• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

À l’abri

Dédé la Bricole.

C’est donc à la Possonnière que nous avons demandé refuge tandis que nos compatriotes du Loiret vivaient l’enfer de la crue et de ses conséquences. Comment se plaindre de l’arrêt de notre périple quand les amis sont en difficulté, que les routes sont coupées, que des biens sont perdus, que les écoles sont fermées ? Bien sûr, on pourra ensuite tancer tous ceux qui ont voulu mettre la nature sous leur coupe, qui ont busé les ruisseaux et les rivières, mal vus dans nos grandes villes. Mais pour le moment, l’heure est à la solidarité.

Je suis loin de ces inondations dont j’ai si souvent annoncé l’éventualité en dépit de l’incrédulité des gens qui pensent plier la rivière à leurs intérêts ou à leurs illusions. Mon camarade Georges n’a eu de cesse de répéter que la centennale était pour 2016 et que la septième montée des eaux allait emporter nos pauvres systèmes de défense. Nous y sommes et nous n’avons fait que précéder cette vague qui nous a contraints à renoncer à la fin du parcours. Les eaux vont encore monter, le flot va s’accélérer et le danger s'accroître. La sagesse était de s’arrêter et c’est Dédé la bricole qui nous reçus avec sa femme Jacqueline en leur demeure.

Dédé est un de ces ingénieux personnages capables de produire des trésors avec presque rien, un peu à la manière d’André de la Ferme du Port. Moi qui n’utilise mes mains que pour ramer et poser quelques mots sur un clavier, je demeure définitivement admiratif devant l’inventivité, l’astuce, la patience de ces virtuoses de la boîte à outils. Avec Dédé, tout est prétexte à construction et l’homme aurait besoin de deux autres vies pour mener à terme tous ses projets.

Son garage est un prodigieux capharnaüm. Une poule y perdrait ses poussins ; Dédé s’y retrouve, c’est bien là l’essentiel , en dépit des plaintes de Jacqueline qui redoute que le désordre ne monte à l’étage, dans son domaine. Nous l’avons suivi dans son antre, à la découverte d’un manège qu’il a conçu pour les enfants de moins de six ans, entraîné par une bicyclette et un moteur électrique ; il fait ainsi la joie des fêtes qui réclament sa présence gracieuse.

Il a encore construit un limonaire avec des personnages animés pour enchanter petits et grands de sa douce musique. Il tourne la manivelle, je m'émerveille devant tant de méticulosité afin que tout soit en harmonie et en synchronisation. Lui, il jubile ; il sait donner du bonheur après des heures et des heures de travail.

Vous pouvez retrouver le bonhomme sur ses blogs : orguebarbare.blogsport.fr ,et constructiondunmanege.blogsport.fr ; vous pouvez surtout l’inviter à animer une fête pour peu qu’elle soit familiale et simple. Avec lui, le succès est garanti : il séduira les enfants, il impressionnera les plus grands quand il leur expliquera les secrets de fabrication. L’homme a plus d’un tour dans son sac : il est secrétaire de la boule de fort de son village et c’est là que je ferai Bonimenteries ce soir en l’absence de Casimir, le chanteur, bloqué par les inondations à Ormes.

Car il faut bien revenir à l’actualité du moment. J’ai vu avec reconnaissance et admiration que Fred et les passeurs de Latingy ont sorti leur toue pour aller secourir des gens de Mardié. On peut le voir avec sa bourde apporter une aide précieuse aux pompiers débordés par l’ampleur des besoins. Je ne doute pas que les autres mariniers fassent de même, un peu partout dans le département, à l'imitation de leurs glorieux devanciers qui, lors des grandes crues de 1846, 1856, 1866, n’avaient pas hésité à se porter au secours des gens perchés sur les toits dans le Val, en dépit des dangers qu’ils couraient, alors qu’ils ne disposaient pas de moteur.

Le voyage du Tacon s’achève. La Loire a pris le dessus. Elle rappelle à tous que l’homme, en dépit de son immense prétention, n’est que bien peu de chose devant la colère des éléments. La leçon ne servira sans doute pas. Le principe de réalité sera une fois encore repoussé pour faire place au profit, à la morgue des ingénieurs et des décideurs, à l’imprévoyance de tous et au terrible pragmatisme qui aveugle ceux qui ne pensent jamais devoir s’incliner devant la nature.

J’ai une pensée émue pour tous ceux qui ont les pieds dans l’eau. La crue va s’amplifier ; ce sont les régions les plus en aval qui subiront la vague. Les affluents vont déverser dans la Loire des flots déchaînés. Déjà, à la Possonnière, hier, dans le club de boule de fort, les conversations portaient toutes sur le sujet. La fête du port sera déplacée ; les eaux montent, la cote annoncée menace la guinguette et noiera le camping. Ici, on redoute de voir la fusion du Louet et de la Loire. On s’inquiète, tout en suivant de près ce qui se passe chez les amis de l’amont.

Nous sommes tous Ligériens et c’est dans de tels moments que nous comprenons combien la Loire a façonné nos imaginaires, qu’elle a influencé les mentalités, qu’elle a installé dans nos cœurs une passion faite de crainte et d’admiration. Ce soir, je conterai notre dame Liger, ses fureurs et ses légendes, ses personnages et ses beautés. Je ne doute pas d’être compris dans un tel contexte.

Bon courage les naufragés, je pense très fort à vous.

Solidairement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • juluch juluch 3 juin 2016 11:10

    je viens de voir vos liens sur Dede....fort le gars !!!


    J’ai vu aussi que les crues se font tous les dix ans 1846, 1856, 1866...2006 !

    La seine aussi a grossie à se qu’il parait......ou est Noé ??

    Bien à vous !

    • C'est Nabum C’est Nabum 3 juin 2016 12:02

      @juluch

      C’est un type formidable


    • cétacose2 3 juin 2016 20:58

      Pour éviter de subir les dégâts des prochaines crues il suffirait de creuser de nouvelles rivières et de nouveaux fleuves .En attendant, souhaitons que celle ci nettoie la ville de Paris qui est si sale et si mal habitée .Une sorte de coup de Karcher avant l’heure.....


      • C'est Nabum C’est Nabum 4 juin 2016 07:40

        @cétacose2

        Il suffirait de déboucher toutes celles qu’on a voulu dérober à la vue des citadins qui ne doivent pas supporter pareille vision


      • Le p’tit Charles 4 juin 2016 09:32

        Qui l’eu « CRUE »...quand il pleut, l’eau monte..ben ça alors en voilà une drôle de nouvelle.. ?

        Et dire que cet été il y aura sécheresse.. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires