• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > L’UDF joue sa dernière carte

L’UDF joue sa dernière carte

A l’issue du premier tour, l’élection finale de Nicolas Sarkozy semblait évidente, ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’écart le séparant de sa rivale socialiste ne serait que de deux points. Nicolas Sarkozy a invité les centristes à « ne pas se renier ». Ségolène Royal s’est quant à elle dite prête à nommer des ministres UDF au gouvernement. La bataille du centre ne fait que commencer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 27 avril 2007 09:53

    Le débat Royal-Bayrou a connu, hier, divers rebondissements. Après avoir été envisagé dans le cadre d’une rencontre avec la presse régionale, ce débat est annulé. Le président de l’APQR se défend d’avoir agi sous la pression de M. Sarkozy, mais il a rencontré ce dernier et dirige Nice-Matin, un quotidien qui appartient à M. Lagardère, ami intime de M. Sarkozy. Dès lors, Canal + fait des offres de service. Accepté par Mme Royal et M. Bayrou, le débat est prévu samedi matin sur Canal. Coup de théâtre peu avant 20 heures : la chaîne de télévision renonce, à la demande du CSA, alors que tout était bouclé. Rappel : le CSA est structurellement composé, comme le Conseil constitutionnel ou la Cour des comptes, d’une écrasante majorité de personnalités de droite acquises à M. Sarkozy. A l’évidence, M. Sarkozy et ses amis ont cette fois franchi, et de manière irrémédiable, la ligne jaune. On connaissait l’interventionnisme de Nicolas Sarkozy auprès des médias, soit directement, soit indirectement par l’intermédiaire de ses amis patrons de presse ou de télévision Lagardère, Bouygues ou Dassault, mais jamais encore il n’avait interféré avec un évènement aussi important qu’une campagne présidentielle. Ce matin, François Bayrou a violemment dénoncé sur RTL la collusion des puissances financières et médiatiques avec l’Etat UMP de M. Sarkozy qui entend verrouiller l’information à son profit. Je suis d’accord avec lui et, au moment où le sulfureux Silvio Berlusconi vient officiellement d’apporter son soutien au candidat de l’UMP en qui il se reconnaît, cela ne laisse rien augurer de bon pour les libertés dans notre pays. La presse muselée, la démocratie sera en réel danger. Il importera de ne pas oublier cette grave menace le 6 mai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires