• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Dessin du jour > Notre mauvaise alimentation pourrait affecter la santé de nos (...)

Notre mauvaise alimentation pourrait affecter la santé de nos arrière-petits-enfants !

Selon une étude américaine publiée dans la revue American Journal of Physiology, les excès de sucres et de graisses pourraient affecter jusque la santé de nos arrière-petits-enfants.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 4 avril 10:39

    C I R C O N S P E C T I O N 

     

    Nan nan, on est d’accord sur le principe.

    Mais pas sur les ’ détails ’ de cette ’ étude ’.

    Quand une étude en provenance des states tend à démontrer que la malbouffe est nocive, il est légitime de la signaler.

    Sauf que la seule réelle incidence est culturelle.

    Parce que bouffer du macdo ne ’ modifie ’ pas ( encore ? ) l’ ADN.

    Faudrait... quelques dizaines de milliers d’années, pour que à l’instar des populations ayant vécu en autarcie culturelle et génétique, les effets de la malbouffe réussissent à altérer l’ ADN.


    • Paul Leleu 7 avril 23:35

      @seul le contenu compte...

      il me semble que l’alcoolisme atavique dans certaines campagnes a un effet sur les enfants... au-delà de la consommation de la mère pendant la grossesse...

      il existe peut-être au niveau de l’alimentation et de la pollution, des moyens de transmission inter-générationels autre que l’ADN... par exmple, si les gamètes des parents sont influencés par la malbouffe...

      on dit qu’un enfant conçu par un père trop âgé, multiplie les risques de psychose pour l’enfant... parce-que les spermatozoïdes seraient influencés par le vieillissement de l’homme... ce faisant, il ne s’agit pas d’une modification du génome humain, mais simplement de transmissions à risque...

      on peut supposer qu’il s’agit de processus similaires concernant la malbouffe.


    • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 8 avril 15:32

      @Paul Leleu
       
      Et donc culturel...
       
      Mais je dois te féliciter.
      Tu es capable d’évoluer, finalement.
      Tu viens de le démontrer.
      Oui, bon, pour le moment, tu n’es pas encore capable de te défaire des digressions, ’ on-dits ’ et autres fariboles issus de 300 ans d’une culture incitant à ’ croire ’.
      Si si...
      À croire que l’alcool contenu dans 2 verres de vin ( un le midi et un le soir ) ne va pas altérer à la fois la physiologie ET ce que cette physiologie peut faire une fois altérée par l’alcool.

      Il te reste à finir d’apprendre à faire la part des choses de l’industrie qui te vend de quoi altérer ton discernement, ce qui te permet surtout de supporter l’insupportable.
       
      Encore félicitations.
       


    • arthes arthes 8 avril 15:44

      @seul le contenu compte...

      Par l epigenetique...Oui, on peut modifier son propre ADN, cela agit sur les gènes transmis à la deuxième générations, si par exemple on a manqué de nourriture ou vécu une période de stress intense, donc peut être la bouffe infâme peut modifier notre ADN, à voir....Je ne suis pas specialiste, mais ca peut tenir la route...


    • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 8 avril 17:45

      @arthes
       
      Excellent !
      Enfin !
       
      Ça ’ tient la route ’ effectivement, mais pas comme tu le penses.
       
      Nos organismes sont merveilleux.
      Ils s’adaptent à quasiment tout, tout le temps. 
       
      Je vais essayer de te faire comprendre la différence par l’exemple.
      Des insulaires ont développé, en moins de 4 générations, une immunité à une maladie qui tue plus d’1 million d’êtres humains chaque année, et pour laquelle il n’existe pas de vaccin.
       
      Non il ne s’agit pas du SIDA.
      Il s’agit du paludisme.

      Des centaines d’ individus sont nés IMMUNISÉS de parents affectés par le paludisme.
      Alors que 2 géniteurs non-immunisés ne sont pas ’ censés ’ pouvoir procréer un immunisé.
       
      Des études sont en cours, avec cartographies comparatives des ADN, parce que toutes ces évidences de mutations génétiques spontanées représentent des espoirs dont nous imaginons à peine les possibilités.
        
      Mais...
      Ben voui, j’ai écris ’ mais pas comme tu le penses ’.
      Du coup, tu dois avoir transposé au cas présent.

      Pour ceux qui peuvent avoir des difficultés à transposer :
      Si l’accumulation de malbouffe dans les organismes devait ’ influer ’ sur l’ ADN ( hors nano-particules et autres produits chimiques ( anti-vomitifs ? ) et radiations induites ( stérilisation par irradiation... ), nos organismes muteraient lentement au fil des générations pour ne plus assimiler que le nécessaire à leurs besoins.
       
      Le pire reste que ce genre de mutation ne changerait rien à la boulimie causée par d’autres variables toutes culturelles, du coup... pas gagné...


    • arthes arthes 8 avril 18:13

      @seul le contenu compte...

      OK, en fin de compte, sans attendre la énième génération pour constater les résultats, , le mal est culturel et donc immédiat et pandémique :.
      En Thaillande, je te dis pas le nombre d’obèses qui se profile de plus en plus, way of life téloch/ bouffe amerloke et coca, sur deux générations .


    • L'Astronome L’Astronome 6 avril 12:11

       

      « Les pères ont mangé des raisins verts, et ce sont les dents des enfants qui grincent » (La Bible)

       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès