• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > A quoi ça sert une lettre de Guy Môquet ?

A quoi ça sert une lettre de Guy Môquet ?

Le lundi 22 octobre elle sera servie à tous les lycéens. On peut donc la lire à l’école ou dans les cérémonies officielles, mais ce n’est pas le seul usage. Il y a des pièges à éviter même si on peut aussi la manger.

C’est Nicolas Sarkozy qui a lancé la mode. Sa première décision de président aura été pour l’histoire de faire lire la lettre de Guy Môquet dans tous les lycées de France le lundi 22 octobre. Les années 60 avaient le "Houla Oup" et le "Scoubidou", les années 90 le "Pin’s parlant", les années 2000 auront donc la "lettre de Guy Môquet".

Vous trouvez vous aussi curieuse cette mise en valeur du martyre d’un résistant communiste de la part du "grand réformateur" de tout ce que le Conseil national de la résistance a construit à la libération (Sécurité sociale, services publics, retraites, etc.) ? C’est que Nicolas Sarkozy n’ignore pas qu’une lettre de Guy Môquet ne sert pas seulement à exacerber le patriotisme (ou le chauvinisme, selon). Une lettre de Guy Môquet est multifonctions et peut s’avérer utile dans toutes les circonstances, même les plus inattendues. Il y a juste quelques pièges à éviter.




POUR PUNIR ?
UNE LETTRE DE GUY MÔQUET LUE A L’ÉCOLE

d5dd831a750be1292af18adba11db627.jpgComme le dit Fadela Amara les enfants doivent cesser de glandouiller et être le plus tôt possible préparés à être des battants et des gagnants. De même, pour que les enseignants deviennent des professeurs de patriotisme et des instructeurs militaires quoi de mieux qu’une lettre de Guy Môquet ? Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, ne s’y trompe pas en déclarant à qui veut l’entendre qu’il s’agit à cette occasion de "parler de la jeunesse insurgée". Dans ces circonstances l’usage d’une lettre de Guy Môquet peut être mal interprété et revêtir une valeur punitive. Attention, donc, de ne pas en abuser. Un excès de lettres de Guy Môquet chez les lycéens peut parfois provoquer des effets indésirables de type CPE.


A NE PAS FAIRE
UNE LETTRE DE GUY MÔQUET LUE AVANT UN MATCH


4438ce7681388b4d18f44b60827a910f.jpgBernard Laporte voulait remercier Nicolas Sarkozy de sa promotion au gouvernement en faisant la lecture d’une lettre de Guy Môquet aux joueurs du XV de France, bien mal lui en a pris. Le futur sous-ministre a appris que vouloir trop bien faire peut parfois se retourner contre soit. Si une lettre de Guy Môquet peut servir à tancer les jeunes rebelles lycéens et leurs enseignants complices, elle peut s’avérer destructrice sur les esprits sensibles (enfants de maternelle, joueurs de Rugby ou du PSG). "Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré mon petit papa aimé. Je vais mourir !" C’était trop pour Sébastien Chabal et ses comparses avant le match face à l’Argentine. Défaite 17 à 12 au Stade de France sous les yeux de Sarko.


PRATIQUE
UNE LETTRE DE GUY MÔQUET COMME SET DE TABLE


a303da2d2c5840066b0ce541b3806c82.jpgVous êtes retraité et vous avez peut-être voté Nicolas Sarkozy aux dernières présidentielles. Malgré le commissariat de police qui ferme dans le quartier vous pensez toujours qu’il est le seul à pouvoir résoudre le problème de l’insécurité. Problème cependant car tous vos enfants et petits-enfants ont voté Ségolène Royal ou François Bayrou. Maintenant ils se moquent de vous depuis que vous payez plus cher vos médicaments et votre alimentation. Mais, même si le dispensaire et le bureau de poste vont bientôt fermer, vous voulez encore les convaincre de la pertinence de votre choix. Et quoi de mieux qu’un bon repas de famille pour renouer les liens ?
Pour cela procurez-vous le set de table illustré par une lettre de Guy Môquet. Effet subliminal garanti sur les sceptiques et les infidèles :
"Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose".

Voilà qui est fait.


DÉLICIEUX
LETTRE DE GUY MÔQUET A LA MOUSSE DE SAINT-JACQUES


Préparation : 20 minutes, cuisson : 1 heure.

6 noix de Saint-Jacques, une lettre de Guy Môquet, 150 g de beurre, 4 jaunes d’oeufs, 1 pincée de muscade, 1 dl de crème fleurette, 4 brins d’aneth, sel, poivre.

446b2e4e12e6c9fd8659b315ad482677.jpg Laver, brosser et essuyer une lettre de Guy Môquet. Préchauffer le four th. 8-210° C. Poser la lettre de Guy Môquet sur une plaque à pâtisserie bien propre et débarrassée de toute particule de graisse. Après quelques minutes, diminuer la chaleur du four et laisser cuire encore 45 minutes th. 5-6-160° C en retournant la lettre de Guy Môquet à mi-cuisson.
Faire cuire les noix de Saint-Jacques dans une papillote pendant 10 minutes au four. Hacher finement la chair. Faire fondre le beurre, puis ajouter les jaunes d’oeufs, la muscade, les Saint-Jacques hachées, sel, poivre. Réserver. Monter la crème fleurette en chantilly, l’incorporer délicatement à la préparation. Farcir la lettre de Guy Môquet en formant un dôme. La passer quelques instants au four pour la faire colorer légèrement. Servir bien chaud après avoir décoré de pluches d’aneth. Accompagner de quelques feuilles de mesclun.

Avec ces bons conseils nous espérons que plus personne ne pourra maintenant dire "à quoi ça sert une lettre de Guy Môquet" ?

Peachy Carnehan
www.nordenstar.com



Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

119 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 16 octobre 2007 11:33

    une lettre de guy môquet pliée façon origami par mickael scofield rendra fous les barbouzes de prison break lancés à ses trousses ! smiley


    • stephanemot stephanemot 16 octobre 2007 13:35

      a force de la repasser tous les ans à toutes les sauces on enlèvera peut-être les faux plis.

      Sarko l’a lue à Ahmadinejad qui lui a renvoyé l’intégrale de Montesquieu.


    • dana hilliot dana hilliot 18 octobre 2007 16:56

      stephanemot écrit : « Sarko l’a lue à Ahmadinejad qui lui a renvoyé l’intégrale de Montesquieu. »

      excellent :)


    • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 20 octobre 2007 14:48

      Des réflexions comme celle-ci :

      « Comme le dit Fadela Amara les enfants doivent cesser de glandouiller et être le plus tôt possible préparés à être des battants et des gagnants. De même, pour que les enseignants deviennent des professeurs de patriotisme et des instructeurs militaires quoi de mieux qu’une lettre de Guy Môquet ? Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, ne s’y trompe pas en déclarant à qui veut l’entendre qu’il s’agit à cette occasion de »parler de la jeunesse insurgée« . Dans ces circonstances l’usage d’une lettre de Guy Môquet peut être mal interprété et revêtir une valeur punitive. »

      sont franchement inadmissibles. C’est tout mélanger, et faire des procès d’intention que la modération d’Agoravox n’aurait jamais dû laisser passer.

      Tout peut être instrumentalisé, mais ce n’est pas une raison pour s’opposer à la mémoire positive que représente l’évocation de Guy Môquet dans les écoles. Quant à la prétendue « valeur punitive », c’est du délire. Sous les pires dictatures, des jeunes militants se sont faits tuer et les autres jeunes l’ont sû, et cela n’a fait que les encourager à s’engager.

      Et en quoi le fait de rappeler aux jeunes la mémoire des héros de la Résistance ferait des enseignants « des professeurs de patriotisme et des instructeurs militaires » ? De tels propos sont ignobles : la Résistance était pleine d’adversaires du militarisme, en passant par des pacifistes et des anarchistes. Elle combattait le fascisme et l’occupation allemande.

      Deux articles à la fois pour en arriver au même type d’amalgames, cela sent une petite campagne. Dans quel but ? On n’a pas tellement vu la « gauche » ou les grandes centrales syndicales s’activer lorsque Sarkozy a fait passer une avalanche de lois en juillet et septembre-octobre. Ni contre le traité européen impérialiste qui se prépare.

      Rien ne peut être reproché, en soi, à l’initiative de Nicolas Sarkozy. Tant mieux si on évoque Guy Môquet dans l’enseignepment scolaire ! Ce qu’on peut reprocher à Sarkozy est très différent. A savoir, l’acceptation en même temps d’un traité européen, le rapprochement avec Bush, sa caution à l’Europe militaire... comme le soulignent ces trois articles :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

      et je précise qu’il ne s’agit pas de propagande d’un blog commercial : le blog de De ço qui calt ? ne poursuit aucun but lucratif. C’est un site citoyen comme un autre.


    • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 20 octobre 2007 14:55

      Quant aux trois commentaires précédents, je ne pense pas qu’il soit besoin de répéter mon argumentation : pour les mêmes raisons, leurs auteurs mélangent tout et son complètement à côté de la plaque. Ces moqueries et amalgames sont également inadmissibles.


    • Universitaire 1995 21 octobre 2007 13:55

      De surcroît, ce genre de caricatures inadmissibles occulte une autre réalité : il ne s’agit pas de la seule mémoire de Guy Môquet, mais d’une commemoration plus globale :

      22 OCTOBRE : COMMÉMORATION DU SOUVENIR DE GUY MÔQUET ET DE SES 26 COMPAGNONS FUSILLÉS

      N.S. n° 2007-138 du 2-8-2007 NOR : MENE0701517N RLR : 554-9 MEN - DGESCO B2-3

      Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; au directeur de l’académie de Paris ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, inspectrices et inspecteurs pédagogiques régionaux d’histoire et de géographie et de lettres ; aux inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale de lettres, d’histoire et géographie et de lettres-histoire ; aux proviseures et proviseurs

      Le 22 octobre 2007, le président de la République commémorera le souvenir de Guy Môquet, cet élève résistant du lycée Carnot arrêté à 16 ans en octobre 1940, puis fusillé le 22 octobre 1941 après avoir adressé, la veille de sa mort, une lettre poignante à sa mère. Cet épisode n’est malheureusement pas le seul moment tragique de cette période sombre, mais il fait partie des temps forts de l’histoire de notre pays et, à ce titre, mérite de servir d’exemple à la jeune génération.

      La commémoration de la mort de Guy Môquet, de ses 26 compagnons d’infortune et de tous les autres fusillés est en effet l’occasion de rappeler aux élèves des lycées l’engagement des jeunes gens et jeunes filles de toutes régions et de tous milieux qui firent le choix de la résistance, souvent au prix de leur vie. Tous méritent que l’on se souvienne : ainsi Gilbert Dru, cet étudiant de lettres engagé très jeune dans le combat contre l’occupant nazi assassiné le 27 juillet 1944 par la Gestapo ; ou encore Jacques Baudry, Jean-Marie Arthus, Pierre Benoît, Pierre Grelot et Lucien Legros, élèves de première au lycée Buffon à Paris, qui furent fusillés par les Allemands le 8 février 1943 pour faits de résistance accomplis depuis l’âge de 15 ans.

      Tous ces jeunes Français d’alors, passion nément attachés à la liberté au point de sacrifier leur propre vie pour défendre celle des autres, constituent un formidable exemple pour les jeunes d’aujourd’hui. Leur mémoire évoque les valeurs de liberté d’égalité et de fraternité qui font la force et la grandeur de notre pays et qui appellent le sens du devoir, le dévouement et le don de soi. Ce sont ces valeurs que le Chef de l’État a souhaité honorer le jour de son investiture, lors d’une cérémonie au Monument de la Cascade du Bois de Boulogne en évoquant le souvenir de Guy Môquet : “Soyez fiers de vos aînés qui vous ont tant donné ; aimez la France car c’est votre pays et que vous n’en avez pas d’autre”.

      Ces valeurs de courage et d’engagement furent partagées par d’autres, à l’instar de ces jeunes allemands comme les fondateurs de la “Rose blanche”, Alexander Schmorell, Hans et Sophie Scholl décapités le jour même de leur condamnation pour avoir lutté contre le nazisme dans leur propre pays ou de tous ceux qui, un peu partout en Europe, surent faire passer leurs idéaux de liberté et de justice avant toute autre considération.

      Individuelle ou collective, nationale et européenne, la mémoire de la Seconde Guerre mondiale est encore aujourd’hui une condition du vivre ensemble et c’est pourquoi le ministère de l’éducation nationale entend s’associer avec force à la commémoration du 22 octobre.

      C’est pourquoi je demande aux chefs d’établis sements de mobiliser les équipes éducatives autour de ce souvenir et de ce qu’il signifie.

      La commémoration au cours de la matinée du 22 octobre commencera par la lecture, en classe ou en grand groupe selon le choix des établis sements, de la lettre de Guy Môquet. Cette lecture pourra être confiée à tous ceux qui, résistants ou déportés, peuvent aujourd’hui encore témoigner directement des sacrifices consentis. J’invite à cet effet les équipes éducatives à se rapprocher des fondations et associations de mémoire afin d’établir ce lien tangible entre les générations. Il sera également possible de solliciter toute personnalité dont l’engagement, le rayonnement ou la notoriété pourraient sensibiliser les élèves. Cette lecture pourra être suivie d’autres, laissées à l’initiative de chacun et choisies par exemple parmi les textes ci-joints.

      Le programme se poursuivra par une réflexion collective menée dans le cadre de la classe. On exploitera notamment les thèmes liés à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans les programmes d’enseignement notamment d’histoire, de lettres, de philosophie. Ce sera également l’occasion de mobiliser les équipes éducatives sur l’édition 2008 du Concours national de la Résistance et de la déportation : “L’aide aux personnes persécutées et pourchassées en France pendant la seconde guerre mondiale : une forme de résistance” (B.O. n° 17 du 26 avril 2007).

      Enfin les établissements pourront mettre en place d’autres initiatives à leur convenance (évocation de lieux de mémoire, jumelages interculturels, expositions, productions de documents, etc.). Afin d’aider à la mise en œuvre de ces projets la direction générale de l’enseignement scolaire met en ligne, en partenariat avec l’association Civisme et Démocratie, des ressources pédagogiques dédiées (http://eduscol.education.fr/D0090/parcours_liste.htm).

      J’invite les chefs d établissements à adresser, à titre d’information et à fins de valorisation, copies ou descriptifs de leurs projets à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO B2-3, 110, rue de Grenelle, 75357 Paris SP 07).

      Je remercie l’ensemble des équipes éducatives de s’associer à cette commémoration et je demande aux corps d’inspection territoriale de suivre avec attention les modalités de sa mise en œuvre.

      Le ministre de l’éducation nationale Xavier DARCOS


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 octobre 2007 20:52

      Pardon, maximus mea culpa. Vous avez raison.

      « Ce genre de caricatures inadmissibles » ne devraient plus êtres produites dans un pays décomplexé. L’affaire des caricatures de Mahomet ne nous a rien appris à nous, les pamphlétaires et autres caricaturistes.

      C’est pourquoi en guise de rachat je proposerai demain à mes convives un menu conforme à l’éthique de l’identité nationale :

      Salade de Guy Môquet aux girolles et lapin confit. Parmentier d’andouille à la sauce Sarkozy. Clafoutis de Guaino à la bière brune.

      J’espère ainsi faire amende honorable.

      Cordialement, Peachy Carnehan.


    • Signé Furax 16 octobre 2007 11:45

      Quand on connait la coloration rougeaude de la majorité des enseignants, nul doute que les enfants des écoles apprendront de leur part la position abjecte du parti communiste envers l’occupant allemand jusqu’au jour où Staline a été attaqué par la Wehrmacht.

      L’idée d’une telle cérémonie est, au mieux, farfelue.

      Et à quoi bon enseigner l’Histoire puisqu’il est interdit d’en discuter autrement que dans le cadre de la loi ?

      Ce pauvre gamin a été manipulé dès sa plus tendre enfance, on pourait peut-être lui ficher la paix une fois pour toute !


      • Rayves 16 octobre 2007 12:11

        « la position abjecte du parti communiste envers l’occupant allemand jusqu’au jour où Staline a été attaqué par la Wehrmacht »

        ... à opposer, bien entendu, à la position héroïque de l’extrême droite française pendant toute l’occupation !...


      • ben ben 17 octobre 2007 11:07

        «  » la position abjecte du parti communiste envers l’occupant allemand jusqu’au jour où Staline a été attaqué par la Wehrmacht " ... à opposer, bien entendu, à la position héroïque de l’extrême droite française pendant toute l’occupation !... "

        Oui mais rares sont (et bien heureusement) les profs à défendre les valeurs d’extrème droite, alors que beaucoup d’entre eux (malheureusement) défendent les valeurs d’extrème gauche.


      • Emile Red Emile Red 17 octobre 2007 11:38

        Sauf que si les « rouges » se sont trompé un temps, ils ont ensuite fait preuve d’abnégation, l’extrème droite quand elle a rallié l’occupant est restée droite dans ses bottes, enfin celles de la collaboration... et n’a pas changé depuis.


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 octobre 2007 15:24

        NON666

        merci pour cette mise au point avec laquelle je suis parfaitement d’accord .

        Nous en avons discuté avec Gazi Borat et nous disons à peu près la même chose .

        Cette période de notre histoire est trop complexe et trop importante pour la suite qu’il est malhonnête de faire des raccourcis haineux comme trop souvent .

        Salut et fraternité .


      • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 20 octobre 2007 15:07

        « Quand on connait la coloration rougeaude de la majorité des enseignants, nul doute que les enfants des écoles apprendront de leur part la position abjecte du parti communiste envers l’occupant allemand jusqu’au jour où Staline a été attaqué par la Wehrmacht. »

        Autrement dit, on en veut à Sarkozy parce Môquet était communiste. Alors, il faut soutenir Sarkozy qui a dit à ce sujet :

        http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070517.FIG000000253_l_hommage_a_guy_moquet_premier_geste_du_pre sident.html

        « Ce qu’ils incarnent est invincible. Ils ont dit non : non à la fatalité, non à la soumission, non au déshonneur, non à ce qui rabaisse la personne humaine et ce non continuera d’être entendu bien après leur mort, parce que ce non, c’est le cri éternel que la liberté humaine oppose à tout ce qui menace de l’asservir »


      • Cyrrus Smith 16 octobre 2007 12:00

        Je suggère aux enseignants qui doivent lire, où qui ont lu (certains chef d’établissements ont fait du zèle), la lètre de ce résistant mort, de complèter et mettree ce texte en perspective parl’appel de résistants vivants, qui en 2004 ont lancé un appel Appel à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Cet appel explique bien pourquoi Guy Moquet est mort, pourquoi il s’est battus et laisse voir en quoi Nicolas sarkozy est dans le camps que combattait Guy Moquet.

        Voir : http://www.alternatives-images.net/


        • Cyrrus Smith 16 octobre 2007 12:02

          Appel à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944 Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte. Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succèderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais : · Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques », droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. · Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, définir ensemble un nouveau « Programme de Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales. · Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands parents, les éducateurs, les autorités publiques à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944. Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer. »

          Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.


        • Cyrrus Smith 16 octobre 2007 12:04

          Lien pour télécharger la version pdf :

          http://www.alternatives-images.net/cnr/appeltxt.pdf


        • marcel 16 octobre 2007 12:02

          Sa lettre imprimée sur du tapis façon« guy moquette »


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 octobre 2007 12:02

            Faire lire la Lettre de Guy Môquet dans tous les collèges et lycées, ça ne suffit pas, je suis partisan de l’inclure dans le générique d’ouverture des actualités sur les chaînes publiques, et même d’en faire la lecture aux prisonniers, qui comprendront enfin la vertu, le courage et l’amour filial.

            Toutes les voitures des Services Publics devront également arborer la Lettre de Guy Môquet sur leur pare-brise, sous forme d’une vignette non-détachable, qui leur garantira protection et fiabilité professionnelle

            Savez-vous par ailleurs que la Lettre de Guy Môquet est également un puissant aimant à ondes de forme, dont la graphie est inspirée des hiéroglyphes égyptiens (voir modèle dans le catalogue), qui garantit retour d’affection et développement de clientèle, ainsi qu’une chance insolente aux jeux de hasard ? Catalogue sur simple demande et envoi sous pli discret, s’adresser à La Lettre de Guy Môquet S.A.R.L.

            Mais s’arrêter à ces menus avantages, ce serait négliger l’incroyable effet de la Lettre de Guy Môquet sur la santé et le bonheur. Oui, grâce à Lettre de Guy Môquet, vous pourrez enfin profiter du weekend avec vos petits-enfants sans sombre arrière-pensée. Souveraine contre les incontinences urinaires, elle restaure également l’émail des dents et soutient les digestions difficiles. Pas seulement à lire en famille : en suppositoires, tisanes, pommade calmante, et (nouveau !!!) en pastilles à sucer. Catalogue sur simple demande et envoi sous pli discret, s’adresser à La Lettre de Guy Môquet S.A.R.L.

            Et désormais, tous les discours des Maires et Députés commenceront par La Lettre de Guy Môquet.

            Et celui qui ne s’essuiera pas ostensiblement les yeux pendant la lecture de La Lettre de Guy Môquet sera déchu de sa nationalité, et sera tenu de faire un test ADN pour prouver que sa petite maman est bien sa mère.


            • LE CHAT LE CHAT 16 octobre 2007 12:15

               smiley smiley smiley smiley

              à quand la marseillaise avec nouvelles paroles issues du texte de guy môquet !

              à noter la sortie par Lagerfeld d’un manteau d’hiver taillé dans un tissu imprimée du texte de guy môquet .

              Le déodorant guy Môquet chassera les miasmes et dans les boites de vache qui rit bientôt le texte de guy môquet en puzzle ...


            • Yannick Harrel Yannick Harrel 16 octobre 2007 12:28

              Bonjour,

              Allons ce n’est pas bien de se môquet... pardon, moquer de cette tentative généreuse de notre cher Président aux fins de revivifier les valeurs républicaines en notre pays smiley

              A moins que cela ne soit pour mieux aveugler les enseignants trop rivés sur la lecture de la lettre de Guy Môquet pour s’apercevoir de la diète drastique les attendant au vu du budget 2008 : http://www.budget.gouv.fr/presse/dossiers_de_presse/plf2008/grandes_lignes/ 3-effectifs_etat.pdf

              Oui, c’est un beau texte que celui de Guy Môquet mais connaissant le maître d’ouvrage d’une telle initiative comment ne pas subodorer une récupération bassement politicienne ? smiley

              Tiens, sinon je repensais à ça smiley http://www.youtube.com/watch?v=gTb2Q2smQMA

              Cordialement


              • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 20 octobre 2007 15:16

                Mais la récupération qui puisse être faite de cette initiative, y compris par Sarkozy, n’est pas une raison valable pour dénigrer l’initiative elle-même. Mieux vaut cela, que d’avoir envoyé Mitterrand à l’Elysée à deux reprises.

                A propos du passé d’extrême-droite et pro-colonial de Mitterrand, une lecture édifiante est « La main droite de Dieu » d’Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, Seuil 1994. Voir cet extrait mis en ligne :

                http://michel.delord.free.fr/maindroite.pdf

                Mitterrand a été jusqu’à « pousser » le FN depuis 1982 pour créer un épouvantail. Lisez « La main droite de Dieu » cité par Ingrid.

                On peut adresser beaucoup de griefs à Sarkozy, mais prétendre qi’il aurait lancé l’opération Guy Moquet pour intimider les jeunes, comme le laisse planer l’article, n’a aucun sens. Pourquoi l’évocation de Guy Môquet devrait-elle faire peur aux jeunes ? C’est bien plus sain que la guerre de 1914-18 que les « socialistes » ont cautionnée.

                En revanche, le passé de Mitterrand posait un réel problème et, de surcroît, il se faisait élire avec les voix de l’extrême-droite. Lire aussi :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12532

                Ségolène Royal et la « lignée mitterrandienne »


              • pallas 16 octobre 2007 12:34

                bla bla bla bla bla bla, sa n’en fini pas, bon Guy Moquet, il avait 17 ans je crois avant qu’il soit fusillé, un gamin de plus massacré lors de la seconde guerre mondial, s’il aurait su qu’il deviendra le porte etandard de la coupe du monde de rugby qu’elle en serai son avi, il regardai le rugby ou pas a l’epoque ? pk aucuns journalistes l’ont interrogé dans sa pierre tombal ce qu’il pensai de la defaite de la France a l’angleterre ? je peut en dire des betises, sa tombe bien, c’est la mode en se moment.


                • 5A3N5D 16 octobre 2007 12:52

                  Il n’est pas acceptable que l’on se moque ainsi d’une résistance qui a su imposer au gouvernement français tout ce que le petit Nicolas est en train de démolir (sécu, retraites, services publics, enseignement, culture, etc...)


                  • pino69 pino69 16 octobre 2007 12:54

                    Alors voila,

                    Je souhaiterais proposer une petite action de résistance à l’occasion de la lecture « obligatoire » de ce texte aux élèves de l’école de la République le 22 octobre 2007.

                    Etant moi-même père de 3 enfants scolarisés (il y en a une en maternelle mais bon, il n’est jamais trop tôt pour bien faire...), je leur distribuerai ce jour une impression de l’Appel à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944 et leur recommanderai d’en proposer la lecture à la classe juste après celle de la lettre de Guy Moquet.

                    Ce n’est pas grand chose, un embryon de résistance civique tout au plus, mais qui aura le mérite de replacer dans son contexte cette initiative d’un gouvernement méprisable et corrompu, tant sur les plans intellectuel que financier.

                    J’estime à ce stade qu’il est une limite à l’infâmie et, comme on dit, que passé les bornes, il n’y a plus de limites.

                    Si chaque parent agit de même, peut-être cela aura t-il un petit effet, voire même cela pourra-t-il peut-être être repris par la presse, friande de ce genre de buzz...

                    J’ai bien ri de ce post et de ses commentaires mais il me semble que le rire ne suffise plus.

                    pour info : http://www.alternatives-images.net/ (dslé, je ne sais pas comment activer un lien dans les comments)


                    • Vincent 16 octobre 2007 13:57

                      Pour résister y a mieux,

                      lisez leur la lettre la veille,

                      expliquez leur que le pauv’ Guy y s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, comme beaucoup des déportés d’ailleurs.

                      C’est con aussi, les habitants d’Ouradour n’ont pas eu le temps d’écrire à leurs familles, sinon nous aurions eu le droit à un recueil de textes à étudier au bac français.

                      Non franchement faut arrêter avec ça, les communistes en ont fait un symbole à posteriori.

                      L’acte de résistance : coller des affiche contre le capitalisme un an avant que les nazis ne décident d’envahir l’URSS.

                      Le pauvre Guy moquêt à été choisi au presque hasard pour être fusillé suite à l’assassinat d’un gradé nazis et revendiqué par les communistes.

                      Mais sont père était un élu, alors il a voulu entretenir sa mémoire. On ne peut pas lui en vouloir, mais honnêtement je ne sens aucune valeur de résistances dans la lettre et dans le fait qu’il ait été fusillé.

                      Je le répète il n’a pas eu de chance.

                      Ou alors le locataire de l’Elysée a décidé

                      de redéfinir la résistance afin que pour les prochaines réformes il n’ait que des colleurs d’affiches,

                      de tirer le référentiel de la bravoure vers le bas afin que des actes insignifiants passent pour des actes de bravoures.

                      C’est vrai aussi que chacun à sa définition du mot bravoure, que chacun a son échelle de courage en fonction de son éducation et de sa propension à prendre des risques.

                      Ne serait-ce pas une façon de rendre brave tous nos petits collégiens et lycéens dès qu’ils griffonneront une table ou colleront une affiche sur la porte des chiottes.

                      Aller j’en ai assez dit la dessus, car pendant ce temps là les réforme les vraies, les profondes, sont en cours d’approbation au sénat et à l’assemblée, sans qu’il y ait de véritable opposition.

                      Juste un p’tit concert histoire de se donner bonne conscience, mais rien de concret.



                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 octobre 2007 13:06

                      Ah j’ai trouvé une autre utilité : La Lettre de Guy Môquet sert aussi à faire sortir lerma de ses gonds, et à lui faire sortir la Bannière du Résistant au Fascisme (Rouge). smiley


                      • Signé Furax 16 octobre 2007 13:20

                        @ Rayves (IP:xxx.x47.243.4) le 16 octobre 2007 à 12H11

                        « la position abjecte du parti communiste envers l’occupant allemand jusqu’au jour où Staline a été attaqué par la Wehrmacht » ... à opposer, bien entendu, à la position héroïque de l’extrême droite française pendant toute l’occupation !...

                        Réponse typique du connard qui n’a rien à dire.

                        Que les supplétifs de Staline se soient montrés traitres à la France, je conçois que ça vous dérange mais, même le PCF a dû avouer que, par exemple, les cocos avaient demandé à l’occupant allemand l’autorisation de faire paraître leur feuille de propagande, l’Humanité.

                        Et pour y publier quoi à votre avis ? A bas Hitler ?

                        Les communistes ont bénéficié pendant des décennies, et particulièrement en France, de la complicité de prétendus historiens, qui n’étaient en fait que des faussaires, pour nous faire croire qu’ils luttaient pour la France alors que les ordres, et le fric, venaient de Moscou.

                        Le premier porte-coton de Staline, Maurice Thorez, y a passé toute la guerre, bien au chaud, lui le héros déserteur de l’armée française. Il ne voulait pas se battre contre l’Allemagne alors liée à Staline par le pacte germano-soviétique de non agression !

                        Ce n’est que depuis quelques années que les yeux commencent à s’ouvrir sur ce qui a été l’un des deux plus grands fléaux du 20ème siècle.

                        Je vous laisse deviner quel était l’autre.

                        ’bécile !


                        • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 octobre 2007 13:26

                          Oula Furax, faut se calmer... Allez donc relire La Lettre de Guy Môquet trois fois de suite et revenez quand ça ira mieux.


                        • Gazi BORAT 16 octobre 2007 13:47

                          @ signé furax

                          La position du PCF avant le déclenchement de Barbarossa et l’autorisation de parution de l’Humanité en zone occupée sont des faits connus depuis longtemps et nullement occultés.

                          La parution de l’Humanité, à titre symbolique, vous choque mais elle ne pouvait qu’être automatique, dans la mesure où le Parti était autorisé..

                          Par contre, avant 1941, et donc en dehors du Parti Communiste, les effectifs de la Résistance sur le sol national étaient plus que réduits.. ceux de la collaboration l’étaient nettement moins.

                          De plus, les FTPF ont payé un lourd tribut à la lutte contre l’occupant et, non seulement n’étaient pas soutenus par le ravitaillement en armes britanniques dont bénéficiaient les Gaullistes mais aussi, ont manqué cruellement de cet « argent de Moscou » que vous évoquez tandis que d’autres recevaient de l’argent « tombé du ciel »..

                          Promenez-vous dans nos grandes villes et lisez les textes de ces plaques, posées de çà de là et indiquant le lieu où fut tombé un combattant urbain..

                          Notez les appartenances, cela vous éclairera..

                          gAZi bORAt


                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 16 octobre 2007 15:05

                          GAZI BORAT

                          Je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait que la résistance non communiste était quasi inexistante avant 1941 .

                          Les premiers réseaux ont été immédiatement constitués dés la défaite et ce sont les militaires qui furent les premiers . ils n’étaient pas très visibles car le but était de faire du renseignement en évitant de commettre des actes de « terrorisme » dont auraient été victimes les populations ; c’étaient les ordres de Londres .

                          Les communistes ont été les premiers à s’attaquer à l’occupant en exécutant des officiers allemands ; Cela a donné lieu à des représailles dont l’éxécution de guy Moquet . il y a toujours eu pendant la guerre conflit entre ceux qui voulaient terroriser l’ennemi au risque et parfois pour provoquer des représailles et ceux qui s’y refusaient ; En gros le clivage passait la plupart du temps par l’appartenance au PCF ou non.

                          J’en profite pour dire un mot des résistants qui n’étaient ni communistes ni gaullistes . Ceux du réseau Jade amicole , par exemple qui travaillaient directement avec les anglais et les services de renseignements de l’armée de vichy qui envoyaient à londres tous leurs renseignements sur les allemands . Le colonel Payolles a commencé comme ça jusqu’en 1942 avant de passer dans la clandestinité.

                          Je veux briser un tabou : Dans l’armée de vichy et dans le gouvernement y compris chez des proches de Pétain il y avait des résistants dés l’armistice et ce jusqu’en 1942 où les facilités qu’offrait l’armistice n’existaient plus . Beaucoup de français dont les militaires étaient pris entre leur fidélité au Maréchal et leur désir de résister .

                          Pour la plupart des français le maréchal était le premier résistant aux allemands , c’est la fameuse formule du glaive (De Gaulle) et du bouclier (Pétain).

                          Voila ce que je voulais dire sur ce sujet . A savoir : qui était résistant ou non ; Je suis sur que rien n’est plus complexe que cette page de notre histoire .

                          Vive la république quand même .


                        • Gazi BORAT 16 octobre 2007 15:52

                          @ cambronne

                          « quasi inexistante »

                          Désolé pour la formulation maladroite, mon propos portait plus sur le fait que la résistance dans son ensemble n’était pas encore structurée en 1941 et que, quelles que soient leurs familles idéologiques, les résistants de droite comme de gauche n’étaient pas nombreux à cette époque.

                          D’accord avec vous pour ces réseaux « militaires » que vous évoquez et leur précocité. Mais ceux-ci s’apparentent difficilement aux images de guerilla qui sont nos représentations actuelles du phénomène même si, tactiquement, elles furent peut-être plus productives..

                          Le problème est que le terme de « résistance » est un peu fourre-tout et qu’on y trouve aussi bien des réseaux bien encadrés par les Britanniques (renseignement, assistance aux pilotes alliés et aux PG évadés, etc..) que des maquis-refuges de jeunes réfractaires au STO qui apparurent plus tard et qui gonflèrent très vite les effectifs globaux.

                          Je m’aperçois aujourd’hui en vieillissant que, si les images de maquis apparaissent teintées d’un certain romantisme, la guerilla de cette époque a surtout joué un rôle symbolique.

                          Si on la compare à ce que furent les guerilla yougoslave ou albanaise qui, elles, libérèrent effectivement leurs territoires, on ne peut que constater que la France fut plus sauvée par des troupes conventionnelles que des partisans en canadiennes et bérêts..

                          Ce qui aujourd’hui est amusant, c’est le tour de passe-passe qu’a réalisé Nicolas Sarkozy en choisissant un résistant qui n’appartienne pas au panthéon gaulliste (il a pris ses distances avec sa vieille garde), qui soit communiste (preuve d’ouverture) et rédacteur d’un texte plutôt sentimental et absolument pas politique..

                          gAZi bORAt


                        • Gazi BORAT 16 octobre 2007 16:51

                          à CAMBRONNE (bis)

                          « Complexité de la Résistance »

                          Je vous suis aussi sur ce point de la complexité de la Résistance..

                          Le Musée du Centre d’Etude de la Résistance et de la Déportation de Lyon, installé dans les locaux où officia Klaus Barbie est particulièrement révélateur à ce sujet.

                          On peut y voir dans ses collections toutes les familles politiques que compta la Résistance.

                          Concernant la résistance « vichyste », on peut ainsi citer le cas de l’Armée de l’armistice" d’où fut issu De Lattre de Tassigny et aussi celui de l’Ecole des Cadres d’Uriage, qui fut à l’origine une structure maréchaliste..

                          gAZi bORAt


                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 16 octobre 2007 17:48

                          GAZI BORAT

                          Une fois de plus je me réjouis de nos échanges qui permettent d’expliquer et de mieux voir les choses .

                          Nous sommes d’accord sur l’essentiel .

                          En bref, sale période où les salauds n’étaient pas toujours ceux qu’on nous a dit et où les héros étaient rares et d’autant plus estimables .

                          Après la guerre chacun a essayé d’accaparer la gloire et je ne dirais pas comme Snoopy que ce sont les communistes , les gaullistes ne s’en sont pas privés.

                          En apparté , il y a quelques soldats perdus dont parle Saint Loup qui se sont battus sur le front russe pour qui j’ai une certaine estime car ils ne se sont pas battu contre leurs compatriotes . Au sein de la LVF et des Waffen SS français, il faut évidemment faire le tri, certains étaient des types bien .

                          Vive la république quand même .


                        • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 octobre 2007 09:19

                          @ Gazi Borat et à Cambronne

                          Votre débat historique sur la Résistance est absolument passionnant, j’apprends des tas de trucs, bien que j’ai eu déjà pas mal d’éclairages sur cette période par ma famille. Pourquoi ne pas en faire un article « à deux voix » ?

                          Je vais vous dire (voilà que je parle comme Sarkozy, maintenant), j’ai de la peine pour Guy Môquet : pauvre gamin, pris au hasard, fusillé sans raison, et qui s’adresse à son « petit papa », à sa « petite maman », c’est terrible. Et maintenant, récupéré comme Symbole National, il doit s’en retourner dans sa tombe. Gamin terrifié, le voilà Grand Résistant, portant le poids de la Nation et de l’UMP sur ses épaules. Il n’en demandait pas tant...


                        • Emile Red Emile Red 17 octobre 2007 12:00

                          Quand Cambronne montre que l’histoire est non pas un refuge aux partisanismes divers, mais un ensemble de faits qui ne plaisent pas toujours mais dont l’objectivité est essentielle.

                          Je vous préfère ainsi, soyez constant...

                          Que vive la mémoire du Groupe de Chasse « Normandie-Niemen » en son 65éme anniversaire.


                        • Gazi BORAT 17 octobre 2007 12:51

                          @ Emile Red

                          « Vive Normandie Niemen »

                          Le général Delfino, qui commanda l’escadrille Normanie Niemen, se présenta aux législatives niçoises, après guerre, sous les couleurs gaullistes, contre le candidat communiste Virgile Barel..

                          gAZi bORAt


                        • Emile Red Emile Red 17 octobre 2007 13:15

                          Rien d’étonnant « Normandie Niemen » étant une escadrille issue de la volonté de De Gaulle...

                          Et cela n’enlevant rien à leurs qualités d’hommes.


                        • Gazi BORAT 17 octobre 2007 13:24

                          à Emile Red

                          A ce propos : l’historien Louis Ferro cite parmi ses « tabous de l’histoire » la réticence qui existe chez les historiens allemands à reconnaitre la supériorité technique du T34 soviétique sur les chars allemands contemporains..

                          L’escadrille Normandie Niemen disposait, elle aussi, d’un excellent matériel..

                          gAZi bORAt


                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 octobre 2007 15:31

                          MERCI CANARD pour vos encouragements .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès