• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > Journée internationale pour le droit à l’avortement :

Journée internationale pour le droit à l’avortement :

Dans plus de deux tiers des pays, le droit à l’avortement est fortement limité. Dans plus de la moitié de la planète (la quasi totalité de l’Afrique, de l’Amérique du Sud, du Moyen Orient et de l’Asie du Sud), l’avortement est soit strictement illégal, soit fortement restreint, avec quelques exceptions en cas de viol, maladies mentales ou risques vitaux. Ce sont 55 pays qui autorisent les femmes à avorter librement en 2019.
Les anti-avortement se soucient-ils vraiment de la vie des potentiels enfants qui viendraient au monde sans que leurs parents l’aient souhaité, ou pire, suite à une union non consentie, un viol ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 30 septembre 08:59

    Les anti-avortement sont souvent pro GPA PMA.
    Tout est lié.


    • Abolab 1er octobre 18:04

      L’avortement après quatre semaines n’est plus de l’avortement, c’est se débarrasser d’un enfant déjà existant, déjà formé et en développement dans le ventre de sa mère.

      Il ne faut pas confondre avortement avec IVG (interruption volontaire de grossesse) ou IMG (interruption médicale de grossesse). 

      L’IVG après quatre semaines est clairement immoral. L’IMG quant à elle empêche la naissance d’un enfant qui souffrira potentiellement d’une grave maladie.

      L’IMG, le plus tôt possible, et l’IVG avant quatre semaines sont de l’avortement permettant de protéger l’enfant à venir face à des risque identifiés.

      Mais l’IVG après quatre semaines est un acte de confort qui résulte en la mise à mort d’un enfant déjà existant et dont on veut se débarrasser.

      L’IVG est la première cause de mortalité en France, loin devant les cancers et les maladies cardiaques : un nouvel enfant sur trois est mis à mort par IVG en France en 2018.


      • Désintox Désintox 1er octobre 23:43

        @Abolab
        La fécondation ayant lieu vers le milieu de cycle menstruel, quand une femme constate qu’elle n’a pas ses règles, il s’est déjà passé 2 semaines.
        Ajoutons 1 semaine pour qu’elle gamberge un peu en se demandant si c’est un simple retard, et nous voilà à 3.
        Le temps de faire un test de grossesse et d’avoir le résultat, on est presque à 4.

        Conclusion : l’IVG avant 4 semaines est une impossibilité pratique. Vous voulez donc l’interdiction de l’IVG, ce qui signifierait le retour des avortements clandestins extrêmement dangereux.

        Vissez vous ça dans le crâne, Abolab : ce sont les femmes qui choisissent d’enfanter ou non. Le moyen âge, c’est fini !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès