• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > Comment faire fonctionner les hôpitaux avec moins de fric et moins de (...)

Comment faire fonctionner les hôpitaux avec moins de fric et moins de personnel ?

Comment faire fonctionner les hôpitaux avec moins de fric et moins de personnel ?

Simple : il suffit de mettre les malades dehors au plus vite. Pour faire tourner cette belle mécanique à plein régime, l'assistance publique-Hôpitaux de Paris a conclu un contrat avec une start-up, Noé Santé, d'un montant de 960 000 euros pour accélérer la sortie des malades.

Isabelle Barré

Extrait article du canard enchaîné du 20 avril 2022


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Parrhesia Parrhesia 6 mai 14:07

    >>> Comment faire fonctionner les hôpitaux avec moins de fric...<<<

    En faisant piquer d’autoririté tout individu qui aura l’audace de dépasser les 75 ans d’âge

    Cela libera des lits et donc, permettra de fermer des hôpitaux.

    D’où économies de frais de santé.

    Bien sûr, si cette mesure éminemment mondialiste n’est toujours pas suffisante pour réduire les frais de santé, ils pourrons envisager de piquer à partir de 64 ans, soit l’âge de départ à la retraite.

    Ceci fera d’une pierre deux coups : économies sur les frais de santé, et économies sur les budgets retraites.

    Viva le capitalisme financiarisé... Viva le mondialisme,

    ....et Viva Zapatta  !!!


    • voxa 16 mai 06:07

      Dans les cliniques privées, cela ne va pas mieux.

      Les petites mains ingrates se rebiffent...

      Et comme disent certains grands pontes, crésus de la chirurgie gavés de sécurité sociale et de dépassements d’honoraires, ces manants prennent en otage votre santé.

      Dans certaines régions le personnel est en grève depuis décembre...

      Chuuuutttt !

      Vous ne serez au courant que lorsqu’il vous arrivera quelque chose et que vous attendrez , attendrez , attendrez encore et encore une place au bloc opératoire...

      Parfois 6 mois et voir beaucoup plus avec la prochaine pandémie programmée après les élections.

      Aux urgences, s’il y en a dans la ville la plus proche, vous passerez la nuit dans une salle d’attente débordante, bondée de joie, de bonne humeur, d’alcolos cirrhosés, de gosses mal élevés, de vieux décatis bougons qui râlent et encombrent les couloirs...

      Vous, moi, le peuple, les patients s’impatientent.

      Pas de ministres, pas de députés, pas de maires, les promesses et le pognon se sont envolés avec votre buletin de vote.

      Et puis, et c’est bien normal, les urgences on y pense juste quand il y a urgence.

      Rassurez-vous, il y a, tout de même, un distributeur de café, mais il ne faut pas oublier sa monnaie dans l’ambulance.

      Officiellement, c’est le bordel parce que l’on ne trouve pas de personnel, les Français ne veulent plus travailler, et les migrants ne savent rien foutre, et quand ils savent, par milliers ils ne veulent pas se faire injectés. Egoistes.

      Tout le monde sait cela, c’est officiel, il n’y a plus de main-d’œuvre en France, même en traversant la rue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité