• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > G8 : le monde de la peur

G8 : le monde de la peur

Hélas, les uns ont peur des autres, les citoyens ont peur de la police d’Etat, l’Etat a peur des citoyens politisés... La démocratie a peur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Eric De Ruest Eric De Ruest 31 mai 2007 15:42

    Pas peur l’ami et on est des dizaines de milliers...

     smiley


    • lvago lvago 31 mai 2007 16:14

      Tant mieux, l’ami ! La peur est un état à éviter. :)


    • indianagrenoble indianagrenoble 31 mai 2007 17:00

      Je suis un tout nouveau sur votre toile de libertées (enfin pendant qu’il est encore temps...)

      Je me permets de vous copier/coller une publication qui est passée sur un autre type de téléscripteur (je vous préviens c’est d’un tout autre genre et style... celui des antinucléaires - vous savez les vilains méchant terroristes parano qui croient que le nucléaire avec sa radioactivité c’est poa bien ! )

      Voila le message qui me semble reprendre le thème abordé par Ivago :

      " Réseau « Sortir du nucléaire » - Fédération de 776 associations Communiqué du 31 mai 2007

      Le Réseau Sortir du nucléaire dénonce des perquisitions arbitraires en Allemagne dans les milieux militants avant le G8

      Le Réseau « Sortir du nucléaire » (France) dénonce les nombreuses perquisitions dont ont été victimes depuis le 9 mai 2007 l’ensemble des organisations qui mobilisent contre le G8 (Attac Allemagne, mouvements pour la paix, anti-nucléaires, anti-OGM, libertaires, etc).

      De nombreux outils de communication (ordinateurs, fax, téléphones) ont été saisis et des prélèvements d’ADN mais ausi d’odeurs (*) ont été imposés aux militants. D’autre part, la police contrôle le courrier qui passe par plusieurs centres de tri à Hambourg.

      Les autorités allemandes justifient cette vague de répression sous prétexte d’enquêter sur la « constitution d’organisation terroriste », ce qui leur permet de mener des surveillances à grande échelle, des perquisitions et des saisies touchant même des personnes non suspectes.

      M. Schäuble, ministre de l’Intérieur, préconise jusqu’à 15 jours de prison préventive pour les manifestants « violents ». Or, les actes pacifiques de désobéissance (un blocage assis par exemple) sont considérés comme « violents ». Et le même M. Schäuble envisage aussi de réinstaurer le contrôle aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen lors du sommet du G8. De plus, un grillage de 12,5 km (et d’un coût de 12 millions d’Euros) a été construit autour du site où se rencontreront les « grands de ce monde », et toute manifestation sera interdite à l’intérieur et aux alentour de cette zone.

      16 000 policiers et 1 500 soldats (ce qui est contraire à la constitution allemande qui, sur le territoire fédéral, réserve le recours à l’armée aux seules catastrophes) protégeront les Chefs d’Etat et de Gouvernement du « danger » que représente la population.

      Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce

      - les atteintes désormais systématiques à la démocratie et la liberté d’expression lors de chaque G8 - le fait que tout citoyen exprimant publiquement son désaccord face au G8 soit considéré comme un « ennemi de l’intérieur » - l’amalgame entre d’une part le terrorisme et d’autre part le mouvement social promouvant l’éthique, la justice, et le respect des droits et de l’environnement.

      Des millions de citoyens ne reconnaissent aucune légitimité au G8, instance autoproclammée dont le but est de protéger les intérêts des puissants au dépend des pays pauvres ou des pauvres vivant dans les pays riches.

      Par ailleurs, une des principales caractéristiques des pays du G8 (à part l’Italie) est d’être fortement nucléarisés, imposant à la planète le risque de catastrophes nucléaires, la production de déchets radioactifs et la prolifération nucléaire à des fins militaires. Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce d’autant plus fortement l’instrumentalisation par le G8 du problème du réchauffement climatique afin de promouvoir l’énergie nucléaire.

      (*) le prélèvement d’odeur est une nouvelle technique de fichage policier, mise au point avec des chiens spécialement dressés à cet effet. "

      Voilà j’ai fait mon devoir de citoyen !

      Merci à ceux qui ont crée cet espace de liberté... je commence juste à tous vous lire et j’aime bien le concept !

      Je reprends d’ailleur le concept de MEDIAS 2.0 sur mon site perso.... rubrique manipulation smiley)


      • indianagrenoble indianagrenoble 31 mai 2007 17:02

        Ah oui j’oubliais...

        Contacts Réseau « Sortir du nucléaire » :
        - en Allemagne : Cécile Leconte 0049 4131 26 40 28 Portable (numéro francais) 06 89 67 50 04
        - en France : Stéphane Lhomme 06.64.100.333


      • lvago lvago 31 mai 2007 17:50

        merci pour les précisions. C’était en effet l’inspiration pour le dessin !


      • Eric De Ruest Eric De Ruest 31 mai 2007 17:03

        Un voyage à travers l’Allemagne en révolte contre le G8 Par Global Mobile Station Against G8 trad teilla, Thursday, May. 31, 2007 at 2:01 AM

        Aujourd’hui, 28 mai, manifestation contre le sommet de l’ASEM, un sommet des ministres de l’extérieur européens et asiatiques qui se réunissent pour contracter l’exploitation des grands réseaux globaux, en essayant d’organiser la gouvernance dans le contexte de guerre autant globale qu’elle ne donne aucun signe de vouloir s’arrêter : parce que ça ne peut pas finir, comme dit une chanson de Assalti Frontali.

        Un voyage à travers ...

        C’est comme ça que commence la mobilisation en Allemagne contre la réunion du G8, cette si triste association subversive qui essaye depuis plusieurs années de gérer l’ordre du monde contre les multitudes de la subversion joyeuse. Inutilement.

        Les groupes d’activistes arrivent par petits groupes pour ne pas risquer d’être interceptés par les unités de police qui contrôlent les rues et peut-être se faire arrêter avant que ne commence la manif, en te fouillant et en t’emmerdant avec leur méthode misérable ; des centaines et des centaines de flics qui errent autour du rassemblement en essayant d’intimider les gens, en faisant exposition de leur tout nouveau costumes de guerre. Ridicules.

        Nous partons. Un bloc compact de deux milles personnes conduit la manif. Devant, deux banderoles, « Autonomes en mouvement contre le G8 et l’ASEM » et une autre qui n’a pas de commentaire : « Total Freedom ». Et c’est cette totale liberté de mouvement et de vie, c’est ce flux du désir commun qui structure l’esprit de la marche, qui traverse le vieux quartier du port de S. Pauli ; en saluant la glorieuse Hafen-Strasse, en souvenir des épiques batailles de résistance pour les maisons occupées - certes - mais spécialement pour conquérir la dignité d’une communauté organisée contre le libre-échange, contre le contrôle de l’existence et l’imposition des modèles de vie individualiste.

        Derrière la tête du cortège, différents groupes d’activistes, clowns, une fanfare faussement militaire, qui érige un drapeau avec écrit « Fuck », qui marque le pas avec ses roulements de tambours. Nous sommes maintenant 7/8000. Les flics entourent la manif pendant toute la durée du cortège, devant, derrière, sur les côtés, ils font sentir leur pression et commence une guerre des nerfs avec les manifestantEs. Ils feintent de charger, des véhicules blindés, des canons à eau qui subitement se mettent devant nous, les tentatives d’infiltration dans le cortège et peut-être quelques arrestations au hasard. Rien, le cortège répond en se compactant. De fines cordes évitent que les gardes en vert puissent pénétrer et faire à leur aise. Des slogans ironiques invitent les flics à se disperser, des pétards dans le ciel donne un signale venant du coeur du cortège, la volonté d’avancer. On conquiert, mètre par mètre, le droit de manifester. Des slogans sont scandés dans au moins 5 langues différentes : une camarade allemande le lance en italien et les grecQUEs le crient en français, les américainNEs et les russes en font autant, et les italienNEs apprennent l’exacte prononciation de “Siamo tutti clandestini”.

        A la fin, une rafale de discours volent, et la police, nerveuse, commence les manoeuvres d’encerclement en essayant de bloquer deux cent personnes qui avait l’unique faute de s’être arrêté 10 minutes en plus du temps prévu sur la place des discours. Ils provoquent et intimident, mais la résistance s’organise et attaque une dizaine de camionnettes, sirène hurlante, arrivant en vitesse pour embarquer tout le monde et les amener dans la dizaine de petites prisons perdues à Hambourg. Cette manoeuvre de diversion desserre la prise sur les deux cent personnes qui arrivent à se dégager. Au milieu du chaos, une voiture avec des délégués est bloquée par certainEs camarades. Un garde du corps pête un câble et descend flingue à la main.

        Les gens se regroupent autour de Rota Flora et comencent à entendre les sirènes de la police, ils essayent d’ériger quelques barricades, puisqu’on craint qu’ils veuillent entrer dans le centre social et foutre le bordel... Mais la résistance diffuse leur fait comprendre qu’on ne leur permettra pas de s’approcher, plus que ce qu’il faut. Et à la fin, ils laissent tomber (les flics ;) Nonobstant les canons qui tirent de l’eau, leur matraque et leurs stupides armes, on les prends pour cible avec des oeufs de peinture et ils se dégonflent. Et après, touTes à l’intérieur du Rote Flora, on se repose, on rassemble les infos sur les arrestations, on fait la fête, on boit et on mange touTes ensembles. La police est partie, les routes sont libérées. On se disperse dans mille petits ruisseaux de vie.

        On se salue : le prochain rendez-vous est dans quelques jours à Rostock Là, se recomposera l’essaim des rebelles.

        International Brigades, Sez.Italia

        napoli.indymedia.org/node/355


        • Eric De Ruest Eric De Ruest 31 mai 2007 17:06

          G8] Contrôle de vélos Par via imc de, Thursday, May. 31, 2007 at 4:29 PM

          Une caravane de véhicules amenant de l’équipement du matériel de Wendland pour le camps de Wichmannsdorf fut stoppé et fouillé par la police durant 6 heures hier (29 mai), 5 km avant Neubukov. Alors que les 14 camions refusent d’être fouillé sans qu’on leur donne une raison convaincante, la police a alors déclaré qu’ils recherchaient des vélos volés. Les flics ont alors vérifié tous les vélos transportés et inspecté leur numéros de série. 10 vieux vélos ont été confisqué sous prétexte qu’ils n’avaient pas de numéro, ainsi que deux autres vélos qui auraient été volé par le passé.

          [G8] Contrôle de vél...

          Une centaines de flics, apparemment attendaient le convoi, composé de 14 camions et autobus chargés et quelques petits véhicules. Après que le activistes aient refusé de se faire fouillé sans raison crédible, les flics ont alors passé des coups de fils et sont revenu en prétextant qu’ils recherchaient des vélos volés. Tous les bécanes ont du être déchargée et contrôlées, ainsi que quelques contrôles sur des personnes. Cette vérification a pris 6 heures, affectant le trafic sur une route fort fréquentée.

          Par la suite, les flics ont découvert qu’environ 10 vieux vélos n’avaient pas de numéros de série, ils ont été confisqués, ainsi que deux autres vélos, qui ont été rapporté par la police comme volés dans le passé. Une femme a dit aux flics qu’un des vélos avait son numéro sous son pause-pied et leur a offert une clef pour le démonter, mais ils n’ont pas pris la peine de le faire. En fait, beaucoup d’entre eux se sentaient idiots de faire ce qu’ils faisaient.

          Une une des personnes avec la caravane a commenté : « Il est évident que l’histoire des vélos ait juste été un prétexte pour obtenir nos noms et peut-être pour nous retarder ou même nous empêcher d’installer le camp. »

          de.indymedia.org/2007/05/179446.shtml


        • lvago lvago 31 mai 2007 18:00

          (pour ce commentaire et le suivant)

          Rassurant et consternant à la fois. Sans parler des vélos.


        • indianagrenoble indianagrenoble 31 mai 2007 20:41

          Oh putainnnnnnnnnnnnnnnn !

          Je suis impresionné par ce que je viens de lire...

          J’étais accroché à chacun de ces mots... (merci au passage)

          Là le média 2.0 prend toute son ampleur ! Et c’est le pied !

          On s’y croierait !

          PAs besoin de télévision et ses (dés)informations manipulantes desservant des intérets communs une pseudo stabilité politique et économique....

          Les médias à 20 h nous servent toujours la même merde - le chaud le froid - entre deux on te fait bouffer de la pub...

          Merci le G8 et ses géants !

          A l’heure de CALL CONFERENCES (entendre conférence commune vocale) - une réunion de 8 pinguoins autour d’une table - justifie-t-elle, à l’heure du netmeeting ou du skype (et il existe bcp mieux pour les solutions profressionnelles), que nos chers dirigeants dépensent nos millions d’euros pour leur petite sauterie ????!!!

          J’aimerai bien savoir combien ça va couter aux Européens encore cette connerie - tout ça pour quoi ?!

          Je vous le demande !

          Si qqun a des infos là dessus je suis preneur !

          Qu’on parle d’écologie et de solutions durables pour notre avenir à tous je veux bien - mais qu’en est-il vraiment et celà justifie-t-il que l’on foute un pareil bordel ?!

          Mais comment peuvent-ils encore continuer leur inespies avec tout ce Monde derrière leurs basques ?

          Je suis triste ce soir.

          Triste de voir que 54 % de notre populo français ne voiit pas plus loin que le bout de son nez...

          Triste qu’autant de gens ne prennent pas le temps d’écouter les autres...

          Sommes-nous tous devenus sourds ?!

          Au moins ils (le grands du G8) auront réussi une chose : diviser et isoler les gens chacun dans leur foyer - hypnotisés par télé et les conneries qu’on leur donne gentillement à bouffer et voir !

          Je suis triste ce soir !

          Alexandre


          • Eric De Ruest Eric De Ruest 31 mai 2007 23:23

            La barrière dressée autour de leur hôtel ***** coute 12.000.000 d’euro...

            Mais il n’y a pas de fric à gaspiller avec ces foutus chômeurs et ces faignants d’enseignants !

             smiley


            • ExSam 1er juin 2007 09:27

              La barrière à 80 000 000F, ça fait cher du barreau. Faut dire qu’elle retient quand même 6 milliard de personnes. smiley


            • ExSam 1er juin 2007 09:25

              Ton dessin a livré l’essentiel : les maîtres du monde s’entendent pour laisser la démocratie à la porte.

              Cependant, y manque un petit angle, un petit insolite, un petit miroir grossissant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires