• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > Les filles et fils de butte … Mobilisation contre le Grand Lyon et (...)

Les filles et fils de butte … Mobilisation contre le Grand Lyon et OL-land de AULAS

OL Land est un projet de stade de football version XXL, "LE STADE DES LUMIERES", en vue de "l'EURO 2016"…

Complexe immobilier, galerie marchande et hôtels de luxe… 120 ha de nature sacrifiée !Jean-Michel Aulas, PDG du Groupe OLYMPIQUE LYONNAIS, et Gérard Collomb, président de la communauté urbaine du Grand Lyon voient grand, très grand ! Rêve mégalomane ? Pure stratégie financière ?

Loin d’accepter la première proposition du Grand Lyon pour des terres déjà urbanisées, M. Aulas a fait pression pour construire son stade sur des terres agricoles, bien moins chères !
Le Grand Lyon exproprie trente paysans à moins d’1€/m², puis revend ces terrains à la société foncière de l'OL à 45€/m². Terrains, qui, demain, passeront en constructible et atteindront une valeur de plus de 300€/m² !
120 hectares de terres agricoles péri-urbaines bétonnées par Vinci (encore lui).

A Décines, banlieue-est lyonnaise, commune du Grand Lyon, où les travaux de construction du GRAND STADE ont commencé sur le site de Montout, pour une livraison à l'été 2015, la mobilisation contre le projet ne faiblit pas, menée par un collectif appelé "Les Gones pour Gerland". Une trentaine d’associations de l’Est lyonnais, dont "CARTON ROUGE" livrent des batailles chacune avec un angle d’attaque propre à son objet : dénonciation du financement public de projets d’intérêts privés, défense du cadre de vie des habitants, protection de l’environnement, etc. L’objectif commun immédiat étant de faire retarder le chantier pour que le stade ne puisse être livré à temps pour l’Euro 2016. Et ceci, principalement aux moyens de près de 30 recours juridiques dont ceux portés par l’avocat et conseiller régional Etienne Tête en charge de la défense des agriculteurs expropriés. 
Comme sur la ZAD* de Notre-Dame, contre le TAV/TIG, d'autres opposants, : "LES ENFANTS DE LA BUTTE" occupent pacifiquement le site. Un "village de résistance", campement appelé "Décines ta résistance" regroupe des militants de diverses tendances depuis avril 2012. Ils proposent de réfléchir sur les enjeux de l’agriculture périurbaine lyonnaise avec les responsables politiques du Grand Lyon, et proposer une alternative contre le bétonnage outrancier.
"L'agriculture se meurt : nous assistons à une destruction silencieuse du potentiel agronomique de la France ; et nous nous éloignons chaque jour un peu plus d'une auto-suffisance alimentaire de qualité. Les aliments de base, nécessaires à la vie, parcourent des milliers de kilomètres avant d'arriver dans nos assiettes ; ils sont modifiés, pestiférés, à l'heure de la "malbouffe" ; et sont produits dans des conditions désastreuses, tant au niveau social qu'environnemental. Cancers, maladies diverses, épuisement des sols et des ressources en eau, changement climatique : les impacts nuisibles de cette agriculture productiviste sont de plus en plus visibles." nous déclare un des occupants.
Jusqu'au 30 avril, ils proposent conférences et débats, mais aussi des ateliers acrobaties et jonglerie et … invitent tous les clowns de France à venir se joindre aux festivités organisées … Clowns certes mais pas fantaisistes !

*ZAD : Zone à défendre

Christian


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • papaye 25 avril 2013 15:16

    C’est là qu’on voit les ravages de la désinformation...

    1) aucun paysan exproprié sur le site du grand stade en lui même. Les expropriations ne concernent que les accès du grand stade (au niveau de l’échangeur Sud et surtout au niveau de la voie d’accès en site propre depuis eurexpo).
    Ca fait une belle jambe aux expropriés, m’enfin ils pourront toujours se dire que leurs terrains restera à la communauté et ne sera pas l’objet de spéculation.
    A noter que ces accès, s’ils sont construits pour le grand stade, l’auraient sans doute été pour tout autre aménagement de la zone du grand Montout. (la voie site propre par exemple, reprend le tracé de la Ly6, approximativement. Avec en plus une emprise certainement plus faible en largeur)

    2) la plus grande partie des terrains acquis par l’OL provient du Grand Lyon. Le GL ne les a pas acquis à moins d’un €/m², mais au prix du marché, puisqu’ils l’ont été par droit de préemption (c’est à dire que le GL s’est aligné sur le prix convenu entre le vendeur et l’acheteur), soit par achat classique (c’est à dire au prix où le vendeur a bien voulu vendre). Pour info, c’était généralement entre 8 et 15€/m², et les achats se sont déroulés depuis les années 80 jusqu’à il y a quelques années.
    Ces 35ha sont vendus non pas à 45€ mais à 40 (aux dernières nouvelles). Charge à l’OL de terrasser, viabiliser et même dérouter une conduite de gaz qui passe sur le site. Prix fixé par France domaines. Une rapide comparaison avec les prix de vente pratiqués par le grand lyon pour les entreprises qui veulent s’implanter en zone périphérique de Lyon n’indique rien de scandaleux. On est même dans la fourchette haute.

    3) pour la dizaine d’hectares achetée par l’OL à d’autres propriétaires, on est certainement au-dessus du tarif de 40€/m², la loi de l’offre et de la demande jouant, les vendeurs ont le beau rôle.

    4) concernant l’éventuelle revente « à 300€/m² » : c’est tout bonnement impossible. On est en train de comparer des torchons et des serviettes. 300€ du m² c’est le prix pour un terrain viabilisé destiné à de l’habitat. C’est loin d’être le cas. Des garde-fous existent (et c’est heureux) afin d’empêcher ce genre de spéculation.
    En l’occurrence le PLU (plan local d’urbanisme) indique que sur le site ne peuvent être construits qu’un stade et ses annexes qui doivent avoir un lien avec le stade. Impossible de construire des logements (à part la maison du gardien du stade et des hotels), ou impossible de construire un centre commercial par exemple... de plus ces fameuses annexes sont limitées en surface. 90% de la surface est en effet limitée à un coefficient d’emprise des sols de 0.1 (0.3 pour les zones pavillonnaires, et encore plus pour les zones d’habitations plus « denses »).
    En gros la majeure partie est invendable avec profit, seul la partie réservée au 2 hôtels pourrait l’être, mais ça correspond à une très petite zone proportionnellement parlant.

    5) dernier point qui m’agace, c’est ça : "L’objectif commun immédiat étant de faire retarder le chantier pour que le stade ne puisse être livré à temps pour l’Euro 2016. Et ceci, principalement aux moyens de près de 30 recours juridiques« .
    J’accepte qu’on ne puisse pas être d’accord avec ce projet pour des raisons environnementales, des raisons de confort personnel, parce qu’on souhaite voir les deniers publics utilisés autrement etc etc. J’ai en revanche beaucoup plus de mal avec cette vision : »on sait que ça va se faire, mais on fait tout pour emmerder le monde".
    Encombrer les tribunaux (ils ont bien besoin de ça tiens...), gaspiller l’argent public (30 recours, je sais pas combien de temps de juges, greffiers etc etc ça représente, mais je serais pas étonné que ça se chiffre en centaines de millers d’euros), sans compter que tout retard dans les travaux c’est autant de rentrées d’argent perdues en taxe par ex. Un comble quand on se dit soucieux de l’argent public.

    Voilà. Désolé pour le pavé. Vous aurez compris aue je suis un défenseur de ce projet et à ce compte là assez peu objectif, mais j’ai essayé de donner des éléments les plus factuels possibles.

    Papaye

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires