accessible, mais la richesse de sa production permet à tout un chacun de rentrer en douceur dans son univers.

    "Hot Rats", "Sheik Yerbouti"ou "Apostrophe"(mais il faut que je le réécoute car je ne m’en rappelle plus très bien), tous trois différents, me semblent être les opus les plus faciles pour qui voudrait découvrir sa musique.


    • Proto Proto 4 décembre 2008 12:01

      Ah j’adore Zappa, quel énergumène !

      A noter qu’il n’a pas hésité une seconde à parler de "théocratie faciste" à propos des US en 1986 sur le plateau de "Crossfire" (si qqun a le lien en fr je suis preneur).

      Est-il vrai que son fils a retrouvé une guitare de Hendrickx sous son escalier ?


    • JoHo JoHo 5 décembre 2008 09:41

      Je ne sais pas si elle a été retrouvée sous un escalier mais il me semble que Zappa avait effectivement récupéré le corps de la Strato d’Hendrix brûlée à Monterey, puis réstauré. Je me souviens l’avoir vue dans les mains de l’uns de ses fils (Dweezil probablement) dans un documentaire - en état de marche, d’ailleurs !

      En restant dans le domaine des guitares, le son de la Gibson SG de Zappa m’a toujours fasciné, spécialement parce qu’elle sonnait différemment de la SG habituelle (ah, ce son coupant !) jusqu’à ce que j’apprenne qu’en fait Zappa lui-même l’avait modifiée en lui ajoutant un booster médium-aigü. Quelqu’un sait-il, en passant, s’il existe une réédition justement de la SG Zappa custom made ?  smiley

      Par contre, comme beaucoup d’artistes majeurs aujourd’hui disparus, le catalogue (immense : quelque chose comme une centaine d’albums officiels !) de Frank Zappa est maintenant aux mains de sa famille et le prix de ses albums en CD est tout simplement ahurissant ! smiley (C’est le cas aussi pour Hendrix, d’ailleurs.) Hormis le fait que cela trahit l’esprit de leur père, qui était aussi mercantile que Benoît XVI est bouddhiste, cela reste une injustice flagrante pour les consommateurs (mot qui me donne des boutons) : comment ces personnages qui n’ont eu absolument aucune part de création dans ces oeuvres peuvent-ils en exploiter les droits de manière aussi scandaleuse ? (mais ceci est un autre débat.) Et après on se demande pourquoi certains téléchargent illégalement... (ceci aussi est un autre débat !)

      Merci à l’auteur pour cet article. smiley


    • fpo 6 décembre 2008 09:45

      Et bravo à Guy Darol qui, encore une fois, a bien éclairé ma lanterne avec sa description de "One Size Fits All" ! Son livre, petit mais grand, est la loupe qu’il nous faut pour lire l’étrange pochette de l’étrange Calvin. S’pas ?


    • Samarkande 4 décembre 2008 12:01

      Oui, merci pour cet hommage à ce génie trop peu apprécié. Zappa savait tout faire, pop, rock, jazz, etc, et il le faisait avec un talent inimitable. Son œuvre pléthorique prouve s’il en est besoin, la richesse de sa musique.


      • Pierre de Vienne Pierre Gangloff 4 décembre 2008 12:13

        Merci pour cet hommage, je me rappelle de concerts stupéfiants où un public qui n’était généralement pas préparé ( festivals de rock ) écoutait bouche bée ce déferlement sarcastique et savant d’une musique incroyable. Nos oreilles « binaires » découvraient la complexité sans le sérieux mortifère de la musique classique contemporaine. Bravo.


        • Yohan Yohan 4 décembre 2008 13:02

          @ Merci pour cet article. Je me le garde pour le lire ce soir à tête reposée


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 4 décembre 2008 14:57

            Intéressant billet sur cet artiste assez connu mais pas assez au vu de son génie, à mettre avec le groupe Can. Viva Zappa

            http://www.progarchives.com/artist.asp?id=1023

            Mes albums préférés,

            Uncle Meat Studio Tan

            puis Sheik Yerbouti Live in New York


            • Mescalina Mescalina 4 décembre 2008 15:15

              Zappa est le génie musical du 20ème siècle, il n’y a même pas débat.

              @ M. DUGUE, je ne vois même pas le rapport avec Can !...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 4 décembre 2008 18:38

                Avec Zappa, yes we Can


                Sinon, Zappa a été influencée par Varèse alors que deux membres de Can ont été élèves de Stockhausen


              • John McLane John McLane 4 décembre 2008 15:16

                Oui, merci pour cet hommage à cet immense artiste dont on ne parle pas assez à mon goût (il est quand même l’un des plus grands compositeurs du XXème siècle, qu’on le veuille ou non) et qui, personnellement, a bouleversé ma conception de la musique. Sinon, Bernard Dugué, quand vous dites que le "Live in New York" est l’un de ses disques que vous préférez, vous pensez auquel, au juste ? Parce que des lives à New York, il en a fait et sorti des tas ! En ce qui me concerne, son album que je préfère est le triple LP "Läther", sorti après sa mort (on y trouve l’incroyable "The Purple Lagoon", fabuleux morceau de free jazz de plus de 16 minutes)et... Ben, tiens, je vais me le réécouter, là.


                • A. Nonyme Trash Titi 4 décembre 2008 18:03

                  Je suis en train d’écouter Roxy & Elsewhere, pas mal non plus !



                • Foudebassan Foudebassan 4 décembre 2008 20:52

                  Un type vraiment génial que je ne me lasse pas d’écouter. J’ai beau chercher, je n’ai jamais trouvé d’équivalent et, du coup, je n’écoute que ça. Je pense d’ailleurs que le seul moyen d’apprécier vraiment du Zappa est de le passer en boucle et sur une bonne HIFI. Avec tout de même une préférence pour les versions instrumentales (on s’en lasse moins vite) : Shut Up ’N’ Play Yer Guitar, Hot Rats, Waka/Jawaka, The Grand Wazoo, Over-Nite Sensation, Apostrophe, Zoot Allures.


                  • Walid Haïdar 4 décembre 2008 23:50

                     Pour redécouvrir les morceaux où le chant fini par vous lasser, vous pouvez toujours essayer les interprétations de groupes d’aujourd’hui qui jouent Zappa. Il y en a d’excellents.

                    A Bordeaux où je vis "Les polissons jouent Zappa", une formation avec une chanteuse remarquable, un batteur impressionnant, guitar, basse et trombone basse, reprennent, comme leur nom l’indique, des morceaux du génie, généralement avec chant.

                    Mais le plus énorme que j’ai vu, c’est un groupe hongrois, à Budapest, d’un niveau musical monstrueux, mais malheureusement dont le nom m’échappe. Si es souvenirs sont bons, je les avais vu au festival sigetz édition 2006 (ou 2005 je sais plus). Vous pourrez peut-être retrouver le nom du groupe à partir de là.

                    Je suppose qu’il y a bien d’autres groupes contemporains qui se consacrent avec autant de talent à reprendre Zappa, donc qu’on a pas fini de le redéguster en rafraîchit.


                  • Walid Haïdar 4 décembre 2008 23:42

                    En me disant que je trouvais absurde qu’on rende des hommages à Dalida et pas à Zappa dans les médias de masse, je me suis trouvé con.

                    Ne serait-ce pas absurde qu’un musicien comme Zappa puisse un jour être écouté en masse ?

                    A moins que la société ne devienne massivement composée de gens culturellement libérés...


                    • Yohan Yohan 5 décembre 2008 00:33

                      Je pense que tous les jeunes qui se mettent à la musique devraient revisiter l’oeuvre de Zappa. Je dirai même plus, doit faire partie des programmes d’enseignement musical, au même titre que Mozart, Chopin, les Beatles, Jimi Hendriks, Jim Morrison. Essential, dare i say !


                      • Mescalina Mescalina 5 décembre 2008 11:47

                        Tout à fait d’accord !


                      • Mescalina Mescalina 5 décembre 2008 11:50

                        Tout à fait d’accord !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires