• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > La presse attaquée ...

La presse attaquée ...

La presse est "garante de cette chose si fragile qu'est la démocratie" ...

Après les menaces à BFM, ce drame vient s'ajouter à une série qui s'allonge presque de jour en jour qui témoigne de la crise morale d'un pays où certains se croient autorisés à faire fi des principes de la vie en société, de la République et de la démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Scual 19 novembre 2013 11:31

    Je me joins à la dénonciation de la violence.

    Cela dit je ne défends pas la Presse.

    Je soutiens les personnes victimes de la violence.

    Je soutiens les journalistes et photographes qui sont victimes de ce genre d’attaques.

    Je soutiens aussi les victimes innocentes des bombardements, en Libye ou ailleurs, provoqués par la Presse. Les dizaines de milliers d’enfants déchiquetés entre autres au seul et unique motif des mensonges de la Presse.

    La Presse ne mérite certainement plus d’être défendue contre quoi que ce soit. Seules les victimes directes de la violence le méritent. Espérons que ça ouvrira les yeux de la Presse sur ce que sont réellement les crimes qu’ils soutiennent et font commettre, car ils sont directement responsables de centaines de milliers de fois ce qu’ils viennent de subir.

    En attendant que les journalistes soient libérés du joug dictatorial et totalitaire de la Presse, et que l’information redevienne libre, nous ne pouvons que soutenir toutes les victimes... mais pas la Presse qui est bien plus responsable que victime de presque tout les problèmes de notre pays ou que notre pays cause un peu partout dans le monde.

    La violence est la dernière des solutions. Peut-être bien que cette attaque n’est pas politique ou même vengeresse mais simplement le fruit d’un déséquilibré... mais si la Presse croit qu’elle échappera longtemps à la colère du peuple, elle se met le doigt dans l’œil. Elle n’échappera à cette colère que si elle recommence à faire son travail plutôt que de faire l’inverse, sinon elle attisera la colère de TOUS et immanquablement la haine puis la violence de certaines de ses victimes.

    Libérons l’information du joug de la Presse ploutocratique, sauvons la démocratie.


    • Béotien 19 novembre 2013 12:43

      « La presse attaquée » Quel cri d’alarme, et quelle belle couv’ !

      Comme Scual, je suis infiniment choqué qu’un déséquilibré puisse s’attaquer à un innocent. La violence et la vanité de celle-ci me remplissent à chaque fois de honte d’appartenir à une telle société. Que l’innocent soit à Libé ou pas ne change rien à l’affaire. Il s’agit de l’acte d’un malade qui pourrait tout aussi bien s’en prendre à d’autres symboles réels ou supposés : les mouvements syndicaux, les courtiers de bourse ou les vendeurs de choucroute au détail...

      Alors « Garante de la démocratie » la Presse ? La démocratie est-elle en danger parce qu’un dingue tire à tout va ? Soyons sérieux : ce qui menace la démocratie, c’est la symbiose de plus en plus prononcée entre les médias dominants et la politique, c’est le « bashing » qui se substitue à l’information, ce sont les « snipers » (quel terme révélateur...) des talk-shows qui remplacent les analystes... bref, cette violence verbale qui ne demande qu’à dégénérer en violence physique.

      OUI au journalisme d’investigation qui fait tomber un Cahuzac ou un Woerth, bien préservés par les médias conventionnels, OUI aux correspondants de guerre de RFI qui risquent leur vie pour nous ramener une information, NON aux souris de couloirs ministériels qui tentent de nous convaincre qu’une petite phrase, c’est de l’information, NON à la presse poubelle qui stigmatise, qu’elle soit rouge ou noire !


    • CHRISTIAN LARIVIERE CHRISTIAN LARIVIERE 19 novembre 2013 13:44

      J’adhère complètement à votre analyse.


      • CHRISTIAN LARIVIERE CHRISTIAN LARIVIERE 19 novembre 2013 13:47

        Le simple chroniqueur-dessineux que je suis ne peut que se conforter de votre analyse « des journalistes »

        "OUI au journalisme d’investigation qui fait tomber un Cahuzac ou un Woerth, bien préservés par les médias conventionnels, OUI aux correspondants de guerre de RFI qui risquent leur vie pour nous ramener une information, NON aux souris de couloirs ministériels qui tentent de nous convaincre qu’une petite phrase, c’est de l’information"

        Merci,
        Christian


        • pergolese 19 novembre 2013 16:20

          Je suis désolé mais affirmer que la presse est garante de la démocratie, c’est se « foutre du monde ». C’est lui faire trop d’honneur.

          Comme du reste d’ailleurs : la prétendue crise morale etc qui n’existe d’ailleurs que chez certains « bien-pensants » qui commencent franchement « à nous les briser menu ».


          • christian pène 19 novembre 2013 16:51

            en 1975 Libération était pédophile ; vers 2002, Libération était antisémite (démêlés avec le CRIF) ; en 2013 Libération est xénophobe anti-Romanichels. quoique subventionnée avec nos sous sans nous le faire savoir : le régime sournois a honte de ses exactions d’argent DU public....

            La presse attaquée , ce fut du temps de De Gaulle , l’hebdomadaire AUX ÉCOUTES sous le coup d’une formidable amende....

            L’HUMANITÉ est subventionnée , se meurt quand même sans avoir été attaquée , cette « presse d’opinion » a pour opinion le mensonge prescrit par Lénine : « il faut celer la vérité ».....

            Valls veut faire disparaître MINUTE parce que la vérité est intolérable : la Taubira manie la provoc’ : son laxisme envers les voyous dont son fils , et le mariage homosexuel , d’incommensurable stupidité de la part de l’indépendantiste guyanaise qu’elle est , territoire non viable dont AUCUN des indigènes n’a produit la moindre technologie.....en outre les Guyanais de souche sont désormais minoritaires...

            Quand on est intelligent on désarme la critique.on ne la provoque pas.

            Les Français ont appprécié Senghor et Houphouët Boigny, puis maintenant Mandela le sage heureusement converti , tous les 3 de couleur.....

            On méprise ceux qui sont méprisables , on respecte ceux qui sont estimables......c’est tout.La Taubira n’a que ce qu’elle mérite , elle n’a pas sa place en tant qu’indépendantiste dans le gouvernement de la République dont elle veut détacher la Guyane......c’est une faite de Hollande , et le PS ne l’a pas mis en garde.....


            • Béotien 19 novembre 2013 17:55

              Je n’apprécie pas le dogmatisme de Madame Taubira, ni effectivement sa duplicité, mais ce n’est ni le propos de ce débat, ni une raison pour ne pas la traiter d’égal à égal.


            • francesca2 francesca2 19 novembre 2013 18:12

              Dans « les patrons de la presse nationale, tous mauvais » Jean Stern rappelle qu’aux débuts des années 2000 alors que Marianne était au bord du dépot de bilan, Bernard-Henry Lévy organise un déjeuner entre Maurice Szafran, directeur du journal, et Martin Bouygues et François Pinault.


              Si le premier ne peut pas assister au repas, lui comme le second prêtent chacun 5 millions d’euros à l’hebdomadaire « avec comme clause de n’être remboursé que si Marianne s’en sort : sinon, les deux milliardaires abandonneront leur créance ». Tout en expliquant que « Marianne garde le silence sur ce discret coup de pouce », Jean Stern note que « le journal n’a jamais publié d’enquête critique sur l’empire Pinault et, pour ne pas se faire instrumentaliser, il n’a pas réalisé non plus d’enquête critique sur l’empire Arnault ». Marianne, « l’hebdomadaire de la différence »… ou pas !

              Dans l’idéal, la presse est garante de la démocratie, dans le réel, entre les histoires d’argent et la proximité entre jounalistes et homme politiques, ce n’est plus vraiment le cas.

              • Anne Lys 20 novembre 2013 22:43

                Si la presse est loin d’être irréprochable, et peut être pas non plus un 4ème pouvoir comme aiment à la qualifier certains théoriciens en la matière, il n’en demeure pas moins qu’elle est effectivement un fondement voire un pilier de la démocratie. Depuis 1870 nous bénéficions de la liberté de la presse et je pense que l’on devrait s’en réjouir. Bien des pays dans le monde n’ont pas cette chance et faute d’avoir exprimé une opinion publiquement, des individus sont condamnés à des peines de prison.. voire de mort. Triste épisode que celui dont vous parlez ici. J’espère que nous pourrons retrouver cet homme afin de comprendre ce qui lui est passé par la tête pour agir de manière aussi infâme. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires