• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > La garde à vue en question

La garde à vue en question

’, $(’.barre_inserer’)[0]) ;" title="Double-cliquez pour insérer ce raccourci dans le texte" style="TEXT-ALIGN : center"> 
 
 
Le fait divers récent et largement médiatisé d’une mineure de 14 ans placée en garde à vue
fait subitement prendre conscience qu’il existe en France des mesures privatives de liberté dès lors qu’on fait l’objet d’une plainte.N’importe qui peut se retrouver subitement dans les cachots de la République ,généralement dans des sous-sols, pour des faits qui n’ont pas forcément été commis. D’entrée de jeu la présomption d’innocence est largement bafouée:c’est qu’il s’agit de protéger avant tout "le faible".
En aucun cas on ne peut se retrouver en Garde à vue pour un fait contraventionnel,comme cela a été dit dans les médias,pour un feu rouge de grillé par exemple.On peut tout au plus faire l’objet d’une mesure coercitive de conduite en chambre de dégrisement lorsqu’on est totalement ivre dans la rue :ça dure généralement 6 heures,après consultation d’un médecin.C’est vrai que ça peut ressembler à une Garde à vue mais ça n’en est pas...
Fortement règlementée la Garde à vue n’est pas décidée par le Policier qui vous arrête mais par un "Officier de Police Judiciaire" en contact avec le magistrat de permanence.Beaucoup de procédures sont réglées par une libération immédiate avec convocation,notamment lorsque les faits sont reconnus et qu’il n’y a pas de danger pour les victimes. Les faits les plus graves ou ceux nécessitant des investigations font l’objet de cette mesure de rétention normalement d’une durée maximale de 24 heures.
En règle générale,si vous vous comportez correctement avec les policiers qui vous gardent pendant cette mesure,il n’ y aucune raison que cela se passe mal.La règle d’or est de prendre son mal en patience,sans créer de problèmes,car vous êtes rarement seul.
Dans un premier temps,des droits sont notifiés notamment ceux de faire prévenir une personne de son choix (famille,employeur) ,de faire appel à un avocat ou de consulter un médecin.
Ces droits sont différés lorsque la personne est fortement alcoolisée et n’est pas en état de comprendre ce qu’on lui dit.Un étranger sera toujours assisté d’un interprète.Ces droits sont renforcés lorsque la personne est mineure.
Il existe des mineurs de 13 ans mesurant 1,80m qui volent des voitures et se rebellent contre les Policiers:le terme "mineur" devrait toujours être apprécié au cas par cas,en fonction de la personnalité. N’oublions pas que dans les affaires de violences il y a avant tout des victimes qui peuvent être terrorisées. Si la garde à vue se généralise pour des mineurs c’est que les violences qu’ils peuvent commettre sont de plus en plus lourdes : tous ne sont pas comme nos "chers petits".
Ce qui est inquiétant,à mon sens,c’est la montée de la violence chez les jeunes:mais il s’agit d’un autre débat....
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Gourmet 15 février 2010 13:47

    Ouais c’est sûr, la fillette de 14 ans présentait un risque certain pour ... quelles victimes au fait ?
    De même l’entrepreneur sexagénaire qui a porté plainte (réclamant 1 million d’euros pour marquer le coup) suite à une arrestation honteuse en août 2008 en pleine pharmacie de son épouse (arrêtée elle aussi tant qu’à faire, merci pour la clientèle au passage), devait sûrement présenter un risque certain ... pour quelle victime au fait ? La police elle-même ?
    Rappel des faits : un home d’une cinquantaine d’années traverse la rue en dehors des passages protégés à 23h dans un quartier désert. Pas si désert que cela car une voiture de flics veillait : interpellation. Un témoin, l’entrepreneur en question, tente de rendre raison aux flics.
    Mal lui en pris, il fût arrêté le lendemain alors qu’il rendait visite à son épouse, pharmacienne.

    Qui représentait un risque pour qui dans cette histoire ?
    Alors, je veux bien que le ton ait monté, ce qui a permis aux flics de justifier l’arrestation pour outrages à agents, perturbations (le cas de l’épouse) mais qui a cherché qui dans cette histoire ?

    Si, des fins de culture du chiffre, et j’insiste LA-DESSUS, les policiers en viennent à perturber le public en espérant quelques cas, inévitables, de rébellions ici et là afin de coffrer plus facilement, je n’appelle plus cela des gardiens de l’ordre public mais des fouteurs de merde.
    Et, à ce titre, ils ne valent pas mieux que ceux qu’ils sont censés, justement, arrêtés pour de véritables raisons de perturbations REPETEES de l’ordre public.

    Mais, comme d’habitude, il est toujours plus raisonnable et gratifiant d’arrêter des gens avec lesquels vous ne risquez rien physiquement parlant que d’aller chasser la racaille au fond des cités !

    db


    • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 16 février 2010 12:03

      @ l’auteur
       
      L’affaire de cette adolescente est entre les mains de l’IGS attendons les conclusions.

      Primo les GAV ne sont plus à l’iniative d’un OPJ mais tout simplement par un APJ soit un simple gardien de la paix. Là où le bât blesse, c’est que le parquet (350 parquetiers pour la totalité du territoire national) ne prend pas le temps de l’examen du délit et de la peine encourue faute de temps.
      Pour les « faits contraventionnels » même sans rebellion, infraction au code de la route, ivresse, feu rouge, papiers du véhicule suspects suite à contrôle, il y a GAV ; entre 200 000 et 300 000 l’année dernière chiffres du M.I et du M.J pour ce qui est de la voie publique.
      La GAV ( 24 heures à 96 heures) est une nécessité dés lors qu’il y a une enquète indispensable à la manifestation de la vérité mais quand les faits sont établis et sans impact à l’ordre public, une simple convocation devrait être la règle.
      La GAV ne mettra pas fin à la violence des mineurs ou majeurs sauf à abonder les statistiques et la culture du chiffre.
      Il en est de même des radars routiers, ils diminuent la vitesse ponctuellement mais d’aucune façon la violence routière. 
      C’est tout le système social, moral et économique qui est malade et violent et ce sont les causes qu’il faut rechercher et éliminer ; cela atténuerai toutes ces dérives comportementales.
       
       


      • Ouallonsnous ? 16 février 2010 13:20

        A l’auteur, vous êtes un doux naïf, pensez vous vraiment que les pratiques de la Police sont telles que vous les décrivez dans votre article ?

        La police dite nationale ou municipale n’est plus garante de l’ordre public et défensure des citoyens et de leurs droits, elle est terroriste contre la population pour le compte du sakozysme, il serait temps pour vous de prendre conscience !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Bartik

Bartik
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires