• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > Grippe aviaire : qui est le pigeon de la farce ?

Grippe aviaire : qui est le pigeon de la farce ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • cousin (---.---.34.171) 23 février 2006 05:26

    L’hystérie collective de la grippe aviaire est en train de prendre de l’ampleur en ce début 2006. Les médias télévisuels s’en donnent à coeur joie ! Jettant à tout va de l’huile sur le feu. Et comme par hasard, les pigeons sont de nouveau mentionnés comme vecteurs dangereux de la maladie. Nos chaînes de télévision publiques quand elles diffusent un reportage sur le sujet montrent souvent des colonies de pigeons, etc. Les ennemies du pigeon des villes ne voudraient-ils pas profiter de l’occasion pour exterminer les pigeons ? Les campagnes d’éradication étant très impopulaires. Or le pigeon domestique est une espèce d’oiseaux réfractaire à la grippe aviaire, d’autres espèces étant bien plus aptes à propager l’épidémie... Alors pourquoi cette focalisation ?

    première idée fausse :

    En cette période de psychose collective, où tout oiseau est un ennemi potentiel, une force obscure messagère de la mort, certains commencent à dire que les pigeons des villes sont dangereux et qu’il faudrait les exterminer.

    Mais c’est une idiotie d’un point de vue écologique et épidémiologique. Raisonnons par l’absurde, supposons qu’on arrive à tuer 90 % des pigeons des villes en utilisant de gros moyens, que vas-t-il en résulter ? L’abondance de nourriture et des dortoirs appropriés expliquent l’adaptation des pigeons à nos agglomérations, c’est une niche écologique. Si ces oiseaux disparaissent et bien une ou plusieurs autres espèces viendront occuper cette niche écologique. C’est sûr à 100 %, une loi de la nature. Le pigeon de ville est une des espèces d’oiseaux les plus résistantes à la peste aviaire. Et il est très probable que l’espèce qui le remplacera sera bien plus sensible.

    Donc il en résulte que massacrer en masse les pigeons des villes fait courir un risque sanitaire à la population et aux autres animaux. C’est un non sens.

    deuxième idée fausse :

    L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a recommandé mardi 21/02/2006 « de faire respecter l’interdiction de nourrir les pigeons et les oiseaux dans les parcs et espaces publics » et de surveiller la mortalité des oiseaux dans ces parcs. L’AFSSA avait été saisie par les ministères de la Santé et de l’Agriculture qui lui avaient demandé d’évaluer le risque sanitaire représenté par les pigeons, canards ou cygnes détenus ou présents dans les jardins publics, au regard de la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire.

    C’est là encore débile et un non sens. En effet beaucoup d’oiseaux communs des villes comme les moineaux, les pigeons, les corneilles, les merles, etc. ont un bon état sanitaire grâce aux riverains qui les nourrissent occasionnellement (surtout en période hivernale). Le fait de ne plus les aider à survivre en leur distribuant un complément alimentaire, d’une façon soudaine, va les stresser et les affaiblir. Ils deviendront donc plus faibles, leur système immunitaire en baisse et ils seront plus sensibles aux virus de la peste aviaire apportés par les oiseaux migrateurs. Cette recommandation, imbécile, fait donc courir un risque sanitaire supplémentaire à la population.

    Mais la raison peut-elle s’imposer dans ce flot médiatique psychotique au parfum de peur de la mort ?

    source : http://cousin.pascal1.free.fr/grippe_aviaire.html


    • (---.---.45.43) 25 février 2006 12:42

      mon dieu que va t’il nous arrivé. messieur les hommes politiques et messieurs les savants priez pour nous. pour les premiers endormé-nous et faites passer vos lois stupides pour les seconds prenez l’argent que les politiques vous donnent pour nous faire peur


      • Fred (---.---.229.86) 2 mars 2006 21:37

        Méfions-nous des pseudo-savants au ton aussi péremptoire que rassurant. VOir le lien : http://www.paris14.info/archive/2006/02/24/grippe-aviaire-pigeon-h5n1-pigeonnier-75014-paris.html Même sans les éradiquer, le contrôle des populations de pigeons de ville me semble nécessaire tant leur seule présence devient exaspérante par leur nombre dans certaines villes. La mise en place de pigeonniers avec contrôle des naissances et de l’état sanitaire est une bonne solution plutôt que de les laisser fienter à gogo en se concentrant dans les lieux où des groupes très nombreux décident d’élire domicile. Dans ma cour intérieure de 10m carrés, à Strasbourg, des kilos (oui !) de fiente doivent être ramassées toutes les semaines.


        • (---.---.184.101) 4 mars 2006 15:48

          • Jo Benchetrit (---.---.177.41) 12 mars 2006 08:20

            Félicitations à Monsieur Cousin. je n’aurais pas dit mieux !!! De plus, tuer les oiseaux revient à éliminer les prédateurs de moustiques et le chikungunya peut être un réel danger. Il a déjà fait une centaine de morts à la Réunion, sur 400.000 personnes en 4 mois, alors que la grippe aviaire a fait chez les hommes 70 morts en 10 ans de H5N1 sur 4 milliards d’hommes chez qui le virus est passé. et quand elle mutera, c’est de l’autre homme qu’il faudra se méfier, pas des animaux !!! Car le danger c’est le manque d’hygiène des gens et...ne l’oublions pas les élevages qui, violant les règles de la nature...sont le réservoir de toutes les pandémies grippales,mais aussi de l’ESB, le SRAS etc. Une seule solution pour en finir avec les pandémies : arrêter les élevages.


            • Jo Benchetrit (---.---.177.41) 12 mars 2006 08:26

              Pour Fred : OUI aux pigeonniers contraceptifs. Ecrire à la mairie de paris pour appuyer les demandes des maires d’arrondissment mais aussi à ceux ci. Vive les graines et pigeonniers contraceptifs. Mais ce n’est pas faussement rassurant, ce que dit Cousin. C’est la verité scientifiquement prouvé. Allez voir là : http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/article-1988935.html


            • Serge (---.---.75.33) 15 avril 2006 14:06

              Hello, L’arrivée du printemps et le CPE nous détournent du sujet de la grippe aviaire.

              Pour autant l’OMS reste vigilante. Nous sommes toujours en phase 3 de l’alerte, le stade pré-pandémique.

              On aurait tort de prendre à la légère le phénomène d’autant que la période d’incubation peut nous révéler, plus tard, une très désagréable surprise.

              Pensons aux vacances pendant que le virus prends des forces. Son objectif est de vivre, par tous les moyens, y compris à nos dépends.

              Les vaccins « trouvés » pour l’homme sont complétement bidons car on ne sait pas encore à quoi va ressembler le futur virus. L’industrie pharma a pour habitude louable d’étudier de nombreuses années un virus avant d’en faire un vaccin, c’est à dire un virus sans danger inoculable.

              Ici, nous avons affaire à de la manipulation digne de l’apprenti sorcier en introduisant un virus dont on sait finalement peu de choses.

              Dans le cas présent, nous n’avons aucun recul puisque ce virus mutant n’existe pas encore.

              Un site plutôt bien renseigné auprès de l’OMS, de l’AFSSA ainsi que d’autres sources fiables et officielles nous instruit sur les risques de la pandémie de grippe aviaire : http://www.grippe-aviaire-infos.com

              Serge

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires